RSS
RSS



 

 
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessagePourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Mer 10 Aoû - 7:22


Je sortais de la bibliothèque où j’avais étudié pour mon cours de défense contre les forces du mal, vous savez, le seul cours où si je ne passe pas des heures, mon nez fourré dans les livres, bah je me taperais bien vite un zéro pointé,  mais également où j’ai fait des recherches sur cette dernière sorte de papillon que j’avais trouvée hier dans les parcs de Poudlard. Le papillon était vraiment merveilleux, il était plus petit que les autres, les ailes étaient bleues et ors, sans compter qu’il semblait flotter derrière lui une odeur de fleurs. Je fermais un instant les yeux à ce souvenir puis je repris ma route vers ma salle commune !

Je marchais au long des couloirs, me demandant, à haute voix bien sûr, pourquoi je n’avais pas de facilités pour ce fameux cours, vous savez celui que je viens d’étudier pendant des heures ? Pourquoi, je semblais vraiment être la seule idiote à ne pas être foutue de connaitre les sorts comme ça, sur le bout des doigts. Je réfléchis, je me dis, toujours à haute et intelligible voix que c’est surement la preuve que mon père n’était pas si mauvais, vu que je n’ai aucune once de méchanceté en moi. Au point de ne rien savoir là-dessus, même les sorts pour s’en sortir. C’est vrai non ? Si mon père avait été mauvais, un sorcier sans scrupules, ça serait un peu sorti dans ma manière d’être, dans mes relations avec cette partie de la sorcellerie ! Mais purée, je me dis aussi que c’était idiot comme idée, comme développement. Je ne connais pas ce paternel, donc il ne doit nullement influencer ma manière de voir ni d’agir ! Je ne sais pas que quoi j’ai peur, mais je devais débloquer ça parce que ça devenait du n’importe quoi ! Surtout que tout ce que je disais, je le rappelle, est dit à haute voix. Purée, me réveillant un peu de cette sorte d’état second où j’étais quand je me mettais à réfléchir ainsi, j’espérais que personne ne m’aie entendue sinon ça serait encore et toujours une manière de se foutre de moi.

Mais voilà que dans le couloir, je me retrouve encore face à un dilemme de taille. Soit arrivé avant l’heure du couvre-feu dans ma salle commune ou fermer ces foutues portes ouvertes sur mon passage. Trois pour être exacte ! Je tente de ne pas les regarder, je fais quelques pas puis, mon cœur s’emballe, mes mains tremblent, je sens que je ne vais pas dormir paisiblement si je ne les fermes pas. Bah non en fait, c’est plus fort que moi. Je fais demi-tour pour aller les fermer. Une de fermer, je sens déjà mon cœur qui arrête de battre à tout rompre, il se calme lentement. Deuxième porte de fermée, mes mains cessent lentement leur folle danse.  Troisième porte fermée, je discute encore et toujours, me traitant d’idiote, me disant que ces tocs sont vraiment invivables et que les autres devaient me trouver bizarre à force de…

Mais au moment où je me retourne pour continuer mon chemin, maintenant que mon esprit était bien plus serein, je fonce dans quelqu’un et mes livres emportés ainsi que mon cul touchant le sol firent un bruit qui résonnait dans tous ces longs couloirs presque vides. Je ne regarde pas la personne, voulant vite retourner à ma marche vers chez les Gryffondors. Je dis alors les yeux rivés sur mes livres que je ramasse « Je suis désolée ! » Mais au moment où mes yeux se posent sur lui, je déglutis difficilement, j’aimerais être une petite souris et pouvoir m’enfuir sans être vue ! Je ne sais plus quoi dire, mes mots restent bloqués au fond de ma gorge comme si j’étais muette ! Je me contente de lui faire un sourire et de sentir mes  joues devenir surement totalement rouges tomates !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Mer 10 Aoû - 22:26


Novembre se fait de plus en plus sentir, et pas seulement par la température froide qui se ressent de plus en plus, même entre les murs du château. C’est l’ambiance qui est plus morose et je n’échappe pas vraiment à la règle, je ne suis pas vraiment d’humeur à ce qu’on me parle et je me renferme un peu plus et fais ce que j’ai à faire. Le plus souvent plongé dans un manuel que ce soit de potion avancée ou encore de théorie sur des sortilèges de guérison. Je m’arrange pour avoir la tête toujours pleine de théorie pour ne pas avoir à penser. Je ne veux pas avoir la tête vide, parce que c’est dans les moments de silence, souvent qui précède le sommeil que ma tête tourbillonne et que je ressens cette tristesse. Je ne veux pas y penser, ni même avoir à me justifier à qui que ce soit. J’ai simplement hâte qu’elle ne soit plus le centre de toutes mes pensées, je me sens trahi par elle et j’ai décidé de faire une croix sur cette relation que j’aurais aimé avoir avec Lux. Elle ne fait que se moquer de moi de toute façon si je me fie à sa manière d’agir de toute façon.

Serrant le pan de ma robe de sorcier sur laquelle mon épinglette de préfet en chef brille sous les faisceaux lumineux, je marche dans les couloirs. Chaque préfet doit faire une tournée des couloirs du château une fois de temps en temps pour aider les enseignants. Et puis donc, pas besoin de m’étaler plus sur le sujet. Je marche donc quand j’entends une voix féminine qui parle toute seule… M’enfin je pense parce que les questions réponses semblent provenir de la même personne, à moins que l’interlocuteur de cette personne soit muet.

Je vais donc en direction de la voix, je suis quand même assez près de la demoiselle qui ne regarde pas où elle va et me fonce carrément dedans. Et voilà que tous les bouquins qu’elle avait dans les bras et elle-même, se retrouvent éparpillé au sol. Je me penche et ramasse un de ses livres pour lui tendre.

« Y’a pas de problème. »

Un petit sourire au coin de mes lèvres, mais très léger et je replace une mèche de mes cheveux qui sort de mon chignon. Je me relève et lui tend la main.

« J’espère que tu ne t’es pas fait mal ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Sam 13 Aoû - 12:32


Lorsque je lève le regard sur lui, je suis comme bien souvent, prise de panique totale. Pourquoi lui ? Pourquoi il a fallu qu’il soit là près de moi ? Peut être m’a-t-il en plus entendu parler seule ? Oh non, non, il ne faut pas ! Je me sens encore plus devenir toute rouge. Je dois avoir l’air idiote, le cul à terre, au milieu de pleins de livres sur la magie noire et la manière de la combattre. Je me mordille la lèvre. Je ne sais pas comment je vais faire pour lui parler, pour pouvoir ouvrir la bouche et que ce ne soit pas le fouillis totale que j’ai dans ma tête pour le moment qui ressorte dans un bégaiement horrible et incompréhensible. Je me redresse, je ramasse mes livres avec son aide, mais lorsqu’il me les tend, mes doigts frôlant les siens, … Oh par Merlin, dites moi que je rêve, que je vais me réveiller ! Que vais-je lui dire ?

Cela fait un peu plus d’un an que je l’observe quand je le croise, que je connais chacune de ses mimiques, de ses habitudes. D’ailleurs, je connais par cœur cette manière qu’il a de mettre une de ses mèches rebelles dans son chignon. Oh et son regard, il est si beau, encore plus perçant de près. Merde, je dois faire quoi moi ? Je déglutis difficilement et je lâche, sans grande conviction, mais voulant paraitre «  normale » «Non… Mer… Merci ! » Il vaut mieux que j’arrête là, avant de m’embrouiller encore plus. Je serre les livres contre moi mais je vois surtout c’est sa main qui vient se poser devant mon visage, me montrant ainsi qu’il veut m’aider. Je pose ma main tremblante dans la sienne et je me relève, lui faisant un petit sourire maladroit pour le remercier à nouveau.

Dis quelque chose Shell, dis quelque chose d’intéressant, ne te ridiculise pas plus que ça ! Et surtout ne regarde pas cette porte que tu viens de remarquer ouverte derrière lui, non loin. Je le regarde dans les yeux et je perds tous mes moyens au moment de dire « J… Je … de…devrais… ê..ê…être… » Je baisse les yeux un instant, prends une grande respiration et je lui dis « Je devrais déjà ê…être dans ma salle commune ! » Puis je relève les yeux vers lui, je cherche le moyen de m’éclipser et surtout de fermer cette porte derrière lui. Mais je suis totalement hypnotisée par son regard sur moi. Sara, pourquoi es-tu pas là quand j’ai réellement besoin de toi ?

Je ne peux pas résister plus longtemps, je vais vers la porte, je la ferme puis je me colle, dos à celle-ci et dis sans le regarder pour éviter de bégaier à nouveau en plus de rougir comme un pivoine. « Tu es bien Nash Yaxley ?» Allez Shell, t’aurais pu trouver plus intelligent comme question non ? Qui ne connait pas Nash Yaxley dans Poudlard ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Dim 14 Aoû - 2:16


Ça ne m’en prend pas beaucoup pour m’inquiéter de quelqu’un et puis cette jeune fille… à qui pouvait-elle parler au juste ? Je veux dire, il n’y avait personne avec elle, puis elle semblait vraiment bien à fond dans sa conversation et puis que faisait-elle avant de me foncer dedans ? Bref, j’espère qu’elle n’avait rien de grave, qu’elle ne s’était pas cogné la tête un peu avant d’où la raison pour laquelle elle se parlait seule. À moins qu’il ne s’agisse en fait de cette fille de gryffondor… Oui celle qui se parlait souvent seule… m’enfin d’après les dires, je ne me souviens pas jamais avoir vu de qui les gens parlaient, ni l’avoir croisé auparavant alors qu’elle était en conversation avec son soi intérieur, mais à voix haute. Vous savez, c’est une technique comme les autres aussi… se parler seul n’est pas à un signe d’intelligence à ce qu’on dit ?

Bref, je lui demande si tout va bien alors que je l’aide à ramasser ses livres. Au moins elle ne s’est pas fait mal. Je suis rassuré, puis je lui tends la main après m’être moi-même relever. Montrant ainsi que la galanterie n’est pas morte complètement, avec notre génération. Mon père ne cesse de répéter que les gens n’ont plus les mêmes convictions que dans son temps, bref, je suis quand même content de ne pas vivre dans son temps à lui. Je n’ai pas eu à choisir un camp pour plaire à la majorité des sorciers ou pour le pouvoir. Je pince les lèvres dans un petit sourire qui ne découvre pas mes dents. De toute façon, j’ai très peu envie de sourire c’est temps-ci.

La jeune femme semble toute tremblante, je l’ai senti juste à sa main qu’elle à déposer dans la mienne. Je me demande si je ne devrais pas l’accompagner à sa salle commune ou peut-être même à l’infirmerie ? Elle tente de me dire quelque chose, je la regarde, mais rien ne semble vouloir sortir comme elle le voudrait, elle doit baisser les yeux pour être capable de dire quelque chose de compréhensible. « Euh… Oui, vu l’heure tu devrais y être ou ne pas être trop loin d’y être. » Dis-je après avoir regardé ma montre. Le couvre-feu n’est pas loin et heureusement qu’il existe, parce que de nombreux élèves passeraient la nuit dans les couloirs… Il y en a beaucoup qui le font déjà, mais je ne suis pas là pour encourager ce genre de comportement.

J’allais lui offrir de la raccompagner vers son dortoir, pour ne pas qu’elle se fasse prendre… on ne sait jamais quand un prof décide de se balader et de retirer des points à la maison de l’élève fautif. Mais, je n’ai pas le temps de rien dire qu’elle avance vers moi avant de bifurquer vers une porte ouverte qu’elle ferme avant de s’appuyer dessus. Je ne suis pas certain de comprendre le pourquoi, mais je ne pose pas la question jusqu’à ce qu’elle m’en pose une…

« Oui c’est moi. » Mon regard s’assombrit, est-ce encore une autre qui se demande si j’ai quelque chose contre les nés moldus comme mon imbécile de père ? Ou c’est simplement une question, mettre un visage sur le préfet en chef, le coincé du cul en chef comme certains pourraient dire. Je tente de détailler son visage, je sais que je l’ai déjà vu plusieurs fois, mais je n’arrive pas à mettre un nom sur son visage. Elle aurait été à Serdaigle que je l’aurais su, ou une qui fait souvent des bêtises, mais là non. « Désolé, je ne me souviens pas de ton nom… mais tu es bien chez les Gryffondor hein ? justement, je pourrais te raccompagner à ta tour si tu veux… » Ben, je fais mon devoir, la raccompagner chez les lions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Dim 14 Aoû - 11:40


Je m’en veux, je hais ma timidité maladive. J’aimerais tellement être comme les autres, ne pas devoir éviter le regard de quelqu’un pour pouvoir lui parler. J’en veux aussi à mon cerveau tellement étriqué que je me sens obligée d’aller fermer toutes ces portes, comme si j’étais devenue complètement folle ou je ne sais quoi. D’ailleurs n’est-ce que pas ce qu’il va penser de moi ? Lui, le garçon sérieux, beau, intelligent, préfet de sa maison et surtout si bienveillant. Il me le prouve encore une fois aujourd’hui en veillant sur moi qu’il ne connait pas ! Mais je ne vais pas me laisser abattre par ça, non bien du contraire, c’est un challenge que je vais relever, encore une fois. Je relève la tête, je baisse les épaules, je prends mon plus grand sourire et je continue à garder le cap.

Prendre une grande respiration à chaque fois que je compte parler, rester calme, c’est le mot clé, la zen attitude. Je lui fais une petite grimace quand il me confirme que vu l’heure, je devrais bientôt y être, une petite grimace pour lui dire que je suis désolée, que ce n’est pas ce que je voulais d’y trainer encore. Pourquoi ? Non ne plus penser à ces portes ouvertes où je vais virer barge. Je me concentre sur son regard si magnifique, non surtout pas, pas son regard, pas son sourire, pas… Je prends cette fameuse grande respiration puis je lui dis « Je suis dé … Désolée, je vais pa.. Pas te retenir plus longtemps a… a… alors ! » Ouais, mieux que la première fois, mais pas encore ça. Je me sens mal, j’aimerais être une petite souris pour m’éclipser sans être vue.

Mais cette porte, je ne peux plus supporter de la voir ouverte, c’est plus fort que moi, je passe à ses côtés et je vais la fermer, pour me sentir déjà un peu plus à mon aise. Un peu plus détendue. Je lui fais à nouveau un grand et large sourire. Pourquoi avec tous les autres, j’arrive à être moi-même à rigoler et que avec lui, ce n’est pas encore tout à fait ça ? Je lui pose la première question qui me vient en tête et j’ai l’impression que j’ai fait une connerie vu son regard noir, je crois que j’ai à nouveau rougit, j’ai senti mes joues devenir brûlantes. Je me mordilles la lèvre inférieure et je finis par répondre à sa question, tenant toujours la poignée de la porte derrière moi pour trouver un peu de contenance « Moi c’est Shelsea Sanseverino… Enfin Shell, c’est mi.. Mi… Mieux ! Yep, Gryffon ! » Mais quand il me demande si il peut me raccompagner à ma maison, j’ai envie de crier non, mais c’est un petit « Je veux bien ! » qui passe le barrage de mes lèvres.  Une fois à ses côtés, j’ai plus facile à lui parler sérieusement, mon regard se portant plus vers ma destination que sur ses lèvres si magnifiques « Excuse, je dois un peu te… Te paraitre … Spéciale ! » Ce dernier mot n’était pas sorti difficilement, plutôt rechercher, je ne voulais pas parler de bizarre, d’étrange ou même de folle. Je voulais un mot un peu moins… Un peu moins dans le style que j’entendais sur moi en général ! Lui, il avait tout pour lui, il était tout ce qu’une jeune sorcière fréquentable pourrait espérer, mais moi, qui je suis ? A côté de lui, je ne suis que la folle qui parle toute seule ou encore, pour les plus sympas, la bonne amie, la bout en train, la jolie rousse qui les fait rire avec ses blagues pourries ! Non parce que à côté de ce que je lui montre aujourd’hui et à côté de ce que peux penser de moi, les gens qui ne me connaissent pas, je suis une très bonne amie et ceux que je considère comme tel, semble m’aimer énormément. Peut être faudrait-il juste que je m’ouvre un peu plus à tous les autres ? Qui sait !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Sam 20 Aoû - 23:55


Il est tard pour qu’une élève soit en dehors de son dortoir, mais ce n’est pas non plus la fin du monde. Elle n’est pas en septième, sinon je saurais son nom, mais elle doit être en sixième ou dans le pire des cas en cinquième et rendu à cet âge, on s’entend que le couvre feu est plus une formalité que d’autre chose. S’il y en a un c’est surtout parce que quelques élèves ont déjà exagérer par le passé et pour pas que ce soit l’anarchie dans les couloirs non plus. Je tente de lui sourire et de la rassuré, même si l’envie n’est pas trop là, elle ne mérite pas de subir ma mauvaise humeur, ce n’est pas de sa faute à elle si je suis morose.

Je tente donc de me concentrer sur son joli sourire alors qu’elle tente de parler normalement, je soupçonne une timidité extrême et je me sens quand même mal si elle est gêné à cause de moi. « Oh tu sais, de toute façon, je n’ai pas le choix de faire une tournée, ce n’est pas toi en particulier qui me retient. » J’hausse les épaules en la regardant alors qu’elle file doucement en direction d’une porte ouverte non loin de nous. Je fronce un sourcil plus comme un questionnement, est-ce qu’elle tentait de me cacher quelque chose en fermant cette porte?

Alors, la demoiselle se nommait Shelsea, c’est joli comme nom. Mais, elle préférait le diminutif de Shell, comme un coquillage alors. « Eh bien Shell, est-ce que tu cache quelque chose dans cette pièce ? » Demandais-je curieux, ne voulant pas non plus insinuer qu’elle était spéciale ou lui faire sentir que je trouvais bizarre son attitude, je ne suis pas comme mon père à vouloir catégoriser tout le monde par ce qu’il sont. Ma main droite se glissa dans la poche de ma robe de sorcier. J’avais commencer à marcher en direction de chez les Gryffondors, de toute façon, il me restait ce côté du château à faire pour finir ma tournée, ensuite je pourrais aller faire mes travaux de Magie noire.

« Tu arrivais de la bibliothèque ? Tu étudiais quoi ? » Les études est un sujet de conversation facile pour moi, parce que sinon, je ne suis pas très doué dans ce genre de truc. Je ne sais jamais de quoi parler, la plupart du temps je préfère le silence, mais comme ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec ça, c’est assez difficile de rester silencieux. Et je ne suis pas super à l’aise non plus en ce moment, de un par la timidité de la jeune femme que je ressens et de deux, parce que voilà, je ne suis pas le mec qui a douze mille amis, je me tiens avec Anastasia et je me tenais avec Lux... Mais sinon qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Mer 24 Aoû - 14:22


Je lui fais un petit sourire timide lorsqu’il me répond que je ne le retiens pas spécialement. Un petit sourire agrémenté de mes joues rougissantes. Qu’est-ce que j’aimerais au moins une fois de temps en temps, pouvoir être comme toutes les autres jeunes femmes. A mon aise dans toutes circonstances, osé parler à ce mec, aussi magnifique soit-il sans me faire passer pour une fille totalement excentrique à cause de mes problèmes de langage. Pourtant, je respire lentement, je tente d’éviter son regard envoutant et surtout ne pas regarder sa bouche, surtout ne pas m’imaginer dans ses bras. Non surtout pas ! « Ca doit pourtant être si… Si intéressant d’être préfet. » Continue comme ça Shell, ne le regarde pas, reste calme, respire… Surtout respire !

« Je… Je n… ne ca… cache rien ! » Pourquoi fallait-il que ce soit plus fort que moi ? Je me sentais passer du rouge pivoine au blanc livide. Je serrais mes livres contre ma poitrine pour éviter qu’il ne ressente mon trouble, comme si il pouvait entendre les battements de mon cœur s’accélérer, se débattre dans ma cage thoracique comme si il voulait en sortir d’un bond plus fort que les autres. Lui  dire ? Non j’aurais l’air totalement idiote. Et là… Purée, je perdrais toutes mes chances avec lui. Je me mordille la lèvre inférieure, car je sais que si je ne dis que ça en bégayant, il va vraiment croire que je cachais quelque chose. Je lui dis alors tout bas, de manière presque inaudible « Tu promets de… De pas… pas te foutre d… de moi ? » Je le regarde alors dans les yeux, sentant ma respiration s’accélérer d’un coup. Lui dire ? Non purée, trouve quelque chose Shell avant qu’il n’accepte de pas se moquer et que tu doives lui dire la vérité parce que le mensonge ne sera pas trouver.

Avançant vers ma salle commune, il me demande ce que j’étudiais. Là, dans un rire, je lâche, lui montrant mon livre au hasard « Magie noire ! » Quand je ne le regarde pas et qu’on se lance sur un sujet aussi basique que les études, j’arrive encore à garder mon calme et à parler plus ou moins correctement. Je continue alors en disant « C’est la matière où j’ai vraiment du mal ! » Je retourne mon visage quelques secondes vers lui et je lui sourie. Un petit sourire qui le remercie presque de ne pas prendre ses jambes à son cou et courir loin de moi après toutes les bizarreries qu’il a déjà pu apercevoir.  Je déglutis difficilement et je finis par lui dire « Toi, tu sembles tellement à l’aise dans toutes les matières ! » Mais je rougis et je regarde à nouveau le sol, avançant droit devant moi, pour ne plus dire de conneries. J’ai presque dit que cela faisait des mois que je l’observais et que je savais très bien qui il était. Plus qu’un nom au tableau des préfets.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Jeu 1 Sep - 23:12


Être préfet.... Ouais, il faut dire que ça a ses avantages, si on se fit déjà à la salle de bain auxquel les préfets ont droit. Sinon, c'est des tâches, ont est là pour faire respecter les règles. Mais, il y a aussi le fait que ça donne un peu de prestige à notre dossier scolaire pour quand on veut faire des études un peu plus poussé. Et préfet-en-chef encore un peu plus. Je crois que j'aime bien mon rôle, je ne dirais pas le contraire, je me souviens de la fierté que j'ai pu ressentir quand j'ai vu la broche avec un P dessus. J'ai même mon père qui m'a féliciter et donner de l'argent, et bien évidemment, la bourse était un peu plus lourde encore quand on m'a offert le poste de préfet-en-chef. Au moins, un de ses fils qui lui donnait un peu de fierté. Haussant les épaules en même temps, je lui répond quand même assez simplement.

« C'est pas si mal dans le fond. »

Je m'étire un peu les bras alors que je lui demande en rigolant un peu si elle ne me cachait pas quelque chose, pauvre elle, je crois qu'elle a peur de moi où je ne sais quoi, parce que son visage a subitement changer de couleur et elle s'est mise à bégayer de plus belle, elle semble vraiment désemparé et je dois avouer ne pas trop savoir quoi faire. Lançant un coup d'oeil d'un côté et de l'autre du couloir. Peut-être qu'une fille serait mieux placé que moi pour la raccompagner, j'ai l'impression de la mettre vraiment mal à l'aise. Je ne savais pas trop quoi dire pour qu'elle ne tombe pas sans connaissance, je n'avais pas non plus envie de me balader avec une demoiselle en détresse dans les bras. Je lui tapote doucement l'épaule de manière maladroite, je ne suis pas capable de consoler quelqu'un. Je suis bon à la limite pour écouter, sans juger...

« Pourquoi je rirais ? » Je ne suis pas du genre à me moquer des gens, je ne suis pas Oz non plus. Je commence à penser que j'étais peut-être pas tomber sur elle à un bon moment. Mais bon, je ne suis pas du genre à lâcher en plein milieu d'une épreuve et elle n'a pas l'air méchante du tout la demoiselle, en tout cas, elle est très jolie, et voilà que c'est moi qui rougie suite à de simple pensées.

Maintenant, nous marchions en direction de la salle commune des lions et je lui demande tout simplement qu'est-ce qu'elle étudiait, parce que je suis un brillant détective et je voyais bien qu'elle avait des livres pleins les bras. Et non, je venais de me rendre compte en même temps que je n'avais pas été très galant pour le coup. Alors qu'elle me montrait le livre de magie noire, grimaçant, je le pris dans mes mains pour la libérer un peu. « Euh, eh bien... de la facilité, je peux dire oui, mais j'y met quand même les efforts. J'aimerais bien être médicomage, je ne peux pas me contenter de Acceptable, je dois au minimum avoir effort exceptionnel ou encore mieux des optimal ! » Je fais un sourire cette fois, mais je me demande quand même où elle a pu aller chercher ça... Ça me surprends de savoir que des gens que je ne connais pas, ou que de vue, puisse en savoir autant sur moi. « Je pourrais peut-être t'aider si tu as besoin, je suis presque toujours à la bibliothèque. Tu n'as qu'à venir me voir... si tu me vois derrière mes piles de livres. » En disant ça, je pense à Ana qui se demande si je ne fais pas un concours à savoir si je vais vraiment disparaître derrière une pile de bouquin un jour.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Mer 7 Sep - 16:29


« Pas si mal ? » J’avoue que là, je le regardais étonnée plus que gênée. Moi, j’ai toujours rêvé de pouvoir être préfète, j’aurais aimé, surtout si je veux un jour que mon rêve se réalise. J’avais tellement de choses à dire sur ce rôle que beaucoup de monde devait lui envier. Cette place privilégiée. Je souriais légèrement, m’imaginant préfète, avec tout ce qui allait avec !  J’imaginais ce que ça ferait de ne plus passer inaperçue, d’être « importante ». Même si ça me foutrait la peur de ma vie, je crois que j’aimerais ça. J’aimerais ne plus être la folle des couloirs ou encore la toquée. J’aimerais être autre chose, j’aimerais être vue pour ce que je suis capable de faire, ce que je pourrais être plus tard et même, j’aimerais être vue pour moi –même. Je continuais alors en disant « Je suis sûre que tu d… Dois être fier ! » Quand je parlais comme ici avec passion, je bégayais moins, j’étais plus franche, plus spontanée et cela me faisait du bien. D’ailleurs parlez-moi d’insectes étranges et je vous tiens la grappe pendant des heures et des heures.

Entre sa question et cette manière qu’il a de touché mon épaule, je me sens de plus en plus mal. Je crois que ma spontanéité aura été de très, mais très courte durée. Je dois réfléchir à une connerie à lui raconter, je dois lui mentir sinon il rira de moi. Je crois que si il rit de moi, je  m’écroule, je tombe dans les pommes et je ne pourrai plus jamais me promener dans les couloirs sans avoir peur de le rencontrer. Mais quand il me promet de ne pas rire, je me mordille la lèvre inférieure, non je ne peux pas lui dire la vérité ! Je ne peux pas ! Pas possible ! Pourtant c’est bien ça qui passe le barrage de mes lèvres, la stricte vérité. Je déglutis difficilement et … « J’ai… j’ai ho… horreur des po… portes ouver… des portes ouvertes ! C’est… Ma… maladif chez moi ! C'est pho... Phobique ! » Je n’ose pas le regarder dans les yeux, je n’ose même pas lever mon regard vers lui, je crois que je vais m’évanouir, je me sens mal. Si il rigole, je pars en courant, je le promets. Je prends une grande respiration, puis je lève doucement, très doucement le regard vers lui, je plisse légèrement le nez ennuyée d’avoir avoué une chose pareille pour la première fois et je suis prête à m’encourir… « Tu vois… je … Je ne ca… cache rien ! »

Alors qu’on marchait vers ma salle commune, je me vendais un peu sur le fait que j’en connaissais plus sur lui que son nom et prénom. Je parlais de sa facilité en cours. Attention quand je dis facilité, je ne dis pas qu’il n’étudie pas, mais qu’il y est très doué. D’ailleurs, il me fait bien comprendre que je me suis mal exprimée, je passe une main sur ma nuque, risquant de faire tomber les livres qu’il me reste en main, maladroite comme je suis et je lui réponds, n’osant pas le regarder pour ne pas passer encore plus pour une idiote « Oh je me doute que c’est du boulot ! Médi… dicomage ? Wouah ! Moi, j’aimerais travailler au… au mi… ministère ! » Et là, il me propose de m’aider. Je crois que je suis passée du rouge pivoine au blanc livide en une fraction de seconde. Lui, m’aider ? Comment dire non ? Mais comment je vais gérer ? Je reste quelques secondes sans voix, avant de répondre, assez vite « Avec plaisir que je viendrai demander ton aide ! » Je tente de ne pas le regarder, mais purée, ça me fait plaisir, je crois que j’ en perdrais mon latin, si je n’avais pas déjà tendance à perdre mes mots. Mais là, je finis par lui dire en rigolant « Et moi, si tu veux me trou… trouver, je suis souvent au rayon créatures magiques… enfin surtout les mi … minuscules créatures magiques ! » Comme si il allait me chercher ? Si ça tombe, il m’a proposé ça pour être gentil…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Dim 16 Oct - 21:29


Fier... Fier... J'ai un peu oublier ce que c'était d'être fier, je ne veux pas dire que je n'étais pas flatté qu'on m'offre ce rôle, je peux même dire que j'aurais probablement été déçu de ne pas l'obtenir, mais après tout, j'ai fais tellement d'efforts pour être où je suis, qu'il me paraît normal que j'y sois non ? Et puis, avec mon frère qui ridiculise tout en tout temps, je ne peux même pas m'offrir le luxe de m'en vanter. Bien que mon père ait rabâcher les oreilles de mon frères avec le fait qu'il devrait plus comme moi et arrêter d'être lui, mais comment Oz peut-il arrêter d'être ce qu'il est. J'ai quand même un petit sourire triste, je n'ai pas l'habitude de me vanter, ni même de parler de moi. Je préfère franchement être celui qui reste en retrait. « On peut dire ça comme ça je crois bien que oui je suis fier. » Même si je ne suis pas fier de la manière que j'agis depuis le début de l'année scolaire. Je me suis laissé détruire par la fille Lestrange alors qu'elle a disparu sans laisser de nouvelles. Probablement à aller se pavaner devant un auditoire masculin.

Laissant ma rage se calmer au fond de moi, je tentais de faire parler la demoiselle avec qui je me trouvais pour essayer d'en apprendre d'avantage sur elle. Surtout qu'elle semblait cacher quelque chose et la voilà prête à me confier son secret à condition que je ne me moque pas d'elle. Chose que je lui ai promis, n'étant pas du genre à ridiculiser les autres. « Je dois l'avouer c'est quand même étrange en soi, mais on a tous des peurs irrationnels. Il y en a que c'est bien plus ridicule. Je peux bien te le confier, mais je suis le genre à replacer tous les rouleaux de papiers de toilettes pour qu'il se déroule sur le dessus et non par en dessous. Alors, je m'arrange pour toujours aller à la même toilettes... » Je sens mes joues devenir un peu plus rouge, mais je ne voulais pas qu'elle se sente mal de raconter son secret, alors voilà, moi aussi j'avais de drôles de manies...

Puis en marchant je me suis mis à parler, je ne sais pas pourquoi en fait, parce que je ne suis pas le plus bavard de la bande, mais comme déjà dit, je la trouve plutôt sympathique. Pas pour rien que je lui offre mon aide. « On dirait que dans ma tête il n'y a jamais eu d'autre option possible que médicomage, alors même si ça demande du travail, je ne me vois pas reculer maintenant. Reste juste que j'entre dans une Université, mais je n'ai pas trop peur de ce côté là. Et toi le ministère ? Il y a une raison particulière ? » Je me retourne face à elle et continue de marcher de reculons. Rigolant a l'idée de savoir qu'elle semble passer pas mal de temps à la bibliothèque et que je ne l'ai jamais croisé avant ça. « C'est curieux que je ne t'ai jamais vu avant... Anastasia doit avoir raison, ma pile de livre est simplement trop haute ! » Je secoue la tête en rigolant doucement, un sourire éclairant mon visage l'espace d'un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) | Jeu 3 Nov - 16:55


Lorsqu’ il m’explique que lui aussi à des manies de plus étranges, je n’aurais jamais pu croire que ça m’aurait égalé. Mais là, son histoire de papier toilette. Je ne sais pas, j’ai l’impression, non pas qu’il se fout de moi, mais qu’il veut juste que par son aveu, je me sentes mieux. J’ai l’impression qu’il invente pour ne pas me faire douter de moi. Ce serait très gentil de sa part mais pas obligatoire, je dois vivre avec tout cela, il faut que je m’y fasse après tout. Je lui fais un sourire timide et je lui dis, les joues encore plus rouges que les siennes Merci de me rassurer ainsi ! Et ton  se… secret sera bien gardé ! Je lui fais un clin d’ œil comme si j’étais avec un ami de longue date, puis je me ravise et me met à regarder le sol qui défile devant mes yeux. Je ne sais pas comment réagir avec lui, j’ai tellement attendu ce moment où enfin il poserait le regard sur moi et maintenant que ça arrive, qu’il me porte un peu d’attention, je ne sais plus où me mettre. Pourtant, je le connais, je ne devrais pas me sentir aussi proche et aussi loin de lui à la fois de la sorte.

Cela me fait du bien de parler avec lui, je le vois enfin comme je le devrais, j’apprends à connaitre ce que je n’aurais pu deviner en l’admirant, cachée derrière une pile de livres à la bibliothèque ou à l’ombre que me faisait la délicieuse Sarah ! Je lui dis alors au sujet de son choix de carrière Comme moi, mon parcours est tout tra… tracé depuis bien long… longtemps dans ma tête.   Pourquoi le ministère, je passe une main dans mes cheveux, tenant mes livres de l’autre et je finis par répondre Tout simplement parce que je veux être de ceux qui aident, qui changent les choses en meilleur et où pourr… Rais-je le faire mieux qu’en étant… tant bien placée au mini… ministère. Je déglutis car je crois bien que c’est la première fois que je parle de ça . Avec mes amies, j’ai peur qu’elle se moque de moi, mais lui, il est comme moi pour ça, il sait ce qu’il veut, on peut lui dire ce qu’on veut, il ne changera pas d’avis. Je l’aime encore plus pour ce qu’il est !

Mais quand il me fait remarquer  qu’ il ne m’avait jamais vu, je soupire un peu déçue. Déçue pourquoi ? Je me suis toujours cachée pour qu’il ne me remarque pas réellement. Déçue car il me plait depuis si longtemps, que j’aurais eu l’espérance infime qu’il sache un minimum sur la pauvre petite Shell que personne ne supporte réellement sauf quand elle lâche une blague qui fait rire tout le monde. Mais je me reprends et lui dis Alors nous sommes deux. J’ai toujours de… devant moi une pile de livres bien trop grandes. J’ai toujours de quoi chercher, de quoi trouver. Je suis curieuse de tout et j’aime savoir de quoi je parle. Je bégaie de moins en moins, de un car je le regarde de moins en moins et de deux car il sait me mettre à l’aise, je finis par lui dire La bibliothèque est un peu notre repaire ! Je finis rougissante sur un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash ) |


Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi ces portes ouvertes m'ont elles retenues ( pv Nash )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journée Portes-Ouvertes [Suite]
» portes ouvertes de Carpiagne
» PERHAPS F X CANICHE/GRIFFON 9 ANS (59) ASSO VAGABOND & CO
» Journées Portes-Ouvertes du Cubzaguais
» Event N°2 • Journée portes ouvertes à l'université

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: hogwarts hogwarts hoggy warty hogwarts :: Quatrième et Cinquième étage-
Sauter vers: