RSS
RSS



 

 
galérien
avatar
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠ Clover Montgomery
☠ Ludo Hastings
☠ Sara Rivers
☠ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
Drystan Wojciech
galérien
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 17 Sep - 10:03

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]Comme touts les enfants sorciers, lorsqu’elle avait onze ans, Clover Montgomery croyait —à tort— que le Chemin de Traverse et l’Allée des Embrumes étaient les seuls quartiers sorciers de Londres.

Et comme tout le monde, en grandissant et ses centres d’intérêt s’élargissant, elle avait fini par entendre parler de Baba Yaga. Le quartier de Baba Yaga était au Chemin de Traverse ce que l’indie-folk-techno-lounge-core était à la chanson populaire.
On y accédait en Magicobus, par Cheminette, ou par le petit cul-de-sac entre deux bâtiments du Soho moldu, en donnant au mur du fond le mot de passe suivant : « Vous avez le wifi ? »
On trouvait dans le quartier Baba Yaga des galeries d’art Content-Pour-Rien (c’est-à-dire : de l’art dont l’absence était supposé vous apaiser), des restaurants expérimentaux, un théâtre-opéra moderne qui avait notamment un orchestre de gobelins en résidence et qui chantait en Golbelbabil, des boutiques de robes de sorciers contre-fashion, des salons de tatouages magiques, des parloirs pour diseuses de Mésaventure ainsi que quelques clubs et boîtes nuits vegan-LGBT-molduphiles-alternative friendly dédaignant avec passion tout ce qui semblait un tant soit peu mainstream.

Autant dire que cela n’avait été qu’une question de temps avant que Clover et Axel s’accordent sur un rendez-vous là bas.

« Un rendez-vous galant ? »

Son coeur manqua un battement. Une camarade de Serpentard lui souriait avec une curiosité visible dans le miroir de leur salle de bain.

Plantant la dernière épingle dans son chignon banane, Clover lui rendit son sourire. Si l’autre fille avait su lire entre les lignes, elle aurait rapidement compris que ce que ce sourire signifiait réellement c’était : « de quoi je me mêle, pouffiasse ? ». Mais de tout évidence, la Serpentard était aussi crédule que les autres, et lorsqu’elle quitta la salle de bain en lui lançant un « sortez couverts ! », Clover se contenta de secouer légèrement de la tête en levant les yeux au ciel, avant de retourner à son ouvrage de beauté.

D’un geste précis, elle esquissa un trait d’eye liner sur ses paupières, et déposa une subtile touche de mascara sur ses cils, ainsi qu’un soupçon de gloss rosé sur ses lèvres.
Élégante et naturelle. C’était l’effet recherché.
Sa robe, noire, courte et droite, épousait sa silhouette sans trop en faire, et ses bottines en cuir synthétique complétaient son allure en lui donnant un port distingué. Elle jeta sur ses épaules sa cape noire bordée d’une épaisse fausse-fourrure, son statement piece pour la soirée, et elle était prête.

Dans un dernier coup d’oeil en direction de son reflet, elle remarqua que le rose de ses cheveux était à présent presque complètement estompé. Elle n’y avait pas retouché depuis un mois, et elle ne savait pas exactement si elle devait cela à sa rencontre avec Axel, à la disparition de Drystan dans la nature, ou au désir de changement qui grandissait en elle sans qu’elle ne puisse —ni ne veuille— réellement l’en empêcher.
Ce rose qui était sa signature, qui faisait d’elle Clover Montgomery, la lesbienne aux cheveux roses, laissait peu à peu place au châtain naturel de ses racines et au blond décoloré de ses pointes, et tout ce qu’elle savait, c'est que d’une certaine façon, elle s’en trouvait presque soulagée.

***

Se glisser secrètement hors du château alors que la nuit tombait lui devenait de plus en plus facile.  C’était à présent presque une routine pour la préfète, mais la voix culpabilisante de sa conscience se dissipa rapidement lorsqu’elle posa le pied sur le sol mouillé du quartier de Baba Yaga.

On n’était qu’au debut du mois de Décembre, et Noël avait encore quelques semaines avant de pointer le bout de son nez, mais déjà, des fées dansaient sur des lignes tendues entre les bâtiments, faisant chatoyer des petits halos multicolores contre le ciel déjà obscur. Une fine couche de neige s’accumulait sur le bord des toits, et couvrait les pavés d’une pellicule cristalline qui se brisait sous ses pas.

Pour une sorcière qui avait grandi entourée de magie et que peu de choses du monde sorcier étonnaient encore, Clover trouvait pourtant la scène particulièrement enchanteresse.
Un maigre sourire étirant ses lèvres malgré elle, elle resserra sa cape contre son corps et se mit en marche en direction de son lieu de rendez-vous avec Axel —que celui-ci soit galant, ou pas.
© 2981 12289 0

Spoiler:
 

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
Clover Montgomery
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 17 Sep - 23:14

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]Ce matin lorsque j'ai ouvert les yeux, j'ai mis un moment avant de me souvenir de l'endroit où j'étais. Je ne reconnaissais pas les lieux, me demandant activement comment cela ce faisait que les rideaux verts de mon baldaquin n'était pas tiré autour de mon lit. Puis quand j'ai posé le pied au sol je me suis rappelé ce que je faisais ici et aussi le rappel du fait que je n'irais plus en cours et que je devais me préparer pour aller travailler, il faut bien que je gagne ma vie maintenant que je ne vais plus à l'école et ce n'est pas en restant assis sur ce lit que j'allais pouvoir gagner de quoi m'acheter des clopes. Je tente de faire taire le cri de mon estomac alors que j'enfile mes vêtements, je tente d'éviter le reflet du miroir, je n'ai pas envie qu'il commente sur le fait que j'aurais besoin d'un peu plus de chair sur les os, déjà qu'à Poudlard on me prenait pour un anorexique, je n'ai pas besoin qu'ici aussi on me le rappelle. J'ai quitté cette école et puis voilà, je suis un grand garçon maintenant.

Le froid de décembre me fit regretter de devoir me lever de si bon matin, resserrant les pans de mon manteau, je mît finalement le pied dehors pour pouvoir aller travailler à la ménagerie magique non loin du chaudron baveur. Je venais de trouver ce job, deux-trois jours auparavant, il n'avait rien d'extraordinaire, il payait à la journée, il avait cela de très avantageux, mais il me semblait que le peu d'argent que je faisais à la journée ne valait pas les efforts que je mettais dans ce job. J'imagine presque Ludo me dire qu'au moins l'avantage de nettoyer la  cage d'animaux est que je savais ce que j'allais y trouver dans le fond et qu'il n'y avait aucun risque que ces animaux ne décident de redécoré des salles communes ou encore une serre. Il était bien le seul à qui j'avais donné des nouvelles depuis mon départ de l'école, parce que je sais que mon Bro n'ira pas raconter à tout le monde ce que je fais ou même ce que je vis. Je n'ai pas envie de parler à personne tant que je ne serais pas mieux placé. Moi qui croyais qu'il ne suffisait que d'un peu de volonté pour bien vivre, je me suis rendu compte que ce n'était pas toujours facile et que les rêveries étaient bien loin derrière.

Ce soir, clope bien en poche et avec le dernier craquelin restant de ma journée d'hier dans l'estomac, j'ai décidé que ce serait une bonne chose que je sorte, je n'ai pas envie de contempler le plafond de ma chambre. Et comme j'ai aussi fait de long en large le chemin de traverse, j'ai décidé encore une fois d'élargir mes horizons et c'est la raison pour laquelle je me retrouve dans Baba Yaga. Passant devant un théâtre de Gobelins, j'ai une pensée pour Clover et ses livres à la cons sur ces créatures. Je crois qu'elle me manque, mais je n'irais pas lui écrire, qu'est-ce que je pourrais lui dire ? Après qu'elle m'ait planté là à Pré-au-Lard nous n'avons pas reparlé et je n'irais certainement pas lui demander des conseils pour trouver un emploi plus rénumérateur. Des plans pour qu'elle pense que je ne suis qu'un minable, mais je dois avouer qu'elle avait souvent de bons conseils à me donner.

Je sors une clope de mon paquet et la glisse à mes lèvres et heureusement que j'ai de bons réflexes, parce que j'ai eu une vision qui la fait tomber, je l'ai attrapé à temps avant qu'elle ne tombe dans la flaque boueuse à mes pieds. J'ai cru voir la jeune femme à qui je venais de penser un instant auparavant en passant devant le théâtre. Ce n'est que lorsque la blonde tourna son visage que j'ai compris que je n'avais pas eu d'hallucination qu'elle était bien là, non loin de moi, mais que pouvait-elle bien faire aussi loin de Poudlard ? J'hésite, je ne sais pas si je devais aller la voir, mais en même temps sa présence ici m'intrigue. Je m'approche doucement au final et une fois derrière elle, je plante un sourire sur mes lèvres pour qu'elle n'imagine pas que je trouve ça dur la vie hors Poudlard et je lui glisse: « Je ne sais pas si je dois être surpris de te voir ici. Cet endroit te ressemble quand même beaucoup. »
© 2981 12289 0

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠ Clover Montgomery
☠ Ludo Hastings
☠ Sara Rivers
☠ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
Drystan Wojciech
galérien
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 18 Sep - 14:28

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]
L’air froid se cristallisait contre ses joues, enveloppait ses mains et ses jambes dans un cocon glacé. Il sentait les marrons et l’hydromel chaud que des sorciers vendaient au bord des trottoirs, la fumée des cheminées et celle des cônes de toutes sortes qui pendaient aux lèvres des passants.
Malgré le tumulte, le joyeux chaos d’un quartier si pétillant et animé, il y régnait une certaine quiétude et un doux sentiment d’appartenance.
Peu lui importaient, au fond, leurs plans pour la soirée. Peu lui importaient les performances en gobelbabil et la galerie d’art. Clover se voyait parfaitement passer les quelques prochaines heures à simplement flâner le long de ces rues, insensible au froid, car elle serait en compagnie d’Axel, et c’était tout ce qui comptait.

A cette pensée, son coeur fit une pirouette inattendue. Elle se rendit compte, un peu gênée,  qu’elle avait souri pour elle-même.
Et dire qu’il y avait un mois à peine, elle aurait donné tout ce qui lui était cher pour pouvoir se promener le long de ces rues avec un autre. Un mois. C’était si proche, et pourtant, ça lui paraissait si lointain.

Il faut dire qu’elle en était passée par toutes les phases avant d’en arriver là où elle en était à présent. D’abord, il y avait eu la peur. Une inquiétude qui l’avait assourdie sans lui laisser de répit, comme un terrible acouphène, pendant plusieurs jours. Elle s’était imaginée tous les pires scenarii.   Cela lui avait pris tout ce qu’elle avait de sang froid pour parvenir à faire le tri entre les rumeurs invraisemblables et les possibles réponses à la question que toute l’école se posait : mais où était Drystan Wojciech ?

Les autres étaient venus naturellement vers elle. Ils pensaient que si une personne devait avoir la réponse, ce ne pouvait être que sa fameuse pot-de-colle aux cheveux roses. Sauf que cette réponse, Clover ne la possédait pas, et bien malgré elle, elle s’en était sentie mortifiée et coupable. Même lorsqu’il était absent, Drystan parvenait à la faire se sentir en dessous de tout.

Il n’avait fallu que quelques jours pour que la nouvelle soit déjà de l’histoire ancienne dans le château. Après que, force de harcèlement, Roman Wojciech ait répété autant de fois qu’il y avait d’élèves dans l’école que, non, son frère n’était pas mort, ni enrôlé par les Mangemort, ni encore moins transformé en vampire, et que non, il ne savait pas où il était ni ce qu’il faisait.

À partir de ce jour, était venue la rancoeur. L’impression d’avoir été trahie, abandonnée. La frustration de ne pas pouvoir lui dire quelle connerie IMMENSE était sa décision de laisser tomber l’école, et toutes ses possibilités d’avenir jetées, juste comme ça, par la fenêtre.

Et puis il y avait eu le lâcher prise.

L’existence, surprenante et rafraichissante, d’Axel dans sa vie y avait beaucoup aidé. Son calme et sa sagesse lui avaient appris à ne plus essayer de contrôler ce qui était hors de sa portée. En tout cas, elle essayait. Vraiment.
Sans Drystan auprès d’elle capable de faire d’elle pratiquement ce qu’il voulait, Clover avait trouvé la paix dans son absence. Elle avait enfin la possibilité de se recentrer sur elle-même et sur ses chakras. Elle était enfin libérée de l’emprise nocive de Drystan.


« Je ne sais pas si je dois être surpris de te voir ici— »

Cette voix.

La température sembla descendre d’encore quelques degrés, figeant Clover sur place.

« Cet endroit te ressemble quand même beaucoup. »

Elle se retourna pour faire face à Drystan. Il lui sembla au premier regard que quelque chose en lui était changé, mais elle n’aurait su dire si cela était dû à quelque chose dans son physique, au contexte inhabituel, ou bien si c’était son regard à elle qui avait changé.

« Drystan Wojciech. »

Son ton était bien plus glacial que ce qu’elle avait voulu. Elle serra les poings contre la fourrure de sa cape. Elle réalisa que ses mains tremblaient légèrement. De colère ou d’émotion, elle ne le savait guère.

Et juste comme ça, en quelques mots, son ancien camarade, ancien ami, ancien bourreau, était parvenu à faire briser en éclats tout son dur travail accompli sur ses chakras.

Elle qui s’était imaginé le pire, qui le voyait se laisser sombrer dans ses crises d’angoisses sans qu’elle ne soit là pour les calmer, qui le pensait en détresse, il osait se pointer devant elle, la clope au bec et la bouche en coeur, profitant des joyeusetés de Baba Yaga sûrement au frais de papa et maman Wojciech, enfant pourri gâté qu’il était !

Elle planta furieusement son index dans le torse de Drystan.

« Tu as intérêt à avoir une excellente explication ! »
© 2981 12289 0

Spoiler:
 

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
Clover Montgomery
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 18 Sep - 21:29

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]Depuis que je n'étais plus enfermé dans les murs de ce château de pierre écossais, j'avais quand même eu beaucoup de temps pour réfléchir, couché dans mon lit avec la chaleur que le foyer diffusait dans ma chambre. J'avais eu le temps de penser au fait que je devrais essayer de penser à l'avenir, à ce que j'allais faire à plus long terme. Étant donné que c'est bien de voler de ses propres ailes, mais pour l'instant, il n'y avait rien de très concluant, je n'avais même pas de quoi accumuler un petit pécule pour pouvoir me trouver un appartement ou une maison potable. Les crises d'angoisses venaient encore accaparer  plusieurs heures de sommeils pour m'empêcher de récupérer convenablement et lors de certaines je l'avoue, j'aurais aimé avoir la voix de Clover qui me raconte l'histoire de son livre inintéressant pour m'apaiser à la lueur de la braise dans notre salle commune. Je me suis senti tellement seul lors de ces moments. J'ai l'impression de ne plus avoir personne autour de moi, c'est étouffant de se sentir aussi seul.

C'est pourquoi dans le froid de cette soirée de décembre, je suis surpris de voir Clover se balader dans ces rues. J'ai senti mon coeur faire un bond dans ma poitrine, je me sens nerveux, pourtant je ne devrais pas l'être après tout ce n'est que mec non ? Mais, il y a quelque chose qui semble différent, je ne sais pas si c'est du au fait qu'il n'y a pas de château autour de nous, ni du fait que je ne sais pas du tout la raison de sa présence ici, qu'elle ne doit pas s'attendre à me voir non plus.

Je m'approche furtivement pour aller lui dire bonjour, je la vois qui se fige et voilà qu'une pierre me tombe dans l'estomac, mais je tente de garder mon sourire. Je ne veux pas qu'elle, surtout pas elle en fait. Voit que je suis plus faible que ce qu'elle ne le pense.

Son ton est glacial, froid et tranchant. Je prends une taffe de ma clope avant de laisser s'échapper furtivement la fumée entre mes lèvres. Mon sourire est légèrement tombé, mais pas tout à fait non plus. Elle a le regard accusateur alors que son doigt vient se planter contre ma poitrine.

Je me demande ce que je pourrais bien lui raconter, je n'ai pas envie qu'elle me prenne en pitié non plus. Elle reste quand même encore à Poudlard et je n'ai pas envie de savoir qu'une rumeur cour comme quoi je me suis fait jeter directement par la prof de potion. J'hausse doucement les épaules et laisse échapper un petit rire.

« Bah tu sais, la vie quoi. Je ne voyais pas vraiment ce que les études pourraient m'apporter et j'en avais marre, je ne suis pas comme toi avec un cerveau en ébullition qui ne demande que d'étudier encore et encore tu vois... »


Ma cigarette s'est éteinte entre mes doigts et en venant pour prendre une autre taffe une grimace de dégoût s'est dessiné sur mon visage avant que je ne la rallume, je n'irais certainement pas gaspiller ce pourquoi j'ai travaillé toute la journée, fini le gaspillage maintenant. Je laisse un petit moment de silence s'installer entre nous, je sens un peu plus le froid comme une barrière entre nous. Je tente de lui faire de petits yeux et un sourire en coin.

« Tu n'es même pas un peu contente de me voir ? »

C'est à ce moment que je me demande si je n'aurais pas mieux fait de ne pas aller la voir. Elle semble encore m'en vouloir, mais depuis quand elle reste aussi fâché contre moi ?
© 2981 12289 0

Spoiler:
 

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠ Clover Montgomery
☠ Ludo Hastings
☠ Sara Rivers
☠ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
Drystan Wojciech
galérien
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Ven 23 Sep - 11:55

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]
« Bah tu sais, la vie quoi. »

Des explications fumeuses, Clover en avait entendues.
Clover la parfaite-préfète. Don’t let her know you’re up to no good. Les mensonges, les déformations de la réalité, les tentatives de manipulation, Clover savait les reconnaitre. Heck, elle les avait inventées !
Mais pour une raison qu’elle ignorait, ou qu’elle ne connaissait que trop bien, pour en avoir chaque jour essuyé les conséquences pendant plus de six ans, lorsqu’il s’agissait de Drystan, elle ne savait plus discerner le vrai du faux. Ils se connaissaient trop bien. Ils savaient se mentir à la perfection, se taire et tout se dire à la fois.

Elle le regardait, elle voyait ses lèvres bouger, la condensation et la fumée de sa cigarette s’en échapper pour mourir dans l’air, elle l’écoutait déblatérer ses mensonges, mais elle ne savait si elle devait le croire ou faire semblant de le croire.

Le silence s’écoulait entre eux comme un rideau d’eau froide à travers lequel elle discernait à peine ses traits, déformés et mouvants, insaisissables.

Il brisa le mur d’eau, et son sourire qui lui était si familier, ses paupières qui savaient battre exactement comme il le fallait pour la déstabiliser au moins un peu lui apparurent à présent en toute clarté.

« Tu n'es même pas un peu contente de me voir ? »

Elle fut soudain consciente d’où elle se trouvait. Pourquoi elle était là. Pourquoi elle lui en voulait tant, et elle lui en voulait d’avantage de s’être présenté à elle, précisément ce soir, alors qu’elle était si près de l’oublier pour de bon.

Soirée galante, soirée pas galante. Quelque soit la nature de son rendez-vous avec Axel, elle en était certaine, il l’aurait éloigné d’encore un pas de celui qui faisait son malheur.

Il était encore temps de partir. Non, je ne suis pas contente de te voir. Arrête de ruiner mes efforts à essayer d’être heureuse.

« Si. »

Elle lâcha un soupir de résignation. Elle autorisa un maigre sourire à briller sur ses sur lèvres. Pas longtemps, une seconde à peine. Il ne fallait pas que Drystan croit, une fois encore, qu’il allait s’en sortir si facilement. Qu’il lui suffisait de battre des cils pour que tout soit pardonné.

« Je suis rassurée de voir que tout va bien pour toi. Tu as l’air de profiter de la vie, c’est ce qui compte au fond. »


Ca lui coûtait bien plus qu’elle n’aurait bien voulu l’admettre, de décrocher ces quelques mots, quand la fierté luttait pour lui serrer la mâchoire. Elle ne savait même pas si elle les pensait vraiment.

Elle se frotta la nuque du bout de ses doigts froids. Elle aurait dû être en compagnie d’Axel, mais au lieu de cela, elle se trouvait avec Drystan. Elle aurait dû se promener dans ce quartier avec Drystan, mais au lieu de cela, elle avait rendez-vous avec Axel.

Autour d’eux, Baba Yaga était coloré, chaleureux, animé, et eux semblaient figés dans la glace.

« Je dois y aller. »

Elle l’observa une dernière fois, son visage, son corps tout entier, comme si elle cherchait une bonne raison de rester. Comme si elle attendait, comme si elle espérait trouver un indice, un détail qui crierait qu’il avait besoin d’elle.

Comme si elle avait besoin d’une raison pour rendre sa décision, partir ou rester, encore plus difficile à prendre.

« Amuse toi bien, Drystan. »

Spoiler:
 

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
Clover Montgomery
Litriù
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 25 Sep - 14:27

❝ You are surrounding all my surroundings,
Twisting the kaleidoscope behind both of my eyes.❞
[swap]En la regardant comme il faut, détaillant son physique et la manière dont elle est maquillé, chose que je n'avais pas remarquer jusque la. Je me dis que si elle est ici, c'est qu'elle a une raison d'y être et ce n'est pas moi. Preuve qu'elle n'est pas ici pour moi, c'est aussi le fait que le rose de ses cheveux est presque complètement estompé. Ses beaux yeux sont magnifiquement souligner d'un trait noir et ils semblent déçu d'être posé sur moi à l'instant même. Même le soupir qu'elle lâche semble signifier que je ne suis pas le bienvenue dans sa bulle. Où est-ce que tout cela à casser ? Normalement elle aurait tout donné pour passer un peu de temps avec moi. Je n'avais qu'à l'appeler et elle accourait ! Maintenant, j'ai perdu le privilège d'user d'elle et de son amitié.

J'ai mal quand elle me dit qu'elle est contente de me voir, que j'ai l'air bien et de m'amuser. Je ne veux pas me montrer faible devant elle, je l'ai fait trop de fois, me reposer sur son épaule frêle et délicate. Je ne veux pas qu'elle pense que je regrette même un petit peu mon choix d'avoir quitter Poudlard, chose qui passe en quelques minutes ensuite. Je ne veux pas non plus lui montrer que j'ai du mal, que je mange un jour sur deux ou même sur trois tout dépend de l'argent que j'ai...

Je tente de garder mon sourire, de ne pas perdre la face, pas maintenant que je lui ai fait croire que tout allait bien et que bon. En bon surfeur de la manche, je profitais de la vie loin du château et de ses obligations.

Jetant ma cigarette au sol et l'écrasant avec juste un peu trop de hargne, je continue de jouer dans l'eau au sol, mouillant du coup ma chaussure et ma chaussette. Je regarde loin derrière elle, jusqu'à ce qu'elle me dise qu'elle doit y aller. Un rendez-vous galant probablement vu comment elle s'est fait belle, encore plus que normalement... Elle ne ressemble pas à ''Mec'' ainsi arranger... Je sens une pointe de jalousie venir s'installer, et même détester le jeune homme qu'elle va rencontrer.

Je tends mon bras vers elle en disant son nom. Ma main s'appuie sur son épaule et glisse le long de son bras pour aller prendre sa main que je serre un instant dans la mienne avant de la lâcher. Mon regard à suivi ce geste et je me mords la lèvre avant de le relever vers son regard.

« Non en fait... amuse toi bien ! »

Remontant le capuchon de ma veste sur ma tête, je me tourne dos à elle et fait quelques pas avant de me retourner une dernière fois vers elle. Mais cette fois, je n'ai pas de sourire sur les lèvres.
© 2981 12289 0

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
 
[SWAP] Un rendez-vous manqué ~ [DRYVER]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: Wizard's Wireless :: Pensine :: Terminés-
Sauter vers: