RSS
RSS



 

 
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 20 Oct - 10:05
Pan se demandait sérieusement si elle arriverait à mettre ses pieds dans sa bouche lorsque Nana accapara son esprit. Ce n'était pas étonnant, Nana était juste à côté d'elle. Juste à droite de la culpabilité et à gauche des remords. Et qu'est-ce qu'on faisait de la culpabilité et des remords chez les Young ? On se noyait le tout. N'était-ce pas la solution à tous les remèdes du monde ? Un bon bain d'eau chaude. Non, ça n'allait rien changer. Elle allait passer d'une gamine dégoulinante de sang à une mioche baignant dans une mare de sang.

La blondinette n'avait aucune idée de ce qu'elle attendait. Elle voulait être seule, et en même temps pas. Si elle était seule, elle serait libre de ses actions, de se plonger la tête dans l'eau, de ne peut-être pas la remonter. Au fond Pan n'avait jamais eu envie de mourir. Elle avait toujours mépriser les gens pour être plus faibles encore que la Mort. Mais elle n'était pas bien différente. Elle était sans arrêt soumise aux tourments du quotidien, et cela ne changerait jamais.

Mais elle ne devait pas s'en faire, il y avait plein de choses qui ne changeraient jamais et qui ne l'accablaient pas plus que ça. La Mort, par exemple. La Mort ne saurait lui rendre son père. Qu'elle le garde alors ! La demi-vélane ne se souvenait pas d'un père heureux mais amoureux, aussi avait-elle brisé quelques personnes plus jeune, convaincue que l'amour conduisait à la Mort. Mais c'était tout l'inverse; la solitude et l'isolation conduisait à la Mort. En aucun cas l'amour ne devait être prohibé, aussi, elle qui n'en avait jamais reçu, s'était évertuée à aimer tout le monde intensément et de ne jamais plus briser le contenu du coeur de personne.

Alors la petite gourgandine avait dit je t'aime à tout le monde. Elle n'en recevait plus aucun depuis qu'elle en quémandait à bras ouvert, et aussi n'avait-elle jamais eu souvenir de quelqu'un lui soufflant son amour au creux de l'oreille ou de quelqu'un la prenant tendrement dans ses bras en se jurant de ne la lâcher que sur son lit de mort, si encore était-elle assez forte pour séparer deux êtres si unis l'un à l'autre qu'ils l'étaient à la vie. Non, il n'y avait que Young, s'agrippant désespérément à chaque parcelle de luminosité dans une personne et la grignotant chaque jour jusqu'à ce qu'il la laisse croupir sur le sol, les larmes aux yeux et les mains en sang.

Et pourtant, la cinquième année n'avait le droit d'être en colère envers personne. Elle aussi se trouvait désolante et bornée, stupide à l'extrême et mignonne de dos. Elle aussi savait qu'il ne valait mieux pas traîner avec elle. Aussi passait-elle le plus clair de son temps à s'éviter. Mais qu'est-ce qu'elle était collante ! Alors, elle avait fait un pacte, un pacte avec la grande M.

Pan se laissa tranquillement porter dans les airs jusqu'à la salle de bain comme si de rien n'était. De toute façon, c'était la nuit, et mise à part leurs empreintes rouges sur le sol propre, que pouvait-il bien se passer ? Plus personne ne pouvait plus lui mettre d'heures de colle, telle une star, Pan était bien trop overbooké avec toutes celles qu'elle avait déjà. Elle laissa même Nana faire couler un bain, et se contenta juste de se glisser dedans, ne laissant dépasser que ses yeux, guettant sa proie.

« J'ai bien réfléchi. » Ploc ploc. « Je dois être un tyrannosaure. » La petite fille faisait tranquillement des bulles avec sa bouche. « La dernière de mon espèce. J'ai des petits bras, comme les tyrannosaures, c'est pour ça que personne ne veut me faire de câlins. »

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 519
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1616
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 26 Oct - 16:46
Concentration extrême.

Parce que lancer un sort aussi basique, c'est facile.
Mais faire attention à ne pas transformer Pan en crêpes (quand bien même ça lui ferait sûrement plaisir) en marchant, ça l'était moins.

Déjà qu'Ana avait du mal à ne pas foncer dans les murs quand elle ne devait faire attention qu'à son propre corps, imaginez-vous la complexité de gérer un deuxième petit être. Heureusement pour Pan, l'adrénaline fit son job pour une fois. Elle était si préoccupée par la santé de son red-angel qu'elles arrivèrent toutes deux à destination sans la moindre égratignure. En voilà un miracle, probablement un effet secondaire dégagé par Pan-la-descendante-de-tonton-JC. Elles ne croisèrent personne, miracle number 2 parce qu'Ana n'avait pas vraiment envie de tomber sur Ludo dans son état, quant à Rusard, inutile de s'étaler sur la question.

Ana fit couler le bain, lâchant des "Ôôôooo" silencieux avec sa bouche et ses yeux à chaque fois qu'elle ouvrait un robinet. A vrai dire, elle ne s'était encore jamais baignée dans cet endroit. Ces dans ces moments-là qu'elle prenait réellement conscience à quel point elle était restée une véritable gamine dans sa tête car elle fut gagnée d'une envie de bouder lorsqu'elle ouvrit le dernier robinet, en voulant toujours plus. Plus de couleurs, plus de bulles, plus de tout alors que le bain ressemblait déjà plus à une Soirée Mousse à la Gay Pride qu'à un bain.

Elle glissa, dans le sens littéral du terme (N'oublions pas que Nana reste nana), dans le bain à la suite de son Panini. Sortant la tête de l'eau en toussotant parce que le savon se révélait beaucoup plus beau que bon, Ana fut de nouveau prise d'une légère panique à l'égard de son Panari des îles. Parce que le savon n'était apparemment pas du DOP parce qu'il piquait bien les yeux, brouillant la vue de la Gryffondor déjà amoindrie par la peinture rouge. Parce que sa blondinette avait en plus décidé de jouer à cache-cache dans la mousse. Heureusement que ses cheveux volumineux et encore écarlates la trahirent parce que le petit cœur d'Ana n'était pas certain de pouvoir en endurer davantage cette nuit-là. Puis faut avouer que le fait qu'elle ait parlé avait aussi un tout petit peu aidé.

Ana ne pouvait pas cautionner les paroles qui sortaient de cette bouche pourtant si innocente. Pan se fourvoyait tellement et pour cause, le monde qui l'entourait ne l'aidait probablement pas à s'apercevoir sa véritable valeur.

"Shhh Shhh Shhh" dit-elle en venant poser son index sur la bouche de la blonde, ne voulant pas en entendre davantage. "Tu es bien trop gentille et jolie pour être un tyrannosaure." Et trop jeune aussi.

Ana ne savait que dire pour réconforter Pan. Elle se sentait tout d'un coup coupable car elle ne pouvait pas nier le fait qu'elle ne faisait pas de câlins à Pan. Elle n'était tout simplement pas tactile en règle général, avec n'importe qui que ce soit. Shhh, Ludo ça compte pas.

Alors Ana fit ce qu'elle ne faisait jamais. Elle balaya sa pudeur, balaya ses angoisses vis-à-vis de son don et pris Pan dans ses bras doucement, sincèrement. Elle n'était pas sûre de s'y prendre correctement, ne savait pas trop ce qu'elle devait faire de ses bras, si il fallait serrer beaucoup ou pas. Malgré cela, elle ne se sentait pas ridicule. Elle posa sa tête sur le sommet du crâne de son Panini et la berça doucement, essayant de lui transmettre tout l'amour qu'elle n'avait pas eu et qu'elle méritait pourtant tellement.

"Ne dis plus jamais de bêtises pareilles. Je te le répéterai chaque jour si il faut, chaque heure, chaque minute de la journée jusqu'à ce que ça rentre dans ton adorable petite tête : Tu es une personne formidable Pandora." ajouta-t-elle en prenant soin de prononcer le prénom de la gryphonne dans son entièreté. Parce que ce n'était pas seulement Pan qui était merveilleuse, c'était Pandora Young toute entière.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 21 Déc - 10:49
Pampidou était contente d'être trop jolie et trop gentille. Vraiment, c'était un très bon résumé de sa vie. « Mais non tu n'es pas stupide, tu es trop jolie et gentille ! » Ahahahah. Le petit tyrannosaure qui se cachait en elle en riait encore. Franchement, de quoi faire l'école du rire avec mention fils de patate. Elle avait décidément beaucoup de chance, à être si belle et si niaise, car après tout, n'était-ce pas tout ce que l'on pouvait attendre de Pandora Young ?

Merlin, que c'était laid. Son père devait la détester de tout son coeur pour lui donner ce prénom, et sa mère encore plus (pour peu qu'elle se souvienne encore de son existence). Pandora était déjà une très mauvaise façon de commencer la vie. En voilà une, belle abrutie, qui libéra tous les malheurs du monde sur les pauvres humains - et bien ce n'était qu'à charge de revanche : tous les malheurs venaient à présent de se déchaîner sur elle. C'était une énorme blague. Elle était une énorme blague.

Et pourquoi tout le monde s'obstinait donc à l'appeler ainsi ? Ce n'était pas pour rien qu'elle se faisait surnommer PAN, et pas l'histoire triste de la vie triste d'une gamine triste de la triste Pandora Young. C'était triste. Mais ce n'était pas la peine qui envahissait le coeur de la lionne, c'était la colère. Ou du moins, elle ne savait pas trop, mais elle ne pouvait pas être malheureuse à cause des mésaventures que lui apportaient ses "amis", si ?

Ce n'était même pas la faute de Nana, elle la trouvait formidable. C'était ça le problème, Pandora Young était une personne beaucoup trop formidable. Elle donnait son coeur à tout le monde, quitte à ce qu'on le lui rende en morceaux. « Oh cool, des pièces détachés ! J'en cherchais justement ! » Toujours à s'extasier sur tout, à remercier à tout va et à se laisser piétiner en échange d'un sourire. Comme tout ce qu'on lui disait, ça n'allait pas rentrer. Elle appréciait le geste, mais il aurait mieux valu que ce soit une claque. Pour une fois, Pan avait envie que l'on lui parle sincèrement, qu'on lui fasse mal en la regardant droit dans les yeux. Elle voulait entendre sa Redgirl lui dire qu'elle avait tout fait foiré, qu'elle le méritait, n'était-ce pas ce qu'elle voulait depuis le début, et alors pourquoi se plaignait-elle. Mais Nana n'était sûrement pas la meilleure personne à s'adresser lorsque l'on désirait être brisé (quoique ça avait bien marché avec Dry) et elle allait devoir se contenter de compliments à la pelle sans jamais comprendre ce qu'elle pourrait bien faire d'autre. Alors elle recommencerait, comme un enfant que l'on n'aurait pas grondé; car Pan ne s'était jamais fait punir, les heures de colle rebondissaient sur elle, elles n'avaient aucune conséquence sur son passé, présent ou futur, et elles la tenaient au chaud l'hiver. Elle était impardonnable, et elle ne voulait pas être pardonné.

« La vérité sort de la bouche des enfants... » Assuma la petite fille sans trop y croire. Une ampoule s'alluma au-dessus de sa tête (ou était-ce les bougies de la salle de bain qui se rapprochaient de son crâne). « Alors je veux l'entendre, Nana. » Elle prit une profonde inspiration, laissant de l'eau pénétrer dans ses poumons par la même occasion. Elle toussota, se dégagea de l'eau couleur sang et enchaîna, plus fort cette fois. « Pourquoi ? » Elle l'interdisait mentalement de répondre par un bateau "parce que". Elle en avait horreur, elle ne voulait pas comprendre "quand elle serait plus grande". Elle voulait des réponses, et maintenant. C'était son caprice et elle n'était pas prête de céder. « Pourquoi tout le monde ne me dit que des compliments mais ne me fait que des insultes ? Pourquoi je crois tout savoir et la seconde d'après, je ne sais plus rien ? Pourquoi j'ai envie de mourir en vivant ? Et de vivre en mourant ? Pourquoi est-ce que j'entends toujours les mêmes phrases, les mêmes rengaines ? Pourquoi personne ne me dit la vérité ? Est-ce que je suis trop immature pour la comprendre ? Est-ce que je ne mérite pas de l'entendre ? Car si c'est un problème de mérite, je ne suis pas la seule dans cette situation, Nana, et c'est beaucoup trop injuste ! Et pourquoi tu m'écoutes me plaindre alors que tu pourrais te remettre de tes émotions ? Et pourquoi tu ne pleures pas ? Pourquoi Dry ne te blesse pas ? N'as-tu pas envie que tout le monde t'apprécie ? Pense que tu es géniale ? Car au fond, toi tu le penses ? Mais tu te dis que tu es la seule à le faire ? Pourquoi souris-tu quand ça fait bobo à l'intérieur ? Pourquoi ne peut-on pas s'effondrer ? Quelqu'un remarquera-t-il mon absence ? Ai-je le droit d'en douter ? Et ai-je le droit de me lamenter ? Pourquoi Nana, pourquoi ? Pourquoi faire semblant de te soucier de moi ? Pourquoi ne pas me dire ce que tu penses ? Pourquoi ne pas me dire ce que tout le monde pense ? Tu crois que c'est la vérité qui me dérange, mais ce sont les mensonges, qui ne sont que des flèches ardentes enfoncées dans mon coeur de pierre. Je n'ai pas besoin que l'on me dise que je suis une abomination pour le savoir, j'ai su que j'en étais une lorsque l'on me l'a caché. » Pan respira. Elle avait presque oublié, dans son monologue acharné, de se donner la force de continuer. « Je ne veux PAS de ta pitié ou de tes condoléances, je veux juste une chance de comprendre tant de violence. » La sorcière essuya ses yeux humides. « Si on ne m'aime pas, que l'on ne s'adresse pas à moi. Je ne suis pas le prix de consolation d'un manque d'attention. »

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 519
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1616
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Ven 10 Fév - 18:05
« Pourquoi ? »

Un mot d'une banalité enfantine et qui portait pourtant un potentiel innombrable de questions avec parfois des réponses... et parfois pas. Ana n'avait jamais été très douée pour répondre aux questions. Ou du moins, pas douée pour trouver des réponses correctes, les nombreux rattrapages auxquels elle avait participés pouvaient d'ailleurs en témoigner. Et en écoutant le flot d'interrogations sortir de la bouche de son petit ange flamboyant, elle se sentit aussi désemparée que devant ses feuilles d'examens. Parce qu'en plus, toutes ces choses-là, ça ne se révisait pas (même si, soit-disant passant, les révisions ce n'était de toute façon pas trop son truc). Parce qu'en plus, elle n'avait jamais été douée pour mettre des mots sur les émotions qu'elle ressentait.

Les émotions. Un des piliers de sa vie. Pilier qui lui avait été donné de supporter dès sa plus tendre enfance. Un don à double tranchant qui pour le coup, lui transperçait la poitrine. Ressentir ce que Pan ressentait, c'était plus violent que de se manger un tsunami dans la tronche.

Comment un si petit être pouvait-il habiter une telle tempête ?
Comment cette brindille tenait-elle encore debout au milieu de l'ouragan ?

Ana n'était pas aussi forte que la brindille, bien loin de là. Alors, en réponse à ce tourbillon infernal, elle fit simplement ce que n'importe quel être aurait normalement fait, elle pleura. Elle pleura pour Pan, pour elle, pour tout. Ce n'était pas de la pitié, loin de là, simplement le contrecoup d'une prise de conscience bien trop brutale et cruelle.

Bien sûr qu'elle s'était rendue compte que sa petite bouille blonde allait mal. Bien sûr qu'elle était au courant que la meilleure décoratrice d'intérieure de l'histoire de Poudlard avait pris un sacré coup dans le cœur non seulement par Dry mais aussi depuis sa naissance. Malgré tout ça, Ana ne s'était jamais rendue compte de la profondeur de l'infection qui rongeait l'âme de son Panini. C'était la pire des maladies, que de perdre foi en la vie.

« TU N'ES PAS UNE ABOMINATION ! » La phrase avait résonné dans la salle, laissant une Ana toute abasourdie de son propre comportement. Anastasia ne criait jamais, pas même pour communiquer sa haine à Drystan, pas même lorsqu'elle faisait une chute si grande qu'elle lui donnait l'impression de vivre les derniers instants de sa vie. Pourtant, pour le coup, elle avait eu envie de hurler sa phrase au monde entier. Parce que ce n'était pas une simple phrase, c'était une évidence et une conviction.

« Tu n'es pas une abomination. » reprit-elle, plus doucement. « Tu peux croire que je fais semblant ou que je me fourvoie mais moi je n'ai jamais eu la certitude d'être autant dans le vrai dans ce que je dis. » ajouta-t-elle, le regard brillant d'une détermination et d'une sincérité sans pareille en dehors de la fois où elle avait confessé son amour à Ludo.

« Je sais que je ne suis pas la mieux placée pour parler. Je suis très loin d'avoir la science infuse mais à quoi bon ? Le monde est vaste, je viens d'assez loin pour le savoir. Il est peuplé de milles couleurs. Il est bon. Il est mauvais. Avec les gens, c'est pareil. Il y a tellement de facteurs qui peuvent amener une personne à causer du mal, tellement d'injustice qui peut faire pencher la balance de l'autre côté sans crier gare. Je sais que c'est dur, que c'est long mais je sais aussi que le temps est une variable des plus puissantes.  » dit-elle, pas certaine de trouver les mots justes mais au moins certaine de penser le moindre mot qu'elle prononçait.

« Tu as encore tant de belles choses à voir. Et on ne peut pas voir de belles choses sans en voir de mauvaises, quel serait l'intérêt du bonheur si tout était déjà parfait avant ? Trouverait-on les lucioles aussi jolies si elles n'étaient jamais plongées dans le noir à briller de mille feux ? Je sais que ce n'est pas juste mais ce sont souvent les être les plus merveilleux qui sont condamnés à l'obscurité. Comme les lucioles. Comme toi, Pan. » souffla-t-elle. « Je sais que pour l'instant tout te paraît noir mais il viendra le temps où toi aussi tu brilleras d'une lueur sans pareille comme l'étoile qui porte ton nom. » ajouta-t-elle, fière de son amie et aussi fière de s'être souvenue d'un petit bout d'un de ses cours d'astronomie.

Essuyant ses yeux humides en esquissant un sourire qui en disait long, Ana attrapa du savon dans ses mains.

« C'est la chose la plus difficile et je pense qu'il faut beaucoup de chance ou de persévérance pour la trouver, » dit-elle en pensant à la chance incommensurable qu'elle avait d'être tombée dans tous les sens du terme sur Ludo. « Mais il te suffit simplement de trouver ton envol et la finalité que tu veux donner à ton voyage. » ajouta-t-elle en soufflant sur le savon qu'elle avait dans les mains, créant une bulle colorée qui s'éleva dans les airs.

La bulle fut tourmentée par un courant d'air, par sa rencontre avec la paroi d'un robinet et pourtant, elle continua de grimper encore et encore. Durement mais sûrement. Et alors qu'elle allait toucher le plafond, elle éclata en laissant derrière elle une myriade colorée scintillante.

Ana en était certaine, Pan serait la bulle la plus forte et la plus belle que le monde allait connaître lorsqu'elle éclaterait ses chaînes.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 29 Mar - 11:04
Pan s'était retournée et jouée avec les robinets tandis que Nana s'évertuait à lui expliquer à quel point elle était fantastique, mais la petite têtue ne voulait rien entendre. Rien rien rien. De toute façon, il n'y avait plus rien à expliquer; pour une fois, la blondinette avait tout compris. Elle tapait machinalement sa tête contre la paroi de la salle de bain en attendant l'avalanche. Pouvait-il y avoir des avalanches dans des salles de bain ? Mais pouvait-il y avoir des salles de bain dans des avalanches ? Elle devait arrêter de se distraire, et se concentrer sur son nouveau projet : rien. Rien, car finalement, la jeune fille n'avait pas de grande ambition.

1) Pan n'était pas douée à l'école. Et que faisaient les élèves qui n'étaient pas doués à l'école ? Rien, ils ne faisaient rien. Et qu'allait-elle faire, elle aussi ? Rien, elle n'allait rien faire. Elle ne pouvait aller nul part, à part en prison. Et la dernière fois qu'elle y ait allé, ils ont fini par l'expulser car "mademoiselle, s'il vous plaît, nous avons des toilettes pour ce genre de choses". C'était trop injuste, mais Pan apprenait à ses dépens que la vie ne l'était pas, ne l'avait jamais été et ne le serait jamais.

2) Pan n'était douée nul part. Cela avait commencé à l'école, et cela la suivrait toute sa vie. Car il fallait voir les choses en face : Pan n'avait aucune qualité. Et puisque les gens ne jugeaient plus que par la morale, elle n'avait plus aucune chance. Et elle n'en voulait même pas ! Le charme de vélane, c'était trop nul. Cela n'attirait que des embrouilles, que des bobos; car peu importe ce que les autres prétendaient, Pan était la seule véritable blessée.

3) Pan n'éta-« Je sais que ce n'est pas juste mais ce sont souvent les être les plus merveilleux qui sont condamnés à l'obscurité. Comme les lucioles. Comme toi, Pan. »

La petite fille se retourna, les sourcils froncés mais tellement immergés dans l'eau qu'ils n'étaient pas visibles. Elle fixa sa Nana dans les yeux tandis qu'elle s'avançait doucement vers elle. Sans en dire d'avantage, Panda fonça dans ses bras, tête baissée et coeur ouvert. Elle se laissa aller, et déversa toute la fureur que sa colère n'avait su déversé; de toutes ses forces, elle pleura. Elle s'en fichait si Nana allait repartir encore plus sale qu'en arrivant, elle s'en fichait si le concierge et le hibou-gobeur arrivaient pour les punir. Tout ça, elle s'en fichait. Tout ce qui lui importait, c'était de rester avec sa Nana pour toujours, et ne plus jamais être séparée d'elle.

La cinquième année aurait voulu se remettre en colère pour ne pas avoir à pleurer toutes les larmes de son corps, mais elle n'en avait pas honte. De plus, elle était si fatiguée qu'elle était un peu soulagée de ne plus avoir à crier et jouer les costauds. Après un bon quart d'heure à pleurer, la petite parvint à se libérer suffisamment pour grommeler quelques réponses.

« Tu penses que si je mange beaucoup de piles je pourrais briller dans le noir moi aussi ? » La fillette se moucha avec le dos de sa main puis reprit. « Mais tu n'étais pas obligée de donner mon nom à une étoile, tu sais. » Nana avait beau être très gentille, l'enfant n'avait pas la prétention de mériter des étoiles. « Car tu sais, je suis loin d'être brillante comme toi » finit-elle. « Je t'aime Nana. »

Et de tout son coeur, Pan espérait que Nana l'aime aussi.

HRP:
 

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 519
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1616
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 24 Juin - 10:25
Ana déversa ses paroles, un flux déchaîné qui sortait sans retenue et sans filtre parce qu'après tout, elles se baignaient dans de l'eau et pas dans du café. Elle ne savait pas trop si ce qu'elle racontait avait du sens dans la tête de son petit ange, elle ne savait pas même si cette dernière l'écoutait. Tant pis si elle parlait dans le vide, tant pis si ses mots n'avaient pas l'impact escompté, il fallait que la vérité sorte !

La petite tête de Pan était à peine visible tant elle était immergée, si bien qu'Ana crut un instant qu'elle avait réellement parlé dans le vide depuis tout-à-l'heure et que les oreilles de Pan avaient seulement englouties de l'eau et aucune de ses paroles.

Pourtant, contre toute attente, la petite tête blonde commença doucement à avancer vers elle. Ana ne savait pas trop quoi penser, elle avait l'air... fâchée ? Malgré son don, la brune avait beaucoup de mal à cerner les émotions de sa petite protégée à cet instant-même. Il faut dire que c'était un tourbillon si intense que n'importe qui aurait probablement eut du mal à s'y retrouver.

Son petit ange blond fonça soudainement dans ses bras et se mit alors à pleurer toutes les larmes de son corps, si bien qu'on ne savait plus trop si c'était elle ou les robinets qui remplissaient le plus la grande baignoire. Ana passa délicatement ses bras autour du petit être fragile qui se tenait auprès elle. Elle était désemparée, elle se sentait si impuissante face à sa colère, à son chagrin.

Tendrement, elle commença à doucement lui caresser le sommet de la tête, lui transmettant toute son affection et le soutien dont elle était capable. Elle ne savait pas trop combien de temps elles restèrent comme ça, plusieurs minutes en tout cas. Le temps semblait s'être arrêté, comme s'il s'était incliné respectueusement devant la peine ressentie par cet être innocent à cet instant.

Le silence régnait, se fondant subtilement dans les quelques reniflements de la blondinette qui finit par le briser de sa petite voix dont on sentait encore les trémolos de ses pleurs. Elle avait toujours le mot pour faire sourire, le tout dans une innocence adorable et déconcertante.

« Oh crois-moi, tu n'as pas besoin de piles pour ça. » lui répondit-elle en souriant. Son Panini était une vraie pile électrique à elle toute seule ! Et puis, dans un monde sorcier, il était encore plus certain que les piles se révélaient désuètes. « Et puis tu sais, si ça ne tenait qu'à moi, ce ne serait pas qu'une petite étoile qui porterait ton nom ! » ajouta-t-elle, passant en revue toutes les merveilles de la nature qui méritaient de recevoir le prénom de la jeune fille la plus rayonnante et pétillante de la Terre : fleurs, arcs-en-ciel, planètes, galaxies, aurores boréales, ... En fin de compte, c'était la nature en elle-même qu'elle devait renommer Pandora. Devant la pureté et l'éclat du visage qui se tenait devant elle, ça ne faisait aucun doute.

Elle était en train de peaufiner sa superbe comparaison dans sa tête lorsque les derniers quatre petits mots prononcés par son petit ange vinrent résonner dans sa tête. « Je t'aime Nana. » Elle sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine tandis qu'un bonheur diffus s'injecta dans ses veines. C'était la première fois qu'elle recevait une telle déclaration de la part de la blondinette et elle s'en sentait profondément touchée. Pan avait toujours occupé une place importante dans son cœur. Savoir que c'était chose réciproque, c'était un cadeau inestimable pour Ana.

Un grand sourire incontrôlable naquit sur son visage tandis qu'elle serra son Panari-des-îles fort dans ses bras. Elle releva ensuite le menton de cette dernière, le sourire toujours jusqu'aux oreilles.

« Je t'aime aussi ma Panouillette, tu pourras toujours compter sur ta Nana. » lui répondit-elle après avoir déposé un Tempoutou magique sur son front.

Ana était loin d'être aussi brillante que Pan semblait le penser mais pourtant, elle espérait tout de même réussir à être sa bonne étoile.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mar 27 Juin - 7:14
HRP:
 

Pan se sentait stupide. Stupide de s'être mise dans tous ses états, stupide d'avoir inquiété Nana. Stupide. Et incapable. Incapable de s'arrêter de pleurer, de gesticuler, de vouloir se noyer, de penser. L'espace de quelques minutes, la blonde profita de l'étreinte rassurante que sa mère n'avait jamais pu lui donner. Pour la première fois de sa vie, elle avait la certitude d'aimer pleinement quelqu'un, et de probablement être aimée en retour - elle allait encore avoir du mal, pour cette partie-là. Après ce qui lui parut être le plus beau quart d'heure de sa vie, l'enfant se recula et contempla le visage de son amie. Elle avait raison, elle avait besoin de changer d'air, de tourner la page... Mais comment ? Elle n'avait aucunement l'intention d'arrêter ses études, et pour cause : elle n'avait aucun autre endroit où aller. Elle n'avait ni les capacités ni l'intelligence nécessaires pour se mettre à exceller dans ce domaine non plus; contrairement à ce qu'il se disait, les gens ne changeraient jamais. Et la demi-vélane n'avait rien de si exceptionnel que ça, elle ne pouvait faire que comme tout le monde, rester la même petite gamine insolente que tout le monde détestait...

« Non » murmura l'enfant à elle-même. « Non... Non ! NON ! » Réalisa-t-elle. Non, non et non ! Elle n'avait aucune raison d'entrer dans les rangs, d'ailleurs elle ne l'avait jamais fait, elle n'était pas faite pour cela : et quand bien même qu'elle essaierait, elle ferait tout le contraire. Elle n'était pas la bouclette la plus originale que ce monde ait jamais porté, mais elle était elle, elle était Pan. Pandora Young. Une personne entière, admirable et dont les gens mériteraient de voir le vrai visage. S'ils n'aimaient pas, c'était qu'ils n'aimaient pas Pandora ! Nah, tant pis pour eux, cette fille n'avait besoin de personne. Elle en avait vu des vertes, des pas mûres et des tombées de l'arbre; elle était plus resplendissante que le soleil, plus rouge que le sang, et avait plus de talent dans son petit doigt que n'en avaient jamais eu Van Gogh, De Vinci et Picasso réunis (de brillants toiletteurs canins). Pan n'avait jamais été comme les autres, Pan n'avait jamais été comme la vie. La vie était injuste ? Très bien, Pan se dresserait comme une super-héroïne prête à défoncer la Lune à coup de crêpes au visage ! La vie était laide ? Elle deviendrait mannequin ! Petit à petit, tout devenait claire dans la petite tête dorée de la jeune fille. Elle s'enfouit dans l'eau, toucha le sol et se poussa de toutes ses forces vers la surface, éclaboussant la russe tandis qu'elle la prenait à son tour dans ses bras avec excitation, tournant autour d'elle en poussant des cris païens. Pan était une nouvelle Pan, et elle avait besoin de le crier à la terre entière ! Viva Panini ! Piñata en l'honneur de Papa ! « NANA ! » Hurla-t-elle. « Tueslameilleurepersonnequejeconnaissejet'aaaaaaaaaaaaaaaaime » s'exclama-t-elle très vite, le plus vite qu'elle pouvait. C'est qu'elle n'avait plus de seconde à perdre.

La gamine - ouais c'était une gamine et alors - fit couler de l'eau propre qui remplaça rapidement celle inondée de sang et de peinture, se nettoya, éclaboussa Nana jusqu'à ce que de la mousse atterrisse dans ses propres yeux et la fasse pleurer. « MÉCHANTE MOUSSE » Sanglota la petite à bout de force. « NANAAAAA, FAIS LA DISPARAÎTRE, VITE SINON ELLE VA T'ATTAQUEEEER » s'écria la rouge et or d'un ton apeuré. « DÉPÊCHE-TOOOOOI » ne pouvait-elle s'empêcher de crier en essayant de sortir la mousse du bassin - ce qui n'avait que pour effet de l'éclabousser encore plus. « Ne t'inquiète pas, JE TE PROTÈGE ! » Répondit-elle en essayant de mordre la mousse. Mauvaise idée, l'eau pénétra dans sa bouche et elle dût se retenir au bord pour cracher ses poumons. Elle attrapa la main de sa compagnonne et lui indiqua de sortir de l'eau tandis qu'elle s'occupait des vilaines bubulles - chevalier Pantalon à la rescousse ! Elle pataugea encore trois minutes dans la mousse, manquant de s'étouffer lorsqu'elle se sentit soulever en arrière, revenant aux côtés de sa brune préférée. « Heureusement que j'étais là pour te sauver, hein Nana ? » lui demanda-t-elle sans vraiment attendre de réponse. Après tout, ce que les autres pensaient, cela n'avait aucune importance non ? Elle fit quand même l'effort de tendre l'oreille vers sa maman de substitution Ludo est papa et en profita pour lui apporter une serviette. Elle ? Elle se séchait naturellement. La gryffondor secoua sa tignasse et ses membres afin de perdre en humidité quand elle regagnait en assurance. Ses cheveux si épais étaient de toute façon si impossibles à coiffer qu'il allait être difficile de les sécher dans un premier temps. Ses cheveux... « Dis Nana, tu me coupes les cheveux ? » fit Pan en montrant les grosses mèches de cheveux mouillés qui pendaient de chaque côté de son visage. Quoi, n'avait-elle pas dit qu'elle voulait changer ? Ses cheveux repoussaient tellement vite de toute manière qu'elle allait vite ressembler à un yéti si elle ne s'en occupait pas rapidement. Et puis, comme ses pieds étaient tout petits, on allait être obligé de l'appeler "small foot" et ça, c'était vraiment un désavantage dans le monde des yétis (la sorcière parlait par expérience). Plus qu'à attendre que sa Nana dise oui. Car elle allait dire oui, pas vrai ? Bien sûr, elle ne pouvait rien refuser à sa chérie ! Ou du moins, elle avait intérêt. >:D

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 519
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1616
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 22 Juil - 11:10
Son petit ange se détacha et curieusement, alors qu'elle avait toujours abhorrer le contact physique, elle ressentit pourtant une sorte de vide au plus profond d'elle-même. Un vide qu'elle ne comprenait pas. Elle avait déjà ressenti un creux similaire lorsque Ludo était loin d'elle, si fort qu'elle peinait parfois à tenir debout. Ici, elle sentait bien que ce vide était différent, pourtant il n'en restait pas moins douloureux. Était-ce cela qu'on appelait l'instinct maternel ?

Le sourire niais qu'elle n'arrivait pas à enlever de son visage depuis la déclaration de Pan acheva de confirmer son hypothèse. Sans s'en rendre compte, elle avait doucement glissé vers un rôle qui se révélait davantage maternel que celui d'une simple amie. Bien entendu, elle n'avait jamais eu et n'aurait jamais la prétention d'être la mère de Pandora. Elle était sans aucun doute bien moins belle qu'elle, bien plus présente aussi. Remplacer sa mère n'avait jamais été son intention, elle voulait simplement que son Panini sache qu'elle pouvait compter sur elle à tous les niveaux et que son épaule sera toujours ouverte pour accueillir ses rires et ses pleurs, comme une mère digne de ce nom l'aurait fait.  Comme la mère de Pandora aurait du le faire, comme elle aurait aimé que sa propre mère le fasse.

Elle fut tirée de ses réflexions maternelles existentielles parce les "Non" déterminés sortant tout droit de la bouche de sa Panouchette. Elle avait l'air en plein conflit intérieur et en vue de l'excitation dont elle fit preuve au bout de quelques minutes, il ne faisait aucun doute qu'elle avait gagné le débat. Elle fut grandement éclaboussé durant ce qui semblait être sa super-figure-aquatique-de-victoire mais qu'importe, elle était déjà trempée de la tête aux pieds et puis la danse de la joie de Pan accaparait bien trop son attention pour qu'elle s'occupe du reste. Et puis, mine de rien, à force de recevoir des trucs dans les yeux, elle était probablement en train de développer un super pouvoir d'insensibilité oculaire aux corps étrangers qui venaient squatter sur sa cornée.

Pendant sa danse infernale, la petite blonde commença à l'acclamer si bien qu'elle eut un instant l'impression d'être un membre hyper populaire des One Diffindo. Elle n'avait saisie que le "jet'aaaaaaaaaaaaaaaaime" et après tout, qu'importe le reste, ces mots-là suffisaient amplement à faire battre son cœur d'une joie immense. DEUX "Je t'aime" de son Panari-des-îles en une seule journée, elle en venait presque à penser que c'était son anniversaire, ou Noël, ou les deux. Elle n'était pourtant pas née le jour de Noël, si ?

Commença alors un jeu, une mission que dis-je, de chasse à la méchante mousse. Il est vrai qu'Ana se contenta davantage de rire que de se mettre sérieusement à la tâche mais le spectacle que lui offrait son petit ange était si adorable qu'elle ne put pas s'en empêcher.  Elle reprit cependant un peu de sérieux lui criant, trop tard, que Mousse+Bouche=Beurk. Ana sortit de l'eau au bout de la troi/quatrième tentative tandis que sa protectrice continuait de lutter contre la mousse maléfique avec acharnement. C'était malheureusement un combat perdu d'avance et il fallait parfois savoir battre en retraite. Après tout, elles étaient toutes deux des Gryffondors alors courage, fuyons. Elle attrapa son Panini par le dessous des bras et la tira en dehors de l'eau.

« Tu es mon héroïne ! » lui répondit-elle en attrapant la serviette qu'elle lui tendait, ajoutant un nouveau bon point sur son CV de super héros. Elle commença à se sécher brièvement, tandis que Pan se secouait dans tous les sens comme un chien mouillé. C'était peut-être une réflexion de maman mais Ana ne put s'empêcher de penser qu'elle allait attraper froid. Son subconscient réagit par automatisme et alla lui poser sa serviette sur les épaules, la frictionnant pour enlever cette vilaine eau qui voulait la rendre malade.

Elle ne s'attendit pas du tout à la demande de son Panini, si bien qu'elle s'arrêta bien une bonne trentaine de seconde, se demandant si il ne lui restait pas de l'eau dans les oreilles avec ce qu'elle venait d'entendre. « Je... Moi ?! » ajouta-t-elle sur un ton abasourdi. L'école entière était au courant qu'elle avait deux mains gauches et pourtant, Pandora n'hésitait pas à lui confier une partie intégrante de son apparence. Elle en aurait pleuré, si elle n'avait pas été aussi inquiète de la décevoir.

« Tu as de si beaux cheveux, tu es sûre que... » "tu veux les sacrifier avec moi" aurait-elle ajouté si elle n'avait pas croisé le regard suppliant de son petit ange. Elle ne pouvait pas lui résister, c'était un fait. Ni une, ni deux, elle allait chercher sa baguette, essayant intérieurement de lutter pour ne pas faire ce qu'elle savait être, une grosse bêtise. Il lui suffisait pourtant de croiser les yeux de chien battu mouillé de sa blondinette pour envoyer sa raison prendre un bain mousseux juste à côté.

Elle prit une grande inspiration, se remémorant les formules de sa gouvernante lorsqu'elle lui coupait les cheveux quand elle était petite. "DON'T DO IT" lui criait sa conscience avant de partir rejoindre sa raison dans le bain. Elle prononça les mots interdits et ferma les yeux, bien trop paniquée pour regarder en face le désastre qu'elle venait de faire. Est-ce que les cheveux ça se recollait ? Après tout, elles vivaient dans un monde sorcier, rien d'impossible non ?

Vite qu'elle les recolle avant que son Panini se mette à pleurer toutes les larmes qu'elle avait déjà versé quelques minutes plus tôt, en voyant le résultat ! Elle ouvrit les yeux, ne trouvant pas le courage de regarder le drame en face,  et se mit rapidement à quatre pattes pour ramasser les mèches qu'elle avait coupées. Merlin, y'en avait beaucoup trop, elle avait du la raser ! Elle se releva dans la précipitation et s'apprêtait à recouvrir la tête de son petit ange de ses cheveux coupés lorsqu'elle lâcha tout ce qu'elle avait les mains. Elle bugua littéralement et fit la carpe, longtemps.

Sainte-Nanouche et Pan-du-Christ, un miracle !

Pan était métamorphosée, ça oui, mais elle n'était pas chauve du tout. Ana tourna autour d'elle, guettant la supercherie, cherchant un quelconque trou ou une preuve suspecte mais elle ne trouva rien. Elle semblait avoir gagnée en assurance, avoir même gagné quelques années. Ce qu'elle était belle. Ana l'avait toujours trouvé magnifique de toute façon mais pour le coup, c'était un peu comme si elle redécouvrait ses traits pour la première fois.

« Tu es magnifique. » ne put-elle s'empêcher de dire. Elle espérait que le résultat plairait à sa petite chérubine, qu'elle n'avait pas coupé trop court, qu'elle ne les avait pas trop lissé. En tout cas, c'était bien au de-là du résultat qu'elle-même s'était imaginée capable de faire. Peut-être devait-elle envisager une carrière de styliste capillaire ?

Toujours est-il que c'était une véritable renaissance et Ana espérait au plus profond de son coeur, que cette coupe de cheveux allait la ravir et l'aiderait à prendre le nouveau départ qu'elle méritait tant.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Des bonbons pour des bobos [♥ pv Nanamande]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des bonbons pour tous les goûts <3 [Pv]
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: hogwarts hogwarts hoggy warty hogwarts :: Quatrième et Cinquième étage :: Salle de bains des préfets-
Sauter vers: