RSS
RSS



 

 
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Messagei wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 15:29


I might just tear you apart







Cristina Quinto

ft. sky ferreira


2 octobre '98, nuit pluvieuse d'un automne capricieux
Bogota, Colombie, probablement oubliée sous une valise
Colombienne & britannique
Sang-mêlée, le cul entre deux chaises



Baguette

Taillée dans du bois de cornouiller, capricieuse et parfois franchement emmerdante, la baguette de Tina l'a choisie dès qu'elle a posé le pied dans le magasin - elle raconte à qui veut l'entendre qu'elle a failli perdre un oeil, ce jour-là. D'une longueur de 31 centimètres, elle est terriblement rigide et recèle en son sein une plume de phénix, ce qui n'arrange rien à ses problèmes de discipline.


IMPERIUM - description psychologique

De victime à bourreau, de ces rougissements incontrôlables aux rugissements déchaînés, d'un sourire angélique aux morsures empoisonnées, Tina a retourné sa veste brusquement, sans prévenir, sans rien dire. Pourtant, elle parle beaucoup.

Ça fait longtemps, maintenant, alors peut-être qu'il n'y a plus grand monde pour raconter ce jour où, en deuxième année, elle a pleuré si fort dans les toilettes des filles qu'elle a failli s'étouffer. Sans doute que plus personne ne se souvient de ses pieds qui se sont emmêlés, au moment d'aller confronter le Choixpeau, de son nez qui rencontre le sol et des ricanements moqueurs parcourant l'assemblée. Quelques murmures, à propos de cette gamine peu dégourdie, assise au fond de la classe, s'étranglant lorsqu'elle devait répondre à une question, aussi impassible qu'invisible. Des rumeurs, quand un sixième année l'a bousculée, encore une fois, la fois de trop, quand tout a basculé. Redresser la tête, serrer le poing, et viser.

De victime à bourreau, la sensation au creux du ventre, le sang qui gicle et le regard terrifié. Puissance qui l'a prise un peu au dépourvu, violence qui crépite et qu'elle fait sienne. Tina, ouragan en devenir, la tempête après le calme, la vengeance et finalement la cruauté, sans retenue, plaisir qu'elle n'assume qu'à moitié. Des années à encaisser, en silence, les mains plaquées sur les oreilles pour ne plus rien entendre, les yeux fermés pour ignorer. Probable que ça ait commencé dès l'enfance, les hurlements qui la tirent du sommeil, les yeux grands ouverts sur le plafond, le cœur qui bat un peu trop vite, et la porte qui claque, si violemment, sursaut et sanglots qu'elle ne retient qu'au prix de gros efforts. Elle faisait toujours semblant de rien, Tina, le lendemain. Enlacer leur colère avec sa douceur, ses grands sourires et ses compliments ; apprendre à se déplacer silencieusement, pour ne pas se faire remarquer, quand elle sentait que ça allait exploser.

Ne pas voir, ne pas accepter.

Déni constant, qu'elle a si souvent retrouvé dans le regard de sa mère, affairée à ramasser la vaisselle brisée, osant encore lui expliquer que le paternel l'avait faite tomber. Et la gamine hochait la tête d'un air convaincu, travaillé, les mensonges enchaînés à la cheville, s'abstenant de commenter sur la valise posée contre le mur. Il reviendrait, bien sûr. Il revenait toujours. Elle aussi, quand c'était elle qui partait. Au milieu de l'abandon, elle apprenait à deviner qui craquerait en premier, jeu un peu sordide, un peu pathétique qui l'a accompagnée jusqu'à son entrée à l'école des sorciers.

Encaisser, elle sait faire. Savait. Elle n'en est plus trop sûre, maintenant, les contours sont flous, lambeaux de la personne qu'elle était, qu'elle n'a pas su rester. Mensonges et réconfort, les rêves plein la tête, toujours un temps de retard, juste pour pouvoir reprendre son souffle et penser à la suite. Elle ne pense plus du tout, maintenant. Attaquer, blesser, déchirer. S'imposer. Exister, par tous les moyens possibles, de son rire qui éclate, trop fort, aux remarques aussi inattendues qu'indésirables, jusqu'au son de ses pas sur le béton froid. Ce corps qu'elle haïssait, en courbes et en rondeurs, imposant et dérangeant, devenu désirable dans sa fonction première : faire du bruit.

Elle aimait beaucoup de choses, de cet amour pur et innocent que possèdent les enfants, avec naïveté et enchantement. Cœur un peu trop grand, loyauté sans faille, tout droit chez les blaireaux, idiots effacés victimes reclus et tous ces mots qu'elle a appris à cracher avec délectation. Beaucoup d'autres, aussi, qui grincent et qui font mal, la danse des phrases, à couteaux tirés.

Peut-être qu'elle ment encore, maintenant, elle ne sait plus vraiment non plus.

Elle ne prend pas le temps. Un regard de travers et elle explose, joyeux petit feu d'artifices. Des années plus tard, elle aime encore terriblement l'effet que ça fait, la rapidité à laquelle elle peut tout détruire. La surprise, d'abord, sur le visage de l'autre. Ensuite, la douleur. Parfois, le mépris, tu finiras seule, qu'on lui dit. Elle s'en fout, dans sa bouche qui se tord en une moue moqueuse, dans son haussement d'épaules et sa démarche royale. Sans doute pas autant qu'elle le dit, les nuits passées à retenir un flot de larmes, comme dix ans plus tôt, cette colère incessante qui la fatigue, son ventre, noué, et le miroir qu'elle évite toujours comme s'il allait la gifler. Mais être seule, c'est rassurant. Tenir les autres à l'écart, pour se préserver. S'attacher, c'est dangereux, vulnérabilité qu'elle refuse de s'imposer, terrifiée à l'idée de se perdre comme a pu le faire sa mère. Elle entend encore les disputes, les soupçons, ça la prend aux tripes, paranoïa latente qu'elle n'arrive pas à contrôler. Faire confiance, c'est compliqué ; faire confiance aux hommes, c'est mission impossible. Menteurs voleurs infidèles violents cruels. Un peu comme elle.  

C'est son père qu'elle entend quand elle se déchaîne, c'est sa mère qu'elle aperçoit quand elle croise son reflet, air perpétuellement dégoûté. Le père qui les a trahies, nuit après nuit, la mère qui n'a pas su partir, et leur haine, à tous les deux, dans ses veines. Élevée révoltée, cultiver l'amour pour mieux se foirer. Retour aux sources, Tina, la tête bien droite et les jambes flageolantes. Sans demi-mesure.

Elle a essayé, pourtant. De toutes ses forces, elle a voulu y croire. L'existence d'une vie paisible et scintillante, sans la douleur accrochée au cœur. Elle s'est plantée. Elle se plante souvent. Les autres, sûrement. Pas elle. Jamais elle. Elle aurait pu se retrancher encore davantage, disparaître derrière un bouquin comme elle avait pris l'habitude de le faire, les premiers mois, espérant qu'on ne la remarque pas. Elle aurait pu, mais les études, ça n'a jamais été son fort, l'esprit trop survolté, en permanence. Elle aimait les gens et la vie, elle aimait parler sans s'arrêter, même quand ses mots s'entrechoquaient et qu'elle rougissait, même quand on lui disait de se taire, elle aimait vraiment ça. Alors au lieu de se fondre dans le paysage, elle a décidé d'occuper toute la place. Et puisqu'elle ne pouvait forcer personne à l'aimer, elle a choisi la haine, par défaut, par dépit, sans trop s'attendre à grand-chose.

Ne s'attendait pas à aimer ça. Les regards noirs, les ennemis, les coups bas les magouilles les murmures les rumeurs et elle au milieu, reconnue reconnaissable inoubliable juste là, présente. Elle en oublie la tristesse, et c'est parfait comme ça. Elle en oublie les différences et les moqueries passées, les trahisons et les rêves brisés. Parade inévitable, elle s'est faite invincible et en oublie qu'elle ne l'est pas. Que parfois, elle s'attache ; parfois, elle doit se mordre les lèvres jusqu'au sang pour se rappeler de redresser le dos, cette manie qu'elle avait de se recroqueviller pour ne pas déranger.

Qu'elle dérange, qu'elle importune donc, c'est son but. Elle doit juste ne pas oublier.
Ni les brimades, ni les disputes, ni le dos de sa mère à chaque fois qu'elle s'en est allée, ni l'oreiller dans lequel elle a si souvent hurlé.
Et l'esprit en surchauffe, à force de calculer, à force de se rappeler de ne surtout, quoiqu'il arrive, jamais jamais jamais réfléchir.
Ne prends pas le temps de regretter.


PORTRAIT - description physique

Elle ne s'aime pas. Derrière l'apparence soigneusement négligée, des cicatrices, quantités de cicatrices qu'elle a appris à cacher. Tout un putain de travail, de se recréer.

Cheveux courts, d'un brun terne, coupe à la garçonne entretenue par quelques coups de ciseaux fatigués. Quelques kilos en trop, ou peut-être que c'est ce dont on l'a convaincue, deux pieds gauches. La démarche un peu lente, prudente, le regard perdu dans le vague et un sourire idiot toujours affiché sur le visage. Grands yeux pétillants, l'espoir douloureux au fond des prunelles. Le jaune qui ne lui va pas au teint, foutus blaireaux, les doigts qu'elle passe sans cesse dans les nœuds qui se forment inlassablement, les mains qu'elle tord quand elle est nerveuse, lèvre qu'elle mord quand elle oublie quelque chose. Pas vraiment d'efforts, éviter les miroirs et les regards, s'accrocher à son reflet et aux yeux qui se posent sur elle, ambivalence qu'elle ne parvient pas à gérer, enfant dans un corps soudainement trop adolescent. Elle rentre les épaules vers l'avant, manie qu'elle a prise sans trop s'en rendre compte, l'air un peu effrayée du monde alentour, elle sent le parfum qu'elle a volé à sa mère avant de rentrer à Poudlard, et sans doute un peu le désespoir. Elle glousse parfois nerveusement, quand on lui parle trop longtemps, et elle mâche ses mots quand elle essaie de répondre, trop de choses à dire, trop peu de temps, ça la fait grimacer, souvent, mimiques de gamine qui laisse tout entrevoir, aucun filtre.

Longs cheveux d'un blond artificiel, bouche rouge et sourire mordant. Les yeux pétillants, perçants, aux aguets en permanence, l'étincelle de celle qui cherche quelque chose à faire, tout le temps. Elle marche vite, parce qu'elle sait où elle va, un peu, pour donner le change, surtout. Pas le temps. Le jaune ne lui va pas, elle ne met pas l'écharpe de sa maison, à quoi bon ? Ses cheveux restent emmêlés, boucles indomptables et ses mains ont mieux à faire qu'à se perdre ou s'entortiller. Ses doigts tapotent sur le bord des tables, sur ses cuisses, sur ses tempes, impatience, ça bouillonne bouillonne bouillonne. La lèvre qu'elle mord quand elle oublie quelque chose, de redresser les épaules et la tête, torse légèrement bombé, hanches qu'elle a appris à rouler. Pas franchement élancée, il lui manque quelques centimètres pour pouvoir s'en vanter, rentrer le ventre et attirer l'attention ailleurs, ça a souvent fonctionné. Elle aime vraiment beaucoup le parfum de sa mère, et chaque été elle le lui prend, c'est devenu un peu le sien, maintenant. Elle mâche ses mots quand elle parle, trop de choses à dire, trop peu de temps, ça l'énerve qu'on ne la comprenne pas et son visage se tord quand ça ne lui plait pas.

Pile ou face, ses prunelles dorées ne s'attardent pas. L'air constamment ennuyée, survoltée, à la recherche de quelque chose, fuite qui la pousse toujours à accélérer. Pile ou face, ses prunelles dorées qui s'accrochent ou fuient, l'air perdu, à la recherche de quelque chose, ralentir pour essayer de le trouver.
L'un ou l'autre, deux en une, un corps qu'elle assume mal mais vit plutôt bien, un visage aux traits un peu grossiers, comme les mots qu'elle aime lâcher, des dents légèrement de travers et un sourire qui mange tout son visage.
Pile ou face, de la gamine mal dégrossie et désemparée à la gamine provocante et franchement pas avenante. Pile et face, un peu des deux, elle navigue en eaux troubles, Tina.


VERITASERUM


⌇ Participation de la famille de votre personnage dans la grande Guerre de Poudlard du 1er et 2 mai 1998: Sous le soleil de Colombie, quelques regards échangés, un coup de foudre partagé. La Grande Guerre, c'était un monde alternatif, bien éloigné de leurs préoccupations ; à bout de souffle, les couvertures en bordel et les rires heureux de l'amour naïf. Leur guerre à eux, ils la vivraient deux ans plus tard, et elle ne s'est toujours pas apaisée.
De Voldemort, d'Harry Potter et des sorciers qui ont combattu vaillamment pour la liberté, Tina n'a entendu que des histoires romancées, le regret un peu honteux au fond de la gorge, celui de ne pas avoir pu y participer, de près ou de loin. Ses parents haussent les épaules, quand les rumeurs d'une nouvelle ère de terreur surgissent, et elle leur en veut de ne pas y croire : elle aussi, elle veut ressentir le frisson, le rush d'adrénaline en les entendant lui expliquer leurs histoires de grandes batailles. Tout ce qu'ils ont, pourtant, ce sont des souvenirs heureux. Et malgré tout, ils sont parvenus à tout gâcher, champ de mines dans la demeure, la peur et les cris au sein du foyer. Elle ne parvient pas à imaginer autre chose, eux non plus.

⌇ Maison que votre personnage rêve de rejoindre: Gryffondor ou Serpentard, le cul entre deux chaises, comme tout le temps. Elle ne savait pas trop, l'un ou l'autre, avant d'arriver ; entre ambitions démesurées et courage salué, elle se voyait tout en haut, quoiqu'il arrive. Mais Poufsouffle, jusqu'au bout des ongles, dans la loyauté indéfectible qu'elle accorde à ceux auxquels elle tient, dans le travail, le foutu acharnement qu'elle met à devenir quelqu'un d'autre. Peut-être que certains murmurent que ça ne lui va plus vraiment, six ans plus tard, que ce maudit chapeau s'est trompé, un cas sur mille, et c'est elle, c'est Tina, déplacée en jaune et noir. On la dit téméraire et impulsive, retord et démagogue. Sans doute qu'elle l'est, tête brûlée intrépide, egotrip qu'elle cultive avec enthousiasme, façade façade façade. Elle n'est pas plus courageuse qu'à onze ans (parce que si elle l'était, ferait-elle toujours semblant ?), ni plus rusée (elle se plait simplement à le penser). Foncer dans le tas, réfléchir après, déterminée à tout secouer, travailler pour s'en sortir, détruire ceux qui s'en prennent aux siens. Détruire tout le monde, dans un second temps. Poufsouffle, toujours, que cela lui plaise ou non.
⌇ Forme de son patronus: Une lionne, comble de l'ironie pour un blaireau. Rugissante et meurtrière, prête à tout pour parvenir à ses fins, combattant davantage que son lion de mari, paresseux et incapable de lever le petit doigt.
⌇ Que voit-il dans le miroir du Riséd: Ce garçon de sixième année, celui-là même qui l'a bousculée une fois deux fois trois fois dix fois, celui duquel elle s'est vengée, pleurant à ses pieds. Ou peut-être juste cette bande d'amis, riant et plaisantant, et ses épaules entourées de bras réconfortants.
⌇ Sorcier célèbre en modèle: Dans son cas, c'est une sorcière : Artemisia Lufkin, première femme Ministre de la Magie. Le titre en tant que tel est déjà impressionnant, mais le fait qu'elle ait milité en faveur d'une Coupe du Monde de Quidditch en Angleterre a amplement participé à l'admiration sans borne que Tina lui voue. Bon, et le fait qu'elle ait été une Poufsouffle l'a aidée à se réconcilier avec les blaireaux. Un peu. Elle aussi, elle redorera leur blason.
⌇ Peut-il voir les Sombrals : Non, et elle ne tient pas à rejoindre le club des privilégiés, pour une fois. Vraiment, merci, ça va.
⌇ Forme de l'épouvantard: Une silhouette sombre, sans nom et sans visage, qui lui tourne le dos. Impossible à atteindre, impossible à identifier, et elle a beau s’époumoner, personne n'est là pour répondre à ses lamentations. L'indifférence, son ennemie jurée, jusqu'à l'obsession.
⌇ Odeur de l'Amortentia: La pâte à crêpes, celle que faisait son père, les jours heureux. Il y mettait beaucoup de vanille, et toute la maison en prenait l'odeur, venant la tirer de son sommeil agité. Ouvrir les yeux sur une bonne journée, c'était ce qu'elle pensait, les lèvres s'étirant sur un sourire extatique, les pieds déjà posés sur le sol, prête à aller s'empiffrer jusqu'à s'en rouler par terre. Par la suite, elle a commencé à associer ces matins aux plus grosses disputes, aux disparitions du père, parfois pendant des semaines entières. La pâte à crêpes, pour mieux se faire pardonner, ses fossettes qui planquaient la culpabilité, la vanille masquant le parfum d'une autre ; elle en était persuadée. Malgré tout, c'est resté. Le vague espoir que tout se passe bien, ça la prend toujours aux tripes, comme avant.
⌇ Animal de compagnie: Woody, chat tigré un peu trop pantouflard, carrément flemmard, qui ne daigne se déplacer que pour aller manger. Il a quelques kilos en trop, sans doute qu'elle le nourrit pour éviter de se goinfrer, trouble qu'elle lui a refilé. Il est particulièrement collant, et manque de l'étouffer lorsqu'il vient se poser sur sa poitrine, quand elle est allongée. Elle lui raconte toute sa vie, de ses petites victoires aux échecs cuisants et, s'il savait parler, il la trahirait sûrement, elle le sait (elle n'a pas loupé cette petite étincelle de vice qui luit dans ses grands yeux noirs).
⌇ Anecdote: Après sa première année à Poudlard, elle ne voulait plus y retourner. Elle a même tenté de fuguer, mais s'est dégonflée au dernier moment, ne sachant pas vraiment où aller. • Ses histoires de cœur sont aussi brèves qu'intenses, si par brèves, on entend inexistantes. Tina affole et provoque, pour mieux s'effacer et savourer la déception de ceux qu'elle avait convoités. • La première fois qu'elle est montée sur un balai, il n'a pas voulu décoller. Certains ont murmuré, dans l'assemblée, que c'était peut-être dû à son léger embonpoint, et elle a failli pleurer. Deux minutes plus tard, elle était dans les airs et n'arrivait plus à descendre. Elle aurait sans doute voulu y rester. • Elle parle couramment l'espagnol, qu'elle a appris grâce à ses parents, et cela lui arrive souvent d'user de sa langue maternelle pour jurer. Pas tout le temps, toutefois : être ouvertement vulgaire, ça lui fait bien trop plaisir. • (...)


ACCIO AMORTENCIA


Trois choses que votre personnage aime:
Rien.
Rien.
Rien.

(Le sarcasme, les fêtes, les foules, la glace, Woody, la vanille, la danse, les premières lueurs de l'aube, son lit, les bagarres, les potins, le pouvoir, les rires, se perdre dans le château, la musique, les échecs sorciers sauf quand elle perd, crier, courir, l'adrénaline, les combats sorciers, le whisky pur feu, les beuglantes mais pas celles qu'elle reçoit, la vengeance, le Quidditch et, parfois, ceux qui lui demandent comment elle va.)

Trois choses que votre personnage déteste:
Le silence. Elle est incapable de s'endormir s'il n'y a aucun bruit autour d'elle, et elle a toujours encouragé ses compagnes de dortoir à parler jusqu'à ce qu'elle finisse par piquer du nez. Sans animations, elle n'a plus rien pour se protéger de sa tête qui carbure à temps plein, de sa propre voix, enfouie si loin.
La nourriture. Que personne ne se méprenne : elle adore manger, et aurait pu continuer à avaler ses émotions indéfiniment si elle ne s'était pas décidée à devenir quelqu'un d'autre. Depuis, elle hait la nourriture. Les plats énormes, qui scintillent, posés partout sur les tables de la Grande Salle, les odeurs qui émanent des cuisines quand elle s'aventure trop près, les friandises de Noël et toutes ces choses qu'elle compte inlassablement, désespérément.
La lenteur. Tout doit être fait tout de suite, maintenant, tout doit être compris à la seconde où elle en parle, et elle ne supporte pas devoir se répéter. Ain't nobody got time for that.
Le jus de citrouille. Infâme.
Les ordres. Il est interdit d'interdire, selon un vieux proverbe moldu (un proverbe, oui).
L'hiver. La neige, c'est de la boue et de l'eau froide.
L'ennui. Non.
Les vacances d'été. Voir point précédent.
L'injustice. Envers elle.
Le beurre salé. C'est bon et c'est gras, qui a pu inventer ça ?
Les ronflements. Sa voisine de lit l'a bien compris, depuis le temps.
Les livres. C'est long, il faut se concentrer trop longtemps, et elle saute des lignes à chaque fois.
Les mensonges. La paille, la poutre.
Les autres. Têtes de trolls.
Elle-même. Peut-être que cela aurait dû figurer tout en haut de la liste.


Hey little muggle!


Et vous alors, d'où venez vous?:
⌇ Nom/pseudo:  
⌇ Âge: 22 yo
⌇ Comment as-tu trouvé le forum: Grâce à Mel  
⌇ As-tu une vie particulièrement active IRL?: Tout dépend des périodes, en ce moment c'est boulot-boulot-boulot  
⌇ Combien de fois as-tu lu Harry Potter: Le 5 et le 3 ont été relus jusqu'à épuisement, les autres un peu moins, mais quand même une bonne dizaine de fois chacun, facile  
⌇ On t'aime déjà, tu savais?: (je vais casser la fiche mais je peux pas m'en empêcheeeeer)








Dernière édition par Cristina Quinto le Mar 19 Juil - 14:07, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 15:33


MON AMOUR

Bienvenue , début de fiche au top mais ça tu le sais déjà.

:cl:
Revenir en haut Aller en bas
Serpentard
avatar
James Hunter
Serpentard
ft. : Jack Gleeson
Hiboux envoyés : 104
Entrée à Poudlard : 06/07/2016
Année d'étude en cours: : Sixième
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 392
DC : Oswald Alexandre Gold
Chocogrenouilles : 58
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 15:43


BIENVENUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE JE TE FAIS PLEIN DE BEUSOU, J'ADORE LA PERSONNALITE DE TON PERSOOOOOOOOOOOOOOOOO ^^
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 16:08


OWOW. Je suis complètement submergée par ta fiche. J'en ai des frissons, et dire qu'elle n'est même pas encore finie !

(C'est SUR ET CERTAIN je réserve d'ors et déjà tous les liens possibles avec toi :cl: enfin si tu en veux bien 8D)

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Préfète de Gryffondor
avatar
Winifred Hopkins
Préfète de Gryffondor
ft. : Ebba Zingmark
Hiboux envoyés : 195
Entrée à Poudlard : 27/02/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : 6e
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 410
Failamalle : ♛ QG YOLO
♛ Accès au passage secret du Saule-Cogneur menant à la cabane hurlante et à Pré-au-Lard
DC : ♛ Edward Lupin
♛ Ennis Lufkins
♛ Pollux Hevelius
♛ Aglae Nutcombe
♛ Hanae Oshima
♛ Harold Park
♛ Arth Wenlock
Chocogrenouilles : 188
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 16:12


WOWOWOWO BIENVENUUUE x1000 (et mercimerci MELO!)

J'ai QUE TROP hâte de valider cette fiche. QUE TROP HÂTE J'DIS!

_________________
♛ Winifred ♛ Edward ♛ Ennis ♛ Pollux ♛ Aglae ♛ Hanae ♛you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 16:42


Bienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 526
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1635
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Lun 18 Juil - 18:42


Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue, encore une VRAIE (Tu découvriras assez vite que y'a beaucoup de personnes schizophrènes ici) nouvelle décidément c'est noël
Je ne sais que dire, je suis subjuguée par ce que je viens de lire, je suis complètement fan de ton style d'écriture, tu viens de gagner une admiratrice :cl:

Bon courage pour le reste de la rédaction, j'ai hâte de continuer à te lire !
BISOUS d'amour
Revenir en haut Aller en bas
Ceart
avatar
Temperance Stilinski
Ceart
ft. : Emilia Clarke
Hiboux envoyés : 85
Entrée à Poudlard : 07/07/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année
Maison répartie : St-Barnaby
Mornilles : 285
Chocogrenouilles : 58
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 4:30


BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUEEEEEEEEEEEEEE, belle demoiselle !

LOVE ! :cl:

_________________
Un jour mon prince viendra. Pour l'instant je galère à l'extirper du paquet sans le péter en morceaux.  
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Poufsouffle
avatar
Leo Purple Lockhart
Poufsouffle
ft. : Benjamin Jarvis
Hiboux envoyés : 45
Entrée à Poudlard : 28/03/2016
Année d'étude en cours: : 6ième
Maison répartie : Poufsouffle
Mornilles : 210
Chocogrenouilles : 93
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 9:16


Un petit chat sauvage ♥

BIENVENUE! Je t'aime déjà d'amour, c't'incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 13:04


Jesaisquetun'aspasbesoindemoipourdéborderd'amourmais.. BIENVENUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE ! JE T'AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAIME ! BEUSOUS SLURPEUUUUUUUUUUUX !


_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 13:28


Merci à touuuuuus.
Vous m'avez un peu foutu la pression, tous ces compliments et cet amour (#meufinsatisfaite)

Mel :cl:
James Remerciiiii (pour le bienvenue et les câlins boxiens - ça se dt ), mais pour le caractère 'faut remercier la créatrice, je ne suis qu'une humble interprète (en espérant ne pas être à côté de la plaque, btw)
Drystan déjàààà merci d'avoir créé ce pv, j'en suis tombée amoureuse. & pour les compliments, je sais plus où me mettre. En espérant ne pas t'avoir déçue par la suite, et BIEN SÛR DES LIENS PLEIN DE LIEEEEEEEENS
Winifred merciii x10 pour l'accueil, trop d'adorabilité (ça, ça se dit pas par contre :')) Si y'a quelque chose qui convient pas, n'hésitez pas
Rosie, merciii **
Ana JE SAIS VRAIMENT PLUS OÙ ME METTRE Merci merci merci, j'espère ne pas décevoir tout ça
Temperance merciiii, belle demoiselle avec Emilia **
Leo l'amour est réciproque, je suis submergée
Pan On a toujours besoin d'amour voyons merci beaucoup

('faut que je me calme avec les smileys, je découvre, je ne me sens plus)

BREF. Fiche terminée, normalement, si ça va pas, dites-moi, tout ça (c'est toujours le stress les fiches)
Encore un merci général, vous êtes vraiment adorables
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
Pan Young
Gryffondor
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 13:51


:cl: :cl: :cl: :cl: :cl: :cl: :cl: :cl:

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Direction
avatar
Douglas Sherrington
Direction
Hiboux envoyés : 40
Entrée à Poudlard : 09/02/2016
Mornilles : 210
Chocogrenouilles : 54
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 14:17


Bon.

Bon..

BON...

(j'essaie de me calmer pour ne pas retomber dans ma fâcheuse manie d'abuser de caplock).

Je... ce, cette fiche est PARFAITE.  BRAVO d'avoir si bien cerné le personnage, bravo pour la plume, bravo pour tous les petits détails croustillants que tu as intégrés (Woody ♥️♥️♥️). Tu es bien sur VALIDÉE.

Bienvenue chez les blaireaux (YESS! ON EST LE PLUS COOL! d'ailleurs tu y trouveras Ennis B Lufkins, la descendante de ta sorcière modèle... ouuuhh les futurs liens!) ET REBIENVENUE SUR MM.

Pluie d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
Clover Montgomery
Litriù
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 14:22


Je te l'ai déjà dis en Box, mais bienvenue parmi nous ! Entre dans le cercle de notre folie !

Je t'aime déjà tout plein !!!!!!!

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mar 19 Juil - 14:40


Haaaan, merciii
Je suis toute gênée par ces compliments (Pan, je suis tes conseils smiley-esques)

Merciii encore une fois Clo
Revenir en haut Aller en bas
Poufsouffle
avatar
Victoire Weasley
Poufsouffle
ft. : Ola Rudnicka
Hiboux envoyés : 520
Entrée à Poudlard : 27/03/2016
Année d'étude en cours: : 5ème
Maison répartie : Poufpouf
Mornilles : 330
Failamalle : ♥️ Carte du Maraudeur ♥️ Passage secret de la sorcière borgne ♥️ Boursoufflet violet ♥️ Photo dédicacée de Leo Purple ♥️
DC : Chou, Nounours et Drystiflore
Chocogrenouilles : 491
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mer 20 Juil - 1:12


Moi moi moiii :cl: je vais essayer de te décrire mes idées de liens malgré que c'est chiant d'écrire sur mon cell, mais c'est à quel point je t'aime !


D'abord pour le trio JuniVicTina je dis oui ! Elle a un an de moins qu'elles mais c'est pas une si grande différence donc elles auraient pu être vraiment proches plus jeunes, surtout que Victoire aussi était du genre mega timide et pas du tout à l'aise dans son corps.
Là dessus on pourrait imaginer que la seule raison pour laquelle c'est Tina qui s'est faite brutaliser et pas elle, c'est parce que Victoire est une Weasley et qu'elle est plutôt mignonne, donc elle part quand même avec un capital sympathie qui pourrait pataitre injuste à Tina (si tu penses que ça colle avec sa personnalité ?)
Victoire pourrait maintenant être effrayée de son ancienne amie et éviter autant qu'elle peut tout contact avec elle, ce qui j'imagine, blesserait encore plus le coeur de Tina D:
Genre les anciennes amies en froid, la relation vraiment awkward. Je te laisse bien sûr décider comment Tina réagirait, elle peut aussi faire chier Victoire si tu penses que ce serait sa réaction

Edit : bon je m'excuse, j'ai posté au mauvais endroit mais sur mon cell j'arrive pas à c/c D: stp fais comme si j'avais posté sur ta fiche de liens !

_________________
Hold up your head. You were made for victory.   links bio RP
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: i wanna taste the way that you bleed (tina) | Mer 20 Juil - 10:07


Bienvenuuuuuuue (oui je suis toujours en retArd!) tu risques de croiser mes doubles perso dans les couloirs de poudlArd...
Revenir en haut Aller en bas
 
i wanna taste the way that you bleed (tina)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: Let us step into the night :: One can never have enough socks. :: Oubliettes-
Sauter vers: