RSS
RSS



 

 
Monaraith
avatar
ft. : ahn heeyeon (hani)
Hiboux envoyés : 31
Entrée à Poudlard : 30/06/2017
Année d'étude en cours: :
Maison répartie : monaraith
Mornilles : 72
Chocogrenouilles : 0
Freyja Kim
Monaraith
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 5 Juil - 16:01
time for great adventures
us 4 against the world
••••

En vérité elle ne sait plus vraiment comment ils ont fait pour se retrouver là, tous les quatre, dans un train. Ils auraient très bien plus transplaner. Elle ne se souvient pas de qui a lancé l’idée en premier, peut-être même que c’était elle, mais maintenant ils sont là. Et franchement, le train, c’est long. Mais c’est marrant. Et puis autant dire que Freyja n’est pas la plus douée au monde pour transplaner (on ne sait toujours pas à ce jour comment elle a fait pour passer son examen), et est donc plus rassurée d’être au chaud dans quelque chose qui s’occupe du trajet pour elle. Sa baguette est soigneusement rangée, à l’abris des regards, puisque même s’ils ont une cabine pour eux, il y a toujours quelques moldus qui passent dans le couloir et peuvent les apercevoir à travers la porte vitrée. Elle s’est assise cérémonieusement à côté de Harold, car il est toujours disponible pour lui servir de coussin de service. Elle lui a toujours dit “Harold, ton épaule on pourrait la vendre en chaîne dans les magasins de meuble et on deviendrait riche”, mais bizarrement il n’a jamais trop été emballé par l’idée. Elle s’écrabouille la joue contre son épaule, sans se préoccuper du fait qu’il soit d’accord ou pas avec ça, et embête Haru face à elle avec ses pieds. La jeune femme est excitée comme une puce. Elle n’est jamais allée à Londres, en vérité, si on ne compte pas les passages rapides en gare et les trucs comme ça. Nan. Une vraie sortie entre amis, des sortes de vacances improvisées, ça ne lui est jamais arrivé dans la capitale, et autant dire qu’elle n’a pas l’intention de perdre une minute à se reposer. Ils n’auront qu’à suivre s’ils veulent la garder en vie, car elle a déjà prévu de courir à droite et à gauche. Qu’importe le fait de ne pas devoir trop attirer l’attention sur elle : Elle sait qu’elle ne passera que pour une excentrique comme il y en a tant. Et à Londres, il y a tellement de gens que le monde ne fait pas tant attention.

Pour une fois, elle a même fait un peu plus attention à son physique : elle a mis un peu de rouge sur ses lèvres et un collier autour de son cou. Qu’importe le fait que ses cheveux soient quand même en pagaille et qu’elle ne se soit pas départie de son pull et de son jean (malgré la chaleur), c’est l’intention qui compte. Freyja a fourré un peu d’argent moldu dans la poche arrière de son pantalon (prions pour qu’elle ne le perde pas), dont elle a une petite réserve grâce à son papa. Elle oublie toujours d’aller le changer à la banque et amasse tout dans une tirelire (PAS en forme de cochon, merci), qu’elle a jugé bon de vider un peu pour l’occasion. Si elle a prévu d’aller dans des échoppes de sorcier, elle a plus que tout envie de se mêler aux moldus londoniens, et elle sait que ce ne sera pas Harold qui sera contre l’idée. Freyja fouille un peu dans son sac et sort des lunettes de soleil à paillettes style disco qu’elle pose sur le nez d’Adele (“cadeau, tu es trop classe avec ça”) et un noeud papillon qu’elle vient accrocher autour du cou de Haru, changeant de banquette pour se faire (“un vrai dandy!”). “let’s goooooo !” dit-elle en sautillant lorsque le train ralentit enfin à l’approche de la gare. “Les demoiselles d’abord !” s’exclame-t-elle pour s’élancer hors du train. Elle se force à s’arrêter avant de perdre de vue toute sa joyeuse troupe : il ne manque plus que ça, qu’elle se perde ici. La jeune femme s’accroche à la manche de Haru dès qu’elle le voit “Je te donne la tâche de pas me perdre aujourd’hui. OK ?” lui demande-t-elle très sérieusement avant de s’élancer vers la sortie du grand bâtiment de la King’s Cross Station. Le club des cinq (moins un) à l’assaut de la capitale.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 211
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 717
DC : ♥️ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 6 Juil - 16:12
Adele avait été d’un enthousiasme débordant quand l’idée d’une excursion à Londres avait germée dans l’air. L’Angleterre, la Reine, les punks, les gardes avec des moumoutes, Big Ben, les tea party…, tout cela était follement exotique pour l’écossais qu’il était. Ses copains se trompaient lourdement s’ils pensaient qu’il allait pouvoir les guider dans la capitale.

Sur le quai du train il devait se retenir pour ne pas sautiller, un sourire de banane jusqu’aux oreilles, bêtement ému. A peine assis sur la banquette en revanche qu’il tomba de sommeil. La folle allure du train berçait Adele à chaque fois. Et si une vieille dame avec un chariot plein de chocogrenouilles ne le réveillait pas c’était fichu.

Il laissa Freyja chahuter avec Haru et Harold pendant qu’il monopolisait la banquette d’en face, son visage collé à la vitre à défaut d’une épaule dodue. Il avait peut-être moins de succès mais plus de place, ah !

Pourquoi Arth n’était pas là ? Elle était nulle et une mauvaise amie. Adele ne manquerait pas de le lui dire. Les trois autres étaient si occupés à batifoler qu’ils l’avaient oublié, c’était certain. Il allait lui acheter une babiole kitsh du style une petite figurine de la reine d’Angleterre avec la tête qui bouge ou un mug super moche. Elle l’insulterait de radin et de touriste idiot et il la forcerait à utiliser son mug « I LOVE LONDON » tous les matins.

Les yeux cachés derrière ses lunettes de soleil, Adele se demandait quand même s’il n’y avait pas quelque chose entre les trois ingénus en face de lui. Il n’était pas fou, la jolie Freyja avait l’air de bien s’amuser à torturer les deux Har. Il regardait ça de loin, détaché, un peu inquiet, un peu amusé, un peu abandonné.

— Je me demande ce que fait Hanae…, dit-il tout bas, pour lui-même.

Il était un vrai gamin. On lui offrait Londres sur un plateau et il voulait se réfugier sous les jupons de la Japonaise. STOP. Il s’interdit de penser plus longtemps à Arth, Hanae, à l’origami amoureux en face de lui pour se rappeler qu’il partait pour Londres et pour S’AMUSER !

La pile électrique de Freyja lui coinça des lunettes à paillette sur le nez et bondit en avant, difficile à suivre dans sa mêlée de bras et de jambes. Avec ses grandes pattes, Adele la suivit sans problème mais paniqua légèrement à l’idée de devoir courir toute la journée. Ses amis étaient tous si énergiques, il était foutu, on ne le laisserait pas vagabonder sans but juste pour le plaisir de marcher dans Londres.

Malgré son appréhension, il écarquilla grand les yeux sous le soleil de la capitale anglaise. Il était dans une grande ville bouillante, pleine de punks et d’indiens, et de gens en costumes pressés. C’étaient ceux-là que préférait Adele, les citadins ! Il en avait le cœur battant à l’idée de quitter sa campagne et ses trombones pour la pollution et les gratte-ciels en concombre. Il aurait été parfaitement heureux à rester planté quelque part pour regarder la ville bouger toute la journée.

— En tant que détective j’aimerais suivre des anglais en secret pour voir où ils vont, avoua Adele sans honte. Mais si vous voulez visiter des trucs je suis pour aussi.



Alone in the Yellow:
 
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Park Chanyeol
Hiboux envoyés : 58
Entrée à Poudlard : 28/06/2017
Année d'étude en cours: : 2e année
Maison répartie : Litriu
Mornilles : 119
DC : ♛ Winifred Hopkins
♛ Edward Lupin
♛ Ennis Lufkins
♛ Pollux Hevelius
♛ Aglae Nutcombe
♛ Hanae Oshima
♛ Arth Wenlock
Chocogrenouilles : 0
Harold Park
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 8 Juil - 13:59

Haru ; Adele ; Freyja

great adventures to come


Il avait été excité tout le chemin vers la gare.  Puis avait été excité en attendant que le train démarre vers Londre… en gros, il avait été un gamin de 10 ans partant pour le voyage de ses rêves avec ses meilleurs amis du monde et ça, c’était trop bien.

Mais bon, Harold étant ce qu’il était… ne resta pas excité très longtemps.  Des heures durant dans un train ballotant doucement au fil des minutes, il était difficile de ne pas simplement succombé à l’appel de la power nap.  Frey bien écrasée contre son épaule, lui bien écrasé joue contre la fenêtre de leur wagon, la tête dodelinante paresseusement, alors qu’à toutes les deux minutes son corps était possédé de soubresaut ponctué par ses ronflements fort amusant - mais peut-être un brin ennuyant pour quiconque tentait de dormir autours de lui.  

Pour une fois, il aurait été d’accord avec Frey, vu comme elle avait l’air si confortable bien avachi contre son bras, il aurait lui aussi aimer profiter de ce confort… mais Haru était de l’autre côté de Frey et Adele déjà bien étendu sur la banquette en face d’eux, seul comme un prince. Tsss le traitre!

Dans l’intercome la voix de la petite dame moldu - qu’Harold imaginait être vraiment adorable, ronde et rousse, annonça leur arrêt et la grand brun s’étira longuement, observant avec une pointe de jalousie et sa meilleur moue de petit garçon boubou, ses deux amis recevoir des cadeaux.  POURQUOI PAS LUUIII avait-il envie de bougonner à Frey en en dandinant sur place les bras tout moue, armer de sa meilleure grimace d’enfant gâté pourris.  MAIS il n’en fit rien, son mécontentement de n’avoir droit à un cadeau rapidement oublié à la vue de Londres au travers la fenêtre.

Ses deux pieds dehors, Harold prit une bonne bouffé d’air pour… s’étouffer rapidement.  Oui, bon, ce n’était pas l’air de la campagne là hein?  La petite bouffé de vieux pipi ayant sécher au soleil le prit de cours et il décida plutôt de concentrer son pauvre petite cerveau sur ses amis.  

Frey ne voulait pas se perdre et confiait sa sécurité à Haru : check (quoi qu’Harold se demanda si c’était vraiment la chose à faire… Haru?  Sécurité? Naaahh peut-être pas!)
Adele voulait faire son détective et suivre des anglais: check

Lui… que voulait-il?  Regarder béatement les gens marcher dans la rue n’était peut-être pas une activité qu’y allait intéresser les autres… Mais -

«OH!»

Agrippant le sac d’Haru et d’Adele, il les entraîna avec lui à un petit stand avant de rire très fort, sautillant presque sur place:

«JE VEUX ÊTRE LA REINE!  QUI A DE L’ARGENT MOL-...»

Il s’arrêta net, lança un regard d’excuse à l’assemblé sorcière de sa presque bêtise avant de faire un TRÈS large sourire, son excitation de retour à 100 mille à l’heure. Bébé Harold voulait son masque de la reine.



_________________
I'll be your bro'... I'll be your BFF
©️ minori.


Dernière édition par Harold Park le Ven 21 Juil - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Yosseob
Hiboux envoyés : 27
Entrée à Poudlard : 27/11/2016
Année d'étude en cours: : 1ère année
Maison répartie : Litriù
Mornilles : 80
Chocogrenouilles : 26
Haru Oshima
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 8 Juil - 18:12




You ain’t ready for us

Depuis que l’idée avait été lancée d’une escapade à Londres, Haru était intenable. Il avait fait et refait maintes fois son sac pour être certain de ne rien oublier. Son argent moldus, check.  Sa brosse à dents check. Une paire de caleçons en extra, check. Une bouteille d’Abhainn Dearg Single Malt pour amadouer Hanae qui ne savait pas encore qu’il avait invité toute la bande à coucher chez elle durant la fin de semaine, check.

Bien sûr, pour un Tokyoïte fraîchement débarqué en sol anglais, Londres n’était pas aussi dépaysante que la minuscule île de Lewis où était située sa fichue université. Il avait d’ailleurs déjà passé quelques jours à explorer Big Ben et les environs lors de son arrivée quelques mois auparavant. Mais qu’à cela ne tienne, maintenant qu’il avait Adèle, Harole et Frey dans les pattes, c’était loin d’être les mêmes circonstances. Londres n’était décidément pas prête à les recevoir.

Haru avait toujours été sociale. Il aimait être entouré de gens. Il aimait les groupes bruyants, les longues heures à placoter entre amis et à faire les fous, insouciants. Il avait attendu avec impatience le jour J. Il avait téléchargé une playlist de chansons pour le voyage, avait pris la peine de glisser un peu trop de friandises dans son sac à dos pour pallier aux fringales durant le trajet. Il avait même emporté un jeu de cartes, par Merlin! Mais voilà que pas plutôt installé dans le train, Adèle se vautrait déjà sur une banquette, Frey sur l’épaule d’Harold qui se mit à ronfler sans la moindre gène. Haru roula les yeux. Le voyage allait être long. trop énervé pour être en mesure de fermer l’oeil, il se mis à se trémousser sur son siège. Finalement, Haru sortit son téléphone qui ne le quittait jamais (il était né moldus après tout). Pendant le reste du trajet, il s’occupa aussi bien qu’il le pouvait: il prit des vidéos d’Harold dormant la bouche ouverte, chanta presque tout le répertoire de son application de karaoké, pris plusieurs selfies très réussis en arborant fièrement son nouveau noeud papillon.

Le train entra en gare avec un timing du tonnerre, car le téléphone d’Haru n’avait plus que 28% de batterie et ça commençait franchement à l’angoisser. Il fut le premier à se précipiter hors du train, trop heureux de pouvoir enfin se délier les jambes. Quand Freyja lui demanda de la surveiller pour ne pas qu’elle se perde, il s’apprêtait à lui répondre par un salut militaire, trop heureux qu’elle lui confie une telle mission. Elle ne prit cependant pas la peine d’attendre sa réponse et s’élança vers l’extérieur. Il la suivit d’un pas vif, trop heureux de quelqu’un partager son enthousiasme.

Envie d’espionner les Londoniens, mon bel Adele? Faisons, faisons!
Envie d’un masque de la reine, mon grand bébé Harold? Vas-y, je te l’offre!

Haru n’avait pas été difficile à convaincre.  Il n’avait pas de plan, n’avait rien de prévu, mais faisait confiance à ses compères pour faire de leur escapade l’aventure du siècle. Lui, c’était simple, il avait envie de tout essayer, tout voir, tout goûter. Après avoir réglé la note au marchand et remis le précieux masque à son ami, il fit quelques pas plus loin pour admirer les graffitis géants qui décoraient un immeuble. Puis fit quelques autres pas pour aller jeter un coup d’oeil par la fenêtre d’un pub typique. Puis fit encore quelques pas pour trouver d’ou venait cette délicieuse odeur de viandes grillées qui embaumait. Quand finalement il se tourna, hilare, pour montrer à Adele un gros monsieur habillé en tweed de la tête aux pieds et arborant une moustache incroyable, quelle ne fut pas sa surprise de ne trouver point d’Adele à ses côtés. À bien y regarder, point d’Harold et de Freyja non plus.

Oh oh.

«ばか»

by tris


haru haru:
 
Revenir en haut Aller en bas
Monaraith
avatar
ft. : ahn heeyeon (hani)
Hiboux envoyés : 31
Entrée à Poudlard : 30/06/2017
Année d'étude en cours: :
Maison répartie : monaraith
Mornilles : 72
Chocogrenouilles : 0
Freyja Kim
Monaraith
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 9 Juil - 11:41
time for great adventures
us 4 against the world
••••

Tout le monde est prêt à partir à l’aventure. Elle ne sent pas un de la petite équipe réticent, et tant mieux : elle n’est pas venue là pour traîner des gens par l’élastique de leur slip. Elle est sûre qu’ils vont cavaler toute la journée, mais elle se rappelle qu’il faut faire bien attention à pouvoir ne pas se perdre de vue, et ne pas perdre un membre ou deux durant le processus. En vérité, elle n’a aucune confiance dans le fait de pouvoir parvenir à réussir cette mission : mais tant pis, on va avec le vent, on vole, on court, on évite juste de se faire tuer, c’est la limite, la ligne à ne pas franchir (quand la mort est la ligne, c’est qu’on a vraiment une bande de désespérés sur les bras)

Adele fait bien vite part de son envie de stalker quelques gens sans honte. En vérité c’est un plan qui dit totalement à Frey : qui sait sur quoi ils peuvent tomber ? Elle sait que certains moldus (autant que les sorciers) ont des petits secrets à cacher, et c’est vraiment le meilleur moyen de se fondre dans la masse. Peut-être qu’ils auront de bonnes surprises. Peut-être aussi qu’ils seront traumatisés.

Elle n’a même pas le temps de dire quoi que ce soit qu’Harold vole les deux autres gars, et elle fait une petite moue, laissée derrière en plan. Après avoir bougonné toute seule une seconde, elle s’approche quand même de la petite bande, faisant mine de ne pas être du tout intéressée par ce que le jeune homme fait. Elle voit le masque, et se retient de rire, essaie d’avoir l’air la plus menaçante possible, ça ne marche pas trop. Elle a envie que personne ne lui achète son truc, parce qu’elle boude, mais Haru est bien trop bon pour ce monde et elle le voit sortir son porte monnaie. “Tu es bien beau aujourd’hui du coup” fait Frey en s’approchant de Harold pour toucher le masque du bout de son doigt. Elle ne lui dira pas qu’elle le trouve excellent. Mais au final elle laisse un sourire éclater, et marmonne pour elle même “je veux le même” avant de se retourner pour vérifier que tout le monde est là.

“Il est où bébé Haru ?” demande-t-elle d’abord avec un ton totalement plat. Elle s’attend à ce qu’il sorte d’un trou au milieu des gens et leur fasse un signe, seulement, rien en vue. Elle fronce les sourcils et l’inquiétude monte un peu en elle : Frey est du genre maman poule avec tous les gens qu’elle connait, on ne la changera pas sur ce point là. “Bon, je vais le chercher. Bougez pas.” Elle tente de les intimider en plissant les yeux, du genre, VOUS BOUGEZ PAS LES ENFANTS PARCE QUE QUAND ON EST PERDU DANS UN ENDROIT BONDÉ CEST CA QUON FAIT ET VOUS M’ATTENDEZ SAGEMENT SINON FESSÉE. Et elle s’élança.

Elle se fait arrêter dans la rue par un homme qui fait des dégustations de petites tartines avec un truc qui sent vachement fort dessus. Elle ne peut pas s’en empêcher, ça l’intrigue, elle s’arrête et commence à discuter avec l’homme. Il lui apprend qu’il a perdu son travail récemment et qu’il n’a plus du tout d’argent pour nourrir ses enfants, que sa femme est obligée de travailler tous les jours de la semaine du matin au soir pour qu’ils puissent garder leur petit studio qui est en fait une chambre de bonne… Cinq minutes plus tard, Freyja n’a plus du tout d’argent dans sa poche, elle a tout donné à ce Fred qui lui a donné les larmes aux yeux. Sûrement qu’il baratine tout le monde comme ça, mais sûrement que c’est la première fois qu’on lui donne autant avec son histoire à trois balles.

Elle sèche ses larmes rapidement et appelle Haru (c’était ça, sa mission principale). Elle se rend compte que si elle se perd vraiment, elle n’a même pas d’argent pour prendre les transports maintenant, ou pour manger, boire, et si elle meurt là ? De faim, de soif, on la retrouvera jamais, dans une petite rue comme ça, et elle panique. Un petit cri de frustration plus tard, elle se met par terre en espérant qu’un de ses trois amis la retrouve. Et qu’ils ne se perdent pas dans le processus. Elle se met même à espérer qu’ils ne l’aient pas écouté sur le fait de rester sans bouger : d’ailleurs, elle est pratiquement sûre que c’est le cas.

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 211
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 717
DC : ♥️ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 13 Juil - 16:57
Et voilà, ils avaient perdus les deux minus. Adele et Harold, plantés comme des drapeaux avaient l’air bien idiots.

— J’ai toujours détesté quand ma mère me disait « attend moi là je reviens » à la caisse du supermarché, dit Adele. J’avais peur qu’elle m’abandonne et que je me retrouve comme un con devant la caissière sans un sou.

Et ce vieux sentiment de malaise l’habitait à nouveau. Pourquoi est-ce que les gens s’acharnaient à l’attacher au bord de la route, nom d’un chien ? Il avisa du coin de l’œil un rassemblement punk sur le trottoir ravagé de cadavres de bières et de clopes à demi-éteintes. Ils jouaient une musique de brute et faisait peur aux caniches des grands-mères.

— Je vais voir là-bas, annonça Adele. Je désobéi pas, je ne vais pas loin et de toute façon Haru et Freyja sont des sorciers majeurs capables de transplaner. Queen Harold, tu ne devrais pas les attendre non plus. Tu sais, si au bout de dix minutes ils ne sont pas de retour et bien y a des risques pour qu’ils aient décidés de poursuivre leur escapade tous les deux en amoureux.

Et il était hors de question pour Adele d’attendre sagement que papa et maman revienne de leur promenade. Il était également possible qu’il soit un peu aigri des minauderies depuis sa séparation avec Chen. Aigri ou jaloux. Il aurait pût tomber amoureux d’une plante verte, alors pourquoi est-ce qu’il était le seul à être seul ?

Il traversa la rue pour se planter devant le groupe, affichant la même expression ébahi et contemplative qu’il adressait à son professeur Jamie Fairfield et à l’incroyable Ian Bale. Noyé dans la foule, bercé comme devant une peinture, Adele se plaisait à l’écoute de la musique de sauvage.

CA c’était Londres !

— HEY TOI, LE GRAND TATOUÉ ! T’as un bon style, t’es dans un groupe ?

La bulle de bien-être d’Adele éclata tandis que les membres le pointaient du doigt et lui adressait la parole.

— Euh, non, non…, bégaya Adele en reculant.
— Tu t’appelles comment ?
— Adele…
— Adele ? Trop bizarre pour un gars ! Tu viens d’où ?
— D’Ecosse, mais j’ai perdu mes copains, il faut que je les retrouve, salut !

Il fit demi-tour et prit ses jambes à son cou comme le dernier des lâches. Putain, putain, putain ! Tout ce qui lui importait était de mettre le plus de distance entre lui et le groupe de musiciens ! Fuck Haru, fuck Freyja, il avait la honte de s’être fait remarqué alors qu’il ne demandait qu’à être laissé tranquille ! « Adele ? Trop bizarre pour un gars ! » Raaaaah, quelle bande de cons !

Tandis qu’il remuait son embarras, il tourna à l’angle d’une rue et se trouva en plein Indian Town. La vie citadine de Londres se mêlait aux odeurs d’épices de street food et aux soieries étranges pendues à des étals multicolores. La gêne d’Adele disparu tandis qu’il s’achetait une bonne conscience en tâchant de retrouver Haru et Freyja, comme il l’avait promis aux punks.

— Namaste, namaste, j’ai perdu deux-trois Coréens, expliqua-t-il à un marchand de plats épicés. Je peux manger cette sorte de crêpe-couscous, là ?

On le servit et Adele estima qu’il pouvait faire confiance à l’estomac d’Haru pour le retrouver. L’Ecossais était après tout un homme serein.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Park Chanyeol
Hiboux envoyés : 58
Entrée à Poudlard : 28/06/2017
Année d'étude en cours: : 2e année
Maison répartie : Litriu
Mornilles : 119
DC : ♛ Winifred Hopkins
♛ Edward Lupin
♛ Ennis Lufkins
♛ Pollux Hevelius
♛ Aglae Nutcombe
♛ Hanae Oshima
♛ Arth Wenlock
Chocogrenouilles : 0
Harold Park
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Ven 21 Juil - 19:22

Haru ; Adele ; Freyja

great adventures to come


On l’avait abandonner.  Lui qui avait attendu ce moment depuis DES SEMAINES (non, il n’exagérait même pas… en fait il aurait même pu dire un truc du genre: DEPUIS SA NAISSANCE) cette sortie, il se voyait maintenant seul, se tenant comme un idiot en plus milieu d’un passage piétonnier des plus inconnu, sans argent, sans ami… armé de son masque de la reine.

Derrière son masque… Harold sourit stupidement.  L’envie d’éclater de rire venait tout juste de venir lui chatouiller le bout du nez: Il était seul… perdu… avec le masque de la reine.  Sans cellulaire, sans argent. Entouré de sa passion… les MOLDUS,

Il se mit à rire et sans se laisser prier deux secondes, se dirigea vers le seul endroit ou il était susceptible de se faire des nouveaux amis avec sa tronche de rien: buckingham palace.  ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS LES MOLDUS, HAROLD PARK REINE D’ANGLETERRE ARRIVE. Était probablement ce que son corps en entier disait (pas), alors qu’il marchait vers le palais de la reine, saluant de sa main les passants en riant dans sa barbe.  Notez… Harold n’avait jamais été très doué pour suivre les réglements qu’on lui demandait de suivre et, comme Adele, il préféra prendre la poudre d’escampette à sa manière…. Anyway, il était tellement grand, il dépassait la majorité de la foule d’une tête et… tous ces amis savaient qu’il se promenait avec la personalité de la reine collé à la tronche, il était DÉFINITIVEMENT facile à trouver dans une foule…

Et puis… lorsqu’il allait se faire des amis moldus, il allait leur demander d’utiliser leur engins truc muche de téléphone - comme Haru avait - et… il allait essayer de se souvenir du numéro de celui-ci en espérant qu’il soit avec Freyja… lui qui lui avait PROMIS de ne pas la perdre… peuh.  NEXT TIME ELLE N’AVAIT QU’À DEMANDER À HAROLD D’ÊTRE SON CHEVALIER BON!



_________________
I'll be your bro'... I'll be your BFF
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Yosseob
Hiboux envoyés : 27
Entrée à Poudlard : 27/11/2016
Année d'étude en cours: : 1ère année
Maison répartie : Litriù
Mornilles : 80
Chocogrenouilles : 26
Haru Oshima
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mar 25 Juil - 18:53




You ain’t ready for us


Il n’avait que deux missions, c’était pourtant pas compliqué! Pas 36, pas 12, pas 8. DEUX.

1) Avoir du plaisir et faire en sorte que ses amis passent un super moment à Londres
2) Veillez sur Frey pour ne pas qu’elle se perde.

Comment est-ce possible d’échouer à ces deux missions en l’espace de si peu de temps? Haru s'accroupit sur le sol dans une position typiquement asiatique et se prit la tête dans les mains, désemparé. Surtout, ne pas paniquer. Penser avec rationalité. Ne pas se laisser aller à la panique. Être perdu, en soi, n’était pas ce qui inquiétait le plus le japonais. C’était surtout de ne pas avoir été en mesure de protéger la douce Freyja. Avait-elle seulement remarqué qu’il avait disparu, tout occupée qu’elle était à rigoler du masque d’Harold?

Bon. Arrêter les suppositions et passer à l’action. Voilà le nouveau mantra d’Haru Oshima. Il mit quelque temps à retrouver le kiosque du vendeur de masques où il avait aperçu ses amis pour la dernière fois. Mais à son arrivée, d’ami il n’y avait pas la moindre trace. Quel drame! Ils étaient certainement partis à sa recherche, inconsolable d’avoir perdu le membre le plus charismatique de leur bande! Ah! brave bande d’abrutis!

Comment les retrouver maintenant, dans l’entièreté de cette ville immense et bourdonnante? Impossible de sortir sa baguette pour tenter un sortilège de localisation dans cette rue bondée de moldus. Une chance, il était lui-même habitué à ne pas dépendre uniquement de la magie. Fouillant dans sa poche, il sortit son téléphone cellulaire d’un air triomphant. Ah Ah! Quand la magie n’était pas au rendez-vous, les technologies moldus étaient toujours là pour vous tirer d’un mauvais pas!

12 % de batterie, scandait l’écran, un ‘!’ clignotant joyeusement à côté du chiffre. ARG! Haru senti ses boyaux se tordent. Ah! Si seulement il n’avait pas régalé ses roupillants amis de sa douce voix en chantant du karaoké tout au long du trajet de bus… Si seulement il- c’était quoi, déjà, son mantra? Passez à l’action. Et bien, action il ferait, et pas plus tard qu’illico presto! Il parcourut la liste de ses contacts à la recherche d’un numéro d’Harold. S’il y avait bien une personne fiable pour surveiller Freyja et Adèle c’était bien lui. Son téléphone n’affichait plus que 10% de batterie quand Haru réalisa que ce géant  idiot aux oreilles décollées n’avait de moldus que son amour obsessif pour eux et, forcément, ne possédait pas de téléphone. Vite, il composa le numéro de Freyja. C’était un peu une course contre la montre. Retrouverait-il ses amis avant que sa batterie ne soit complètement vide?

Pendant que le téléphone sonnait dans le vide, Haru parti à la recherche d’un endroit où recharger son appareil. Freyja ne semblait pas compter ‘répondre aux appels incessants d’Haru Oshima’ parmi ses priorités. Il errait, sans vraiment savoir où ses pas le menaient, et il finit par tomber, par hasard, dans un quartier qui fleurait bon les épices et le couscous. Il devait avoir ‘TOURISTE’ étampé dans le visage, car aussitôt débarqué dans les rues de l’endroit que tous les commerçants semblèrent jeter leur dévolue sur lui pour en faire leur client. De son côté, il tentait de les ignorer, bien concentré sur sa mission téléphonique. PERSONNE NE LE DÉTOURNERAIT DU DROIT CHEMIN VERS SES AMIS. À l’autre bout du fil, pourtant, toujours personne. Tant pis, il continuerait à laisser sonner jusqu’à ce qu’il n’ait plus de batterie ou jusqu’à ce que Frey réponde, Autours de lui, les marchants se faisaient de plus en plus agressifs, lui brandissant toutes sorte de babioles et autres collations exotiques sous le nez.

«NON MAIS J’EN VEUX PAS DE VOTRE CRÈPE-COUSCOUS, VOUS VOYEZ BIEN QUE JE SUIS AU TÉLÉPHONE» cria-t-il en un charabia mi-anglais, mi-japonais plus ou moins compréhensible à un vendeur particulièrement tenace.


by tris
Revenir en haut Aller en bas
Monaraith
avatar
ft. : ahn heeyeon (hani)
Hiboux envoyés : 31
Entrée à Poudlard : 30/06/2017
Année d'étude en cours: :
Maison répartie : monaraith
Mornilles : 72
Chocogrenouilles : 0
Freyja Kim
Monaraith
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 26 Juil - 17:16
time for great adventures
us 4 against the world
••••

Non, mais, vraiment, bravo. Les quatre enfants en sortie, deux minutes et ils se sont perdus, chacun de leur côté, c’est un record, ils devraient le dire à quelqu’un, envoyer ça à la gazette du sorcier, ça ferait une bonne histoire, ou un fait divers si l’un d’eux n’y survit pas. Elle pleure un bon moment, assise dans son coin de la rue. Des gens la dévisagent, mais elle s’en fiche bien. Son visage devient tout rouge, bouffi, mouillé, définitivement pas mignon ou sexy, et finalement, elle se relève avec un air déterminé. “JVAIS VOUS RETROUVER !! et jvais VOUS TUER !” s’exclame-t-elle le poing levé vers le ciel, les dernières larmes (de rage) tombant au sol. Bon, en vrai, elle ne tuera personne, à part en les étouffant de câlins, tellement elle est plus inquiète pour eux que pour elle même. Si elle doit rester ici, elle peut.. elle imagine qu’elle peut se nourrir de rats, ou de restes dans les poubelles des restaurants, dormir sur un banc, avec des journaux pour pas avoir froid.. MAIS SES TROIS BÉBÉS, ils mourraient très vite, vive l’esprit de survie. Elle se complait dans cette image de survivor qu’elle construit elle même dans son esprit (note : pas du tout réaliste), et finit par marcher à nouveau, enfonçant violemment ses pieds dans le sol tellement que le trottoir pourrait en trembler. Les gens s’écartent, peut-être se disent-ils qu’elle a vraiment besoin de trouver des toilettes vu la façon dont elle marche, ce n’est pas du tout parce qu’elle est impressionnante.

Au fur et à mesure de ses pas, l’odeur change. Plus épicée, plus exotique. Elle se dit que les narines d’un de ses amis a dû être attiré par là bas, pour sûr. Elle prie pour qu’on ne lui demande pas plus d’argent : ses poches sont vides maintenant, c’est FINI, et elle ne se voit pas se déshabiller pour donner ce qui lui reste de valeur sur son corps (note : elle le ferait). Tellement concentrée dans ses pas, tellement violente avec ses pieds, elle ne remarque pas du tout le vibreur de son téléphone dans sa poche arrière : ils se confondent avec le mouvement de ses fesses. Alors qu’elle s’arrête, faisant marcher ses narines, elle se rend compte que ça bouge, là bas. Elle se tape la tête. TELEPHONE, elle a un téléphone. Et haru aussi. C’est lui qui l’appelle. Elle se presse, évite de le faire tomber dans le caniveau, et répond “HARUUUUUUUUU dis moi où t’es” à côté d’elle, un homme clame que ses crêpes couscous sont les meilleures de la ville, et il est tellement bruyant qu’elle doit se boucher une oreille pour pouvoir entendre la réponse d’Haru. N’empêche, elle entend pas grand chose. à part.

Les crêpes couscous. Elles viennent du combiné. Et de la rue. Dans la réalisation, elle raccroche précipitamment le téléphone (vive la logique). “JE VEUX UNE CREPE COUSCOUS !!! VOUS ETES OU ??” demande-t-elle avec énergie, pour retrouver la provenance de la voix. Et finalement, là, elle voit un petit chou, qui débite un charabia multilangues, et elle se jette sur son dos. “Haru. T’es pas mort.” et elle pleure, elle pleure pour de vrai, parce qu’elle l’avait déjà vu mourir de faim au fond d’une ruelle, seul, et à cause d’elle. “Il faut qu’on aille dans un magasin et qu’on achète des menottes” s’empresse-t-elle de déclamer, histoire qu’au moins eux deux ne se perdent plus. “Maintenant il suffit de… De revenir où j’ai dit à Harold et Adele de rester. Et ça ira. On a évité la catastrophe.”

••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 211
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 717
DC : ♥️ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 29 Juil - 7:29
Adele était émerveillé. Ce mini-Inde était formidable, il avait envie de s’acheter un sari, un sabre, une planche de fakir, il scrutait la rue avec espoir pour voir passer une vache sacrée. Il était vraiment un aspirant asiatique comblé avec toutes ces couleurs, ces parfums capiteux, ses copains du Japon et de la Corée…

Il écarquilla les yeux et plusieurs choses se passèrent en simultané. Il se souvint brutalement qu’il était PERDU, au même moment où il croqua dans un piment de l’enfer, traîtreusement caché dans sa crêpe-couscous. Aussitôt, sa peau se fit rouge feu et ses yeux s’humidifièrent.

— ARGASAHAHHAShhh beurk aïeshasha !! Cracha Adele (dans un fourchelangue parfait).

Il suffoqua, ses papilles d’écossais brûlées au troisième degré, ses yeux rouges versant des torrents de larmes, ses grandes mains secouées de tremblements incontrôlables. Le commerçant se souciait de lui comme d’une guigne et il transpirait comme un fou, s’éventait à grand bruit. Putain d’abruti de lui ! Mais qu’est-ce qu’il foutait à bouffer tout ce qu’on lui mettait sous le nez ?! En panique, Adele sortit sa baguette, se tassa sur son siège, mordit le bout de bois et pensa très fort « Aguamenti ! Aguamenti ! ».

Il allait crever tout seul, déshydraté, incapable de lancer son sortilège informulé…

— Tient mon garçon.

Adele releva ses yeux embués (sa baguette entre les dents) pour voir un verre de lait face à son assiette. Ni une, ni deux, il le but à la vitesse de la lumière.

— Aaaah… Je vis, soupira Adele en lançant un regard à son sauveur.

Un vieil indiens au style de Maharadja le regardait, soucieux. Adele se confondit en « Merci ! Merci ! », Souriant et pleurant en même temps, faisant des arc-en-ciel autour de lui. Bien vite son sauveur se présenta comme un business man et, très impressionné, Adele se laissa charmer par les arnaques de l’homme. Sans rien comprendre à la tournure des évènements, il finit par claquer tout son argent dans un tapis volant.

Fuck lui, il ne s’en sortait pas ! Tandis qu’il avait fini par se débarrasser du commerçant, il arpentait Indian Town la figure rouge d’un homme ayant pleuré des heures et des heures, un tapis à motif roulé sous le bras. Quand soudain il les vit.

Haru et Freyja.

Sauvé pour la deuxième fois en vingt minutes, Adele se jeta dans les bras de Frey, éploré, réclamant à grand cri qu’on le cajole.

— Freyja, Haru, vous étiez où bon sang ?! Ah j’ai cru que j’allai mourir, ahllalala…

Collé à Freyja comme un koala, il rouvrit les yeux.

— Merde. Harold.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Park Chanyeol
Hiboux envoyés : 58
Entrée à Poudlard : 28/06/2017
Année d'étude en cours: : 2e année
Maison répartie : Litriu
Mornilles : 119
DC : ♛ Winifred Hopkins
♛ Edward Lupin
♛ Ennis Lufkins
♛ Pollux Hevelius
♛ Aglae Nutcombe
♛ Hanae Oshima
♛ Arth Wenlock
Chocogrenouilles : 0
Harold Park
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 2 Aoû - 14:11

Haru ; Adele ; Freyja

great adventures to come


«I’m the biggest hit, I’m the biggest hit on the stage!»

Harold chantonnait son gros beat sale avec un gros sourire fendant son visage de petite asiatique. Jamais de sa vie il n’avait eu l’air aussi… touriste. Le fait est que bon, même s’il était né au UK, au fond, il avait définitivement tout d’un touriste, surtout lorsqu’il était dans Londres moldus. De ce côté de la ville, il ne valait définitivement pas mieux qu’un des compagnons du Doctor arrivant sur une planète inconnue pour la première fois. Harold le touriste était son nouveau nom et, avide d’en voir toujours plus, le grand gringalet qu’il était errait dans la ville - toujours cacher derrière son masque de la reine qu’il portait plus que fièrement.

Pendant une demi seconde, son petit cerveau pensa au fait qu’il devrait peut-être retrouver ses amis… Il allait même jusqu’à s’arrêter au coin d’une rue pour regarder autours de lui (au travers le deux petit troue qui servait de yeux au masque). Avec la vision périphérique… des plus médiocres que ça lui offrait, franchement il n’aurait pas été étonné de passer à côté de ses amis sans les voir… mais vraiment l’idée de retirer son masque si chèrement payer était tout simplement impensable et… après avoir été presque certain que ses amis n’étaient définitivement pas autours de lui, il se demanda que faire.

Ohwell… il se le demanda peut-être un millième de seconde… ou en tout cas jusqu’à ce qu’un des ces gros bus rouge à deux étages passent devant lui, le déconcentrant et… l’attirant tel un aimant. IL. DEVAIT. MONTER. DANS. CE. BUS.

Par automatisme, il enfonça sa main dans ses poches pour… n’y trouver que des petites boules de vieux tissus… Pas de mornilles… pas de livres… pas de bus. Dépité, son menton tomba mollement contre son torse, sa moue de déception cacher derrière le visage souriant de la reine. Il s’appêrait à faire demi-tours lorsqu’un rire tonitruant le fit sursauté. Devant lui, une grosse mama se tenait là, HILARE, les yeux ruisselant de larme de rire alors qu’à côté d’elle, son (probablement) mari, tentait de prendre des photos d’Harold, tout aussi hilare.

«BABY BABY DID YOU CAPTURE THIS OMG» lança la mama à son “baby” en pointant Harold, qui était particulièrement surpris, du doigt. S’approchant de lui, elle plaqua sa main contre son épaule, criant presque:

«OMG CAN I TAKE A PICTURE WITH YOU AND THAT BUS THERE?»

Docilement Harold hocha la tête alors que la dame le prenait par le bras, riant toujours aux éclats et le faisant rentré dans le bus, suivit par “baby” Monsieur le mari. Wait? Était-il en train de se faire kidnapper? OTOKÉÉÉÉÉÉ! THE BUS THERE… ce n’était pas DANS LE BUS il lui semblait????? Mais coincé entre les deux… pas-si-petit-que-ça américain, Harold n’osait plus bouger derrière son masque de la reine, installer au 2e étages des bus rouge.



_________________
I'll be your bro'... I'll be your BFF
©️ minori.
Revenir en haut Aller en bas
 
great adventures to come (ft. squad)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Men ki jan 2 kou deta fini ak Haiti/GREAT LEADERS OF THE CENTURY: ARISTIDE, MAN
» Great American Bash (RAW) - 20 juillet 2008 (Résultats)
» the falcon squad
» The Great American Bash - 28 juin 2009 (Résultats)
» METAL ADVENTURES - Partie - MARS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: Monde Magique :: Welcome to London-
Sauter vers: