RSS
RSS



 

 
Litriù
avatar
Clover Montgomery
Litriù
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Message[Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Mer 18 Mai - 20:19


Sa réponse... La réaction que j'avais provoqué chez le jeune homme valait tout l'or du monde pour moi. Ce pétillement dans les yeux, cette invitation semblait l'avoir réveiller, j'avais l'impression de reconnaître le Drystan que je connais, celui dont je suis tombé amoureuse dès mon arrivée dans cette école. Ce petit blond au nom imprononçable au départ, mais que j'ai appris à connaître au fil des années, ce sentiment a grandi au fond de moi, sans que je puisse rien faire pour le contrôler. Je me contentais de chaque petits instant qui m'étais offert de passer en sa compagnie. Comme ce soir, alors qu'il me pointait du doigt en se dirigeant vers son dortoir, j'ai jeter un œil à ma tenue, moi aussi je devrais me bouger un peu et aller me changer aussi.

Quand j'ai relevé la tête il n'était déjà plus en vue. Je me suis donc diriger vers mon dortoir pour enfiler une tenue plus convenable, en mettant par exemple des chaussures, parce que nu pied dans la forêt ça ne le faisait pas vraiment. Donc un jeans, un petit haut tout simple, une veste chaude, mes converses rose, un foulard et une tuque et me voilà fin prête. J'ai fais rapidement en essayant de ne pas réveiller les autres filles et à peine essoufflé je suis de retour dans la salle commune en attendant Drystan.

Il ne met pas trop de temps à venir me rejoindre et c'est comme si c'était lui qui m'attendais, j'éclate d'un petit rire avant de le suivre et de le rejoindre pour sortir de la salle commune. Et son avertissement avant d'aller se perdre dans les couloirs me fit un petit froid, il ne pouvait s'en empêcher. Il fallait vraiment qu'il me rappelle à chaque instant combien je le voulais. « T'inquiète dom Drystan! » Murmurais-je alors que je m'enfonçais dans les couloir derrière lui.

Le temps de nous rendre aux grandes portes ne fut pas trop loin et je pris sur moi d'ouvrir, ne dit-on pas les femmes d'abord? Je dévalais les marches de pierres avec légèreté avant de mettre un pied sur la pelouse qui s'étendait devant nous.

« Dans quelle sorte d'aventure les blondinets de Serpentard vont-ils s'aventurer en cette nuit froide et noir. Personne devant, personne derrière, ils sont seuls sur cette étendue verte. Nous en saurons plus dans quelques instants, puisque d'après les rumeurs ils vont s'enfoncer dans cette forêt dite interdite! »

Je me tourne vers lui en marchant de reculons. « Tu vois, je suis prête, je ne retire pas mes paroles et nous allons dans cette forêt, comme je te l'ai dit. »

La forêt se rapprochais à chaque pas que nous faisions. « Tu y est déjà aller toi? »
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: [Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Jeu 26 Mai - 13:45


suite de là:
 

look forestif de Dry:
 


Le vent frais s’engouffra dans sa cape. Drystan frissonna et la resserra.

La lueur orangée des torches du château et des bougies qui scintillaient derrière les vitraux de la Grande Salle disparaissaient peu à peu derriere eux. Les ombres des deux Serpentard se firent de plus en petites au fil de leurs pas, jusqu’à complètement disparaitre lorsqu’il s’engouffrèrent dans l’obscurité totale du parc.

Drystan illumina sa baguette d’un lumos. Il existait un risque que la lumière de sa baguette attire l’attention sur eux, mais quelque chose lui disait que si ils avaient réussi à sortir du château au milieu de la nuit au lieu de rentrer à leurs dortoirs punis, la queue entre les jambes, c’était peut-être parce qu’Hastings l’avait bien voulu.

La pénombre était secondée par un silence de mort, comme si la forêt et la nuit s’étaient mis d’accord pour être le plus intimidants possible.
Seule la voix de Clover était assez brave pour défier le silence, comme un perce-neige qui aurait décidé de ne pas se laisser impressionner le froid de mort de l’hiver.

Clover progressait à reculons en direction de la forêt. La lueur au bout de la baguette de Drystan faisait danser des ombres étranges sur le visage de son amie. Ses cils semblaient surnaturellement longs et ses yeux, habituellement aussi bleus que ceux de Drystan, paraissaient aussi noirs que la surface du lac immobile.

« Bien sûr que j’y suis déjà allé ! » répliqua Drystan, son air le plus fier accroché au visage.

Ce qu’il se garda de préciser en revanche, c’est qu’il n’avait guère été plus loin que la lisière de la forêt pour y fumer une cigarette ou un pétard en cachette.

Lorsqu’ils passèrent au niveau de la cabine d’Hagrid, Drystan éteint sa baguette pour ne pas réveiller le garde chasse et son chien. Ils avancèrent au radar jusqu’à la lisière de la forêt, où la dense masse des arbres ne manquerait pas de les protéger de la vue du demi-géant.

Il décida alors qu’il était temps de rallumer sa baguette.
Devant leurs yeux, rien que des arbres aux racines tortueuses, aux branches basses et des ronces aussi loin qu’il leur était possible de voir. Pourquoi avaient-il décidé de venir ici, déjà ?

Planté sur place comme s’il essayait d’imiter les arbres, Drystan jeta un regard en biais à sa camarade.

« Toujours partante ou tu te défiles ? »


Un sourire au coin des lèvres, il lui tendit la main.

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
Clover Montgomery
Litriù
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: [Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Dim 29 Mai - 9:01


L'air était froid et j'avais presque l'impression de le sentir jusqu'aux os, tellement c'était pénétrant. Mais, ce moment, pour rien au monde je n'échangerais ma place. Je suis tellement contente de passer ce moment avec lui, être seule, complètement avec lui. Peu importe l'heure qu'il est je m'en fou, même si c'est la nuit et que nous sommes dehors près de la forêt interdite. De toute façon, cette balade impromptue c'est moi qui en ai eu l'idée. Et je ne le regrette pas, bien sûr qu'il fait vraiment noir et que le silence de la nuit est lourd. Mais une fois sous le couvert de la forêt se serait probablement différent et les arbres allait sûrement aussi nous garder un peu plus au chaud, nous isolant du vent.

Je me sens heureuse et légère, je parle tout bas mais de manière a être entendu par mon compagnon d'aventure. Je laissais le reste faire l'ambiance, je ne fis que plisser légèrement les yeux lorsque sa baguette allume alla directement dans mes yeux.

Je me retrouvais maintenant comme une débutante de l'exploration de la forêt, je ne pouvais pas mentir non plus. Mais je n'y étais jamais aller, c'est con, mais pour certain trucs j'avais trop peur des représailles, sauf que là rendu ou j'étais, il était trop tard pour que je puisse reculer et je ne voulais pas avoir l'air ridicule devant mon beau blond.

Mes yeux se promenait d'un arbre à l'autre évaluant depuis combien de temps les arbres de la forêt vivait, ma baguette dans la main, d'un sort informulé je fis apparaître moi aussi de la lumière parce que seul l'éclairage de la baguette de Drystan ne serait pas suffisante dans les profondeurs de la forêt.

« Tu sauras que je ne me défile jamais! »

Je ne le regardais pas, mais un sourire étira mes lèvres. Puis je fis un premier pas en avant, puis un deuxième. J'avançais lentement pour être certaine qu'il me suivait, je ne voulais quand même pas partir seule dans cette aventure.

Un frisson parcouru mon échine au complet lorsqu'un bruit se fit entendre. Je tente de voir d'où il provient en promenant ma baguette dans l'ombre de la nuit. Je ne ferais pas ma chochotte, c'est peut-être rien ce bruit. Pas besoin de PANiquer.

« Tu crois qu'il y a des créatures vraiment dangereuse dans la forêt ou ils essayent juste de nous faire peur? Tu as vu quoi quand tu y étais venu? »

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: [Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Sam 4 Juin - 9:49


Il faisait noir, mais c'est pas comme si ça me dérangeait vraiment. Les loups-garous sont nyctalopes après tout, ça veut dire qu'on peut voir dans la nuit, et ça, ça a un vrai impact dans la vie quotidienne. Plus besoin d'lumière, de baguette, de lumos, que dalle, juste de mes yeux et ça suffit. Et le must dans tout ça c'est que personne peut s'douter que j'rôde, puisque les autres, eux, y voient rien ! J'ai beau r'tourner la question dans tous les sens, j'vois presque aucun inconvénient à ma nouvelle condition. C'est clair que pour la plupart du monde sorcier c'est carrément la honte, d'être mordu. Y pensent qu'on est des monstres, des bêtes plus animales qu'humaines mais d'façon, y'm'traitaient d'jà d'monstre avant alors franch'ment ça change absolument rien pour moi. J'vois mieux, j'entends mieux, j'suis plus fort et une fois par mois j'me transforme en une créature capab' de transformer un humain en steak d'hippogriffe. J'aurais p't'êt' du mal pour trouver du boulot mais bon, faudrait d'jà qu'j'ai un endroit où squatter une fois ma septième année terminée. J'ai ni thune, vu qu'mes connards de parents ont récupéré tout l'fric que j'devais toucher à ma majorité, ni domicile, ayant été viré d'chez moi y a d'ça quelques mois. Et j'me vois sincèrement pas rester chez Nash jusqu'à la fin d'ma vie, il a déjà été assez sympa d'me recueillir quand j'étais à la rue mais j'sais qu'avec ses parents, c'est pas tip top et ça m'étonnerait que ses connards de vieux prennent mon parti contre cui d'ma famille.

Les sang-pur, surtout en Angleterre, c'est une communauté plutôt fermée. Y's'réunissent pour leurs soirées mondaines de merde et font comme s'ils savaient mieux qu'tout l'monde quelle conduite adopter. Premièrement, être un enfoiré et mépriser tout l'monde. Deuxièmement, si tes gosses te déçoivent ou tournent pas comme tu veux, faire comme s'ils avaient jamais existé. Troisièmement, être un enfoiré et mépriser tout l'monde. Suis ces règles, et tu seras un sang-pur bien comme y faut. Perso j'ai jamais réussi, c'est bien simple. Même avant de dev'nir un loup-garou j'correspondais pas à c'qu'y voulaient. Poufsouffle ça leur allait pas, j'pense même qu'ils auraient préféré que j'finisse à Gryffondor plutôt qu'chez les jaunes, mais moi j'trouve que l'blaireau, ça m'va plutôt bien comme emblème. En tout cas, ma lycanthropie ça a été la goutte d'eau qu'a fait déborder l'vase, ça c'était impardonnable, le truc qui passe pas chez « l'élite ». Pff, j'les emmerde, moi j'savoure même si eux comprennent rien. La forêt interdite, la nuit, ça a le potentiel de foutre les chocottes, et pas juste aux p'tits premières années tout flippés. Même leurs aînés hésitent à y mettre un pied et c'est compréhensif ; qui qui a envie de tomber sur un truc comme moi alors qu'y s'balade tranquillos ? Aujourd'hui, comme j'ai dit, c'est la pleine lune. Normalement j'suis censé aller m'terrer au fond de la Cabane Hurlante, comme la tradition l'exige pour tout loup-garou à Poudlard, mais avec la potion Tue-Loup j'peux tout à fait m'contrôler – enfin tout est relatif – alors pourquoi m'cacher ? Personne m'enfermera en tant qu'sorcier, et encore moins en tant qu'loup.

J'enjambe un tronc d'arbre enfoncé dans l'sol avant d'me diriger vers la clairière que j'avais remarquée quand j'ai fait mon tour de repérage, y a quelques jours. Elle est déserte, assez spacieuse et j'sais pas pourquoi mais j'aime pas m'transformer dans un endroit clos ou étroit. Sûrement mon instinct d'liberté animal qui se manifeste. Je lève la tête pour regarder le ciel obscur, et des nuages dissimulent la lune. J'aurais au moins l'temps d'enlever mes fringues avant d'les déchirer. D'abord mon t-shirt – j'ai la température corporelle plus élevée maint'nant, plus besoin d'veste - puis mon pantalon et mon boxer, suivi de mes chaussettes et mes baskets. Merde, ma baguette ! J'aurais pas dû l'emmener, si j'la paume, pour m'en retrouver une... Je me retourne et cherche des yeux un recoin où la cacher, là où aucune bête ne risquerait de tomber d'ssus par accident et de l'emporter dans son terrier. Finalement, je me décide à l'emmailloter dans mon t-shirt et planque mon p'tit ballot au pied d'un arbre, que j'recouvre direct de terre. Avec mon odeur de loup-garou sur mes vêtements j'pense pas que quoiqu'ce soit m'vole mes biens. Ce s'rait une putain d'erreur monumentale !

Une fois les préparatifs finis j'me dirige de nouveau vers le centre de la clairière, fixant le ciel avec espoir. Ça y est, les nuages commencent à dégager et la lune à apparaître : c'est l'moment. Soudainement, j'tombe à quatre pattes et des spasmes s'emparent de mon corps, de mes bras, de mes jambes. Un frisson court le long d'mon échine et descend dans mon dos et un cri rauque franchit mes lèvres. J'ai l'impression qu'on m'arrache les cordes vocales, qu'on brise chaque os de mon corps, qu'on m'démembre avant d'me r'coller de manière différente. C'est tellement douloureux que pendant un moment j'vois plus rien, j'entends plus rien et j'peux que subir c'qui m'arrive. Même mon cerveau ralentit pour me focaliser sur la douleur, si intense que des larmes perlent à mes yeux. Ça dure une poignée de minutes mais c'est assez d'souffrance pour me laisser pantelant sur le sol, à hurler comme si on m'éventrait, ma voix déformée en un mélange d'humain et d'animal. Bientôt ce qui était une voix devient une sorte d'hurlement/aboiement qui s'élève au milieu de la clairière, jetant un froid dans la forêt. Je respire à grandes bouffées, essoufflé et encore étourdi par la douleur. Plus aucun bruit ne m'parvient hormis ma respiration haletante, les animaux se sont tous éloignés, conscients du danger que j'représente. J'ouvre mes yeux qui sont restés verts, même s'ils ressemblent à ceux d'un loup, désormais, et j'tente de me relever, ou plutôt de me hisser sur mon cul d'loup. Je tremble encore comme une feuille, me faut un temps d'adaptation avant d'pouvoir courir la forêt en toute impunité. C'est l'seul point négatif, le mal de chien qu'ça m'fait à chaque fois mais j'trouve ça peu cher payé. Finalement, au prix d'un énorme effort j'arrive à me reprendre et à m'calmer assez pour que les tremblements cessent.

Merci la potion Tue-Loup, merci le prof de potions, parce que si j'devais vivre ça sans conscience humaine, j'imagine même pas c'que j'ressentirais. Des bruits de pas me parviennent, au loin, mais trop d'odeurs assaillent ma truffe pour qu'j'y prête attention. Avant que j'puisse réfléchir j'me retrouve en train d'foncer à travers bois, mes pattes rebondissant avec agilité sur le sol de la forêt interdite. On pourrait presque me confondre avec un loup, si ce n'était ma taille plus mastoc, mon museau plus p'tit et ma queue, moins poilue que celle d'un vrai. Mon regard aussi, il est plus humain, normal en même temps, j'reste pratiqu'ment moi-même à peu de choses près. J'sais pas combien d'temps j'gambade l'esprit léger, attiré par mille et une effluves. Les sons, les odeurs, tout est différent quand j'me transforme, beaucoup plus excitant et tout m'paraît nouveau, intéressant. Ça change. Je stoppe ma course et me ramasse sur le sol, tourne sur moi-même et me remets à courir. J'me contrôle mais parfois mon instinct d'animal est trop fort, et j'me retrouve à faire des trucs bizarres. Là, par contre... C'est ma partie humaine qui se rappelle à moi quand un trait de lumière traverse les arbres, se réverbérant dans mon œil. Des gens ! Il y avait des gens ici, en même temps que moi, et des sorciers !

J'hésite un instant mais nan, bordel, j'peux pas, j'peux pas résister, j'peux pas tourner les pattes et m'renfoncer plus loin dans la forêt, passer à autre chose, chercher une autre occupation. Mon sang fait qu'un tour, l'odeur humaine est trop puissante pour moi, j'ai pas l'choix, j'dois aller voir ça de plus près. Sans que j'm'en rende compte, mon corps adopte une conduite plus discrète, j'me déplace sans bruit entre les arbres et les buissons, des ronces venant parfois s'accrocher à mon pelage châtain clair. J'évite sans y penser les brindilles sur le tapis des bois et les feuilles sèches qui risqueraient de trahir ma présence, j'me rapproche, encore un peu plus, encore cinquante mètres, quarante, trente, vingt... C'est finalement à que'que pas de la source du bruit que je m'arrête, enfin des sources, puisque deux odeurs bien distinctes me parviennent.

Wojciech et Clo-Montgomery la traîtresse. Putain, de tous les bouffons du château il a fallu que ce soient eux, eux qui se bougent dans les bois en plein milieu d'la nuit. Si j'avais encore une bouche un sourire ce s'rait dessiné sur mes lèvres, mais j'ai même pu d'lèvres. S'ils sont r'trouvés à moitié bouffés une nuit de pleine lune aucun doute que les soupçons s'retourneraient contre moi, surtout qu'c'est pas un secret que j'peux pas blairer ces deux clowns, mais leur foutre la trouille, ça... Y savent même pas qu'jsuis un loup-garou après tout, personne me grillera, et s'ils ouvrent leur gueule, qu'est-ce qu'y diront pour justifier leur présence ici à c't'heure là ? Des fois, le destin te donnent des cadeaux qu'tu peux pas r'fuser. J'peux p't'être pas trop les malmener mais rien m'interdit d'leur foutre les j'tons, nan ? Tiens, et si j'évitais pas cette branche toute rigide, par terre ? Et merde, la voilà qui craque, et qu'un grondement menaçant m'échappe. Mais quel étourdi je fais, maint'nant... ils vont être obligés de jouer. Toujours silencieusement, je passe derrière une barrière d'arbustes et me glisse sur la droite, à l'opposé d'où j'étais. Et mince, une autre branche qui craque, et je lâche un jappement. Impossible de n'pas comprendre qu'un prédateur rôde. A moins qu'ils soient vraiment si cons ?
Revenir en haut Aller en bas
galérien
avatar
Drystan Wojciech
galérien
ft. : Jamie Campbell Bower
Hiboux envoyés : 651
Entrée à Poudlard : 23/03/2016
Année d'étude en cours: : ~
Maison répartie : ancien Serpy
Mornilles : 1652
DC : ☠️ Clover Montgomery
☠️ Ludo Hastings
☠️ Sara Rivers
☠️ Elyssa Marchand
Chocogrenouilles : 860
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: [Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Lun 6 Juin - 8:16


Drystan regarda sa main, plantée comme une idiote au bout de son bras, inutile. Sa main que Clover n’avait pas daigné prendre alors qu’il lui avait tendue.

Sa main qu’il s’empressa d’enfoncer dans sa poche tandis qu’une moue un peu bougonne se dessinait sur son visage. Se faire ignorer, c’était déjà une chose à laquelle Drystan n’était pas spécialement habitué, mais par Clover, ça devait bien être une première.

Tant pis pour elle. Elle avait manqué sa chance, cette nouille.

Mais son petit orgueil froissé fut momentanément mis de côté suite à la question de son amie. Est-ce qu’il y avait vraiment des créatures dangereuses dans cette forêt ?
En tout cas, s’il s’agissait d’une légende, c’était une légende drôlement réaliste. Avec toutes les histoires d’araignées géantes, de centaures, de loup-garous et de voitures volantes retournées à l’étage sauvage qu’il avait entendues, les chances que ces histoires soient au moins en parties vraies étaient somme toute assez élevées.

« Qu’est-ce que j’en sais moi, » fit-il en haussant les épaules. « C’est toi l’intello, c’est toi qui devrais savoir ce genre de trucs. Qui sait, on croisera peut-être des elfes des forêts, tu pourras leur poser des questions sur ton bouquin chiant. »

Parler. Raconter des conneries pour ne pas se laisser envahir par le silence oppressant. Ou plutôt, ce presque silence entre coupé de bruits de froissements de feuilles à cause du vent dans les branches des arbres. Des hululements de chouette, des craquements de brindilles alors que les rongeurs nocturnes s’enfuyaient, effrayés par la lueur de leurs baguettes.

« Bon, c’était sympa cette petite balade en amoureux mais on devrait peut-être— » 

Un loup. Il en était sûr, il avait entendu un hurlement de loup dans le lointain. Un frisson parcourut son échine.

« …rentrer au château. Putain, t’as pas entendu un truc, là ? »

Un craquement de branche. Pas une petite brindille minable, un vrai bout de branche morte dont le craquement semblait presque assourdissant dans le silence sinistre de la forêt. Un grognement.

Le coeur de Drystan fit un tour, et cette fois ce fut lui qui vint chercher la main de son amie, l’entrainant dans la direction d’où ils venaient.

Un autre bruit de branche morte, un jappement clairement canin. Drystan stoppa net. Le coeur tambourinant —il comprenait maintenant pourquoi il n’était pas Gryffondor— il pointa sa baguette en direction de la source du bruit.
Le halo argenté se refléta, au milieu de l’obscurité pénétrante, contre une paire d’yeux luisants.

Il sentit son souffle le quitter subitement. Tout le sang de son corps fuir vers le centre de gravité de la Terre. Il figea. Ne pas effrayer la bête. Gagner du temps. Quelques secondes de vie supplémentaires avant de se faire dévorer.

« Mec, » souffla-t-il à l'intention de Clover, « sur une échelle de ''Putain c’est la merde’’ à ''Mais qui a eu cette idée de con’’, combien tu penses qu’on a de chances de s’en sortir vivants ? »

Toujours paraitre fun et détaché, c’était la règle. Même en cas de mort imminente. Surtout, en cas de mort imminente.

_________________
liste des RP links bio        LIVE FAST ~ DIE YOUNG.
                                                         And leave a good looking corpse.
Revenir en haut Aller en bas
Litriù
avatar
Clover Montgomery
Litriù
ft. : Charlotte Free
Hiboux envoyés : 241
Entrée à Poudlard : 08/05/2016
Année d'étude en cours: : Deuxième année Litriù
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 607
DC : Ludo, Elyssa, Sara, Drystan
Chocogrenouilles : 226
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: [Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas ! | Lun 6 Juin - 22:53


Rouler des yeux en ignorant le commentaire de Drystan sur le livre que je lisais. Il ne peut pas comprendre l’intérêt que j’ai pour les créatures qui ne sont pas doté de la même intelligence que nous. Comprendre comment ils font pour vivre alors que leur cerveau ne peut pas nécessairement faire les liens de a à b. Je ne fis qu’un simple haussement d’épaule en me retournant vers lui doucement, m’assurant tout de même de ne pas lui foutre le rayon de lumière dans ses magnifiques yeux bleus.

« Je croyais que je parlais à une personne d’expérience dans ce genre d’escapade. Alors oui je me doute qu’il y a des créatures qui y vivent, mais si elles sont dangereuses ou non j’en ai aucune idée, peut-être ne font-elle que défendre leurs territoires si on s’y aventure de trop près ? »

J’avoue qu’en ce moment le silence semble pesant, même les animaux se font discret, un peu comme le calme avant une tempête et je dois avouer que tout cela ne me rassure pas tellement, ça me fait même un peu froid dans le dos. Je dois avouer que je ne suis pas la fille la plus courageuse qui soit, malgré les apparences que je tente de me donner. Je suis plus du genre à faire semblant de l’être et de laisser les gens autour de moi affronter ce que moi je ne veux pas affronter, parfois mes jolis yeux fonctionnent bien pour ça.

Je n’avais pas besoin d’entendre le reste de la phrase de ma belle-gueule pour savoir ce qu’il allait dire et j’étais vraiment d’accord avec lui. Serrant sa main dans la mienne fortement, me collant même légèrement à lui. OPM, je suis certaine que c’était un hurlement de loup ce truc, impossible que ce soit autre chose.

Je ne me faisais pas prier pour suivre le blond pour retourner d’où on venait. Purée pourquoi j’avais eu cette idée ridicule de venir dans la forêt. Et le grognement était si proche que si on faisait un mouvement brusque, la bestiole allait se mettre à notre poursuite.

« Dommage qu’on ait pas une PANoplie de gryffon à lui sacrifier, on aurait pu la tuer au passage, pour sauver notre peau. Pour le nombre de chance tout dépends du nombre de papillons qui vont l’intéresser en chemin avant de nous atteindre. »

Je parlais le plus bas que je pouvais, couinant presque, sachant que la bestiole devait quand même m’entendre, les loups ont malheureusement l’ouïe surdéveloppé. Pourtant, il ne faut pas montrer notre peur, il faut tenter de rester calme, mais en mon fort intérieur j’étais tout sauf calme. Mes ongles s’enfonçaient dans la peau de Drystan.

Je sens mes jambes devenir aussi lourde que du bêton, ce n’est pas le temps, je ne peux pas me permettre de perdre l’usage de mes jambes à un moment aussi crucial. Je murmure un Nox, inutile pour le loup de toute façon, et je ne crois pas qu’une bestiole tenteras de faire de nous une proie également.

« T’as déjà vu un loup grimper aux arbres ? Parce qu’on a deux choix, soit on court soit on se cache en hauteur… aucune des deux options me tente… »

Je tente un regard vers l’arrière, je ne vois rien, pourtant la menace est là. « Dry, si on s’en sort… » Non… je ne peux pas demander ça là. Ma respiration est saccadée, je sens que je vais défaillir. « Il faut qu’on bouge…. Maintenant ! »

_________________

I tried to go on like I never knew you
I'm awake but my world is half asleep
I pray for this heart to be unbroken
But without you, all I'm going to be is incomplete
Revenir en haut Aller en bas
 
[Dryver] Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: hogwarts hogwarts hoggy warty hogwarts :: Extérieur et environs :: La Forêt Interdite-
Sauter vers: