RSS
RSS



 

 
Serdaigle
avatar
Ariane M. Knight
Serdaigle
ft. : Emily Rudd
Hiboux envoyés : 106
Entrée à Poudlard : 15/05/2016
Année d'étude en cours: : Troisième
Maison répartie : Aiglons
Mornilles : 476
DC : PANtoufle/CALylas/CHENe/DIMITRonc
Chocogrenouilles : 109
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageLe feu, ça brûle. | Dim 5 Juin - 5:45


Complétez cette suite logique : chat - chien - hibou.. SERPENCENDRE ?!

Non non non, ce n'était pas possible, ça y était, c'était la fin, Riri sentait déjà la lumière blanche, elle hallucinait : un serpencendre ne pouvait pas se tenir devant elle, dans la volière à côté de centaines d'hiboux qu'il risquait d'enflammer d'une minute à l'autre..

Non, Ari devait le sortir de là, ou il risquait de lui foutre le feu n'importe comment. Mais il n'était même pas censé se trouver ici, un serpencendre ne se devait-il pas d'errer dans des coins sombres et non pas entre les fientes d'oiseaux ?

Il devait sûrement être né d'un feu de forêt, et maintenant, cherchait activement un endroit où pondre ses oeufs. Dire qu'il n'avait qu'une heure de vie ! Mais la brunette n'allait pas le laisser tuer et décapiter des carcasses pour le simple plaisir de féconder au calme. Non, elle le suivrait jusqu'à ses oeufs et les détruirait, comme elle l'avait appris dans les livres, aussi déchirante serait la séparation. Et si elle arrivait à en garder un pour elle..

Comme s'il avait compris ses intentions, le serpencendre la fixa de ses yeux injectés de feu et de sang.

« Allez, Hottie, échauffement. »

Baguette en main, Knight ne lâcha pas le serpent de feu d'une semelle. Elle le suivait à la trace - à la cendre - et quitte à se faire brûler, autant que ce soit à cause d'une créature dangereuse mais merveilleuse.

Un trou à rats que le serpencendre agrandit et il disparut de son champ de vision. La troisième année s'accroupit. A genoux, l'oeil dangereusement collé contre la paroi du trou à rats, le nez qui reniflait à cause des cendres..

Oui, il ne manquait plus que quelqu'un arrive et la voit dans cette position, le cul en l'air, un oeil fermé, les sourcils froncés, toute couverte de poussières et de plumes des oiseaux qui s'effrayaient..

Vous savez ce que fait un hibou quand il est énervé ? Non ? Et bien vous avez de la chance. Ari, elle, le sentait bien. Tout autour d'elle une odeur putride s'élevait. Oui, là, c'était le bon moment pour avoir de la compagnie.

« C'est moi qui vais finir par bouillonner de rage si tu ne te décides pas à pondre, Hottie. »

De plus, pas le droit au Lumos ! Ca aurait effrayé la créature qui l'aurait brûlée - ou pire, ce serait enfuie. Ce qu'elle risquait si quelqu'un apprenait qu'elle jouait la mère poule pour une bande de serpents de feu.. En plus de la honte internationale, elle se ferait peut-être renvoyée, et ça, Ari s'en serait bien passée.

Aïe ! Elle avait frôlé le serpencendre et sa main la démangeait horriblement. Rouge comme jamais, la brûlure s'étendait petit à petit..

Bah oui. Le feu, ça brûle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Le feu, ça brûle. | Dim 5 Juin - 8:52


Hibou d'merde. Qu'est-ce que j'en ai à foutre de la Gazette du Sorcier ? J'ai vraiment une gueule à lire des conneries d'ce genre ? D'jà que j'suis à la rue, si en plus j'dépense le fric que j'ai pas pour un journal débile, j'vais pas tenir bien longtemps après ma septième année. Et c'con de piaf qui, en plus de me ramener un truc que j'ai pas acheté, se mange en plein milieu d'la table des Poufsouffle et se tord l'aile. Mais j'y peux quoi, moi ? Un bouffon d'prof m'a dit d'l'aider vu qu'il a du mal à voler et qu'c'est en m'livrant qu'il s'est blessé mais j'ai rien d'mandé moi. J'aime pas les bêtes et les oiseaux d'Poudlard font pas exception. Il braille – il pullule qu'on dit j'crois bien – comme un taré alors qu'j'le sers même pas fort et que j'touche pas son aile. Putain, s'il me pince j'lui tords le cou et j'le tej dans un buisson discretos, rienafout.

J'croise pas beaucoup d'gens mais les cours vont pas tarder à commencer, les plus intellos doivent d'jà préparer leurs affaires pour arriver les premiers, au cas où on ait pas compris qu'c'est eux, les têtes. Y fait un peu frais mais j'ressens moins l'froid maint'nant, et c'est fringué d'mon uniforme un peu débraillé que j'gravis les dizaines de marches qui mènent vers la volière. J'ai jamais beaucoup fréquenté c't'endroit, d'une part j'raffole pas des hauteurs, d'aut' part comme j'ai dit j'évite la volaille, sauf dans mon assiette, dégoulinante de sauce. J'monte les marches deux à deux et bientôt, l'effluve de merde d'hiboux et de chouettes m'envahit le nez, et j'peux vous assurer qu'c'est du frais. Je fronce les sourcils et aspire une autre goulée d'air... Quelqu'un se trouve avec les oiseaux. Comme de par hasard, la troisième fois d'ma vie où j'me rends à la volière, ça peut pas s'passer au calme. J'ai un mauvais pressentiment, j'sais pas si ça à que'que chose à voir avec ma lycanthropie ou si c'est juste mon instinct mais j'sens que j'vais mettre un peu plus de temps que prévu. Sans tergiverser – j'en connais des jolis mots – j'pousse les battants de la porte et me retrouve attaqué par la puanteur des lieux. Putain ! Un piaf, quand ça flippe, ça chie, et visiblement le cul d'nana que j'vois levé en l'air sait p't'être pourquoi les oiseaux sont si effrayés, alors que j'viens à peine d'arriver et qu'j'ai rien fait !
Eh l'derche, putain qu'est-ce tu fous ?! Je renifle encore une fois et une odeur de cramé me parvient d'la gonzesse recouverte de poussière et d'plumes.

De cramé ? J'ai beau regardé à droite, à gauche, j'vois rien qui flambe même si ça pourrait expliquer la peur des animaux. La nana, qui en fait est une Serdaigle si j'en crois ses vêt'ments, secoue sa main devant elle et j'peux remarquer grâce à ma super vue d'loup-garou qu'c'est elle, qui pue l'cramé, en fait. Oh putain. On va encore m'accuser. J'vais jamais à la volière et le seul jour où j'y bouge, par le plus grand des hasards, une gamine s'retrouve la main brûlé. En plus c't'un prof qui m'a envoyé ici, bordel ça sent le coup fourré à plein nez ! J'lâche le hibou que je tenais encore et celui-ci dégringole sur le sol dans un piaillement indigné avant d'essayer d'rentrer dans un d'leur trou, à l'abri pour soigner son aile. J'fais quatre grands pas qui me font traverser la pièce et j'attrape le poignet blessé d'la fille, avant d'la tirer en arrière, la relevant au passage.
Mais bouge la golio. Y t'es arrivé quoi là ? Après on va encore m'accuser, arrête de faire n'imp ! J'regarde sa main que j'tiens toujours et quand finalement j'suis convaincu qu'c'est pas une blessure ultra grave, j'la laisse retomber. J'inspire une fois, deux fois, trois fois et finis par me ramasser sur le sol, prêt du trou que la Serdaigle inspectait, l'odeur de cendre envahissant mes poumons. Un serpencendre ! Saleté d'bestiole... Ra merde, j'pouvais plus partir maint'nant, si la gamine caf'tait que j'l'avais laissée seule avec un serpencendre capab' de réduire la volière en ruines... j'lui défoncerais la tronche, primo, et j'me ferais engueuler comme jamais, deuzio. Pas qu'ça m'dérange, mais autant pas m'faire virer pour des broutilles vu qu'j'ai nulle part où aller.

Bon, j'ai une idée. Les serpencendres, ça crâme, nan ? Je sens un sourire déformer mes lèvres alors qu'je sors ma baguette, que je pointe dans le trou à rats. Aguamenti ! Quelques crépit'ments s'échappèrent du trou et, pas sûr d'avoir réussi mon coup, j'décide de passer ma main histoire de vérifier qu'la bête a bien été vaincu et.. SALOPE DE BESTIOLE ! Eh non, la flotte, ça bat pas la cendre, pas dans le monde magique, et un serpencendre en colère, ça brûle. Et ça fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
Ariane M. Knight
Serdaigle
ft. : Emily Rudd
Hiboux envoyés : 106
Entrée à Poudlard : 15/05/2016
Année d'étude en cours: : Troisième
Maison répartie : Aiglons
Mornilles : 476
DC : PANtoufle/CALylas/CHENe/DIMITRonc
Chocogrenouilles : 109
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Le feu, ça brûle. | Dim 5 Juin - 11:53


Evidemment, là, Ari était tombée sur un génie. Un petit malin qui l'appelait par ses attributs et arrosait des serpencendres.

Eh, mec, c'est pas une jardinerie ici.

La "golio" - qu'il était grossier - aurait bien voulu le prévenir, mais apparemment il n'avait besoin de l'aide de personne, encore moins de celle d'une petite troisième année ignorante. Il ne manquait plus qu'il teste le sortilège d'Empiffrement et ils étaient bons ! Non mais vraiment.

La brunette sortit sa petite fiole de dictame et y déposa une goutte - pas plus - sur la brûlure du grand gaillard. Il allait survivre au moins le temps de l'aider - honnêtement avait-elle vraiment besoin de lui - et ensuite seulement il pourrait gémir et tourner de l'oeil.

« Pas de quoi » grommela Ari avant de ranger son précieux dictame durement acquis.

Quand on avait un chat tueur d'hiboux et une passion pour les animaux, il fallait toujours être équipé. Il n'y avait pas non plus de quoi vider sa fiole pour un garçon qu'elle venait de rencontrer - et franchement elle comprenait pourquoi. Sa brûlure à elle tiendrait bien un peu plus. Si elle voulait son oeuf, ce ne serait sûrement pas la dernière de toute façon.

Cela ne servait à rien de jeter des sorts bêtement car là, le seul résultat était la répulsivité du serpent de feu et de cendres qui, apparemment, n'était plus du tout d'accord pour la laisser jeter un oeil.

Quel idiot quel idiot quel idiot.

Non non non, ce n'était pas sympa de le juger sur deux minutes de brève conversation, peut-être avait-il juste parlé sous le coup de l'action, peut-être que c'était quelqu'un de sympa qui méritait vraiment qu'on l'écoute et qu'on prenne le temps de..

Quel idiot quel idiot quel idiot.

Et qui en plus insultait le futur parent de son serpencendre.. Collée contre les fondations de la volière, Ari attendait que les méninges de l'arroseur-en-chef ait fini de s'agiter avant d'essayer elle-même quelque chose. De toute évidence, le serpent n'était pas prêt de pondre ses oeufs, et l'autre n'était pas prêt de la fermer.

« Tu fais p.. Tu lui fais peur. »

Alors la jeune fille ramassa des plumes qui se trouvaient sur le sol - espérant que le garçon se reculerait finalement et la laisserait faire - et en fit un petit tas qui se devait d'être accueillant pour un serpencendre. Puis, comme une gentille moldue qu'elle n'était pas, elle sortit un briquet de son sac et enflamma le tas.

Oui, car le feu magique était un vrai nid à serpencendre et laissé sans surveillance, la volière serait devenue le lieu d'un carnage innommable qu'elle pouvait franchement se permettre d'éviter. Fière d'elle-même, elle se tourna vers le garçon, s'éclaircit silencieusement la gorge et risqua ironiquement :

« Tu te sens capable d'utiliser Aguamenti si-si jamais ? »

_________________
RAVEN FLAW
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Le feu, ça brûle. | Dim 5 Juin - 12:34


Bestiole vicieuse. Apparemment mon sort a servi à que dalle et la sale bête s'est empressée d'se venger sur ma pauv' main. C'est qu'ça fait mal en plus ! Bon, ça a rien d'comparable aux nuits d'pleine lune quand j'me transforme, j'ai l'impression qu'on m'écartèle à chaque fois, mais faut avouer que quand tu t'y attends pas, et surtout quand t'as pas l'habitude de t'brûler, ça peut surprendre. J'tire la tronche, carrément vénère d'me faire ridiculiser comme ça d'vant une gamine mais elle a pas fait tant mieux qu'moi si j'me réfère – deuxième mot qui pèse, t'as vu le voc que j'me tape ? – à sa main. On doit vraiment avoir l'air cons, en train d'galérer à deux dans la volière contre un p'tit tas d'cendre sifflant. Les serpents, ça craint. Ça peut t'tuer avec leur venin, ces putains d'vicieux, mais en plus y en a des mêmes pas vivants, comme çuilà, qui viennent te casser l'cul alors qu'tu fais une bonne action en ram'nant un piaf blessé, pépère. Plus jamais on m'prendra à rend' service, j'sais même pas pourquoi j'l'ai écouté c'prof, y m'aura attiré que des ennuis – et une brûlure ! A défaut d'êt' maligne, la Serdaigle sort une fiole de ses robes et me fait signe de lui tendre la main.

J'hésite une seconde, après tout j'la connais pas et c'est chelou, qu'elle propose de m'soigner – parce que j'vois pas c'qu'elle pourrait faire d'autre avec sa putain d'fiole – mais j'peux toujours lui foutre un taquet si elle s'fout d'ma gueule. J'me laisse faire et au final j'ai eu raison, la douleur diminue rapid'ment. J'me retourne vers le serpencendre, ignorant royal'ment la morveuse ; j'espère qu'elle s'attendait pas à un merci, j'lui ai rien d'mandé moi. Qu'est-ce qu'on peut bien faire, pour l'tirer d'son trou ? Les oiseaux continuent de piailler et la brune de réfléchir, le regard fixé sur la créature. Elle croit s'en sortir toute seule alors qu'moi j'me suis foiré ? Pff, une vraie p'tite Serdaigle qui f'rait honneur à sa maison d'crâneurs. Y pensent qui sont mieux qu'les autres, plus intelligents, plus malins, alors qu'en fait y passent juste leur temps l'nez plongé dans des livres et s'la pètent avec tous les sorts qu'ils connaissent. Et cette conne, elle me sort... que j'lui fais peur ? J'sens un sourire pas très rassurant s'dessiner sur mes lèvres et j'me penche vers la gamine, tout près d'son oreille.
C'est pass'qu'il est malin. Toi aussi tu l'es, nan ? Ma voix est plus qu'un murmure mais avant que j'puisse lui susurrer d'aut' menaces voilées elle se met en mouvement. Elle récupère quelques plumes qui traînent ça et là et en fait un p'tit tas, qu'elle dispose devant l'trou.

Putain, mais elle fout quoi ? J'ai beau réfléchir, j'vois pas où elle veut en v'nir avec son tas d'plumes mais j'me retiens bien d'le dire, pas question d'me foutre la honte une deuxième fois. Elle a l'air de s'dire qu'le serpencendre s'ra intéressé par les plumes mais franch'ment, j'doute. Elle s'remet à fouiller dans ses affaires et sort un truc qui sert à allumer les clopes moldues. Elle est sérieuse, là ? Elle veut s'fumer un joint en scred dans la volière ? Putain mais c'est qu'elle est moins conne qu'elle en a l'air, la p'tite ! J'souris et commence à m'diriger vers elle, si elle à de quoi fumer, qu'elle fasse tourner, mais avant que j'puisse dire quoique ce soit elle fout le feu au tas d'plumes. Mais... Je comprends RIEN à c'qui s'passe. Elle allait pas sortir un joint, au final ? Fausse joie. Dégoûté, j'lui lance un regard de la mort et hoche la tête sèchement à sa question.
J'me sens aussi capab' d'mal viser, si tu vois c'que j'veux dire. J'me recule quand même pour laisser l'champ libre au reptile qui, trouvant sûr'ment les flammes à son goût, s'précipite sur le p'tit tas brûlant. MAINTENANT ! Aguamenti !

Et voilà le feu qui s'éteint et la bestiole qui se remet à crépiter, exactement comme tout à l'heure. Prêt, cette fois, j'fais un bond en arrière pour éviter les étincelles – bon, un gros bond en fait – et l'une d'entre elle frôle un hibou qui s'enfuit de la volière en pullulant encore plus fort. J'me retourne d'un mouv'ment vers la gamine fautive.
Putain mais t'es conne ou quoi ?! Pourquoi tu m'dis d'faire ça si ça fait comme taleur ? Bouffonne.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
Ariane M. Knight
Serdaigle
ft. : Emily Rudd
Hiboux envoyés : 106
Entrée à Poudlard : 15/05/2016
Année d'étude en cours: : Troisième
Maison répartie : Aiglons
Mornilles : 476
DC : PANtoufle/CALylas/CHENe/DIMITRonc
Chocogrenouilles : 109
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Le feu, ça brûle. | Lun 6 Juin - 11:53


Se pencher vers elle pour lui susurrer n'importe quelle bêtise, ce n'était pas exactement l'idée qu'Ari se faisait d'une chasse aux oeufs de serpencendre. C'était encore moins l'idée qu'elle se faisait quand à la personne qui l'accompagnait : grand, certainement pas aussi malin que les fientes d'hiboux qui jonchaient le sol, ET OH MY KING CE QU'IL PARLAIT FORT POUR RIEN.

1 - C'était un donneur de leçon.

Alors qu'elle aurait pu le battre à plate couture en duel trois fois, il la regardait de haut, lui conseillait de ne pas se frotter à lui et sous-entendait - oh le grand dadais aurait-il apprit ce qu'était un sous-entendu - qu'elle devrait être effrayée par lui aussi.

Effrayée par sa stupidité, sûrement. Par sa vulgarité, il faudrait y penser. Par son incapacité à s'auto-gérer, sans rien. Par lui ? AHAHAH. Il aurait plus vite fait de se cogner tout seul que de capturer le serpencendre, aussi la jeune fille réprouva un frisson et souffla du nez.

« J'me sens aussi capab' d'mal viser, si tu vois c'que j'veux dire. »

Et je me sens aussi capable de t'en foutre une, si tu COMPRENDS ta langue maternelle.

A sa remarque, Ari haussa les épaules. Si elle devait rétorquer à chaque remarque que les gens lui faisaient, elle ne serait sûrement plus de ce monde. Et puis, avec un peu de chance, il ne serait même pas capable de la viser elle, alors..

2 - C'était un arroseur récidiviste.

Qui, qui plus est, s'amusait à saccager tout ce qu'elle venait d'entreprendre. La confiance du serpencendre qu'elle aurait pu regagner, les oeufs qu'elle aurait eu, et le briquet qu'elle n'aurait pas eu à ressortir. Bon sang, c'était elle qui allait le noyer à la fin !

Et en plus, il l'insultait !

Oh, je ne suis pas sûre que ce soit moi, mais il y a effectivement quelqu'un de très con dans cette volière.

Knight inspira pour répondre et.. se tut. Son visage rougit légèrement. Les flammes rapidement éteintes, les étincelles dont elle ne s'était pas attirée suffisamment à temps l'avaient totalement prise au dépourvu. La troisième année s'essuya la cendre qu'elle avait sur le front. Trop de pensées l'envahissaient en même temps, trop d'émotions..

Elle avait besoin d'un nouveau plan.. Et d'un nouveau coéquipier.

« Tu sers à rien. »

Les mots étaient sortis de sa bouche sans qu'elle puisse les retenir, et maintenant, elle s'en voulait à mort. Sa baguette pointée discrètement devant elle, la petite restait figée devant le garçon.

C'était gratuit, c'était méchant - c'était vrai - elle n'aurait pas dû le dire. Mais bon, ce qui était fait était fait ! Il n'y avait pas que le feu qui brûlait.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le feu, ça brûle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: hogwarts hogwarts hoggy warty hogwarts :: Les tours :: Volière-
Sauter vers: