RSS
RSS



 

 
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageSeul à seule dans la PANDRY | Jeu 28 Juil - 10:33


Il ne savait pas où aller.
Sa fiancée endormie dans ses bras, le coeur tambourinant dans sa poitrine, il balayait du regard le hall du château désert.
Et pour cause, tous les élèves étaient probablement réunis dans le parc, pour assister à un mariage qui semblait avoir de moins en moins de chances d’arriver.

Il avait fui aussi vite qu’il le pouvait loin des regards, car c’était tout ce qui comptait pour le moment : qu’on arrête de le regarder. Il voulait être seul avec sa femme, il fallait qu’il ait les idées claires.

Il avait fui sans penser à rien, et maintenant qu’il avait atteint le château, il ne savait pas ce qu’il devait faire.

Un endroit protégé, loin de tout jugement, voilà ce qu’il lui fallait.
Le bureau de Ludo. Oui, c’était là qu’il devait aller. Il se hâta en direction du bureau du concierge, annonça le mot de passe —il avait rendu tellement de visites nocturnes à l’apprenti qu’il était maintenant ici comme chez lui— et referma la porte dun léger coup de pied.

Le miroir devant lequel il s’était changé plus tôt lui faisait face. Un grand type blond en costar se tenait devant lui, avec une mèche qui se barrait sur son front refusant de se mettre correctement avec les autres, tenant sa mariée endormie dans ses bras.
Cette image lui parut soudain étrangère, irréelle, distante.

Des chuchotements. Les portraits des anciens concierges se faisaient des messes-basses, le fixant avec un regard plein de jugement.
Décidément, à Poudlard on n’était jamais seul.

Poussant un soupir proche du désespoir, il fit la chose qui lui parut la plus logique à ce moment là.
Il entra dans le placard à balais et s’y enferma.

Doucement, il redressa Pan et l’assit contre la paroi, caressant ses bouclettes pour la réveiller sans la brusquer.

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Ven 29 Juil - 14:44


Le pire des cauchemars. Pan allait se marier à Dry - non ce n'était pas à ce moment-là que le cauchemar commençait voyons - et sa meilleure amie, sa soeur, sa Wiwi de toujours lui avait enfoncé un poignard dans le coeur, à l'endroit même où celui battait pour son fiancé. Mais heureusement, tout cela n'avait été qu'un cauchemar de rien du tout et pourtant, son coeur lui faisait obstinément mal. De ce qu'elle se souvenait jusque là - c'était normal de ne pas se souvenir de tout son rêve, non ? - Pan avait bu. Beaucoup trop, suffisamment pour vomir sur sa demoiselle d'honneur (laquelle ? C'était celle qui n'avait pas essayé de faire bobo à sa petite pompe aortique bien sûr), et.. Etait-il possible d'être tellement plongée dans son rêve qu'elle ressentait en direct live les effets de l'alcool ?

Confortablement allongée dans son lit - où pouvait bien être sinon - Pan sentit une main qui passait lentement dans ses cheveux, caressant chacune de ses boucles lentement mais sûrement, avec beaucoup de délicatesse - et sûrement beaucoup d'amour. Se frottant les yeux, la demi-vélane renonça à dormir encore plus longtemps, visiblement le monde l'attendait pour commencer sa journée, chatouillant patiemment ses cheveux dorés.

Bizarre. Pan cligna des yeux. Pas plus logique. Si elle était allongée, comment Dry faisait-il pour se maintenir au-dessus d'elle sans la toucher ? Avait-il obtenu des super-pouvoirs au cours de la nuit ? Waaaaah, trop fort. Une admiration éperdue dans le regard, la cinquième année tenta de réfléchir. Si Dry passait de cette façon sa main dans ses cheveux, dans le dortoir des Gryffondors - à quel moment lui avait-elle donné le mot de passe déjà ? - c'était qu'ils étaient probablement fiancés.. Le mariage avait-il été prévu ? Etait-ce aujourd'hui ? Etait-elle en retard à son propre mariage ?

Pan jeta un coup d'oeil à sa tenue. Robe. ... Quelle coïncidence ! Elle était en robe aussi ! Robe blanche. Même couleur ! Décidément ! Vomi. Dry venait-il de lui vomir dessus ? Sacré Dry alors ! Ne savait-il pas qu'un grand pouvoir impliquait d'emporter des sacs à vomi ? L'odeur de l'alcool dans sa bouche. De toute façon Pan buvait souvent ! Dry en costard. Toujours classe, même pour vomir ! Son dortoir ne lui avait jamais paru aussi étroit. C'était sûrement parce qu'ils étaient tous les deux très près l'un de l'autre ! Les garçons ne pouvaient pas se rendre dans le dortoir des filles.
Des connexions se firent dans sa tête. Ce n'était pas possible qu'elle soit dans son dortoir. Où était-elle ? Il n'y avait qu'un seul autre endroit possible.. Pan tenta de réfléchir une minute. Une minute. Deux s'écoulèrent. Un "ding" dans sa tête. MAIS QUE DIABLE FAISAIT LA GRYFFONNE DANS LE DORTOIR DES SERPENTARDS ?

Il fallait qu'elle parte, elle ne pouvait pas rester, elle allait succomber à la couleur verte, elle allait. AÏE ! La tête. Pan avait essayé de se relever et s'était cognée la tête au plafond extrêmement bas. Ne voulant plus se faire mal, physiquement ou mentalement, Pan arrêta de bouger, s'autorisant quand même à respirer. Calmement, elle attrapa la main de Dry toujours dans ses cheveux et s'y agrippa comme à son dernier espoir.

« Dis, Dry, tu ne devineras jamais de quoi j'ai rêvé cette nuit. »

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Ven 29 Juil - 15:17


Endormie comme elle l’était dans sa belle robe blanche, et si l’on faisait abstraction des relents de whisky et d’autre chose, Pan ressemblait plus que jamais à l’ange qui avait ravi le coeur de Drystan dans l’allée des embrumes.
Alors qu’il glissait patiemment ses doigts le long de ses boucles blondes, les démêlant avec douceur, un poids s’alourdissait peu à peu dans son estomac.

Que faisait-il ici, enfermé dans ce placard, au lieu d’être en train d’épouser celle qui pourrait bien être la femme de sa vie ?
Si quelques minutes plus tôt, il était certain de l’issue désastreuse de ce mariage, à présent, tout ne lui paraissait plus aussi clair.

Malgré ce que pouvaient en dire Clover, Ruth, Ludo, l’école entière, l’Univers, tout ça ne pouvait pas être simplement dû à un charme de demi-vélane hors de contrôle. Il ne pouvait pas être allé aussi loin juste parce que Pan était trop pure et trop naïve pour savoir comment maitriser son don. Et puis pourquoi y était-il si sensible, lui plutôt qu’un autre ?
Il y avait sûrement autre chose. Il devait y avoir autre chose.

Est-ce que c’était de l’orgueil de sa part, de vouloir aller jusqu’au bout, de prouver au Monde qu’Il avait tort ? Peut-être un peu. Est-ce que c’était son besoin désespéré de vivre intensément, son angoisse sourde de la solitude ? Peut-être beaucoup.

Est-ce que dans tout ça, dans tout cette cacophonie assourdissante de pensées dissonantes, il n’y avait pas au moins un peu de place pour de véritables sentiments amoureux ?

Sa fiancée ouvrit enfin les yeux. Il eut à peine besoin de simuler le sourire qui vint se dessiner sur ses lèvres.

« Dis, Dry, tu ne devineras jamais de quoi j'ai rêvé cette nuit. »

De toute évidence, elle n’avait complètement assimilé la situation. Déni, abus d’alcool ou tête dans les vapes, il ferait avec, encore incertain de si cela allait rendre la suite plus facile ou plus difficile.

« Bien sûr que si, tu as rêvé de crêpes, comme toujours. OH NON ATTENDS, me dis rien. T’as rêvé que tu repeignais ta salle commune en vert, avec des plantes vertes, des bouteilles de verre, des vers de terre, envers et contre tous, et que t’as kiffé ça. J’ai raison ? »

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Sam 30 Juil - 17:57


« Bien sûr que si, tu as rêvé de crêpes, comme toujours. OH NON ATTENDS, me dis rien. T’as rêvé que tu repeignais ta salle commune en vert, avec des plantes vertes, des bouteilles de verre, des vers de terre, envers et contre tous, et que t’as kiffé ça. J’ai raison ? »

L'idée appétissante de la plâtrée de crêpes fut vite décimée par celle beaucoup moins alléchante du re-designing de sa salle commune. Mais c'était que Pan n'était pas d'accord ! Et que cela faisait peur ! Instinctivement, Pan poussa un cri d'effroi et se réfugia dans les bras de Dry, cachant sa tête dans sa chemise froissée (qu'elle l'eut été ou pas, c'était chose faite à présent).

La blondinette secoua la tête comme si bouger du chef suffisait toujours à faire sauter toutes les pensées noires de cette dernière, effrayée que de telles idées circulent toujours dans la tête de son vert chéri. Comment chasser ces.. Choses de sa tête ? Car si quelqu'un repeignait sa chambre - Pan dans son sommeil avec une frénésie de D&CO soudaine - Pan en était sûre : elle en mourrait sur le champ ! Jamais elle ne pourrait supporter de voir sa salle commune dans un tel état, elle arriverait encore moins à apprécier le spectacle !

L'anglaise se recula légèrement, regardant son fiancé avec horreur - pas à cause de son visage, bien au contraire. Elle posa ses mains sur ses deux joues, joua cinq minutes à imiter un poisson en lui contractant le visage puis se concentra sur ce qu'elle avait à lui dire. Car il ne pouvait plus penser à de telles horreurs, surtout pas s'ils allaient se marier..

« J'ai besoin que tu me répondes franchement. Est-ce que oui ou non tu penses à... Faire des crêpes toi aussi ? »

Si les crêpes rappelaient à Pan son petit côté Poufssouffle, elles lui rappelaient d'avantage que l'on ne pouvait être la parfaite Gryffy dans toutes les situations, et pour cause : les crêpes à la sauce tomate, ce n'était pas toujours très bon. Il était vrai que la jeune fille aurait pu utiliser du colorant alimentaire, mais elle considérait ça comme de la triche. C'était comme repeindre une salle en rouge pour qu'elle ait l'air moins miteuse - mettre du caca dans une crêpe n'en fait pas du Nutella.

C'était que Pan avait l'impression d'oublier quelque chose.. Mais oui, son rêve ! Visiblement, Dry n'avait pas pu deviner - comment aurait-il pu, il n'était pas dans sa tête et n'avait apparemment pas vécu la même chose qu'elle - mais ce n'était pas grave. Super-Pan était là ! Revenant dans les bras du septième année - bah quoi c'était confortable - Pan commença son récit.

« Alors voilà : on allait se marier tous les deux, on était devant l'autel, on était parfait, et là ! A ce moment-là, une tornade nous a devancés.. Une tornade rousse. Ma Wiwi. Elle t'a embrassé et tu es parti avec elle. Tu te rends compte ? J'ai rêvé que Wiwi me brisait le coeur, et que tu étais avec elle. Je suis vraiment la pire amie du monde, et la pire fiancée aussi.. Je ne sais pas du tout comment me faire pardonner, Dry-chéri, je suis désolée ! » S'exclama Pan, les yeux baignés de larmes. « Mais au fait, qu'est-ce que je fais dans ton dortoir ? »

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Dim 31 Juil - 8:40


« J'ai besoin que tu me répondes franchement. Est-ce que oui ou non tu penses à... Faire des crêpes toi aussi ? »

« Oui ! » mentit-il avec entrain.

S’il s’agissait d’une métaphore, il ne l’avait pas comprise. Il n’arrivait pas toujours à comprendre ce qu’il se passait dans la tête de Pan, mais il n’avait aucun doute qu’il y avait toujours une brillante PANsée derrière ses paroles déroutantes. Pan était intelligente, il le savait —juste, une intelligence différente. C’était le reste du monde, lui y compris, qui n’était pas assez bien équipé pour la décoder, quel dommage.

Mais si elle pensait réellement à faire des crêpes et qu’il n’y avait rien d’autre à lire entre les lignes, il voulait bien, ça lui ferait son casse-dalle de la journée.

Une lumière sembla s’allumer dans la tête blonde de Pan, à en juger par ses yeux qui se mirent soudain à briller d’un éclair de génie soudain.

Elle se réfugia de nouveau dans ses bras, et pendant un instant, Drystan la serra contre lui sans réellement l’écouter. Il se concentra sur les battements de son coeur et ceux de la Gryffonne. Est-ce qu’ils battaient à l’unisson ? Pas vraiment. Enfin, c’était difficile à dire. Et quand bien même leurs battements de coeur ne feraient qu’un, est-ce que ça signifierait réellement quelque chose ?

Lorsque Pan eut fini de lui raconter ses malheurs, elle leva vers lui un regard embué de larmes.
Drystan lui lança un sourire tendre alors qu’il essuyait les petites larmes rebelles de son pouce.

« Sois pas si dure envers toi-même. Tu veux que je te dise ? A mon avis, tu t’es trompée et tu as fait le rêve de quelqu’un d’autre. Oui, c’est sûrement ça. Ca m’est arrivé à moi aussi, un jour j’ai fait un rêve de Ludo sans faire exprès. J’ai rêvé que je dégustais un bon hibou à la broche, avec du thym, des herbes de provence et de la sauce aïoli sur le côté. Je me régalais, alors que j’aime même pas la sauce aïoli ! »

Il jouait à enrouler et dérouler distraitement une boucle des cheveux de la Gryffonne alors qu’il inventait sa fable au fur et à mesure.

« Tu vois, ça peut arriver à tout le monde. Si Hopkins est vraiment ton amie, je pense que tu ne devrais pas lui en parler. Elle serait sûrement très gênée d’apprendre que tu as vu son rêve ! »

Il regarda autour de lui, du moins, de ce qu’il pouvait distinguer à la faible lueur qui s’immisçait dans le jour entre les panneaux de bois.
Alors Pan pensait vraiment que ça pouvait être son dortoir ? Il avait plus ou moins compris que sa fiancée s’était toujours faite une idée sinistre de leur salle commune, mais de là à penser qu’il dormait dans un placard à balais…
Il ne fallait pas oublier : Pan avait une intelligence différente.
Il garda ses commentaires pour lui, prit une légère inspiration et força un sourire sur ses lèvres. Il ne voulait pas que Pan devine son inquiétude.

« Je t’ai emmenée ici parce que je voulais te parler de quelque chose d’important. »

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Lun 1 Aoû - 11:05


Pan était prête à le tirer à l'extérieur du dortoir, à l'emmener dans les cuisines et à tenter des crêpes par eux-mêmes : les elfes de maison n'avaient qu'à bien se tenir ! De toute façon, avec le temps, ils commençaient à avoir l'habitude de Pan : ils l'avaient aidée à réaliser ses premières crêpes Made In Hogwarts, lui avait montré que ce n'était pas toujours une bonne idée de goûter chacun des ingrédients avant de les recracher dans la pâte et enfin que les fonds de plat devaient toujours être léchés - ah non, en fait ça, elle l'avait apprise toute seule. Qui disait que Pan n'était pas autodidacte ? Aujourd'hui et pour les elfes, Pan était devenue Pan-cakes (comme elle s'était elle-même présentée depuis sa toute première année) et cela n'était pas prêt de changer. Peut-être même qu'ils pourraient appeler Dry Dryvorcé, comme la pâtisserie ?

Si Pan en connaissait un rayon en matière de pâtisseries, ce n'était pas la même donne en matière de mariage. Et si le Dryvorcé pouvait rester un gâteau composé de choux (chou comme toi Dry), ça l'aurait bien arrangé. Tandis qu'elle regardait Dry enrouler ses doigts dans ses cheveux en lui racontant ses histoires d'hiboux à la crème, la cinquième année ne le quitta pas du regard. Il mettait tellement d'effort à la rendre heureuse, à afficher un sourire qui se voulait convaincant (qui l'était au moins auprès de la petite Pan), tout ça rien que pour voir l'ombre d'un s'étendre sur son visage. Si Dry n'était pas l'homme de sa vie, alors qui cela pouvait bien être ?

Pan était prête à le tirer à l'extérieur du dortoir, mais elle était ici pour une bonne raison. D'un haussement de sourcil, elle en oublia toutes les questions qui émergeaient dans sa tête depuis un moment (Le rêve de Wiwi ? Et Wi alors, était-elle amoureuse de son chéri ? Pouvait-elle vraiment rêvé du pire cauchemar de Pan ? Est-ce qu'elle allait rêver de chemises hawaïennes lorsqu'elle dirait "oui" à Dry ? Est-ce que l'idée de manger des hiboux allait rester dans sa tête pendant longtemps ? Et s'ils étaient tous somnambules, que se passerait-il ?). Si son vert devait lui parler, ses questions attendraient - ce n'était pas comme si la mémoire de Pan était limitée en temps.

« Tout ce que tu voudras, Dry-chéri. De quoi veut parler - si c'est Ludo qui veut des hiboux dis-lui que je peux lui en apporter dès ce soir, par contre je lui déconseille ce type de cuisson, le four c'est mieux, la broche c'est beaucoup trop mainstr.. - Dry ? » Posa Pan comme question en étendant à son tour un grand sourire aux lèvres - beaucoup moins forcé que celui de son fiancé mais beaucoup moins justifié. Car si au fond, Pan était dans le dortoir de Dry, cela ne pouvait être que pour une raison des plus joyeuses !

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Lun 1 Aoû - 12:37


Drystan se pinça les lèvres, incapable de quitter sa fiancée du regard —tant qu’elle était encore sa fiancée.

Il avait quelque peu déconnecté de la réalité. Pan était si mignonne, si innocente. D’accord elle était naïve, mais n’était-ce pas l’une des plus belles qualités chez une personne ?
Et puis il ne pouvait pas s’enlever de l’idée qu’elle était un ange, un joli ange déchu, tombé du ciel pour faire régner le bien sur Terre. Mais il savait, au fond de lui, que c’était lui le naïf de l’histoire. Que tout cela était probablement dû au charme du sang de Vélane.

Cette incertitude était devenu une torture. Il devait y mettre fin, même si la réponse risquait d’être douloureuse.

« Dry ? »

Pan l’appela, le ramenant à la realité. Elle avait probablement remarqué le léger froncement de ses sourcils, ses doigts qui se resserraient sur son pantalon de costume, nerveusement, jusqu’à en blanchir ses jointures.

Il inspira, expira longuement.

« Ecoute bien tout ce que je vais te dire, Pan. » Il posa ses mains sur les épaules de la Gryffonne. « Je veux que tu te concentres et que tu ne m’interrompes pas jusqu’à ce que j’aie fini, car ce que je vais te dire est un peu compliqué —et surtout important. »

Il se pinça de nouveau les lèvres. Il eut une seconde d’hésitation, mais à présent il était trop tard. Il plongea la main dans sa poche à la recherche du collier, qu’il déroula doucement à hauteur de visage. Le médaillon en forme de croissant de lune se balança doucement devant les yeux de Pan. Le bruit délicat des maillons de la chaine furent le seul son qu’ils purent entendre pendant quelques secondes, et Dry réalisa qu’il avait retenu sa respiration.

« Tu te rappelles de ce collier ? Il était dans la boutique le jour où on s’est fiancés. Je comptais te l’offrir comme cadeau de mariage. J’ai dû revendre presque toutes mes chaussures pour pouvoir me l’acheter, maintenant je n’en ai plus que douze paires, je ne sais pas comment je vais— » son regard croisa celui de Pan. « Bref, ce n’est pas le sujet. »

« Tu sais, ce collier est ensorcellé, un peu comme la bague que tu m’as offerte. »
Il montra l’anneau qu’il portait toujours à son annulaire. « Il devait te rendre complètement indésirable aux yeux des autres garçons, comme ça je pouvait te garder seulement pour moi. »

« Et puis l’autre jour, Cl— enfin je veux dire, quelqu’un a insinué que la seule raison pour laquelle je voulais me marier avec toi, c’est parce que j’étais sous l’influence ton charme de demie-vélane. »


Il prit une nouvelle inspiration. C’était probablement l’une des choses les plus difficile qu’il ait jamais eues à faire. Se casser un bras au Quidditch en troisième année ? Facile. Se faire larguer par Anastasia dont il était autrefois fou amoureux ? Pff, tellement facile. Trahir tous ses amis, toute son école pour obtenir un service d’Ulanovski et devenir au passage son petit larbin ? Il le referait tous les jours s’il le fallait.

« Je pensais que c’était faux bien sûr, alors j’ai demandé au prof de Magie Noire d’inverser le sort. Tu comprends, juste pour être sûr. » Il haussa les épaules comme si ce n’était rien, mais il savait bien que ce n’était pas rien. « Normalement, si le maléfice a marché… tu devrais devenir indésirable seulement pour moi. »

Il marqua une pause. Ses mots ne résonnaient pas exactement comme il l’avait voulu.

« Enfin, ce que je veux dire, c’est que si c’est vraiment ton charme de vélane qui marche sur moi, le collier devrait pouvoir annuler tout ça, lorsque tu le portes. Mais si je suis vraiment amoureux de toi, eh bien… Je me rappelles très bien, un jour Ulanovski l’a dit en cours : il n’y a aucun maléfice qui soit plus fort que l’amour. »

Il se mordit la lèvre inférieure. Il avait chaud. Merlin qu’il faisait chaud dans ce dortoir à balais ! Il avait chaud et froid à la fois, et il regrettait déjà ce qu’il était en train de faire, mais il était trop tard pour renoncer.
D’un geste de la main, il signifia à Pan de se retourner.

« Tu veux bien que je te le mette, dis ? Tu sais, juste pour être sûrs.»

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Jeu 4 Aoû - 16:04


« Ecoute bien tout ce que je vais te dire, Pan. »

Pan allait bien écouter ce qu'il allait lui dire, Dry.

« Je veux que tu te concentres et que tu ne m’interrompes pas jusqu’à ce que j’aie fini, car ce que je vais te dire est un peu compliqué —et surtout important. »

Pan allait se concentrer et n'allait pas l'interrompre jusqu'à ce qu'il ait fini. Machinalement, la blondinette inspira grandement comme lorsqu'elle voulait se mettre à parler - il fallait bien oxygéner ce petit cerveau - mais ne dit rien, restant bêtement la bouche grande ouverte devant les paroles de son fiancé, incapable de prononcer un mot devant ce qui paraissait être la conversation la plus sérieuse de sa vie.

« Tu te rappelles de ce collier ? Il était dans la boutique le jour où on s’est fiancés. Je comptais te l’offrir comme cadeau de mariage. J’ai dû revendre presque toutes mes chaussures pour pouvoir me l’acheter, maintenant je n’en ai plus que douze paires, je ne sais pas comment je vais— Bref, ce n’est pas le sujet. Tu sais, ce collier est ensorcelé, un peu comme la bague que tu m’as offerte. »

Désolée d'avoir été la cause du manque de chaussures de Dry - sa future femme était sûrement la pire des personnes pour pouvoir parler du manque de chaussures, il n'en possédait même pas lors de leur rencontre (avait-il déjà été en train d'économiser pour la femme parfaite ? Ou pour Pan ?). Mais avec tout le temps qu'elle avait passé avec lui depuis, la demi-vélane avait dû se rendre à l'évidence : son homme aimait bien porter des chaussures à ses pieds (et lorsqu'il n'en portait pas, se les prendre dans la figure - encore une belle preuve d'addiction aux chaussures, mais elle y reviendrait plus tard).

« Il devait te rendre complètement indésirable aux yeux des autres garçons, comme ça je pouvait te garder seulement pour moi. Et puis l’autre jour, Cl— enfin je veux dire, quelqu’un a insinué que la seule raison pour laquelle je voulais me marier avec toi, c’est parce que j’étais sous l’influence ton charme de demie-vélane. »

Quelle odieuse personne ! Si Pan la retrouvait, elle allait la priver de crêpes !.. Et de bisous ! Ses moldus lui avaient pourtant dit que pour rendre une demoiselle la plus indésirable possible, il fallait la marier. Avait-elle vraiment besoin de ce collier ?

« Je pensais que c’était faux bien sûr, alors j’ai demandé au prof de Magie Noire d’inverser le sort. Tu comprends, juste pour être sûr. Normalement, si le maléfice a marché… tu devrais devenir indésirable seulement pour moi. »

Pan avait toujours aimé le professeur de magie noire. Il avait l'air sympathique, avenant, prêt à aider son prochain : aucun doute que Dry se soit tourné vers lui. Mais il y avait un problème qui persistait dans la tête de Pan. Car Pan ne voulait pas devenir indésirable, elle ne voulait pas voir Dry-chéri redevenir un simple élève, elle ne voulait pas de lui comme d'un autre Caden pour qui elle ne serait qu'une "terrible connasse", elle ne voulait pas..

« Enfin, ce que je veux dire, c’est que si c’est vraiment ton charme de vélane qui marche sur moi, le collier devrait pouvoir annuler tout ça, lorsque tu le portes. Mais si je suis vraiment amoureux de toi, eh bien… Je me rappelles très bien, un jour Ulanovski l’a dit en cours : il n’y a aucun maléfice qui soit plus fort que l’amour. »

Pan avait envie de pleurer, c'était trop dur. Elle allait peut-être perdre l'amour de sa vie, et tout ça à cause d'un collier. Elle se ressaisit, chassant les larmes qui perlaient sur ses joues. Non, c'était impossible, Drystan ne pouvait qu'être amoureux, il n'aurait pas eu envie de l'épouser juste parce qu'elle était.. Jolie ? L'anglaise avait peur, peur qu'il y ait un maléfice plus fort que celui de l'amour : celui de son charme de vélane.

« Tu veux bien que je te le mette, dis ? Tu sais, juste pour être sûrs. »

Dry semblait de son avis, et apparemment l'autorisation de se retourner allait de paire avec celle de répondre, au cas où, aussi impossible était cette situation - Pan s'évertuait à répéter qu'impossible n'était pas dans son dictionnaire, mais pour une fois, elle l'aurait bien ajouté. Avant de vérifier si son petit coeur allait se casser contre le sol froid du dortoir des Serpentins, si malgré sa petite taille elle allait tomber de haut, elle ne pouvait pas rester sans rien dire. Sans rien faire. Sans agir.

Pan se déchaussa et tendit ses chaussures à son fiancé. Regardant ses mains pleines, elle les posa juste à côté de ses pieds, ses pieds sur lesquels il y avait des chaussures également. Et dire qu'il avait laissé tomber tellement de paires pour elle !

« Je te les donne, tu en auras treize maintenant. Je suis sûre qu'elles t'iront très bien ! Après tout je n'en ai pas besoin, j'avais les pieds tout nus quand je t'ai rencontré. Et tout va bien aller, pas vrai ? Je ne sais pas trop ce que ce "charme" peut bien y faire, mais moi, il ne me préoccupe pas ! On est plus fort que ça ! Regarde, je suis dans ton dortoir. Je n'y serais jamais allée avec quelqu'un d'autre, si ça ce n'est pas de l'amour ! » Pan regarda momentanément sa bague. « Garde-la. J'ai menti, j'ai très peur tu sais, et en plus je t'ai menti. Tu devrais la garder, je ne sais pas ce que j'en ferais, je n'ai pas besoin d'empoisonner la vie de quelqu'un d'autre. » Rétorqua-t-elle en essuyant les larmes aux coins de ses yeux, riant à moitié.

Un peu sonnée par tout ça, Pan se mit sur la pointe des pieds pour embrasser et enlacer Dry une dernière fois - leur première étreinte semblait remonter à si loin maintenant ! Et dire que Pan ne l'avait jamais embrassé avant leurs fiançailles ! Puis et parce qu'elle était une Gryffondor qui ne fuyait pas devant le problème, elle se retourna, prêt à recevoir le collier - et le verdict.

HRP:
 

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Sam 6 Aoû - 17:06


Ca y est, il avait fait ce qui était à faire, ce qui était juste —du moins, il l’espérait— et il n’y avait plus de retour en arrière possible. Il était soulagé que Pan l’écoute avec tant de sérieux, car il n’aurait probablement jamais eu le courage de recommencer.
Il n’aurait pas pu être un Gryffondor, ça c’était certain. Affronter ses peurs, prendre ses responsabilités, se battre pour ce qui était juste, ce n’était pas pour lui. Lui, il était tout juste bon à vendre ses amis au plus offrant, et à faire naître des larmes dans les yeux de sa fiancée.

Drystan la regarda avec étonnement se déchausser, puis poser ses jolies chaussures de mariée à côté de ses sneakers de marié. Malgré la situation, il laissa échapper un léger éclat de rire. Il en était sûr maintenant, c’était pour ce genre de choses qu’il avait voulu l’épouser. Parce que Pan était perchée, drôle, et qu’avec elle à ses côtés, il ne pourrait plus jamais se sentir triste.

Il la laissa l’embrasser, et lorsqu’elle vint se glisser dans ses bras, il la serra contre lui avec un peu plus de pression que leurs étreintes habituelles.

Il hocha la tête d’un air entendu aux paroles de sa fiancée. Il était confiant. Lorsqu’elle se retourna, il dégagea doucement ses cheveux de sa nuque et passa le collier autour de son cou. Il l’attacha, puis recula d’un pas, appréhendant le verdict avec anxiété.

Lorsque Pan se retourna, à peine éclairée par un fil de lumière qui s’immisçait dans leur cachette, sa première impression fut qu’elle était belle.
De grands yeux aussi bleus les siens, un visage aux traits bien proportionnés, à peu près symétriques, une peau claire et sans défaut, des cheveux volumineux et brillants de santé.
Elle était belle, mais elle ne pouvait être confondue avec un ange. Ni un ange, ni une femme que Drystan se voyait embrasser et serrer contre lui jusqu’à la fin de ses jours.

Son coeur tomba comme une pierre au fond du lac.

A cet instant, il détesta Clover de tout son être, pour lui avoir fait ouvrir les yeux, lui qui était si bien dans son illusion. Il détesta toute personne qui avait, d’une manière ou d’une autre, participé à l’échec de son mariage, toute personne qui avait voulu contrer le Destin. Et par dessus tout, il détestait que son coeur soit violemment happé par la déception.
Mais maintenant il savait, et malgré son tempérament de Serpentard bien encré en lui, il n’était pas suffisamment lâche pour prétendre que rien n’avait changé.

Il travailla un instant sur son sourire de composition. Son sourire large, charmeur, contagieux, qui savait le sortir de toutes les situations. D’un rapide revers de main, il essuya une larme rebelle qui commençait à perler au coin de son oeil.

« Maléfice - 1, mariage - 0 » Sa voix passait difficilement à travers sa gorge nouée. « Et dire qu’on a failli se faire avoir ! Mais qu’est-ce qu’on en sait nous, de l’amour, à nos âges ? »

Il prit le pendentif entre ses doigts et le fit tournoyer lentement. Le quartz miroita faiblement à la lueur du jour.

« Tu me promets de le garder sur toi tout le temps ? Et moi je garderai ma bague, pour que tu puisses continuer à m’empoisonner la vie. »

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Sam 6 Aoû - 17:58


« Maléfice -1, mariage-0. Et dire qu’on a failli se faire avoir ! Mais qu’est-ce qu’on en sait nous, de l’amour, à nos âges ? »

Crac, quelque chose s'était brisé. Pan regarda autour d'elle, mais il n'y avait aucun objet de verre, rien de fragile, rien qui pouvait tomber et se casser en somme. Rien, alors pourquoi quelque chose semblait s'être rompu à tout jamais ? Un moment plus tard, Pan réalisa que c'était à l'intérieur d'elle que quelque chose s'était brisé. Et pourtant; elle sentait une pression contracter puis écraser son estomac.. Mais elle devait se rendre à l'évidence : quelque part, Pan ressentait un vide, un vide que Dry avait comblé, un vide que Dry ne pouvait plus combler à présent..

Drystan W avait brisé son coeur. Dry -1, Pan -0. Vélane -1, amour -0. Amour propre -0. Envie de se jeter du haut de la tour d'astronomie -1, envie de manger des crêpes -0.
Pan ne comprenait pas. Son coeur s'était brisé, il ne devait plus fonctionner, tout aurait dû s'arrêter autour d'elle. Sa vie, ne serait-ce que sa respiration, si elle avait pu devenir plus lente ou saccadée.. Elle avait envie de s'arracher les yeux, de s'arracher les cheveux, d'arracher son organe qui brisé semblait fonctionnel. Elle avait envie de ne plus rien ressentir, d'éloigner la terrible douleur qui lui dévorait les entrailles, d'éloigner Dry...

Dry. Il avait raison, la blondinette ne savait rien de l'amour. Elle croyait l'avoir trouvé pour toujours, elle s'était trompée, elle mangeait la poussière sans avoir la force de se relever. Elle ne savait rien de l'amour, mais elle connaissait la douleur. Elle aurait presque voulu que Dry la pousse ou lui crache à la figure plutôt que d'adopter cet air désinvolte, comme s'il ne venait pas ni plus ni moins de gâcher sa seule chance de finir heureuse avec quelqu'un pour l'aimer pour l'éternité. Comme s'il ne venait pas de prouver qu'une fois de plus Pan n'était qu'un rayon de soleil aveuglant qui, une fois regardé en face ne valait plus la peine de poser les yeux dessus.

La cinquième année s'affala contre ce qui devait être le lit le plus dur du monde. Elle s'était mise à découvert, pas seulement ses pieds tout son être : ses pensées, ses sentiments qu'elle pensait partager et qui lui revenait en travers de la figure comme le plus odieux des boomerangs. Tout était de sa faute, elle ne pouvait pas blâmer Dry. Elle aimait tout le monde et il n'aimait plus personne. Mais il n'en souffrait pas, lui.

« Ne t'inquiète pas, je n'empoisonnerai pas ta vie plus longtemps. »

Pan serra de ses doigts le collier, dégageant ceux de Dry avec toute la délicatesse dont un coeur brisé était capable. Elle ne voulait plus l'effleurer, plus être dans la même pièce que lui. Elle se dirigea vers la source de lumière qui filtrait à travers la porte du dortoir. Qui donnait sur une salle qui n'était pas la salle commune. Pan se retourna et regarda l'entrée du dortoir qui ressemblait étrangement à un placard. Elle haussa les épaules et s'assit sur une chaise, devant un bureau. Pan ne savait pas. Ne savait pas si elle voulait quitter la pièce et ne plus jamais se retourner, si elle voulait qu'on la retienne et la rassure. Elle ne savait pas, ne savait plus, et n'avait jamais su. Dry ne l'avait jamais aimée et ne l'aimerait jamais. L'anglaise ramena ses genoux sur la chaise et enfouit son visage baigné de larmes dedans, enveloppant le tout de ses petits bras fragiles. Qu'il parte, qu'il l'oublie et qu'il la laisse tranquille.

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Dim 7 Aoû - 2:37


C’était le moment, il pouvait fuir.
Fuir les larmes de Pan, fuir pour cacher les siennes, fuir cette situation, la plus inconfortable qu’il lui ait jamais été donné de vivre, et dans laquelle il ne se souvenait plus comment il avait réussi à s’embarquer.

Le Gryffonne ouvrit la porte du placard. La lumière s’y engouffra, aveuglant Drystan pendant un bref instant, et lorsque ses yeux parvinrent à s’adapter à la luminosité de la pièce, il fut assailli par cet horrible sentiment de réalité.

Il était de retour dans le bureau du concierge. Les cravates qu’il avait essayées étaient toujours alignées en haut du miroir devant lequel il s’était préparé. Il y avait toujours cette odeur de chocolat qui flottait dans l’air, lui rappelant l’existence du gâteau que les elfes avaient fait pour leur mariage. Les invités étaient probablement en train de quitter les lieux de la cérémonie, ils devaient savoir, à l’heure qu’il était, qu’elle ne se produirait jamais…

Il restait une faible chance que les couloirs du château soient encore vides. S’il se dépêchait, il pourrait filer vers les cachots sans croiser personne, s’enfermer dans son dortoir et y rester jusqu’à ce que le monde ait oublié cet épisode désastreux.

C’aurait été l’échappatoire parfaite, si ce n’était pour la culpabilité qui le transperça comme une lance à travers le thorax.
Recroquevillée sur sa chaise, sa belle robe de mariée à présent inutile, ses pieds nus, les sanglots de Pan résonnaient dans la pièce avec force.

La main sur la poignée de la porte, prêt à partir, Drystan hésita. Une partie de lui engueula l’autre pour se prendre pour ce qu’il n’était pas, pour envisager rester et prendre ses responsabilités —agir comme le mari qu’il aurait dû être— plutôt que de fuir les conséquences de ses actes tant qu’il le pouvait encore.

Un long soupir. Il regarda main sur la poignée, puis il regarda Pan. Il lâcha la poignée.

« Pancake ? »

Il s’accroupit face à elle. Il attrapa doucement sa main et la serra dans la sienne.

« Tu sais, moi aussi je suis triste. En plus je suis fâché avec Clover, je n’ai plus personne pour me remonter la moral alors que j’aurais vraiment besoin d’une bonne amie en ce moment. Dis Pan, tu voudrais bien être cette amie ? »




tristesse infinie:
 

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 416
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1069
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Seul à seule dans la PANDRY | Dim 7 Aoû - 20:15


« Pancake ? »

Non.. Perdue dans sa petite tête privée de coeur, Pan ne voulait plus. Ne voulait plus qu'il lui donne des surnoms, qu'il s'approche d'elle : c'était trop dur. Etait-ce ça l'amour ? Et bien c'était sûrement le pire des sentiments, celui-ci faisait très mal... Surtout quand il n'était pas réciproque. La blondinette ne désirait pour le moins du monde qu'il s'accroupisse devant elle, lui prenne sa main, sentir sa peau douce contre la sienne.. Ou était-ce ce qu'elle désirait le plus au monde ? Ca y était, elle ne pouvait plus supporter le contact, il fallait qu'elle le rompe.. Lentement, Pan retira sa main de la sienne, relevant quelque peu sa tête de la même manière, pour regarder l'ange qui était devenu son démon, le Batman qui était devenu son Joker, le garçon dont elle était désespérément amoureuse et qui avait hésité à la laisser croupir dans la salle commune et partir. Elle étouffa un sanglot et écouta tout ce qu'il avait à lui dire.

« Tu sais, moi aussi je suis triste. En plus je suis fâché avec Clover, je n’ai plus personne pour me remonter la moral alors que j’aurais vraiment besoin d’une bonne amie en ce moment. Dis Pan, tu voudrais bien être cette amie ? »

Clover. Que faisait Clover dans cette histoire ? Que faisait sa demoiselle d'honneur à se disputer avec son fianc.. Son ex-fiancé ? Persuadée que le mariage et la dispute n'avaient rien à voir ensemble, elle secoua négativement la tête et tenta de se concentrer sur le reste : Dry, sans amies ? Mais qui pouvait lui résister ? Il n'avait même pas besoin de charme de vélane pour illuminer toute la pièce, pas besoin d'être à demi vélane pour que les autres tombent amoureux de lui, il était.. En train de piétiner les restes de son coeur. Il la voulait en amie. Il ne voulait plus d'elle d'une autre manière, c'était fini, tous ses derniers espoirs volèrent en flèche lorsqu'elle réalisa ce qu'il était en train de dire... Mais il voulait toujours d'elle. Il ne voulait pas l'effacer de sa vie, même si Pan était "aussi détestable pour les yeux que les oreilles" à présent, il voulait toujours sa dose de Pancakes au quotidien, Dryvorcé - qui portait drôlement bien son nom maintenant - avait toujours besoin d'elle. Une nouvelle lueur rayonna dans le coeur de la rouge et or. Elle sécha ses larmes, chassa soigneusement tous ses mauvais sentiments et se releva, laissant sa chaise tomber à la renverse derrière elle.

L'anglaise s'empara du tiroir du bureau - elle avait prit tout le tiroir, elle ne savait pas pourquoi, même si elle ne reconnaissait pas les lieux son instinct reconnaissait en revanche la méthode à suivre - et dégagea tout ce qui était posé sur le bureau d'un revers de main pour y déposer sans délicatesse le fameux contenu du tiroir, à la hâte. Comme s'il n'était plus capable de faire quelque chose sans elle, Pan releva Dry sans même le regarder.

Yes ! Elle avait trouvé ce qu'elle cherchait sans le savoir. Des fluorescents moldus. Comment étaient-ils arrivés là ? La cinquième année se souvenait très clairement de se les avoir fait confisqués maintes et maintes fois pour "tentatives de coloriage affreusement désopilantes sur les murs de l'école, les assiettes, objets, édifices ET camarades" par Rusard et de s'être fait sacrément collée dès la première année (ses moldus avaient répondu aux lettres de la directrice par un "bah, elle recommencera", ne donnant aucun pouvoir à la fameuse école de magie qui aurait mieux fait de la renvoyer dès son entrée au château (même le choixpeau avait prédit avec beaucoup d'humour que "en voici une qui va donner du fil à retordre à Ludo Hastings.. GRYFFONDOR !" (c'était son destin, Ludo ne pouvait pas lutter de toute façon)... Il n'empêchait qu'ils étaient là, dans ses petits doigts. Un jaune, un rose.. Ce serait suffisant. Elle ne trouva pas de rouge (elle n'était sûrement pas aussi Gryffondor que maintenant) mais ces deux couleurs allaient convenablement faire l'affaire. Elle tenta slogans et dessins sur le bureau, délimitant le contour non touché comme celui qui servait d'appui au bureau : ils marchaient, parfait ! Elle se servit du jaune pour attacher ses cheveux en arrière, réussissant d'avantage à coincer le feutre dans sa crinière qu'autre chose, et utilisa le rose comme teinture. Grossièrement, mèches par mèches, les minutes défilèrent lentement. Lorsque ses cheveux avaient prit une teinte assez satisfaisante, elle s'arrêta, contente d'elle-même. Elle monta sur la chaise pour se donner un air supérieur, les mains sur les hanches.

« Et pourquoi es-tu fâché avec moi ? » Imita-t-elle, les sourcils froncés en se retenant difficilement de rire.

Finalement, elle éclata de joie et redescendit de son piédestal : après tout, elle était sûrement une meilleure Clo que Clo elle-même ! Puis, se reprenant, elle croisa les bras sur sa poitrine. Elle attendait une réponse, et ne partirait pas avant ! Au bout d'un long moment qui devait lui laisser le temps de répondre - écoutant d'ailleurs à moitié ce qu'il avait à lui dire, concentrée à fond sur son personnage de jumelle numéro deux - la demi-vélane se dirigea vers la porte, son coeur entièrement à Dry donnant son imitation une dimension plus convaincante que jamais.

« Evidemment que nous sommes amis, Drystan Wojiench. » Sortit-elle le plus sérieusement du monde, comme si elle ne venait pas juste d'inventer la pire prononciation du monde pour le nom de famille du garçon. « Mais ne crois pas que je vais faire tes crêpes à ta place » Même en Clo, Pan restait Pan. « Rends-toi dans les cuisines dans une heure, je te préviens : je n'aime pas t'entendre te plaindre en retard. »

Puis Pan enlaça Dry comme elle le ferait pour la dernière fois, bien décidée à ne pas mettre son coeur en miettes en plein milieu de leur nouvelle histoire d'amitié. Ce n'était peut-être pas comme ça que cela devait se finir, mais au moins n'était-ce pas fini. Dry n'avait pas disparu de sa vie à jamais, aussi douloureux que pouvait résonner sa poitrine à l'intérieur de sa cage thoracique elle avait toujours la chance de pouvoir être près de lui, respirer le même air, et toutes les choses dont avait le droit Clover avec exactement tous les inconvénients, sans en avoir ne serait-ce que l'ombre d'une idée. Clover n'était plus là pour Dry, c'était au tour de sa jumelle de prendre sa place. Mais qui aimerait prendre sa place ?

HRP:
 

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
 
Seul à seule dans la PANDRY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sept.] Seule dans son wagon n°13 [ COMPLET ]
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Suis-je si seule dans ce si beau musée ? [Livre I - Terminé]
» Toute seule dans la nuit... ou pas ! [NightRunner, Prof Pyg]
» Seule dans le noir alors que la fête bat son plein. || PV Harry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: hogwarts hogwarts hoggy warty hogwarts :: Rez-de-Chaussée :: Bureau du concierge-
Sauter vers: