RSS
RSS



 

 
Nimh
avatar
ft. : Jamie Dornan
Hiboux envoyés : 8
Entrée à Poudlard : 03/07/2017
Année d'étude en cours: : St-Barnaby
Maison répartie : Nimh
Mornilles : 31
DC : ✵ Seth O. Knight
✵ Evelynn Elwood
✵ Phillip Harker
✵ Ainsley L. Sinclair
✵ Jamie Fairfield
Chocogrenouilles : 0
Ian Bale
Nimh
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 3 Aoû - 15:03
Il ne s’était pas longtemps lamenté dans son lit. Non, pas cette nuit. Parce que ça ne servait jamais à rien, de toute façon. Et puis, comble du miracle, les deux nuits précédentes, il avait réussi à dormir relativement paisiblement. Il n’était donc pas absolument et totalement épuisé, ce qui allait rendre cette veillée un peu plus agréable que d’autres précédentes. Au bout de deux heures à regarder le plafond, à compter les moutons, à se tourner les pouces, à soupirer – clairement irrité malgré tout -, à se tourner et se retourner sur son matelas, il finit par se défaire de ses couvertures et se hissa sur ses pieds, frissonnant un peu à sentir à quel point le bois était froid sous sa peau. Il marcha d’un pas calme vers la salle de bain, y fit ce qu’il avait à faire, chassa le peu de sommeil qui lui avait effleuré le corps d’une petite vague d’eau fraîche au visage puis s’affaira à se changer, histoire d’être un peu plus décent. Pas qu’il s’attendait à rencontrer bien des gens à deux heures du matin en pleine semaine, mais bon, sait-on jamais. Pantalons-pyjamas, pull mince à manches longues, gros bas de laine tricotés à la main, clopes et baguette dans les poches; ready!

C’est en étouffant un bâillement contre sa main entrouverte qu’il entra dans le café étudiant, constatant avec grand plaisir qu’il était vide. Le comptoir était barré et rangé mais, comme d’habitude, on avait laissé la machine à café à disponibilité. Le Gallois s’en approcha, laissa quelques pièces près de la caisse puis se servit une tasse du liquide chaud et foncé avant de se diriger vers une fenêtre. Il l’entrouvrit aussitôt puis s’assied dans un fauteuil qui reposait tout près. C’est l’air un peu coupable qu’il regarda autour de lui, sa large main tâtant nerveusement le paquet cartonné à travers le doux tissu de son pyjama. To smoke or not to smoke? Il pouvait presque s’imaginer les yeux de sa mère, accusateurs et…


« Fuck it. », marmonna-t-il pour lui-même en tirant le paquet de sa cachette.

Il glissa une cigarette entre ses lèvres et l’alluma d’un mouvement bref. Il n’y avait personne, anyways. Et c’est pas une cigarette de plus ou de moins qui allait changer quelque chose à sa santé. Il en tira une longue bouffée et la laissa enlacer ses poumons avant de relâcher le nuage gris clair vers la fenêtre, la nicotine soulageant sa dépendance pour un instant. Une grande gorgée de café plus tard, il avait à nouveau la Clope au bec, et posa la tasse sur une petite table. Il retroussa ses manches jusqu’au creux de ses coudes avant d’attraper l’une des revues quelconques qui se trouvaient à proximité, l’ouvrant sans grand espoir d’y trouver quelque chose de substance, mais bon. Un petit mouvement de baguette vers le foyer, une flamme chaleureuse et hop, il était prêt pour sa soirée dans la plus totale des solitudes. N’est-ce pas?



Pyjamaaaas:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 208
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 710
DC : ♥ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 5 Aoû - 9:30
Il était un nœud. Un nœud de jambes, de bras emmêlés dans des angles étranges, faisant montre d’une souplesse jusque-là insoupçonnée. Le plus intriguant était qu’il parvenait à dormir, tout croche qu’il était. Coincé dans un placard pour une raison malheureuse, puis une raison idiote, Adele c’était endormi paisiblement.

Cela faisait une semaine qu’il habitait avec Calypso dans un appartement de Stornoway et déjà rien n’allait. Ils se disputaient sans arrêt pour des broutilles, ils s’insupportaient l’un comme l’autre et dieu sait pourquoi ils continuaient de faire semblant de s’aimer. Caly, était bonne mais folle, elle le séquestrait, donnait des ordres, piquait des crises, cassait des trucs, claquait des portes. Une belle feignasse, une jolie p’tite conne. Elle avait quitté l’école pour squatter les terrasses, se mettre des races, claquer l’argent de ses parents dans des vêtements, des appartements.

Quelle idée d’aimer une femme à l’humeur vengeresse ? Il avait assez donné avec les filles dangereuses, il méritait qu’on lui fiche la paix. Avec Padraig c’était pareil, ils avaient finis par se déchirer et Adele avait quitté leur dortoir pour mieux retomber dans la toile de Calypso.

Et ce soir alors qu’il n’avait pas le courage d’affronter la terreur qui lui servait d’amante et de logeuse, Adele était resté au Sort-Thé-Lège bien après tout le monde, bien après qu’il aurait dut rentrer chez lui. Quand il avait entendu que l’on s’apprêtait à fermer le café, il avait été soudain prit de panique et sa réaction première fut de foncer se planquer dans un coin. La fatigue n’aidant pas, il s’était jeté dans un placard vide, découvrant émerveillé que s’il se pliait bien, il rentrait parfaitement dans la boîte. Le responsable avait finalement verrouillé l’endroit, cadenassé le stock d’alcool et de Berry et était parti sans entendre le garçon qui se mordait le poing pour ne pas s’esclaffé, partagé entre le choc de s’être fichu dans un tel pétrin et la joie enfantine de faire des bêtises idiotes.

L’excitation à l’idée d’être un clandestin dans son container avait finis par laisser place à l’ennui et il s’était bêtement endormi sans aucune arrière-pensée. Il aurait pût dormir n’importe où.

— Fuck it.

DOMDOMDOM. Adele ouvrit grand les yeux tandis que son cœur s’apprêtait à exploser. Mais qu’est-ce qu’il foutait là ? Mais d’ailleurs où était-il ? Qui venait de parler ? Et pourquoi se sentait-il coupable et en danger ? Alors qu’il essayer de remuer en vain, il se souvint de l’état de sa situation. Oh. Non. Quelcon, quelcon ! Il était coincé dans un placard et il y avait quelqu’un à l’extérieur !... Adele se repassa en boucle le « Fuck it » essayant de reconnaître le propriétaire de cette voix mais plus il se répétait les mots, plus ils se déformaient dans son esprit, prenant les accents écossais de sa propre voix.

C’était un brownie malpoli. Oui c’était ça, pas de doute. Et qui fumait la cigarette. Tandis qu’Adele essayait de se convaincre de la chose, il décida de sortir de son trou au plus vite. Il avouerait tout au brownie, tant pis, il n’était plus à une décision stupide près.

Un « Alohomora » informulé plus tard, il émergea du placard à quatre pattes, la mine et les vêtements chiffonnés, son esprit tournant à toute vitesse. Il adressa un regard à l’étranger et décéda sur le champ.

C’était Ian Bale.

.
.
.
.
.
………………………………….

Adele bondit sur ses jambes dans un sursaut de vie, en proie au choc.

— Ian ? De quoi ? J’étais… Dans le tiroir… Salut.

Confus et perdus, les membres douloureux, il avait conscience de passer pour un fou. Mort de honte, il resta planté à bonne distance de Ian. C’en était fini de lui, plus jamais il ne pourrait oser approcher le populaire gallois.


T_T:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nimh
avatar
ft. : Jamie Dornan
Hiboux envoyés : 8
Entrée à Poudlard : 03/07/2017
Année d'étude en cours: : St-Barnaby
Maison répartie : Nimh
Mornilles : 31
DC : ✵ Seth O. Knight
✵ Evelynn Elwood
✵ Phillip Harker
✵ Ainsley L. Sinclair
✵ Jamie Fairfield
Chocogrenouilles : 0
Ian Bale
Nimh
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 9 Aoû - 13:10
Deux minutes.

C’est tout ce que l’univers avait bien voulu lui offrir cette nuit. Deux minutes de paix, pure et ininterrompue. Deux minutes durant lesquelles son corps s’était parfaitement calé dans le fauteuil où il s’assied, deux minutes où il était entièrement confortable dans sa peau, réchauffé par les flammes dansant dans le foyer. Deux minutes de silence ou presque, les seuls sons présents dans la pièce étant ceux du feu crépitant, de ses doigts tournant les pages d’un magazine à potins sorcier et de ses lèvres aspirant une gorgée de café de temps en temps. Deux minutes de solitude et de vulnérabilité. Avant que le placard près du comptoir se mette à remuer, donnant ainsi à Ian une idée de ce à quoi ça peut ressembler, une attaque cardiaque. Il sursauta brusquement, grands yeux bleus vivement fixés sur le meuble de bois grouillant sous la pression de ce qui pouvait bien se trouver à l’intérieur. Il cligna des yeux, perplexe, puis déposa le magazine sur la table à café et la cigarette sur un cendrier, s’apprêtant à se redresser. C’était probablement qu’un épouvantard; un p’tit Riddikulus et hop, bon débarras.

Le jeune homme se hissa sur ses pieds, attrapa sa baguette par le bout des doigts et la pointa vers le placard, lèvres entrouvertes et prêtes à énoncer le sortilège bien connu, jusqu’à ce que…

Adele Berry émergea du placard, l’air défait, confus, embarassé et un peu con, quand même. Étonné, le Gallois resta figé un instant, baissant lentement sa baguette et la remettant dans sa poche de pyjama. Avant qu’il ne se retienne d’éclater de rire, pouffant malgré lui, main couvrant sa bouche pour ne pas embarrasser le pauvre garçon encore plus qu’il ne l’était. Il n’y avait aucun malice à son rire, bien entendu, mais voilà. C’était drôle, et Ian était facile à faire sourire.  En voyant l’air complètement mortifié du Sinsear, Ian secoua la tête, bienveillant, et s’approcha de lui pour lui tapoter l’épaule gentiment, étouffant quand même un rire derrière ses mots se voulant rassurants.


« Ouais, t’étais dans le tiroir et tu m’as presque donné une attaque cardiaque. Mais c’est bon, ma soirée était limite ennuyante.  »

Le Gallois se rassied confo  dans le fauteuil et, yeux toujours fixés sur Adele, il reprit sa clope entre ses doigts et en tira un coup, l’invitant à prendre place d’un mouvement de la tête.

« Tu te sauves pas d’ici tant que tu m’as pas raconté pourquoi, par Merlin, tu te retrouves dans des placards, la nuit. C’est vraiment un drôle de passe-temps », taquina-t-il, sourire perché au coin des lèvres.

Il l’aimait bien, Adele. Pas qu’ils s’étaient parlés souvent – c’est qu’il était un peu fuyant, ce p’tit -  mais il semblait gentil et d’agréable compagnie, et ce soir était une occasion comme une autre d’apprendre à le connaître. Bon, il avait toujours eu cette impression qu’il avait peur de lui mais avec un peu de chance, ça lui passerait. C’était chose connue qu’Ian Bale était en fait doux comme un agneau.
Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'on a tous un stalker [PV Berrylicious]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goal ! Parce qu'on a tous le meme but !
» Zeke Tyler, parce qu'on a tous besoin un jour d'un second départ
» Parce qu'on cherche tous à s'améliorer
» Parce qu'on a tous vu Jurassic Park | Pv Sphinx
» Banque • Parce qu'on aime tous l'argent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: St-Barnaby :: Deuxième étage :: Le Sort-Thé-Lège-
Sauter vers: