RSS
RSS



 

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Ven 22 Avr - 18:06
[HRPG] : MA ANNIE C'EST TON PREMIER RP JE TE FAIS HONNEUR. *Q* PS : Greenhouse signifie serre en anglais, comme c'est la base de mon Rp (et de la connerie de Pan) je préfère le signaler pour ne pas être deux à aller vérifier sur Reverso. ^^"

En cinq années passées à Poudlard, Pan n'avait jamais mit les pieds à la bibliothèque. Pourquoi donc s'embêter à aller à la serre ? La vérité était que le lieu restait encore inconnu pour la jeune Gryffondor. Très peu attentive durant ses cours - mais c'est vrai que cet endroit lui disait quelque chose ! - elle se contentait de jouer avec quelques plantes en pot puis repartait sans vraiment faire attention à l'endroit où la serre pouvait se trouver (elle demanda même quelques fois la direction en chemin).

Pour sa première visite - celle dont elle se souviendrait du moins - la demie-vélane avait prévu de rebaptiser la serre. Greenhouse, disait-on ? Et bien repeignons-la en rouge. Ironiquement, sa première visite ne se ferait pas à l'intérieur même de la serre.
La blondinette trouvait l'appellation "Green" injuste. Elle voulait dire, cet endroit n'était pas réservé qu'aux Serpentards ! Elle voulait faire les choses biens, aussi elle n'avait pas prévu d'utiliser la magie aujourd'hui - enfin pour le reste de la journée.
Une bombe de couleur rouge dans la main gauche, un petit gâteau dans la main droite - elle n'avait pas pu résister ! - la cinquième année s'était glissée dehors un peu avant la fin du repas pour réparer cette erreur de maison qui relevait - selon elle - de la discrimination. Cela ne restait que moyennement juste pour les autres maisons, mais la lionne se promit de revenir avec plus de couleurs la prochaine fois. Malheureusement, dans son dortoir, la blondinette n'avait trouvé que du rouge. Ce sera pour une prochaine fois, se dit-elle.

La jeune Young engloutit son gâteau d'une traite, secoua sa bombe et commença tout simplement à asperger la serre. Lui faudrait-il plusieurs bombes ? Et dire qu'elle n'avait même pas apporté sa baguette. Peut-être quelqu'un allait lui apporter de l'aide ? Non, c'était son travail, une des rares choses pour lesquelles elle était douée; repeindre tout ce qu'il lui passait sous la main en rouge.
Ce n'était effectivement pas la première fois que cela lui arrivait - qu'est-ce que ces camarades de chambre avaient râlées lorsqu'elle avait repeint leur sol en rouge ! Les elfes de maison ont travaillé plusieurs nuits afin de nettoyer le sol. La rouge et or rigola à l'évocation de cette pensée. Après la colère éprouvée suite à cette injustice sans nom - et personne ne cherchait rien à faire ! - Pan s'amusait enfin.

Comment allait-elle faire pour grimper sur le haut de la serre ? Elle n'avait pas de balai, et puis de toute façon elle ne savait pas voler. Peut-être que Winnie accepterait de l'aider ? Elle devait sûrement être encore en train de manger profitant de ses quelques instants de répit comme d'une bénédiction. Ou si elle se mettait sur la pointe des pieds.. Du haut de ses un mètre cinquante, la jeune fille toisa du regard la haute serre. Un peu plus sur la gauche peut-êt..Et non, c'était son bras. Elle avait le bras rouge. Pandora Young avait le bras rouge. Au point où elle en était, autant adopter le look Gryffondor à fond !

La moitié du corps déjà parsemée de rouge, Pan se fondait bien dans la nouvelle moitié de décor de la serre. Il ne lui restait plus beaucoup de couleur rouge. Sûrement qu'il en restait assez pour un dernier tag.. Qu'est-ce que Pan allait bien pouvoir marquer ? Oh, inspiration, quand tu nous tiens ! ragea-t-elle nerveusement tandis qu'elle s'asseyait devant son oeuvre d'art inachevée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 24 Avr - 14:12
"Arroser les plantes, non mais il m'a pris pour la jardinière celui-là !"

Ana pestait extérieurement, déversant toute la colère qu'elle avait en elle et qu'elle n'avait pas pu exprimer en face de son professeur. Ce dernier s'était permis de lui demander d'arroser les plantes toute cette semaine, prétextant qu'il avait des affaires importantes à régler alors que tout le monde savait qu'il passait son temps à rechercher une plante rare à l'autre bout du pays. Au lieu de le faire sur son temps personnel, il avait préféré compter sur Ana la bonne poire, comme la plupart des gens le faisaient.

Elle se maudissait intérieurement de ne pas avoir refusé mais elle était tout bonnement incapable de refuser d'aider quelqu'un qui la regardait avec des yeux aussi suppliants. D'autant plus qu'il fallait avouer que leur professeur de botanique n'était pas mal. Et en plus, il avait jouer un rôle clé durant la grande bataille, c'était un héros, comment envoyer paître quelqu'un comme ça ? Ajoutez à cela la détresse qu'avait ressenti Ana "grâce" à son don d'empathie et vous obtenez la recette irrefusable qui faisait toujours craquer la gryffondor.

Un jour elle aurait le courage de dire non, un jour. Elle en faisait une bien belle de Gryffondor, elle n'avait même pas le courage de prononcer un mot de 3 lettres. Des fois, elle se demandait si elle était réellement dans la bonne maison mais elle n'était pas assez travailleuse pour aller chez les Poufsouffles, pas assez brillante pour être chez les Serdaigles et beaucoup trop gentille pour finir chez les Serpentards. En fin de compte, le choixpeau l'avait sûrement mis chez les Gryffondors par élimination. Super, elle se sentait encore plus énervée maintenant.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle fût arrivée devant la serre et qu'elle découvrit une blonde couverte de rouge pétant qui se confondait parfaitement avec la couleur de la serre. Sa première réaction fut de se précipiter vers elle, paniquée, pensant que la jeune fille était blessée. C'est seulement lorsqu'elle fût plantée devant la blonde que son cerveau tilta en apercevant la bombe rouge dans sa main gauche.

Sa bouche s'ouvrit et se referma deux fois d'affilé sans qu'elle ne puisse aligner deux mots. A vrai dire, elle ne savait pas comment réagir. Qu'est-ce que cette idiote fichait bon sang ! Et dire qu'elle avait la serre en responsabilité le soir, elle allait avoir de gros ennuis !

Minute. Cette fille, elle la connaissait, elle l'avait déjà croisé dans la salle commune de sa maison. Une gryffondor qui vandalise un bâtiment, non mais franchement ! Elle allait faire perdre des points à sa maison en plus !

Inspirant un grand coup, elle essaya d'arborer un air autoritaire et supérieur même s'il fallait avouer qu'on aurait plutôt dit l'imitation d'une vieille dame avec une envie pressante.

"Si tu veux montrer tes talents d'artiste, c'est pas ici qu'il faut le faire ! Nettoie ça tout de suite, tu te crois où !"  

Immédiatement, Ana ressentit une culpabilité sans nom. Ce n'était pas dans ses habitudes de parler aussi méchamment à quelqu'un.

"Attend je vais t'aider..."

Et voilà, encore. Ana s'envoya une baffe mentale, elle ne changerait jamais. Elle lança un sourire bienveillant à la blonde qui n'avait pas du tout l'air pressée de nettoyer avant de se questionner sur la manière la plus rapide de nettoyer ce carnage.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 24 Avr - 15:59
Pan n'était pas entièrement sûre que repeindre des serres en rouge méritait le titre de "talent artistique" mais se promit de s'en servir comme excuse la prochaine fois qu'elle aurait - cela en devenait une obligation ! - à le faire. Mais comment cela ce "n'était pas ici qu'il fallait le faire" ? La femme qui se tenait face à elle était-elle au courant de l'injustice qui s'était déroulée sous ses yeux ? Son sang ne fit qu'un tour. Pour qui se prenait-elle ? Bien sûr qu'elle n'avait aucune raison de le nettoyer ? Etait-elle une nouvelle professeure ? En tout cas elle allait apprendre que Pandora Young allait toujours jusqu'au bout de ce qu'elle commençait ! La demie-vélane se leva d'un bond.

"NETTOYER ? JE NE SAIS PAS QUI TU ES.. MADAME OU JE NE SAIS QUOI, MAIS VOUS ALLEZ APPRENDRE A ME CONNAITRE ! CA," elle désigna du doigt la serre, "EST LE LIEU D'UN CRIME HORRIBLE QUI S'EST DEROULE SOUS TES PETITS YEUX. TU DEVRAIS ME FILER UN COUP DE MAIN AU LIEU DE SOIGNER DES MARGUERITES ! CA, elle pointa cette fois-ci son corps tâché de rouge, "C'EST.. C'EST.. C'EST PARCE QUE. Je trouvais ça marrant, sur le moment mais j'espère que ça partira au lavage. Je pense quand même que cela me fait un style, tu ne trouves pas ?"

Dommage, elle ne paraissait pas méchante pourtant. Prête à lui donner son identité, ses disponibilités et sa situation à Poudlard pour recevoir son habituelle heure de colle ou punition, la cinquième année écumait tranquillement de rage. Certes, l'évocation de sa semi-permanente la faisait bien rire, mais elle devait avoir l'air sérieuse, maintenir ses propos, tout ça, tout ça..

"Attend je vais t'aider..."

Pourquoi une professeure lui proposerait-elle son aide ? Et puis maintenant un gentil sourire ? La jeune Young haussa les épaules.

"OOOOH OUI, vous allez m'aider." répondit-elle les yeux brillants en posant dans ses mains sa bombe rouge à moitié vide.

La blondinette se positionna devant la serre, prête à la contempler de toute son âme. Merlin qu'elle avait du talent ! Cherchant désormais par quel angle aborder un tag, elle parlait telle une artiste inspirée par sa muse.

"Qu'est-ce que tu vas bien pouvoir taguer.. OH JE SAIS. Ennemis daltoniens prenez garde, la serre a fini de se mettre au vert. Ca en jette hein ?"

Toute fière d'elle, la jolie Pan recula de quelques mètres et poussa délicatement l'autre personne dans le dos. Que l'on se mette enfin au travail !

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 27 Avr - 16:08
Ana était restée sonnée pendant quelques secondes, l'air hébété, lorsque la blondinette s'était littéralement mis à hurler. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas été témoin d'une telle intensité sonore et ses tympans le lui rappelèrent bien. Ses oreilles bourdonnaient tellement qu'elle crut un instant qu'une ruche géante avait débarqué de nul part.

Il lui fallut plusieurs secondes avant que les informations déversées par la petite inconnue parviennent à son cerveau, sûrement un court-circuit dut au brouhaha dont avaient été victimes ses pauvres oreilles. Un crime ? Des marguerites ? Un style ? La brune fut envahit d'une incompréhension totale. Un crime ?! Est-ce qu'il y avait des blessés ? Ou alors elle parlait de son acte de vandalisme ?

- Evidemment que c'est le lieu d'un crime ! Regarde ce que tu es en train de faire ! Tu te fiches de moi, c'est ça ?

Ana était en colère ou non, pas en colère, indignée. Mais elle savait très bien que ce sentiment ne venait pas d'elle car elle était de nature calme. Cela venait donc de la blonde qui avec ses excès de conscience avait réussit à transmettre ses émotions à la pauvre empathique Ana. Elle en avait marre de ce fichu don bon sang ! Mais d'un côté, grâce à cela, elle était certaine que la fillette en face d'elle ne plaisantait pas.

La jeune femme détailla son interlocutrice de long en large, observant le rouge qui la parsemait ici et là et elle eut soudainement une immense envie de rire. Elle avait l'air un peu ridicule comme ça mais en même temps, ça faisait tellement Gryffondor ! C'est qu'il y avait de belles perles dans sa maison. Lui adressant un immense sourire, essayant tant bien que mal de ne pas rire pour ne pas la vexée, elle lui répondit d'un ton un peu trop enjoué "Un style indéniable, c'est certain !"

Ana écarquilla grands les yeux en faisant un pas de recul lorsque l'idiote lui déposa la bombe rouge dans les mains. Elle en avait tellement mis partout que sa propre main devint rouge en tenant l'instrument du délit. Ca y est, elle était fichue, on la prendrait pour sa complice maintenant ! Et dire que le professeur de botanique ne tarderait sûrement pas à revenir... Elle sentait la retenue arriver gros comme une maison à ce train-là, il fallait qu'elle agisse !

Pourtant, alors qu'elle s'apprêtait à reprendre son sérieux, elle ne put s'empêcher d'exploser de rire à l'énoncé du tag de la blonde. Il fallait avouer que c'était bien trouvé. Essayant tant bien que mal de reprendre son souffle, elle tenta de résonner l'inconnue sans savoir qu'elle aurait mieux fait de s'adresser à la pelouse qui entourait la serre.

- Bon écoute, je en sais pas à quoi tu joues mais on va avoir des sérieux ennuis ! Ce que tu fais là, ça s'appelle du vandalisme. Si tu as envie de refaire la déco, parles-en d'abord au professeur ou à la directrice !

La brune lui adressa un clin d’œil bienveillant avant de lancer un accio sur le jet d'eau qui se trouvait devant la serre et de commencer à asperger les vitres pour nettoyer. Peine perdue, la peinture devait résister à l'eau car les endroits qui étaient déjà secs ne bougeaient pas d'un poil.

- Génial, du waterproof... On aura jamais le temps !
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 28 Avr - 18:36
Le comble de la stupidité se tenait décidément en face d'elle. Cette nouvelle faisait tout à l'envers ! Pan lui avait pourtant dit d'utiliser une bombe rouge et non pas un jet d'eau qu'elle devait faire jaillir de sa baguette, non ? Heureusement que cette peinture ne partait pas à l'eau ! Au moins elle était d'accord avec elle que la serre était effectivement un lieu abject où le mal des Serpentards pouvait sévir sans réprimandes aucune ! Elle ne semblait pas trop avoir réellement compris la raison, mais peu lui importait : au moins avait-elle compris qu'il valait mieux se ranger de son côté.

Cela se voyait à s'en crever les yeux, la recrue était déjà en admiration devant le style qu'elle qualifiait indéniable de la blonde. *-* Qui ne pouvait pas le remarquer ? Ce n'était pas pour rien que c'était la demie-vélane la plus collée qu'avait connu Poudlard ! Du moins c'était ce qu'elle supposait : combien de personnes de son genre avait pu connaître cette école ?

"Tu sais ce qu'on dit, joli-coeur ? On ne fait pas de feu sans casser des allumettes." répliqua la cinquième année sans pour autant être sûre de la vraisemblance de sa phrase.

Ses cheveux à moitié rouges virevoltant dans le vent, elle reprit la bombe pour y taguer sa phrase ultime. Finalement, peut-être lui restait-il un peu de couleur pour y inscrire son prénom ? Il ne fallait surtout pas qu'elle oublie le prénom de la nouvelle arrivante; même si elle n'était pas très douée elle avait quand même donné tout son coeur dans cette nouvelle décoration ! Pour elle un simple Pan suffirait. Son surnom parlerait de lui-même. Il ne lui manquait plus qu'une chose...

"Dis-moi, Marguerite's Designer, c'est quoi ton petit nom fleuri ?" s'exclama-t-elle en se retournant, pleine de rouge jusqu'au bout de son petit nez.

La jeune Young ne voyait cependant pas le rapport avec du vandalisme. De plus, elle ne s'appelait même pas Van ! Non, elle devait trouver un nouveau nom à cet art qui sera peut-être un jour mondialement reconnu comme une discipline sorcière.. Et elle ne dégradait aucun matériel, elle l'améliorait et il ne pouvait être mieux ainsi. Les Serpentards n'avaient-ils déjà pas une chambre des mystères - ou elle ne savait quoi - afin de rendre le monde plus terne et visqueux qu'il ne l'était déjà ?
Plantant ses pieds derrière la fille (qui soit dit en passant était plus grande en taille et en âge qu'elle), la blondinette remarqua qu'elle ne pouvait être une professeure. Passant ses bras autour de son cou pour déposer un rouge baiser sur sa joue, elle était finalement contente qu'elle se décide à ENFIN participer à son méfait.

"Appelons ça du.. du Pandalisme." termina-t-elle avec un sourire des moins convaincants.

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 1 Mai - 18:41
"Tu sais ce qu'on dit, joli-coeur ? On ne fait pas de feu sans casser des allumettes."

Pour changer, notre chère Ana ouvrit la bouche avant de la refermer illico-presto sans produire le moindre son. Techniquement, en tant que sorciers, ils étaient capables de produire du feu sans allumettes ni autres babioles moldues en tout genre. Mais elle n’avait ni la foi d’argumenter ni l’envie de passer pour une idiote devant ce qui paraissait clairement être une expression moldue. Combien de fois avez-t-elle ramené sa prétendue science en expliquant une phrase qui se révélait être une simple expression ? Bon, jamais, puisqu’elle n’était pas du genre à ouvrir sa bouche mais dans sa tête, j’vous assure, ça s’était vraiment passé un nombre incalculable de fois !

Attends, minute papillon. Au lieu de penser à ces sornettes, y’avait un truc plus important là. Est-ce qu’elle venait vraiment de l’appeler joli-cœur ? OH-MY-GOD. Ce n’était sûrement rien pour la blondinette mais Ana sentit le rouge lui monter aux joues car elle n’était pas habituée à tant de familiarité. Faut dire que dans sa famille de Sangs-purs nobles au balai dans le c.. popotin, les surnoms de ce genre n’étaient pas monnaie courante.

*Reprends-toi Ana, c’est toi la plus âgée, tu vas pas te laisser impressionner par une fillette de deux centimètres et demi !*

Un jour, elle gagnerait en charisme et en assurance… mais pas aujourd’hui hein, c’était trop d’émotions d’un coup.

"Dis-moi, Marguerite's Designer, c'est quoi ton petit nom fleuri ?"

Son nom, elle lui demandait son nom. Anastasia pesa le pour et le contre quelques instants. Si elle lui donnait son nom, cette ignorante risquait de l’ajouter au tag et elle allait passer pour sa complice ! Il lui fallait trouver une échappatoire mais elle ne supportait pas l’idée de mentir à cette petite bouille adorable. Et puis de toute façon, c’était une très mauvaise menteuse. Quoi que vu le niveau intellectuel en face, ça passerait sûrement crème !

*Trouve un truc, trouve un truc…*

"Ana !" Blanc. "Enchantée… euh .. mademoiselle la rebelle ?"

Bon ok, la rime était très nulle. Avouons tout de même qu’elle s’en était bien sortie pour le prénom. Après tout, il devait bien y avoir une Anna à Poudlard qui pourrait porter le chapeau ? La distinction ne se faisait pas à l’oral ! Ou alors une Annabelle, une Anaelle, une AnnaSophia (SPECIALE DEDI POUR TOI PANOUCHE ♥)… Une Anna-quelque chose quoi ! Et voilà qu'elle se mettait à vouloir rejeter la faute sur une personne innocente. Ce n'était pas son genre, il fallait qu'elle se reprenne bon sang !

Un petit boum se fit entendre, c'était la rencontre de ses fesses avec le sol. Cette fillette venait de lui déposer un baiser sur la joue. Outre le fait qu'il était plein de peinture rouge, l'acte en lui même avait bouleversé la brune. Ce n'était pas une question d'hormones, de sentiments ou quoi que ce soit, non c'était le geste le problème. Parce qu'Ana n'aimait pas le contact physique et n'y était pas habituée. Pour vous dire, même sa propre mère ne lui accordait aucun baiser lorsqu'elle allait la coucher le soir. Cette petite action anodine lui avait donc fait comme un électro-choc au cerveau qui avait fait lâché ses jambes.

Elle était sonnée mais un sourire béa s'étira sur ses lèvres. Oui, cette fille, elle l'aimait bien. A la fois imprévisible et innocente, elle respirait la joie de vivre et le dynamisme, tout ce dont Ana avait besoin en ce moment. Se rendant compte qu'elle était toujours par terre, elle se tourna vers la blondinette - dont elle ne connaissait toujours pas le prénom - en affichant un regard interrogateur.

"Du panda-quoi ? .."

Ne connaissant pas le prénom de son interlocutrice, elle n'avait pas fait le rapport dans sa tête. Le pandalisme, ça devait être un truc moldu !
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 5 Mai - 7:50
COMMENT CA, DU PANDA-QUOI ? Ah, oui, zut, son prénom. Pan. Pandora en fait. Pan sonnait bien mieux à ses oreilles. Oui, Pan c'était mignon : c'était le rappel de son enfance, de son petit côté moldu qu'elle ne détestait pas tant que ça. C'était un petit surnom, parce qu'elle était petite, et qu'elle avait aussi, certainement, peut-être, un petit grain de folie. Mais vraiment pas plus hein. Et puis Pan Young, jeune Pan - littéralement - formait un nom bien à son image. Le hasard ne faisait pas les choses trop mal.

"PAN-DA-LIS-MEUH, expliqua la cinquième année. Pan, c'est moi; le panda, c'est un animal; Panda-lys, c'est-C'EST SUPER BEAU POUR UNE FLEUR *o* JE N'Y AVAIS MÊME PAS PENSE OHLALA MAIS A QUOI PEUT BIEN RESSEMBLER-Pandalisme, c'est le tout. C'est le travail que j'accomplis chaque jour. Les questions et autographes à la fin s'il te plait."

Sans plus de cérémonie, la rouge et or releva l'arrivante qui s'était assis pour profiter encore plus de sa prestation - pourquoi d'autre sinon, vraiment aucun rapport avec son énormissime bisou qui aurait pu l'assaillir en un coup oneshot - ce qui faisait vraiment plaisir à la blonde. Ajoutant un petit Ana à Pan. Panana.. NON NON ET NON. Cela ne voulait rien dire. Bah, elle ne lui en voudrait sûrement pas de modifier un peu son prénom. Annie, c'était presque pareil non ? Panannie.. Rah, on y était presque. Panini ! Cela sonnait déjà beaucoup mieux ! Elle espérait seulement que personne ne confondrait leurs prénoms avec ce sandwich moldu.

Oh et puis voilà, elle avait encore faim. Panchette regardait la bombe rouge avec envie. Quelle belle couleur aussi.. NON NON on n'allait pas se mettre à manger des bombes de couleur quand même.. Mais elle était si belle.. Non non, cela allait trop loin. Elle venait de finir un bon petit repas, déjà.. Tout cela n'avait plus aucun sens.

"Ben alors, ma grande fleur rouge, on s'enflamme ? RAH, c'est dommage quand même que personne ne vienne admirer NOTRE chef-d'oeuvre.. ET SI- ET SI ON LEUR JETAIT DES PIERRES ? D'une pierre deux coups !"

La demie-vélane ramassa deux pierres - une pour toi MA CHERIE <3 - et jeta la sienne le plus fort qu'elle put. Dommage qu'elle ne sache pas viser.. PAF ! Le carreau. Plus de vitres, un nouveau système d'aération, Pampers se serait cru dans une émission moldue comme "Maison à vendre" ou "D&CO". ALORS LA ON VA FAIRE UNE OUVERTURE IL Y AURA PLUS DE LUMINOSITE..

A moitié-consciente de son erreur, à moitié-excitée, Pandora Young venait de pandaliser deux bâtiments dans la même soirée. C'était le feu ce soir !

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mar 17 Mai - 17:25
Ana n'avait rien compris aux explications de la blonde. Peut-être était-ce parce qu'elle avait parlé trop vite, peut-être parce qu'Ana n'était pas du genre à créer des connexions logiques dans son cerveau en si peu de temps ou peut-être qu'elle ne l'avait écouté que d'une oreille, toujours sonnée par le bisou qu'elle venait de recevoir. Non en fait, après mûre réflexion, c'était surtout que son explication n'avait aucun sens. Toujours est-il qu'elle avait au moins retenu le prénom de la blonde : Pan. C'était jolie, rapide, mignon, tout ce que la brune aimait. Prénom validé. (Oui, c'est important !)

La gryffondor vacilla quelques instants lorsque Pan la releva d'un coup, comme si c'était tout naturel. Elle avait même l'air fière, plus que ravie. N'importe qui aurait pu croire que la blonde se moquait littéralement d'elle mais grâce à son don, Ana ressentait clairement qu'elle était on ne peut plus sérieux. Pour une fois, elle remerciait le ciel d'être née avec cette étrange capacité, elle serait sûrement déjà partie depuis longtemps sinon, délaissant cette étonnante jeune fille qui méritait franchement d'être connue aux yeux d'Ana. Si belle et pourtant si... Innocente ? Oui, mettons ça sur le compte de l'innocence.

En tout cas, peu importe la raison, Ana était littéralement sous le charme de la blondinette. Peut-être parce que, pour une fois, elle avait trouvé quelqu'un de plus ignorant qu'elle, sur lequel elle avait l'impression de pouvoir déversé tout son "pseudo-savoir" ? Ou peut-être était-ce tout simplement le résultat de cette petite bouille d'ange qui la regardait avec des étoiles plein les yeux.

Minute. Est-ce que ce petit truc mignon venait d'évoquer le fait de jeter des pierres sur les gens ? Ses paroles n'étaient pas du tout en adéquation avec son apparence, rappelant à Ana l'expression qu'elle avait appris en Etude des Moldus la veille "L'habit ne fait pas le moine."

Ana sursauta lorsqu'elle entendit une vitre se briser. Mais c'est qu'elle le faisait vraiment en plus ! Ca sentait le roussi, les deux filles feraient mieux de décamper avant que quelqu'un ne s'aperçoive du pandalisme sur les deux bâtiments. Ana aurait bien essayé de remettre les choses en place par la magie mais à cette distance, elle allait se louper à coup sûr.

Tirant sur le bras de la blonde, elle commença à l'entraîner le plus loin possible du délit.

"Viens, faut pas rester là, on va se faire pr.."

"Trop tard bande de petites pestes !" pesta Rusard qui venait d'arriver par derrière en les attrapant par le col de leurs vestes.

Fichues, elles étaient fichues.

"Je vais vous apprendre la discipline moi !"

Ana aurait bien argumenté pour sauver leurs fesses mais tout le monde savait que ce n'était pas la peine de parler avec Rusard. Quand il avait décidé d'infliger une punition, peu lui importait si la personne était coupable ou non, il se défoulait dessus.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 29 Mai - 23:30
Je l'ai vu courir dans la cours de Poudlard, je ne pensais pas qu'il pouvait encore courir. C'était presque beau de le voir énergique de la sorte. Je m'étais même laissé aller à l'observer un moment, le laissant prendre l'avance sur moi. Miss teigne numéro 3 ou 4, je ne sais pas trop laquelle vu qu'il m'a raconter tellement d'histoire de chat que j'en ai perdu le compte, était venu le prévenir de son miaulement strident que quelque chose de louche se produisait du côté des serres.

Je savais que je me devais de le suivre, simplement parce qu'il allait probablement avoir besoin d'aide pour rentrer au château et que j'allais me faire traiter de crétin si je ne le suivais pas. Parce qu'il me formait à devenir concierge après tout. Si j'ai bien compris ce serait sa dernière année celle-ci et je n'étais pas son premier apprenti, mais semblerait-il que j'étais le moins stupide de la bande et celui qui amenait un peu plus de crainte... Vous savez Rusard est malade, il faut que je le laisse parler souvent.

Donc, je m'avance nonchalamment sur les pas de mon ''Patron'', je l'entendais souffler un : « Grouille toi Hastings, il faut qu'on les prennent sur le fait ces petites morveuses. » Il essoufflait, il ne pouvait plus parler et courir en même temps. Il virait rouge et manquait de souffle. Je m'arrangeais donc pour être assez loin pour qu'il ne me parle pas trop et je sifflais gaiement alors que j'approchais des serres.

En arrivant je vis un spectacle qui me fis sourire quand même. Il tenait les deux jeunes filles par le collet. Je pris appuis sur le bord de la bâtisse non peinte, les bras croisé contre ma poitrine, un sourire arrogant au coin des lèvres.

« J'ai bien hâte de voir qu'elle punition tu souhaite leur donner boss. » Je tentais de retenir un rire, je savais que j'allais devoir me claquer le nettoyage du bâtiment. En plus de m'occuper de leur punition.

Le regard de Rusard me fit taire, il avait le regard noir, et il se retourna vers les deux jeunes femmes, puis vers moi. D'un signe de tête, il me fit comprendre de venir les tenirs pour les ramener au château. Mais pas de manière galante les bras sous les coudes, non, mes mains autours de leurs bras, sans leur faire mal non plus.

Je voulais faire peur aux demoiselles quand même un peu. Parce qu'elles faisaient chier avec leur rouge partout sur les serres. « Donc, boss.. c'est ce genre de coups qui mérite qu'on les enchaînent par les orteils dans les cachots pendant des heures? Celui ultra humide remplis d'araignées toutes plus grosses les unes que les autres? » Puis un peu plus bas pour les jeunes filles. «Je ne vous souhaite pas ce cachot, j'ose même pas y mettre le pieds, les araignées sont aussi grosses que mon poings, et les sentir pendant qu'elles vous grimpent dessus alors que vous pouvez rien faire doit être assez pénible. Je dis ça comme ça, mais je dis rien hein. » Haussant les épaules, je laisse échapper un rire tout en continuant des les entraîner vers le château.

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 4 Juin - 17:47
Si Pan avait dû être enchaînée à chaque bêtise qu'elle avait un jour commise dans cette école, elle aurait probablement fini à la Jésus en un rien de temps. Mais c'était donc ça : Pan était une Jésus, à sa manière. C'était une prophète, une incomprise. MIEUX ENCORE : Pan était le messie. Et est-ce qu'on punissait le messie ? NON MONSIEUR JE NE CROIS P.. Enfin Jésus avait été puni, sur la croix, posey en train d'être crucifiey, tout ça tout ça..

Et puis, vous pouvez poser la question aux balais du placard - à balais - la blondinette était loin d'avoir peur des araignées. Poilues ? C'était normal, ça tenait chaud l'hiver ! Beaucoup trop de pattes ? Plus on est fous plus on rit ! Il y avait même un petit côté à la Spiderman, et devenir un superhéros-messie, ça n'aurait pas déplu à la cinquième année.

Encore, la punition, ça passait. Mais qu'on détruise son travail ? AH CA NON. Elle y avait mis tout son coeur, toute sa peinture, et puis quoi ensuite ? La forcer à copier des lignes ? A aller à la bibliothèque ? Non, il ne fallait pas pousser.. Il n'y avait pas de bibliothèque à Poudlard. Non non, elle se devait de négocier. En plus l'apprenti concierge était beaucoup plus ouvert à la discussion que Rusard, enfin.. Ca valait le coup d'essayer, non ? NON ?

« Psssst. Luluuu.. Psssst. Si tu nous laisses partir on te fournit en hiboux pendant une semaine. Mais shhht. Discrétiooon. »

Là, c'était sûr, ça allait marcher. Avec son savoir-faire, sa délicatesse et toute la réflexion qu'elle avait pu user, l'apprenti-concierge ne pouvait pas dire non. Elle le tenait par la faim les sentiments, c'était une offre raisonnable, et si Ludo était un minimum intelligent, il saisirait l'opportunité, ou autre chose.

Pan se serait bien tenue fière à côté de lui, un bras derrière lui, chuchotant à son oreille, mais là, tenue par le bras levé en l'air, elle devait plus faire pitié qu'autre chose. MAIS BON.. Ca allait marcher, quand même !

« Je dis ça, je dis rien. »

CA Y ETAIT ! Elle reprenait ses propres termes, il commençait à y avoir un air de mafia italienne, un petit bout d'humour, de stupidité, on tenait quelque chose. Enfin c'était plutôt lui qui la tenait, mais il y avait un échange, quelque chose de beau, de trèèès subtil, très raffiné ! Et s'il avait déjà entendu parler d'elle - il y avait de quoi - il comprendrait à qui il avait à faire, à QUOI il avait à faire.

Le complot des Serpys pour transformer le monde en vert touchait à sa fin. Bientôt, il allait falloir viser plus haut. Toucher le coeur de la cible. Restait à voir s'ils avaient Ludo à leur portée. NON ! Il ne pouvait tout simplement pas tomber aux mains de l'ennemi ! NON ! Annie, il fallait du renfort, de l'aide, des hiboux.. Vite, vite, vite !

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 5 Juin - 12:57
Oh. My. God. La vision d'horreur venait de laisser place à un véritable paradis sur pattes. L'apprenti concierge trop-méga-giga sexy venait de débarquer à la suite du vieux croûton rassis. La respiration d'Ana s'était coupée, si bien qu'elle devint écarlate au point de limite exploser jusqu'à ce qu'elle se rappelle qu'accessoirement, elle avait besoin de respirer pour vivre. C’était la panique totale dans son cerveau, il était complètement grillé, littéralement HS. Ana avait beau ne pas être une de ces filles superficielles, c’était fou l’effet que certaines personnes pouvaient lui faire.

Ludo a écrit:
« J'ai bien hâte de voir qu'elle punition tu souhaite leur donner boss. »

Wait. Ana était tellement absorbée par ses beaux yeux qu'elle avait juste entendu le mot punition. Ooooh oui, une punition, pour le coup, elle en voulait une. NON NON NON. Mais qu’est-ce qu’elle racontait à la fin, vouloir une punition, c’était du délire !

Et voilà qu'il les attrapait par le bras. Bon ok on était loin du prince qui portait sa belle en passant ses bras sous sa taille mais techniquement, vu qu'Ana n'était pas très grande surtout par rapport à Ludo, on en était pas si loin ! Un bras ou une hanche, on allait pas chipoter. Ana avait littéralement la tête dans les étoiles, elle était partie dans son délire qui n'existait que dans sa tête et se voyait déjà dans sa belle robe blanche au bras de son Roméo, tous deux portés par une calèche aux 101 chevaux en saluant la foule en délire qui leur lançait des pétales de roses.

Puis tout son monde s'écroula à cause d'un simple mot de trois syllabes. Un simple mot qui avait tout détruit. Un simple mot qui représentait la pire immondice de cet univers : les araignées. Ana se sentait partir au fur et à mesure que l'apprenti-concierge parlait. Sauf que cette fois-ci, elle était bien loin de rejoindre ses petits nuages, c'était même carrément l'opposé. Plus elle l'écoutait, plus elle avait la nausée. Genre pas la gentille petite nausée qui vous fait voir des mouches voler devant vos yeux non, plutôt celle qui vous donne la gerbe, glamour n'est-ce pas ? Le problème étant que ce n'était pas de toute beauté de rendre son déjeuner devant un tel apollon alors Ana se retenait.

Elle était tellement occupée à se retenir qu'elle n'écoutait même pas le marchandage de son Panini chéri. Son esprit était embrumé par la vision d'araignées qui avaient voulu faire de la concurrence à Godzilla et qui n'avaient pas mangé depuis la Grande Famine Irlandaise de 1845, autant dire qu'elles devaient avoir les crocs, au sens littéral du terme.

Ce qui devait arriver arriva donc, Ana s'étala sur le sol, avec l'élégance d'une patate unijambiste. C'était trop d'émotions pour la journée : Pan qui l'embrasse sur la joue, Rusard qui surgit de nulle part, son apprenti fanstasmique à sa suite, qui en plus se met à parler d'arachnide. Oh que oui, c'était too much pour Ana, son cerveau avait dit STOP et avait coupé le courant de tous ses membres. Même un légume paraissait plus énergique en comparaison.

Ana avait honte, honte de passer sa vie à être comparable à un légume. Entre être un poireau, une tomate, une patate et j'en passe, elle allait finir par devenir un potage à elle toute seule ! Puis avec la chaleur qui faisait, c'était franchement pas le moment de devenir une soupe...

La Gryffondor décida donc d'un repli stratégique pour sa fierté personnelle, elle fit la morte. De toute façon, elle n'était clairement pas en état de bouger, que ça soit physiquement ou mentalement parlant. Avec un peu de chance, ils abandonneraient son corps là, la plantant comme le légume qu'elle était.
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 5 Juin - 14:38
Franchement, j’aurais pu être n’importe où ailleurs, mais il avait fallu que je suive le vieux rabougris. Il avait du mal à respirer et ses paroles étaient de moins en moins claires. Et moi, je me devais de comprendre ce qu’il disait quand même. Pourtant on ne m’a jamais donner de dictionnaire ANGLAIS-RUSARD/RUSARD-ANGLAIS. Ce qui aurait été une chose très pratique si vous voulez mon avis. En plus, avec son accent c’était dégueulasse, parce que faut pas oublier que je suis immergé dans un monde d’accent ; même si à la base on parle la même langue, parfois j’ai l’impression que le dialecte est plus difficile. L’anglais d’Amérique est plus facile à comprendre. Pourtant j’aime bien l’accent d’Angleterre dans la bouche de toute ces jolies filles.

Faut croire que Rusard n’était pas le seul à avoir de la misère à respirer si on se fiait au teint de la moins naine des deux. Elle était aussi écarlate que la peinture qui recouvrait les serres. Un instant de plus et j’allais aller lui faire le heimlich pour la faire respirer, mais la rouge et or semble avoir repris ses esprits, heureusement, parce que je ne suis pas certain que ma technique soit au meilleur point.

Bref, passant mes mains autour des bras des demoiselles pour les escorter jusqu’au château, je tente de leur faire peur, mais en fait je n’ai jamais vu d’araignée aussi grosse que mon poing. Parce que si ça avait été le cas, j’aurais probablement hurler comme une fillette en sautant sur un meuble en hauteur, en oubliant en même temps que des araignées bah, ça grimpe. Oui, y’en a mais j’ai légèrement exagérer. Et voilà qu’une des deux adolescente tente de faire un marché avec moi.

Je dois clairement me retenir pour ne pas éclater de rire, parce que voilà, déjà mon rire fait pensé à une truie qu’on égorge et ça peut faire peur parfois. Je ne sais vraiment pas quoi dire de plus, surtout qu’elle se met à utiliser mes expressions. « Je ne suis pas certain que tu puisses arriver à me fournir suffisamment. Ça te couterait cher de Hiboux. Je dis ça je ne dis rien ! » Un petit sourire sur mes lèvres et un clin d’œil à la blondinette, restait à savoir si elle était assez conne pour me croire.
Pendant que je dealais avec la plus jeune des deux, je n’avais pas tellement porter attention à la mollesse de l’autre bras que je tenais, jusqu’à ce que le corps de la brunette tombe à la renverse, m’entraînant légèrement avec elle. Ma main quitta son bras avant que moi aussi je tombe.

Est-ce que la brunette peut respirer la tête dans l’herbe comme ça ? Je lâche la blonde et je retourne le corps de la brunette puis me penche sur elle, une jambe de chaque côté de son corps. Je pose l’oreille près de sa bouche pour voir si elle respire. Merde, c’est si faible, je dois faire le bouche à bouche ?

Je me penche vers elle, prêt à le faire s’il le faut. Puis quand je pense à ça…………. La technique je ne la connais même pas, je devrais peut-être demander à Haley de me la montrer… Haley. Oui ! L’infirmerie.

« Je crois que je vais devoir aller à l’infirmerie avec elle. » Dis-je à Rusard en m’accroupissant pour prendre la brunette dans mes bras. Une fois celle-ci installé, je me releva.

Rusard soupira, mais s’approcha de la blondinette pour l’entraîner avec lui.


psssst:
 

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
Gryffondor
avatar
ft. : Annasophia Robb
Hiboux envoyés : 415
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Âge : 16
Année d'étude en cours: : Cinquième
Maison répartie : Gryffindor
Mornilles : 1059
DC : Riri-jolie. <3
Chocogrenouilles : 376
Pan Young
Gryffondor
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 8 Juin - 8:19
Combien pouvait consommer un apprenti-concierge ? Certainement pas plus de 5 hiboux par jours, goûters compris. Mais lui fallait-il de la sauce ? La blondinette allait poser la question mais le garçon lui fit un clin d'oeil. Mais oui, bien sûr ! Une sauce à l'ail, voyons ! Histoire de relever l'aile gauche qui avait tendance à..

« Chhht, n'en dis pas plus, je sais mettre le prix fort, j'ai vu Pretty Woman 3 fois. Je dis ça je dis rien ! » déclara la jeune fille en lui rendant son clin d'oeil.

Si on enlevait le fait que Ludo n'était pas forcément une catin - ce qui n'était pas le cas de tous les garçons avec qui elle avait l'habitude de traîner - et Pan une riche milliardaire, la situation était exactement la même.

Allez, montes dans ma voiture jeune enfant.

Pan s'apprêtait à chercher son chéquier-hiboux, mais ça, c'était avant l'intervention spectaculaire de Nannie. Nannie, qui s'était improvisée étoile de mer et se prélassait sur le sol. N'avait-elle pas vu qu'elle avait une négociation sur le feu ?

En tout cas, c'était vraiment une très bonne comédienne. Et quel jeu ! Devenue aussi rouge que la serre - sûrement un autre signe de sa protestation - elle s'était maintenant étendue au sol. Cannelle la rebelle, l'acclamerait-on désormais.

Oye Oye citoyen, la grande impératrice est là ! Parcourue de spasmes et d'araignées - oh, une mini crise cardiaque - mais là !

Et l'apprenti-concierge qui voulait l'apporter au lit de l'infirmerie ! Mais apportez-lui plutôt un trône ! Quelle magnifique prestation ! Pan en avait presque les larmes aux yeux tellement la scène qui se déroulait devant ses yeux était réussie.

Peut-être était-ce le plan de la jeune fille ? Se laisser porter à l'infirmerie et échanger sa liberté contre une sauce samouraï ? Autant la laisser se gérer, la cinquième année avait des problèmes beaucoup plus importants à régler.

UNE HORRIBLE CREATURE QUI SE DIRIGEAIT DANS SA DIRECTION : UN RAGONDIN, UNE LIMAC.. Oh, non, ce n'était que Rusard. Ce n'était pas non plus une raison pour se laisser capturer aux bras de l'ennemi, les défendeurs des verts. ONAH, Pan était bien plus forte que ça.

Alors, dans une dernière tentative - aussi héroïque que stupide - Young se dressa sur la pointe de ses pieds (Rusard avait peut-être des problèmes de vue), fière, et lui tira la langue.

« Muahahah vous ne m'aurez jamaaaaaais ! A bas la secte des graines ! »

Tout en hurlant à la mort un tas de charabia incompréhensible, Pan Young partit au loin. Il ne fallait pas rester une minute de plus entourée de ce vieux crapaud.. TOUT VERT !

_________________
GRYFFIN LOVE
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Lun 13 Juin - 22:00
Les secondes passaient et la situation n'avait pas l'air de se dérouler comme prévue. Combien de temps est-ce qu'il leur faudrait encore pour abandonner son cadavre ? Ca se voyait qu'elle était morte pourtant non ? Elle avait même retenu son souffle lorsque l'apprenti-concierge-ultra-sexy avait essayé de sentir sa respiration. Elle avait d'ailleurs failli échouer après avoir été prise d'une grosse envie de tousser lorsqu'elle avait accidentellement avalé sa salive de travers. Imaginez que ça l'aurait vraiment tué, elle aurait eu l'air maline ! Ce lui fut d'ailleurs difficile de se retenir de rire lorsqu'elle imagina ses parents, stéréotype des parfaits sangs-purs ayant une très haute estime d'eux-mêmes, devoir expliquer à leur entourage le motif de la mort de leur fille. S'étouffer avec sa propre salive après s'être étalée par terre en fantasmant sur son apprenti-concierge, difficile de faire mieux en matière de classe tout de même.

Bon, apparemment eux aussi avaient décidé de faire les poireaux parce qu’ils n’avaient pas l’air de bouger. Est-ce qu’ils avaient décidé de faire un concours duquel bougerait le dernier ? Parce que dans ce cas, autant bouger tout de suite, Ana n’avait absolument aucune patience, la partie était perdue d’avance.

Ludouche a écrit:
« Je crois que je vais devoir aller à l’infirmerie avec elle. »

Ana qui se savait parfaitement en santé n’avait pas du tout capté qu’on parlait d’elle jusqu’au moment où des bras vinrent la soulever. Sursautant d’un coup en ouvrant grand les yeux, elle s’agrippa de toutes ses forces à la chemise de Ludo, l’étranglant à moitié au passage. Faut dire qu’il était vachement grand et que vu d’ici, sans avoir les pieds à terre, Ana avait l’impression d’être perchée au sommet de la tour d’astronomie, son vertige n’aidant sûrement pas dans l’histoire.

Ok, leçon n°1 qu’on lui avait répété un nombre incalculable de fois : ne pas regarder en bas. Ne pas regarder en bas donc en toute logique, fallait regarder en haut. Ana releva la tête, elle était plus pâle que jamais, d’autant plus lorsqu’elle croisa le regard du concierge. En voilà un qui méritait de passer dans le clip de la chanson moldue « Elle a les yeux revolver », au masculin bien entendu. Ce type avait des yeux de fou, le genre de pupille qui vous hypnotise en une demi-seconde sans que vous compreniez le pourquoi du comment. Le genre de regard ensorceleur qui peut vous demander de danser le flamenco en tutu rose sur une table de la Grande Salle sans que vous puissiez refuser la demande.

Ana fut réveillée par le cri d'une voix qu'elle reconnaissait bien et eut tout juste le temps de voir sa Pancake-adorée partir en courant. Son petit trésor était sain et sauf si l'on omettait le choix de son futur mari . Ana secoua la tête et l’enfouit dans le torse du concierge. Mon dieu, elle avait dû avoir l’air d’une cinglée à le fixer comme ça. D’un autre côté, c’était pas l’envie de recommencer qui lui manquait mais il ne fallait pas, c’était mal. C’était mal mais Ana n’avait aucune volonté et recommença donc de plus belle. Elle était bien loin de se douter qu’elle était sous le charme vélane de Ludo mais qu’importe, la vision était trop belle pour être manquée.

N’oublions pas qu’en plus, il la tenait dans ses bras. Ana pouvait donc reprendre son fantasme et s’imagina en robe blanche dans les bras de son prince, sortant des serres de l’église après leur mariage. Un sourire niais s’affichait sur son visage pâle, oui tout était parfait et en plus il l’amenait sur le lieu de leur nuit de noces !

La Gryffondor posa sa tête dans le cou du brun en poussant un soupir de contentement. Elle était complètement à l'ouest mais pour une fois, c'était bien loin d'être désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 25 Juin - 22:13
Maintenant…. Il fallait trouver quoi faire, parce que rien n’allait comme dans le plan de base. Déjà, y’avait la magnifique nunuche fille qui semblait avoir perdu la vie, qui respirait au ralenti, mais qui était tout de même vivante, qui ne savait plus comment bouger, puis y’avait l’autre blonde qui se prenait pour une je ne sais quoi marchandeuse de hibou. Elle parlait de pretty woman… mais ? Honnêtement je ne sais même pas ce qu’elle essaie de me dire, on dirait qu’elle parle une toute autre langue. Haussant les sourcils face à sa réplique, je la laisse fantasmer dans son monde de licornes et de poney au caca papillons.

Je décide de me concentrer sur l’autre pretty woman… demoiselle en détresse… Gryffondor. Elle semble plus intéressante à sauver à mes yeux et de toute façon, Rusard est « capable » de s’occuper d’une élève quand même. C’est en prenant Anastasia dans mes bras, que je me rends compte qu’elle n’a nullement besoin d’aller à l’infirmerie puisqu’elle passe proche de m’étrangler avec sa poigne, ses bras son autour de mon cou et ses yeux… semble pris dans le vague alors qu’elle me regarde clairement avec des idées non catholiques. Un filet de bave accompagnait presque son regard de crapet soleil hors de l’eau.

« Charmant ! » Dis-je tout bas en espérant la faire sortir de transe. Mais, ce fut plutôt la voix de la future femme de mon bro qui en vint à bout… Je dus me retenir de ne pas éclater de rire en la voyant détaler et en voyant le concierge hurler dessus en tentant de la suivre. C’était quand même beau à voir, il fallait l’avouer…

Maintenant c’était elle et moi, moi et elle… Il fallait que je dise quelque chose avant qu’elle ne remplisse une chaudière complète de bave ou que je sois en fait obligé de tordre mon t-shirt. Un petit sourire sur le coin de mes lèvres, je plonge mon regard d’océan dans ceux de la demoiselle. J’allais dire quelque chose quand j’entendis un soupir venant de la brunette…

« Alors, tu as besoin d’aller faire un tour à l’infirmerie ou tu es capable d’utiliser tous tes membres ? » Bon, la question est un peu bête parce qu’elle ne semble pas en état d’agir normalement en ma présence… ou est-ce vraiment à cause de moi ? Peut-être qu’elle est juste pas douée dans la vie de tous les jours… On s’entend que je ne connais pas vraiment les élèves depuis longtemps. Je ne suis ici que depuis septembre alors qu’elle doit être ici pour sa septième année… enfin je crois…

« Tu veux juste me rappeler ton nom et ton âge ? »  Bah quoi elle est mignonne, j’espère au moins qu’elle soit majeure… ce serait moins sale.

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 3 Juil - 10:57
Charmant avait-il dit. Il la trouvait charmante. En même temps, c'était plutôt logique de trouver charmante la fille qu'on était en train de conduire devant l’hôtel non ? A moins que son cerveau n'eût un tout petit petit, vraiment petit peu embelli la scène... Parce qu'elle n'était pas certaine d'avoir invité Rusard à son pseudo-mariage imaginaire.

Ludouche a écrit:
« Alors, tu as besoin d’aller faire un tour à l’infirmerie ou tu es capable d’utiliser tous tes membres ? »

Evidemment que non elle n'avait pas besoin d'aller à l'infirmerie. Quoi qu'à en juger par la situation présente, elle aurait peut-être eu besoin qu'on lui sauve son cerveau, enfin la chose qui lui faisait techniquement office de cerveau parce que là, ça se rapprochait davantage d'un trou noir volant sur un petit nuage au pays des bisounours.

En tout cas, non seulement elle se trouvait dans l'incapacité de répondre puis qu’aligner plus de deux syllabes devant Mister-Trop-Sexy était tout bonnement inenvisageable mais en plus elle n'avait carrément pas envie d'être capable "d'utiliser tous ses membres" car cela reviendrait à quitter les beaux bras musclés du concierge. Autant mourir tout de suite si c'était cela.

Sans répondre, la brune enfouit davantage son visage dans le torse du concierge, inhalant excessivement son odeur comme une vraie droguée en manque et resserra davantage sa prise, lui indiquant clairement qu'elle ne bougerait pas de son plein grès.

Ludouche a écrit:
« Tu veux juste me rappeler ton nom et ton âge ? »

Si ça c'était pas clairement une demande en mariage. Personne ne lui avait jamais demandé son nom et son âge dans la même phrase. Bon certes le contexte s'y prêtait un peu mais qu'importe, la nuit de noces s'approchait à grands pas. Après tout, il n'avait pas besoin d'en savoir beaucoup plus. Regardez Pan et Drystan, c'était l'exemple même pour prouver qu'il suffisait d'un rien pour se marier. (Non non ce n'est pas de l'acharnement xD)

"Anastasia"

En règle général, elle aurait très certainement répondu simplement Ana mais elle jugeait qu'elle devait se présenter à son futur-proche-mari en bonne et due forme. Puis de toute façon, il aurait bien pu l'appeler comme il voulait, elle s'en fichait royalement.

Donc première question, faite. Le problème c'est qu'Ana ne se souvenait absolument plus de la deuxième. Elle avait beau tenter de réfléchir, la vision utopique qui s'offrait à elle brouillait toutes ses connexions neuronales. Réfléchissons... Quels avaient été ses mots déjà ? Ana essaya de se remémorer la voix veloutée du concierge qui résonnait comme un murmure délicieux dans ses oreilles. C'était un truc qui rimait en age... Toujours complètement à l'ouest, Ana passa totalement à côté de l'évidence et retomba dans son délire de tantôt. Mais OUI, il venait de la demander en mariAGE !

Comment avait-elle pu oublier ? C'était tellement évident, ils étaient faits l'un pour l'autre ! N'était-ce pas un peu précipité ? Ils se connaissaient à peine. Non mais pourquoi est-ce qu'elle doutait ? Il n'y avait qu'à jeter un regard à ce visage angélique pour que tous ses doutes soient balayés.

"Je.. Euh... Oui."

Ana se sentait tout euphorique. Elle n'allait pas finir vieille-fille comme la prof' de divination lui avait répété maintes et maintes fois. Et en plus, elle finirait sa vie avec un apollon, que demande le peuple ?

Un "vous pouvez embrasser le marié" résonna dans sa tête en pleine hallucination et elle déposa un baiser sur la joue du concierge en rougissant. Bon, Ana restait tout de même Ana alors forcément, même si c'était son mari, elle n'avait pas pu se résigner à emprisonner ses lèvres pour le moment. Puis n'était-ce pas au marié d'embrasser la mariée en fait ?

En analysant brièvement la situation, il y avait peut-être un truc qui clochait... Mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Dim 3 Juil - 22:04
Mais qu’est-ce qu’elle fait ? Je crois que je vais finir par manquer de souffle, elle a beau ne pas être lourde, mais l’air commençait à me manquer avec ses bras aussi serrer autour de mon cou, me forçant davantage à me pencher vers elle, faisant en sorte que très peu d’espace nous séparait à ce moment. La preuve je pourrais presque annoncer avec certitude que son shampoing du tresserrer pour défaire les nœuds les plus rébarbatifs.

« Ton shampoing te vas très bien Anastasia… »

Elle rougit, bordel pourquoi elle rougit encore plus ? Ce n’est plus à cause de la peinture, je ne crois pas sinon elle est caméléon à distance puisqu’on est rendu quand même pas mal loin des serres. Pourquoi elle me regarde de cette manière ? HA je ne sais pas trop quoi faire, surtout que je suis un peu prisonnier avec elle dans mes bras. Elle est mignonne et tout… mais elle dit n’importe quoi, rien de très cohérent ne sors de sa bouche. « Je… euh… oui ? » Humm, bel âge ça, ça donne combien en âge de chien ? Je pourrais probablement mieux le …. Calculer…

« Est-ce que tu viens de déposer un baiser sur ma joue ? »

Quoi, je crois que rendu là, la question reste légitime, pourquoi elle m’embrasse de la sorte ? Elle voulait savoir la marque de mon aftershave ? Ou savoir si j’étais rasé frais du matin ? Okay, pas que ça me dérange sincèrement, parce qu’elle est vraiment jolie, mais je n’ai pas vraiment les moyens de rien faire en ce moment, je ne peux pas lâcher une main, sinon elle tombe à terre et elle risque de cogner sa jolie tête contre une pierre et j’ai pas vraiment envie de ramasser du sang ou d’avoir sa commotion cérébrale sur les bras. Mayday, Mayday, HOUSTON WE GOT A PROBLEM HERE !

Mon visage est toujours tout près du sien, je tente de tourner la tête à droite, puis à gauche… pas de signe de personne. Je dois m’arranger seul comme un grand maintenant. Réfléchis Ludo, réfléchis… Il doit y avoir une solution pour pouvoir arranger ça… Euh… logique oui… elle est sous le charme… bordel pourquoi j’y ai pas pensé plus tôt ?

« Anastasia… pourrais-tu s’il te plaît desserrer juste un peu ton étreinte ? Sinon je risque de mourir étouffé et tu n’auras pas le droit au joli baiser que la princesse mérite… »

Ludo t’es con tu le sais ? Me demanda ma conscience. Pas besoin qu’elle me parle celle-là, je le savais déjà, mais je dois quand même trouver une solution pour respirer plus facilement. Après je tenterais de résoudre le problème du charme.

« Je crois qu’ensuite je vais aller te déposer à ta salle commune t’en pense quoi ? »

Qu’est-ce qui me fais croire qu’elle va me répondre alors que depuis qu’elle est en ma présence elle n’a pas su dire plus que deux… euh non trois syllabe complète ?

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Lun 4 Juil - 18:22
Fabulous, il aimait son shampoing. C'était décidé, à sa prochaine douche, elle se viderait la bouteille sur la tête, sur tout le corps même, ça c'était une bonne idée. Tant pis pour ses gallions, à bat l'écologie, sentir bon aux yeux de son prince était tout de même une affaire mondiale beaucoup plus importante d'un point de vue planétaire, non ?

Ludidounet a écrit:
« Est-ce que tu viens de déposer un baiser sur ma joue ? »

Et intelligent en plus ce type, d'une perspicacité sans pareil. Est-ce qu'il demandait ça pour faire l'ignorant afin qu'elle recommence ? Non parce que si c'était ça, suffisait simplement de demander, c'était pas l'envie qu'il lui manquait. Dommage qu'elle n'était pas du genre hyper extravertie parce que les lèvres de l'apprenti-concierge avaient vraiment l'air goûteuses. Ok, ok. Pour qu'Ana se mette à penser à ce genre de choses, devait vraiment y avoir un truc qui clochait.

Ludoudinet a écrit:
« Anastasia… pourrais-tu s’il te plaît desserrer juste un peu ton étreinte ? Sinon je risque de mourir étouffé et tu n’auras pas le droit au joli baiser que la princesse mérite… »

Desserrant sa prise, non sans garder son visage collé à l'apprenti-concierge afin d’inhaler toujours plus de son parfum enivrant, le délic se fit directement dans le cerveau de la Gryffondor. Il venait de la comparer à une princesse, or elle savait très bien que ce genre de titre n'existait que dans les contes moldus que les parents pouvaient lire à leurs enfants le soir au coucher. Soit, elle était donc en train de rêver, ce qui expliquait beaucoup de choses finalement.

Ludoudinouchet a écrit:
« Je crois qu’ensuite je vais aller te déposer à ta salle commune t’en pense quoi ? »

Ana releva légèrement la tête, jugeant Ludo d'un air surpris en soupirant. Son cerveau était franchement nulle. Autant la représentation physique du concierge était carrément au delà de ses espérances, autant le reste était un peu moins folichon. Se détachant délicatement des bras du concierge, avec regret tout de même, elle l'attrapa par la main et l'entraîna dans la direction inverse de sa salle commune, tout droit vers la forêt interdite.

"Je passe déjà la moitié de mon temps dans cette salle alors c'est certainement pas l'endroit où j'irai pour rêver." constata-t-elle plus pour elle-même qu'en réelle réponse à la question de Mister-Sexy.

Ce qui était bien avec le fait de rêver, c'est qu'Ana avait retrouvé toute sa confiance en soi inexistante dans la vie réelle et pouvait donc sortir une phrase qui alignait plus de deux mots. Elle avait envie de faire des folies, après tout c'était le but d'un monde imaginaire non ? Il fallait en profiter, maintenant.

Grimpant, non sans mal, sur le dos du concierge, enlaçant sa taille de ses jambes et son cou de ses bras, elle posa sa tête sur l'épaule du beau brun et colla sa joue à la sienne.

"Tu veux faire quoi ? J'avoue que je n'ai jamais réfléchi à la possibilité de pouvoir contrôler mon rêve. L'imagination me manque, je te laisse faire." ajouta-t-elle en déposant un nouveau baiser rapide sur sa joue. Son subconscient avait donc choisit de se matérialiser en Ludo. Fallait avouer qu'Ana s'était plus attendu à ce que son cerveau invente un Tom imaginaire dans ses rêves mais ça n'était pas pour lui déplaire. C'était donc l'apprenti-concierge son réel fantasme onirique ? Soit, profitons-en.
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mer 6 Juil - 19:20
Je crois que je commence vraiment à me demander encore, elle ne répond pas du tout à rien de ce que je lui dis, elle est vraiment trop perdue dans son monde féerique, ou encore c’est que dans sa tête, au lieu d’avoir un cerveau il y a des libellules… dommage, une si belle jeune fille incapable de parler correctement… Je suis désolé pour elle si c’est de ma faute si elle est ainsi, je veux dire, je ne fais pas exprès non plus. Heureusement qu’elle est attachante à me regarder avec des grands yeux si charmant et son petit sourire qui éclaire son visage, au fond, je crois que c’est qu’elle m’attendrie en ce moment.

Je suis complètement déboussolé à mon tour, alors qu’elle me renifle clairement tout en défaisant l’étreinte d’autour de mon cou. Heureusement je sens l’air entrer de nouveau normalement dans mes poumons. Puis elle finit par quitter complètement l’étreinte de mes bras. Bizarrement, ça me fait tout drôle parce qu’elle n’était pas déplaisante à cet endroit, puis j’avais une belle vue.

Et d’un coup, je sens ma main qui est attiré par la sienne et elle s’enfuit en direction de la forêt en me parlant de rêve et de sa salle commune. Puis, elle s’arrêta pour grimper sur mon dos, il ne me fallut pas longtemps pour sentir sa joue venir se coller sur la mienne et ses jambes s’agrippant à moi. Je me demande si je ne la préférais pas en état de béatitude ou comme en ce moment, elle semble persuadée qu’elle rêve… Ce qui peut être intéressant quand on y pense. Ses lèvres se posent à nouveau sur ma joue et un petit frisson me parcourent l’échine.

Me posant la question entre ce que je devrais faire, c’est-à-dire être raisonnable… ou tenter un peu de folie avec la jolie gryffonne, on s’entend que la question ne se pose pas vraiment. Alors sans rien dire je l’entraîne sous le couvert des arbres. « Il ne faudrait quand même pas que Rusard nous surprennent même en rêve qu’en pense tu ? Il aurait le don de gâcher le paysage. » Est-ce que c’est ce qu’on appelle prendre avantage de la situation ? Peut-être, mais la demoiselle ne semble pas malheureuse du tout.

Sauf, qu’une fois sous le couvert de la forêt, je n’ai pas vraiment d’idée sur quoi faire, parce que en vrai… on est pas en rêve et des bestioles il y en a pour de vrai et pas juste des jolies licornes, il y en a des moins plaisante aussi. Mais, il doit bien y avoir une petite clairière ou quelque chose pas trop loin ou on pourrait je ne sais pas moi, s’asseoir et discuter légèrement, maintenant que sa langue s’est délié. Même si j’ai des images un peu moins romantiques en tête… Pouah… fait trop longtemps que je suis enfermé dans ce château sans femme autour de moi…

En arrivant dans un endroit un peu plus dégagé je l’aide à descendre de sur mon dos et je me retourne pour lui faire face. Ma main se posant sur son joli minois. « J’aimerais bien entendre de quoi tu as envie en ce moment, jolie princesse. »

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 7 Juil - 23:06
Ahhh mais c'est que la projection de son subconscient était tout à fait en accord avec sa propre conscience. Rusard ferait carrément tâche à côté de son apprenti, c'était comme rajouté de la moutarde sur un bon gros bol de crème fouettée.

"Oui, ça gâcherait carrément la vue." lui répondit-elle en s'attardant un peu trop longtemps sur le visage d'Apollon du concierge onirique. Non vraiment ce regard, même en rêve, impossible d'y résister. Ce bleu d'une intensité sans pareil qui brillait dans ses pupilles, Ana avait envie de se noyer dedans pour le restant de ses jours.  

La Gryffondor se laissa guider à travers la forêt, de toute façon pas de risque de mourir puisqu'on était dans un rêve, pas vrai ? C'est avec surprise et émerveillement qu'elle découvrit la petite clairière. Ainsi donc son cerveau avait tellement pitié de ses relations désertes réelles qu'il lui organisait un rencard dans son sommeil ? Soit, Ana n'allait certainement pas cracher dessus. Au contraire, ça lui donnerait l'occasion de s'entraîner pour refaire pareil avec le vrai.

Un "Mmmh..." sortit de sa bouche tandis qu'elle analysait plus précisément l'endroit. Il y avait un espace là-bas où l'herbe avait l'air plus tendre, nickel ! Entraînant de nouveau son prince charmant par la main, elle s'arrêta devant l'endroit souhaité et fit s'allonger le concierge dessus avant de prendre place à sa droite. Fermant les yeux, un grand sourire s'afficha sur ses lèvres laissant place quelques secondes plus tard à une moue attristée. Pourquoi est-ce que ce genre de chose n'arrivait qu'en rêve ?

"Alors." fit-elle en basculant vers Ludo, s'accoudant pour mieux le regarder. "Déjà tu arrêtes de m'appeler Princesse. Le rêve fait trop... rêve sinon. Tu comprends, j'ai besoin de m'exercer sérieusement, comme si c'était réel parce que... Disons que j'ai quelques petits problèmes d'élocutions quand Mister-Sexy, ton vrai toi, est dans les parages."

Ana soupira, à quoi bon s'exercer, elle n'aurait jamais aucune chance de paraître intelligente en ouvrant la bouche devant le vrai concierge. Elle avait déjà essayé, impossible d'aligner deux syllabes devant tant de beauté. Il fallait trouver autre chose.

Se rapprochant un peu plus du concierge, l'observant sous toutes les coutures, passant en revue les moindres détails de son anatomie, elle décida d'entrer dans le vif du sujet.

"Parle moi de toi. Enfin de ton vrai toi." Elle marqua une pause. "Quoi que t'en sais peut-être pas grand chose vu que tu sors de ma tête." ajouta-t-elle en soupirant. C'est vrai que l'idée paraissait un peu stupide en y réfléchissant mais pour une fois qu'elle avait l'occasion de parler sans bafouiller à Mister-Sexy, elle avait envie d'apprendre un ou deux tuyaux pour arriver à se le mettre dans la poche dans la vraie vie sans avoir à parler.

"A ton avis, il aime quoi ? C'est pas évident de savoir ça quand on peut pas adresser la parole à quelqu'un ni le regarder sans perdre sa faculté de penser. Il a probablement trop de charisme pour moi ce type. Peut-être à cause de son statut. Ou alors c'est les tatouages et les piercings, j'sais pas trop. C'est tellement sexy et impressionnant à la fois." ajouta-t-elle en caressant le tatouage que la reproduction de l'apprenti-concierge de ses rêves avait sur le cou.

"Tu crois qu'il faut que je me fasse tatouer ? Non parce que les aiguilles et moi, on est pas trop copines..."

Ana grimaça, à vrai dire, elle n'avait pas trop envie de passer par là mais y avait-il d'autres possibilités ?
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Jeu 7 Juil - 23:59
Je me laisse embarquer dans cette douce folie, je ne sais même pas pourquoi je ne tente pas de reprendre le contrôle de la situation. Je crois que je trouve ça trop mignon pour la réveiller de ce doux rêve éveillé. Pourtant je ne suis pas du genre sentimental, mais elle a un petit quelque chose, je dois l’avouer. Peut-être c’est ses yeux brillant, qui me regarde remplie d’étoile, qui me font penser à un ciel dans lequel je tentais de définir des formes aux nuages qui camouflait la lune.

Nous partons loin de la vue du château loin des yeux curieux, car je sais qu’elle n’est pas en train de rêver et que les chances de se faire attraper son grande, heureusement pour moi elle est d’accord sur le fait qu’avoir Rusard sur les talons ne serait pas une bonne idée. Pendant ce raisonnement j’essaie moi-même de savoir le pourquoi nous sommes rendus si loin dans ce délire. Je la laisse faire après tout, on ne fait pas de mal à personne non plus.

Une fois dans une clairière qui semble paisible et sans danger, je la laisse reprendre le contrôle de ma main alors qu’elle fait quelques pas silencieux dans l’herbe longue et elle me fait coucher. Je ne me fais pas prier et je m’étends, ça fait quand même du bien et je dois avouer que le coin est assez confortable. Je la laisse venir s’étendre près de moi et mon bras se passe tout naturellement autour de ses épaules, l’odeur de son shampoing me revient au nez d’une agréable manière. Quand elle se relève pour me regarder plus sérieusement je dois retenir le petit rire qui monte au fond de ma gorge. Comment elle va s’en vouloir en sachant qu’elle ne rêvait pas et qu’elle me disait ça de manière toute sérieuse.

« C’est bon de savoir que tu me trouve, enfin le vrai moi, aussi sexy, mais comment tu veux que je t’appelle alors ? Je ne suis quand même pas assez cheezy pour commencer à t’appeler mon chaton ou mon cœur. Ni assez douchebag pour t’appeler Babe. »

Je ferme mes yeux un instant, profitant d’inspirer un peu d’air frais sentant la fougère et l’herbe grasse. Ma main se balade maintenant doucement dans son dos sans que je ne lui aie rien demander. Elle a commencé à glisser ainsi d’elle-même. Autant la faire vivre dans son rêve à fond rendu là. Et c’est les yeux toujours fermé que je réponds à sa question. « Mon vrai moi ? Je ne crois pas qu’il y aille beaucoup de chose intéressante à savoir dessus. Il vient d’une grande famille de sorcier que personne ne connaît de ce côté-ci de l’océan et je crois que ça l’arrange en fait. Il est le quatrième de sa famille… en tout cas… c’est ce que je sais de lui. » Je n’en raconte pas vraiment plus, parce que je n’aime pas parler de moi. Je ne crois pas être quelqu’un d’exceptionnel ni non plus un incontournable dans la vie. Je suis un mec bien ordinaire.

Ouvrant un œil pour la regarder alors que ses doigts me chatouille me faisant légèrement frissonner. Je ne sais comment lui dire que dans le fond, elle me parle naturellement et qu’elle ne rêve pas ce moment. Je n’ose briser la magie, mais juste sa manière d’agir en ce moment, ce naturel, cette naïveté c’est tellement… attirant.

« Juste être toi-même comme en ce moment. Ah et je crois qu’il aime bien les petits accents, je crois que le tiens est russe hein ? Il adore ça. Pas besoin de tatouage, lui il aime ça, sur son corps, mais pas parce que lui il en a que ça en prend pour le faire craquer. »

C’est bizarre de parler de soi à la troisième personne. Comme si je parlais de moi alors que je ne suis pas là. « Qu’est-ce qu’il pourrait faire pour ne plus t’impressionner… disons que je pourrais peut-être essayer de me glisser dans sa tête pour parler en ta faveur qui sait ? le monde des rêves est tellement fou parfois. »

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Ven 8 Juil - 20:03
Ana écoutait son subconscient avec attention, en essayant d'oublier le fait qu'il sortait de son cerveau. Elle voulait profiter un maximum de ce moment trop court, le réveil allait sûrement bientôt sonner avant qu'elle ne se rende compte que c'était sa camarade de dortoir qui lui criait qu'elle était encore en retard comme tous les matins.

Rigolant légèrement sous les hypothèses qu'il avait émis quand à la manière dont il devait l'appeler, la brune réfléchit quelque peu en le regardant avant de lui répondre.

"Je suppose que le vrai toi m'appellerait Stonehenge, il doit sûrement devoir appeler les élèves par leur nom." De nouveau elle marqua une pause. "Quoi qu'il ne doit sûrement pas le connaître en fait... Ne m'appelle pas du coup, je pense que c'est ce qui serait le plus tangible dans la vie réelle." ajouta-t-elle en soupirant, essayant de contenir sa frustration. A quoi bon toutes ces questions ? Dans la réalité, il ne la connaissait pas et elle ne le connaissait pas non plus. Si ça se trouve, il était déjà marié et avait peut-être même des gosses, même s'il paraissait un peu jeune pour ça.

Pourtant, Ana écouta ses réponses avec un peu trop d'attention, gardant une petite lueur d'espoir ridicule au fond d'elle-même. Faut dire que la situation ne l'aidait pas tellement à lâcher l'affaire. La Gryffondor frissonnait de bonheur sans vraiment s'en rendre compte, sous les mains du faux concierge qui se baladaient dans son dos. Le rêve était si parfait, elle n'avait pas envie de se réveiller, elle voulait rester avec sa merveille imaginaire pour toujours, quand bien même ça signifierait sa mort réelle. Mais une fois morte, elle s'arrêterait sûrement de rêver non ? Shit, il n'y avait donc aucun espoir de pouvoir faire durer le plaisir !

Aucun espoir jusqu'à ce que le faux Ludo lui suggère d'aller trifouiller dans le cerveau de son double réel, pour l'aider à ce qu'il la remarque. Ce type imaginaire était vraiment trop gentil ! Peut-être qu'elle serait même déçue du vrai tout compte fait.

Lui sautant au cou avec un peu trop de précipitation, ce qui les fit rouler légèrement dans l'herbe, Ana déposa un baiser rapide sur la joue du concierge imaginaire, se tenant à califourchon sur lui, puis lui envoya son plus beau sourire, jubilant intérieurement de ce qu'il venait de dire.

"Merci petit double parfait, t'es le meilleur !" dit-elle en riant, se rendant compte que la mention "petit" n'était peut-être pas ce qui convenait le mieux à la situation. D'un côté, maintenant elle avait vraiment peur que le vrai Mister-Sexy ne soit pas aussi parfait que son cerveau se l'imaginait actuellement.

Toujours assise sur lui, elle se pencha légèrement pour enlever une brindille d'herbe qui s'était coincée dans la chevelure du brun pendant leur roulade. Les connexions de son cerveau commencèrent à s'allumer tandis qu'elle doutait de plus en plus d'elle. Certains détails devenaient comme fluorescents, ils ressortaient sur le reste. Le fait qu'elle ait bafouillée au début du rêve alors qu'elle avait déjà rêvé du concierge sans le faire, le fait que ses tatouages étaient parfaitement dessinés alors qu'elle n'avait jamais pu les distinguer réellement en l'observant de loin, le fait qu'il avait l'air d'en savoir un peu trop sur le vrai concierge alors qu'elle ne lui avait jamais parlé.

Non, Ana était parano, c'était simplement son cerveau qui imaginait tout dans les moindres détails pour rendre le moment plus parfait et la faire regretter encore plus de se réveiller le matin. Pourtant, le doute s'était immiscé dans son esprit et elle n'arrivait plus à profiter du rêve comme il se devait. L'espèce de barrière réelle commençait à revenir et la Gryffondor chérissait bien trop le moment pour la laisser s'instaurer davantage.

Il fallait qu'elle vérifie, qu'elle soit sûre que ce monde était onirique, comme ça elle pourrait roucouler avec le faux concierge en paix comme ce qu'il s'était passé jusqu'à présent. A savoir de quelle façon s'y prendre maintenant. Ana balaya les environs du regard. Certes elle aurait pu aller dire bonjour à une vilaine créature de la forêt mais si elle se faisait tuer, elle se réveillerait si elle dormait et elle mourrait si elle ne rêvait pas. Puis, elle n'était pas super fan des plans impliquant des bestioles maléfiques dans tous les cas.

Ana avait beau cherché, elle ne trouvait rien qui pourrait l'aider à distinguer le vrai du faux. D'ailleurs, elle ne savait même pas comment reconnaître un rêve, à part le fait de se réveiller au final. Est-ce qu'elle devait donc attendre de se réveiller ? Non, elle voulait profiter du rêve sans conserver le doute qui planait dans son esprit.

"Pff, je suis complètement parano." soupira-t-elle en tournant de nouveau son regard vers le faux concierge qui ne devait sûrement pas comprendre ce qu'il venait de se passer dans le cerveau de son interlocutrice.

C'est avec un émerveillement toujours aussi présent qu'Ana parcourut du regard la moindre parcelle du visage du brun, souhaitant garder une image intact de lui quand elle se réveillerait. La Gryffondor avait beau le regarder encore et encore, elle n'arrivait pas à s'habituer à sa beauté transcendante. C'était comme si son cœur se remettait à battre chaque fois que son regard se posait sur son visage. Ca en devenait troublant de ressentir autant d'intensité dans un simple rêve.

"A moins que..." Ana fronça les sourcils. La solution était sous ses yeux depuis le début. Le faux Mister-Sexy portait une chemise. Or, elle n'avait jamais vu le torse du vrai Ludo. Sachant sa faible connaissance en matière de torse masculin, elle était certaine que le torse du Ludo de son rêve représenterait une immense parcelle de peau vide, qui prouverait qu'il n'était pas réel et qu'elle pouvait profiter de lui sans trop de poser de questions d'éthiques. Puis, il n'y avait pas de mal à vérifier non ? Puisque de toute façon il n'était pas réel, aucun risque de se retrouver dans une situation gênante.

"Ca va te paraître bizarre, surtout si tu sors de ma tête mais j'ai vraiment besoin de vérifier un truc. Juste pour être sûre."

Toute confiante, elle commença à déboutonner la chemise du faux Ludo en galérant un peu sur les boutons. Voilà pourquoi elle ne portait jamais de chemise, c'était bien trop compliqué à enlever ! Sa mine était réjouie, les deux premiers boutons n'avaient révélés que de la peau. C'était sûr maintenant, c'était bien un rêve. Elle s'appliqua donc à refermer la chemise, pour ne pas que son Ludo onirique attrape froid, et ne réussit qu'à déboutonner le troisième avec sa maladresse.

"J'suis vraiment pas dou..."

Blanc. Gros blanc. Blanc de l'infini. Y'avait un bout de tatouages qui dépassait là, elle n'était pas folle, si ? Lui arrachant à moitié sa chemise pour vérifier l'objet du délit, elle porta sa main à sa bouche en écarquillant grand les yeux.

Jamais son esprit n'aurait imaginé un tatouage à cet endroit-là, elle en était certaine. Ce qui signifiait qu'elle venait de faire une grosse boulette, enfin plusieurs mêmes. On avait beau dire que le ridicule ne tuait pas, là elle se sentait franchement mourir. Creuser un trou et s'enterrer, c'était la meilleure option. Ou se faire déshériter et partir faire une carrière de bergère en Mongolie. Non, même là, elle ne pourrait pas vivre avec cette scène sur la conscience.

Elle l'avait touché plus que de raison, elle l'avait cotoyé de manière trop familière alors qu'elle n'en avait pas le droit, elle l'avait APPELE MISTER-SEXY DEVANT LUI.

Un "Oh Merde" sincère sorti de sa bouche tandis qu'elle se releva, toujours ébahie. C'était certainement bien la première fois qu'un tel mot sortait de la bouche d'Ana mais il fallait avouer que la situation le méritait.

Pourtant elle en avait fait et dit des trucs ridicules mais ce level-la, celui qui donnait envie de se PANdre dans la seconde, elle ne l'avait jamais atteint. La brune ne savait plus quoi faire, elle n'allait quand même pas vraiment se suicider, si ?

Poussant un soupir accablé, elle s'assit sur le sol en face du faux-mais-en-fait-vrai Ludo, ramenant ses genoux vers elle en enfouissant sa tête dedans pour cacher sa  honte et accessoirement la couleur pivoine qu'avait pris ses joues.

"Je suppose que m'enfuir en courant ne m'aidera pas à me sentir moins stupide qu'actuellement."

Quoi que...
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Sam 9 Juil - 17:01
Coucher confortablement dans l’herbe, je remarquais que le soleil ne filtrait pas vraiment dans ce coin ci à cause de la proximité des arbres, ce qui faisait un abris uv, mais qui permettait quand même à la chaleur de pénétrer. Nous étions dans un petit cocon coupé de tout, un peu comme son rêve éveiller après tout. Mon regard se posa à nouveau sur elle pour tenter de suivre le cour de ses idées quant à la meilleure manière de l’appeler. Un sourire se dessina sur mes lèvres à chaque phrase qu’elle prononçait, je la trouvais assez drôle avec un humour peu commun. Comment pouvait-elle penser que le « vrai » Ludo était quelqu’un de froid et qu’il ne parlait qu’aux gens en les appelant par leur nom. Il me semble que ça ne me ressemble pas… Je serais plus du genre à les numéroter par l’ordre dans lequel je les ai rencontrés. Genre « P’tite criss 372 » étant la blonde qui me marchandait des hiboux un peu plus tôt. C’est beaucoup plus intime comme ça non ? Mais, elle on dirait qu’elle n’entrait pas dans le top p’tite criss. Non, elle était plus particulière, en tout cas aux premiers abords. Un peu comme Drystan de qui je m’étais rapprocher et que j’avais appris à connaître, le considérant maintenant comme mon Bro. Je me sentais plus proche de lui et j’avais envie de me sentir plus proche d’elle aussi. Mais, ça elle ne semblait pas vouloir le croire, me prenant encore pour un rêve.

« Hummm, je ne suis pas d’accord avec toi ! Ce ne doit pas être un monstre de glace il est plus en cube ce concierge non ? »

J’aimerais bien en ce moment être dans sa tête pour comprendre ce qui s’y passe. Parce que pour l’heure, je la laissais aller comme elle le sentait, je la laissais contrôler son dit rêve. Mais je ne comprenais strictement rien à ce qui m’arrivait et encore une fois avant que je n’aie pu comprendre quoi que ce soit, je me fis attaquer et c’est en roulant dans l’herbe que mes bras la serrèrent contre moi. À nouveau ses lèvres se posèrent sur ma joue et ma voix intérieure maudissait que ses lèvres n’ont pas glisser jusqu’à mes lèvres, parce que faut savoir que je ne suis pas de glace et que j’ai chaud avec une aussi belle créature assise à présent sur mon torse.

Elle se pencha à nouveau vers moi, ses doigts passèrent dans mes cheveux alors que ma main était aller glisser une mèche des siens derrière son oreille. Depuis quand j’étais un mec délicat et attentionné ? Mais pourquoi je me sentais envouté à mon tour, est-ce que c’était ça que ça nous faisait ressentir être charmer par une vélane, parce que à ce que je sache, je suis sensé en être immuniser et ne pas pouvoir succomber à ça puisque moi-même je possède ce sang.

Pourtant, je me sentais un peu comme flotter envahi par cette magie du moment, je me sens devenir con et même un peu sentimental, moi qui normalement ne veux rien montrer. Quoi que là… elle croit qu’elle rêve, elle ne se souviendra peut-être pas de ce que j’ai dit ou fais ? Non ? Bah quoi on a le droit de rêver, faut juste pas qu’elle se réveille tout de suite.

Plus personne de nous deux ne parlaient, nous semblions figés dans le moment nous observant, analysant chacun de notre côté, encore une fois j’aurais aimé comprendre le fil de ses pensée en étant heureux qu’elle ne pratique pas la légilimencie, parce que bas voilà c’est aussi chaud qu’en enfer là-dedans, et le moment ne serait plus ce qu’il est non plus puisqu’elle réaliserait que je suis un vrai homme et pas son rêve tout beau tout doux.

« Une belle parano au moins… » Je ne sais même pas pourquoi je dis ça puisqu’elle ne m’a même pas dit sur quoi elle se faisait des histoires. Mais on m’a toujours dit de ne pas contredire les femmes, alors je l’approuve en la complimentant en même temps… On est gentleman ou on ne l’est pas.

Me réinstallant confortablement, je la laisse faire ce qu’elle fait, c’est-à-dire me dévisager, j’ai quand même l’habitude vu mon statut de sang dont je parlais plus tôt. J’ai brisé de nombreux cœur sans le vouloir parfois. Mais je ne ramasse pas non plus n’importe qui avec moi…

Mais euh WAIT ? WHAT THE PHOQUE ? Quand elle me disait vouloir verifier un truc, je ne pensais pas que ça comportait quelque chose comme moi qui allait se faire déshabiller. Pas que j’ai quelque chose contre, mais normalement c’est un jeu qui se joue à deux non ? Pourquoi je ne peux pas jouer moi aussi ? Bref, elle semble déçue ? jusque QUOI ? Ma chemise… je ne l’aime pas particulièrement, je dois avouer que c’est ma mère qui l’a acheté pour que je porte des tenues convenables à mon nouveau travail comme elle le disait. Donc je n’ai pas mal au cœur de la voir détruite, mais là, en plein milieu de la forêt comme ça sans préliminaire ?

Puis je me redressa légèrement une fois que je senti un poids me quitter alors qu’elle se leva promptement. Bon et bien… je crois que le rêve est fini, qu’elle s’est rendu compte de quelque chose en voyant mon torse… Baissant la tête vers mon dit torse j’essayais de comprendre ce qui avait bien pu lui faire peur et lui faire dire merde. Puis, je cru comprendre le pourquoi de tout ça en la voyant s’asseoir et cacher son visage rouge de honte.

Je pris place plus confortablement en soupirant doucement. Elle ne devait pas avoir honte… elle ne devrait pas en tout cas. Je sortis pourtant l’amour de ma vie de ma poche pour réparer au moins un peu ma chemise avant de me lever pour aller m’asseoir près d’elle. Je pris son menton pour lui faire relever la tête qu’elle me regarde dans les yeux. « Stonehenge je trouve que c’est trop impersonnel pour toi. Tu seras Nanouchka pour moi si tu le veux bien. Et surtout ne te sens jamais stupide devant moi tu le veux bien ? »

Me mordant la lèvre, je ne sais pas trop quoi faire dans ce genre de situation, peut-être qu’elle aimerait mieux que je parte, ou que je la raccompagne au moins en dehors de la forêt… Je ne voudrais pas qu’elle se perde non plus, vous savez si l’idée lui prend de détaler. « Si tu aimes mieux t’enfuir, laisse-moi au moins la chance de t’accompagner que tu ne te perdes pas d’accord ?» Dommage qu'elle semble avoir oublié que je ne l'ai pas repoussé alors que j'étais le vrai Ludo...

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ft. : Poppy Drayton
Hiboux envoyés : 506
Entrée à Poudlard : 18/04/2016
Année d'étude en cours: : 7ème année
Maison répartie : Gryffondor
Mornilles : 1587
DC : Stravelopoulet
Chocogrenouilles : 558
Anastasia Stonehenge
Fugueuse écervelée
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Lun 11 Juil - 16:46
De la surprise, voilà ce qui avait envahit Ana lorsqu'il lui avait attrapé le menton. Elle n'avait pas pu s'empêcher de détourner le regard, toujours morte de honte et surtout bien trop gênée par la présence de cette main sur son visage. D'un côté, heureusement que le choc émotionnel était présent parce qu'elle aurait sûrement éclaté de rire pendant une bonne vingtaine de minutes avec le surnom que lui avait donné l'apprenti-concierge. Nanouchka ? Sérieusement ? Certes elle avait du sang russe et son prénom ainsi que son petit accent le rappelaient bien mais là, on aurait carrément dit le nom d'une femme de ménage/bonne à tout faire débarquant d'un pays nordique.

Heureusement, il passa bien vite à un autre sujet ce qui permit à Ana de chasser ce surnom à mourir de rire de son esprit. Ne pas se sentir stupide devant lui... Non, c'était bien pire que ça, la stupidité, c'était du pipi de chat à côté de ce qu'elle ressentait. D'un côté, il n'avait pas eu l'air de se moquer, il en avait même profité aussi, non ? Est-ce que lui aussi se croyait en train de rêver ? Probablement pas, Ana n'était pas le genre de fille parfaite sur laquelle on fantasmait la nuit. Il était donc soit pleinement consentent, soit il avait eu envie de s'amuser un peu en voyant jusqu'où le ridicule de la situation pouvait les conduire. Si seulement ça avait pu être la première option, les chances étaient si minces et pourtant, la lueur d'espoir de tout à l'heure continuait de se battre dans le cœur de la Gryffondor si bien qu'un éclair de tristesse traversa tout son corps lorsqu'il émit sa demande de la raccompagner.

Non, Ana n'en avait pas envie. Du moins elle n'en avait pas réellement envie car sa raison lui disait clairement de lâcher l'affaire. Tout le monde sait cependant qu'Ana n'était pas du tout une fille raisonnable, c'est pourquoi elle avait décidé de rester au moins encore un peu. Le réveil était brutal mais la réaction du concierge si douce que la brune commença à douter de sa précédente théorie. Peut-être qu'elle rêvait toujours tout compte fait ? Shit, ça devenait carrément frustrant de ne pas savoir si ce monde était réel ou pas. Aucun moyen tangible de vérifier sans causer de catastrophes.

S'approchant de nouveau de Ludo, Ana glissa sa main dans la sienne, guettant un signe de mal être imminent typique des contacts physiques habituels chez elle. Non, c'était comme tout à l'heure. Au lieu de se sentir mal, elle se sentait revivre, comme si chacune de ses cellules s'activaient sous le contact de la peau blanchâtre du concierge. Lâchant sa main, elle attrapa l'autre et la pressa de la même manière que précédemment, on sait jamais ça aurait pu être un problème de côté gauche ou droit. Non, la sensation était toujours aussi agréable, ça en devenait perturbant. Depuis quand Ana n'avait pas touché quelqu'un sans réfléchir au moyen le plus rapide de s'en éloigner illico ?

Ana devait probablement avoir l'air stupide, elle n'arrêtait pas de toucher les mains de Ludo puis de les relâcher, comme un enfant qui découvrait un jouet inconnu qui lui faisait peur. N'empêche qu'elle avait remarqué l'absence d'alliance aux doigts de Mister-Sexy et ça, c'était plutôt bon signe. Non non, NON, pourquoi est-ce qu'elle pensait à ça ? C'était l'apprenti-concierge bon sang !

Pourtant, elle avait une forte envie de passer au niveau supérieur. Juste pour voir si sa vraie nature anti-contact allait reprendre le contrôle de son corps ou si Ludo faisait réellement éclater toutes les barrières. Après tout, un câlin d’au revoir, ça restait un geste acceptable, non ?

Ana ne prit même pas la peine de répondre à sa question intérieure - au risque de se dégonfler - qu'elle se releva, en tirant sur les mains de Ludo pour qu'il fasse de même et enlaça le concierge, toujours sans savoir s'il était réel ou non. Son cœur s’accéléra, ses jambes se mirent à flageoler, l'obligeant à s'agripper davantage au dieu vivant qui se tenait entre ses bras.  Aucune sensation de malaise, aucune gêne particulière si ce n'est celle de la timidité qui l'habitait. C'était si étrange et si agréable à la fois. Sa tête s'était nichée dans le cou du brun, lui procurant la dose de drogue qui lui avait manqué en sentant son parfum enivrant.

La Gryffondor releva la tête, guettant la réaction du concierge. Malheureusement, la première chose sur laquelle son regard se posa instinctivement furent les lèvres de ce dernier. Ana avait beau être Ana, elle n'en restait pas moins une femme avec un canon dans les bras. Un boulet de canon même, ce type était carrément au dessus de tout, dans tous les sens du terme. Seulement quelques centimètres séparaient leurs souffles, quelques tous petits centimètres insignifiants. La tentation était si forte, Ana n'avait jamais ressenti une telle attraction. Cette dernière était si forte qu'après quelques secondes à contempler ces lèvres parfaites, elle en eut le souffle coupé de déception de ne pas oser les approcher.

C'était mal. C'était l'apprenti-concierge. Elle allait finir par lui attirer des ennuis à se rapprocher de lui de cette façon. Puis, il devait avoir l'habitude de ce genre de comportement avec la bouille d'ange qu'il trimbalait, Ana devait passer pour une gourde de plus prise dans ses filets. Sauf qu'elle était élève et qu'il faisait parti des "adultes" de Poudlard.

Le serrant un peu plus comme si sa propre vie en dépendait, elle se détacha péniblement de ce corps si parfait, laissant un vide béant qui traversait son buste et qu'elle ne comprenait pas. La douleur de l'éloignement était si forte qu'elle fut obligée de croiser les bras sur sa poitrine et de se concentrer pour respirer convenablement. Ana ne comprenait pas ce qu'il se passait mais peut-être valait-il mieux en rester là, pour leur bien à tous les deux.

"A supposé que tout ça soit réel..." "Ce dont j'avoue douter fortement." ajouta-t-elle à voix basse. "On a... On a pas le droit."

Elle avait buté sur la dernière phrase. Son cerveau se remettait sûrement à marcher de travers maintenant qu'il prenait les choses plus au sérieux. Pourtant, au fond d'elle-même, Ana savait surtout qu'elle avait dit cette phrase à contre-cœur. Parce que même si elle avait déjà réfléchit au fait que ses actions étaient malsaines, le dire à voix haute de la sorte lui avait fait prendre davantage conscience de la situation. En supposant que la seule chance sur plusieurs milliards que Ludo soit également un tant soit peu attiré par elle soit vraie (Genre vraie dans la réalité), il risquait de perdre son travail et peut-être même de finir à Azkaban.

Ana frissonna à cette pensée. Oui, elle préférait vivre avec cette douleur dans la poitrine plutôt que de voir cette merveille vivante finir dans un lieu aussi sinistre.
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
Ludo Hastings
Concierge
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
Mar 12 Juil - 22:14
Rendu au point où j’en suis, je laisse les choses aller, elle semble tellement intimidée par moi qu’elle refuse même ce contact visuel, pourtant, je veux simplement lui faire comprendre qu’il n’y a pas de mal. J’aurais pourtant envie de glisser mes mains dans cette chevelure, de la serrer contre moi et de ressentir sa chaleur contre la mienne. Quoi ? Si on n’avait pas encore remarqué avant ici, je suis un HOMME et je pense comme tel, il est évident. Pis elle était loin d’être laide cette demoiselle et comme je l’ai mentionné à de nombreuses reprise, ce petit air contrit, cette gêne faisait qu’elle ne m’attirait que d’avantage. Je trouvais ça beaucoup plus attirant qu’une fille qui s’offrait sans vergogne à vous.

Mais, pour l’heure je la laisse faire ce qu’elle a à faire, elle semble perdue dans ses pensées les plus profondes et je n’ose plus parler, un peu plus et je retiens mon souffle tout en observant la douceur de ses traits, la délicatesse de son visage, sans compter ses mains douces qui passe les miennes entre ses doigts pour je ne sais qu’elle raison. J’aimerais comprendre ce qui se passe dans sa tête, malheureusement les manuels pour comprendre les filles n’existe pas et il en faudrait normalement plusieurs volumes pour chaque fille pour les comprendre, parce que pour faire exprès chaque fille était différente.

Je me lève lorsque je sens la pression qu’elle fait à ma main pour que j’imite son geste. Je me retrouve alors face à elle, puis sans attendre un instant, je sentis son corps se coller au mien, instinctivement mes bras qui faisait Jésus se refermèrent pour clore cette étreinte. Je sentis une chaleur dans mon ventre se propager en moi. Une douceur et un bien être plutôt apaisant, cette étreinte était agréable après tout et j’allais juste en profiter le temps qu’il m’était donné de l’avoir. J’avais envie de poser mon menton contre le sommet de sa tête alors que sa tête s’enfouissait de nouveau dans le creux de mon cou.

Fermant les yeux un instant, jusqu’à ce que je la sente bouger à nouveau, je baisse alors la tête vers elle. Je sens son souffle contre ma peau, je sentis une pression un peu plus forte de son étreinte avant de ressentir du froid alors qu’elle se détachait doucement de moi. Mordant l’intérieur de mes joues pour ne pas grogner contre ce geste que je trouvais stupide, je la regarde qui semble si fragile à serrer ses bras autour d’elle.

Son explication quoiqu’incompréhensible avait quand même un peu de logique. Il est certain que le statut que nous occupons chacun dans cette nous sépare. Enfin, pas mal tout nous sépare et je n’ai pas le droit de faire ce que je fais, de la laisser aller sur un chemin aussi dangereux et glissant que celui-ci. Je fais une moue de déception, je l’avoue qu’elle marque un point-là la demoiselle.

Je devrais peut-être pas l’encourager, ni même lui laisser d’espoir, mais en même temps elle m’attire malgré tout ce qu’elle peut penser, même si elle ne semble pas croire que mes gestes soit réel, qu’elle croit encore que tout ce qui se passe ici est un rêve.

Je m’approche d’elle quand même, relevant à nouveau son menton et me penchant pour rejoindre sa joue, mes lèvres frôlant sa peau je murmure.

« Alors continue de croire que c’est un rêve et ne t’en fais pas avec le reste ! »

Puis je fais glisser mes lèvres vers les siennes et je l’embrasse avec volupté. Avant de séparer mes lèvres à contrecœur des siennes. Mon regard parcourt son visage encore une fois et je fais un petit sourire. Et je me recule pour me retrouver à une distance que l’on pourrait qualifier de plus raisonnable entre un concierge et une étudiante. Mes mains se plantant dans les poches de mon pantalon, je relève la tête alors que je sens une brise fraîche caresser ma peau. Je ne sais même pas si le soleil brille encore là-haut, depuis combien de temps nous sommes dans cet espace hors du temps lui-même. Je dois avouer que pour une des premières fois de ma vie, je ne sais pas comment réagir.

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Pan - Annie] Redgirls & Greenhouses.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Ashley Vs Annie Social
» Luna Annie Jenks ► Télékinésis (finie)
» L'oursin et l'hermine. [Pv Annie.]
» MI7 ► à la conquête du nouveau monde.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: Wizard's Wireless :: Pensine :: Terminés-
Sauter vers: