RSS
RSS



 

 
Ceart
avatar
ft. : Malaika Firth
Hiboux envoyés : 101
Entrée à Poudlard : 02/07/2016
Année d'étude en cours: : Première année
Maison répartie : St-Barnaby
Mornilles : 237
Chocogrenouilles : 75
Chenye Viungo
Ceart
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Lun 29 Aoû - 15:28
Enfant ! si j'étais roi, je donnerais l'empire,
Et mon char, et mon sceptre, et mon peuple à genoux
Et ma couronne d'or, et mes bains de porphyre,
Et mes flottes, à qui la mer ne peut suffire,
Pour un regard de vous !

Si j'étais Dieu, la terre et l'air avec les ondes,
Les anges, les démons courbés devant ma loi,
Et le profond chaos aux entrailles fécondes,
L'éternité, l'espace, et les cieux, et les mondes,
Pour un baiser de toi !

Franchement. Chen n'aurait pas dû passer sa journée. Un livre de Victor Hugo sous le bras. En fumant. En prenant sa douche. En torturant des innocents. Chen soupira. Elle n'était pas aussi douée. Elle avait des brouillons de ce qu'elle savait faire. Griffonnés dans le livre. Elle avait ruiné son livre. Pour des balivernes. Anecdotiques.

Les feuilles d'automne. Son recueil. Ne valait plus rien. Aux yeux des autres. Petits yeux. Insignifiants. Elle était si méchante. Ils ne l'étaient pas moins. Sauf les élus. Elus de son coeur. Elle écrirait des volumes sur eux. Sur un en particulier.

L'africaine marcha. Monta des escaliers. Tourna à gauche. A droite. Faire demi-tour. Elle perdait ses sens. L'orientation. La vue. L'ouïe. Elle était déconnectée. Ou juste distraite. Par une odeur. Elle se sentait chavirer. Ses sinus envahis. Son coeur délicatement renversé. Une plante. Pas celle des drogués. Un arôme subtil. Envoûtant.

Chen savait. Elle savait qui se tenait derrière la porte. Alors elle la poussa. Transportée. Où elle ne savait pas. Sans importance. Ailleurs. Une légère euphorie qui s'emparait d'elle. Elle s'enfonçait dans le terrier du lapin. Elle ne se souvenait plus de rien. Elle laissa tomber son joint consumé. Par terre. Le dégagea du devant de la porte.

Vanille. Etrangement la meilleure odeur du monde. Elle n'y avait jamais fait attention. Elle adorait la vanille. Elle ne savait pas pourquoi. Adele était torse nu. Elle ne savait pas pourquoi. Il était mouillé. La même chose.

« Tiens, Berry, je te cherchais. » C'était vrai. « Je repensais à t... A la poésie. Tu m'avais dit que tu aimais. » C'était faux. « C'est pas de la Fontaine, mais ça reste larmoyant. » Clin d'oeil. « Victor Hugo, ça te parle ? »

Elle avait fait son monologue. Sans faire attention. En fermant la porte. En lui jetant un regard. En parcourant sa chambre des yeux. Elle le dérangeait sûrement. Sûrement qu'elle s'en foutait.

« Le mien est beaucoup plus sombre. » Elle fit le tour du dortoir. Se braqua devant son bureau. « Et beaucoup plus approprié. » Décrocha une photo du mur. « Tu travailles au téléphone rose ou c'est une copine à toi ? » Une fille. Sur une photo. Dans le dortoir d'Adele. Chen n'avait pas une grande famille. Et elle n'avait décimé que les parents. Mais elle souhaitait tendrement. Que la pouf brune ne soit qu'une cousine. Il pouvait déchirer la photo. Ou son coeur.

HRP <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 211
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 717
DC : ♥ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 31 Aoû - 10:50
Aujourd’hui Adele était déterminé à être sérieux et à rattraper son retard dans ses leçons. Son camarade de dortoir n’était pas là, il faisait assez beau dehors pour inonder sa chambre de lumière, mais pas assez pour qu’il ai envie de sortir gambader. « Une bonne douche et je m’y met ! » avait-il décrété, comme si se laver permettait de mieux faire ses devoirs (le pauvre enfant manquait terriblement de logique). Ruisselant d’eau et de vanille, il enfila son vieux jogging qui dans son cas ne lui servait certainement pas à faire du sport et s’affala sur son lit, plume, cahier, encre en main, bien déterminé à travailler.

Certes il aurait pu travailler sur son bureau comme tout le monde mais de 1) son lit était tout de même plus confortable et de 2) son bureau était jonché de papiers, détritus et courrier en tout genre dont il n’avait aucune envie de trier.

Il s’attaqua à sa matière préféré : « Politique et langues magiques » délaissant ses autres devoirs plus ennuyeux. Depuis le début de l’année il n’avait eu que des bonnes notes dans cette matière, ce qui l’enchantait au plus haut point. Il se serait tout de même passé du commentaire du professeur à son égard, à la suite de sa lecture d’un texte en langage des fées « Eh bien monsieur Berry, votre accent est impeccable ! Une vraie petite fée ! ».

Une fois devant ses devoirs, Adele travaillait avec soin. Mais dès qu’il était coupé dans son élan, il était incapable de s’y remettre. On ouvrit la porte, Adele releva la tête.

— Chen ! S’exclama-t-il en guise de bonjour.

Il passa une main dans ses cheveux trempés, se recoiffant à l’aveugle, glissa de son lit pour se tenir debout, faisant tanguer la bouteille d’encre et sa plume, en équilibre précaire sur son matelas. Mais pourquoi fallait-il qu’on le prenne au dépourvu de la sorte ? Le jour où il avait envie de travailler en plus ! Et pourquoi devait-il se retrouver pied nu en jogging et sentant la vanille devant Chen ?

— Tu travailles au téléphone rose ou c'est une copine à toi ?

— Quoi ? Adele retint une exclamation de surprise.

Chen tenait entre ses mains une photo de Juniper, étudiante à Poudlard avec qui il correspondait. Sans trop savoir pourquoi il se précipita pour faire un tas de ses lettres et de ses photos, gêné d’être ainsi surpris et jugé. Mais pourquoi fallait-il qu’il laisse traîner toutes ses affaires en bazar ? Il se serait donné des claques.

— C’est une correspondante d’Angleterre, ça n’a pas d’importance…, dit-il en essayant de noyer le poisson dans l’eau, tu disais quoi avant déjà ? Victor Hugo ? Attend oui il a fait quoi celui-là ? Roméo et Juliette ? Ah non, je confonds les comédies musicales, Notre-Dame de Paris, c’est ça ?

Il lui adressa un grand sourire forcé. Non seulement il passait pour un connard mais en plus il était incapable de faire preuve d’un peu de culture pour tenter de sauver la mise. Il espérait sincèrement que Chen allait lui rendre la photo et ne pas accorder un regard à celle de Calypso en décolleté plongeant qui trônait sur le haut de sa pile.
Revenir en haut Aller en bas
Ceart
avatar
ft. : Malaika Firth
Hiboux envoyés : 101
Entrée à Poudlard : 02/07/2016
Année d'étude en cours: : Première année
Maison répartie : St-Barnaby
Mornilles : 237
Chocogrenouilles : 75
Chenye Viungo
Ceart
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 31 Aoû - 19:07
Evidemment. Evidemment qu'Adele parlait avec d'autres filles. Evidemment qu'elles devaient être plus intéressantes. Plus douces. Plus drôles. Et elle devait l'avouer. Plus jolies. Plus souriantes. Plus tout ce qu'il voulait. Elle n'en avait rien à faire. Pourquoi en avait-elle quelque chose à faire ? Elle s'en fichait éperdument. Il pouvait embrasser qui il voulait. N'importe quelle traînée. N'importe quelle correspondante. Elle n'avait même plus envie d'en parler.

Mais qui était cette fille ? Cheveux noirs. Peau blanche. Etait-ce vraiment le type d'Adele ? Elle l'avait toujours imaginé avec une fille plus bronzée. Bizarre. L'africaine rougit. Elle n'entretenait pas autant de "correspondances". Elle n'échangeait des photos avec personne. Elle se sentait jalouse. Elle avait rencontré une fille dans un hôpital. Une fois. Est-ce que cela comptait ?

« Tu es embarrassé. » Observer. « Dis-moi ce qui t'embarrasse le plus : avoir ce genre de relations avec la moitié des filles du pays ou que je sois au courant ? »

Chen lui lança un regard noir. Le premier qu'elle ne lui avait jamais accordé. Elle était énervée. Sans raison. Ca l'énervait encore plus. Elle en voulait à Adele. Pire. A elle-même. Elle lui plaqua la photo contre le torse. Jeta un coup d'oeil aux autres. A celle du haut de la pile.

« Celle-là aussi c'est ta correspondante j'imagine ? » Envoyer voler la photo. « Tu n'es pas obligé de me mentir, je ne suis pas une de tes correspondantes. » Déclarer d'un ton glacial.

Elle n'en avait plus rien à faire de Victor Hugo. Il n'y avait plus qu'Adele. Elle laissa tomber son recueil sur le sol. Si elle le gardait elle allait le frapper avec. Elle aurait dû le garder. Une pression étrange l'étrangla dans sa poitrine. Chen mit tout sur le compte de la trahison. C'était une trahison. Chen lui faisait confiance. Ce n'était pas une trahison. Adele était libre de sortir avec qui bon lui semblait. Elle avait raison. Elle n'était pas une de ses correspondantes. Et ne l'avait jamais été. Adele Berry n'avait sûrement pas autant de valeur qu'elle le pensait. Au départ.

Être ou ne pas être, telle était la question
Ou peut-être la raison de ce terrible abandon.
Ô dis-moi Victor, dis-moi Hugo,
D'où viennent toutes ces cicatrices
Que j'ai dans mon dos ?
Sales petits artifices
Qui brisent mon égo.


« Mon bon monsieur,
Si dans une des ses putains, vous tentiez de casser la croûte
Vous casseriez plus d'une dent, et d'une amitié sans doute.
Vous voilà dans quelques sérieux damages. »
Souffler de colère. « Voilà une fin appropriée à ton poème. »

Le chêne. Honteux et confus. Jura un peu tard qu'on ne l'y prendrait plus.

HRP:
 

_________________
BROKEN CEART
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Sinsear
avatar
ft. : Cole Mohr
Hiboux envoyés : 211
Entrée à Poudlard : 30/06/2016
Âge : 19
Année d'étude en cours: : ASPIC+1
Maison répartie : SINSEAR
Mornilles : 717
DC : ♥ Gabrielle Elliott
Chocogrenouilles : 259
Adele Berry
Sinsear
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 1 Sep - 3:11
— Tu es embarrassé. Dis-moi ce qui t'embarrasse le plus : avoir ce genre de relations avec la moitié des filles du pays ou que je sois au courant ?

Adele était mortifié.

— Euh… Du calme Chen…, s’entendit-il dire d’une voix lointaine.

Il fallait qu’il se ressaisisse. Elle lui plaqua la photo de June avec force sur son torse, envoya voler celle de Calypso, continua de le foutre plus bas que terre.

— Celle-là aussi c'est ta correspondante j'imagine ? Tu n'es pas obligé de me mentir, je ne suis pas une de tes correspondantes.


Il se détestait. Pas pour avoir envoyé des lettre mais pour avoir fait de la peine à quelqu’un, à Chen. Bon sang, ça lui arrivait tout le temps ! A trop vouloir être gentil avec tout le monde il finissait par être blessant.

Il était incapable de trouver la bonne réponse à ce déferlement de colère. Chen laissa tomber son livre. Qu’est-ce qu’il devait dire ? La vérité ? « J’ai un hibou idiot mais je trouve ça rigolo de parler avec des inconnues. » c’était nul, pitoyable. Il aurait bien aimé inventer un mensonge mais il s’en trouva incapable. Chen était d’une répartie cinglante, elle souffla de colère la fin de son poème revisité et tourna les talons.

— Non Chen attend ! S’exclama Adele complètement abasourdie.

Il la saisit par les épaules et la retourna à lui, l’empêchant de franchir la porte. Il n’avait pas trouvé d’excuse valable mais il ne voulait pas qu’elle s’en aille, il ne voulait pas qu’elle le déteste, il ne pouvait pas supporter l’idée qu’on le déteste.

— Ne me déteste pas, s’il te plaît, lâcha-t-il affolé, les yeux brillants.

Lui il ne savait pas tourner les phrases comme Chen. Il ne pouvait que bêtement dire ce qu’il ressentait.

— Je ne veux pas te faire de peine, d’accord ? Ces filles je les connais même pas, c’est juste comme ça, des lettres sans importance parce que, je ne sais pas, j’aime bien parler avec les gens, tu sais il y en a qui sont un peu tristes, dit-il en pendant à Lux, alors je ne sais pas, j’essaie juste d’être sympa.

Il racontait n’importe quoi, n’importe quoi pour se justifier, bégayant de manière décousu des excuses stupides. Il ne fallait pas que Chen l’écoute parce qu’il se noyait dans son histoire, mais si elle regardait ses yeux elle verrait, elle verrait que ses intentions étaient sincères, qu’il cherchait un moyen de lui faire comprendre à quel point il ne voulait pas être détesté.

— S’il te plaît ne me déteste pas, répéta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Ceart
avatar
ft. : Malaika Firth
Hiboux envoyés : 101
Entrée à Poudlard : 02/07/2016
Année d'étude en cours: : Première année
Maison répartie : St-Barnaby
Mornilles : 237
Chocogrenouilles : 75
Chenye Viungo
Ceart
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 1 Sep - 7:52
Adele désemparé. Il y avait de quoi être désemparé. Il parlait à d'autres filles. Il n'y avait rien pour être désemparé. Adele n'était pas sa propriété privé. Elle aurait dû mettre un hôtel dessus. Rue de la paix. Mais le problème était là. Chen n'était pas une pacifiste. Elle avait envie de frapper. Mais pas Adele. Elle-même.

Elle-même. D'être en colère. D'être triste. D'être jalouse. De ne plus se comprendre. Ou se faire comprendre. De rendre les autres en colère. Triste. Mais sûrement pas jaloux. Non. Pas jaloux d'elle. Adele n'avait rien à lui envier. Ni aucune raison de traîner avec elle. Alors qu'il pourrait passer plus de temps. Avec ses ordures. Ses plastiques. Même pas bonnes au tri sélectif. C'était une honte.

L'africaine n'avait aucune raison d'attendre. De rester encore plus. Elle avait envie de partir. Loin. De fumer un joint. Jusqu'à euphorie. Jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle n'avait jamais voulu mourir. Plus maintenant. Plus depuis qu'elle avait compris. Que tuer des gens pour se tuer. Etait lâche. Et Chen n'était pas lâche. Elle avait tué ses parents. Devait s'accrocher à la vie. Même si cette vie. Etait celle d'une assassin.

Elle ne s'était jamais considérée. Au même niveau qu'un criminel. Elle était poussée à bout. Par des gens. Qui soit-disant l'aimaient. Personne ne l'avait jamais aimé. Sans lui causer du tort. Adele n'était pas différent. C'était pour ça. Qu'elle était bouleversée. Adele n'était pas différent.

« Ouais. Il y a des gens un peu tristes. » Répéter pour mieux détourner.

Elle le força. A défaire son emprise. Pour mieux s'emparer de la poignée de porte. Et mieux la relâcher ensuite. Elle ne voulait pas lui faire du mal. Mais elle était Hulk. Et elle était toujours en colère. Elle avait envie de lui mettre son poing dans la figure. Et de lui embrasser le visage ensuite.

L'image des correspondantes. La hantait. Elle était dos à lui. Face à la porte. Se retourna. Dos à la porte. Tête sinistre. Elle était la représentation vivante du Sinistros. Qui la voyait trop. Allait finir par mourir. Comme ses saletés de parents. Ce n'était pas des parents. Même pas des mauvais. Pas des parents.

« Si tu penses que je te déteste alors tu as tout faux. » Le fixer sans gêne. « Je me suis trompée Berry. » Contenir. Contenir ses sentiments. Peine. Colère. « Tu es comme tout le monde. »

Elle lui devait des explications. Elle l'accusait. Mais il ne savait pas. Ne savait rien. Rien d'elle. Comme elle ne savait rien de lui. Mais maintenant elle le connaissait. Normal. Comme tous les autres. Elle avait eu tort. Elle n'aurait pas dû lui faire confiance si tôt.

Chen n'accordait jamais sa confiance. Pas rapidement. Sauf à une exception. L'exception qui confirmait la règle. Adele Berry. Et il venait de lui offrir sa première leçon. Ne jamais écouter son coeur. Merci Berry.

« Plus tu feras en sorte de rendre les autres joyeux, et plus ils te donneront de peine. » Tourner la tête. « Je l'ai appris à mes dépends. » Reposer son dos contre la porte. Reposer tous ses espoirs. « Ne t'approche plus de moi ou tu auras des ennuis. C'est la dernière réunion du Fruit Club. » Elle ne voulait plus lui infliger de blessures. Sur son corps. Ne voulait plus en recevoir. Dans son corps. « Je ne frapperais plus ton beau visage. Rest in peace, Berry. »

Elle posa sa main sur sa joue. Tremblotante. Toucha ses lèvres. Il lui faisait du mal. Elle ne pouvait plus. Elle lui faisait du mal. Encore moins. Elle écarta sa paume de son visage. Ouvrit la porte. La traversa. Pour la première. Et la dernière fois.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
♪ Fruits de la passion ♪ pv. Berry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Miggy's little Garden of Rants, Orchids and Passion Fruits...
» CAKE AU FOIE GRAS ET FRUITS SECS
» 5 fruits par jour
» MOELLEUX DE SEMOULE AUX FRUITS
» Ma nouvelle passion : le patchwork

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: St-Barnaby :: Deuxième étage :: Dortoir des garçons-
Sauter vers: