RSS
RSS



 

 
Préfete-en-chef
avatar
Gabrielle Elliott
Préfete-en-chef
ft. : Kate Moss
Hiboux envoyés : 196
Entrée à Poudlard : 17/03/2016
Âge : 18
Année d'étude en cours: : 7ème
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 367
DC : ♥️ Adele Berry
Chocogrenouilles : 351
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageGabrielle va faire les boutiques [Libre] | Mar 19 Avr - 16:22


Spoiler:
 
Si il y a bien un besoin qui ne peut jamais être satisfait, c’est bien celui de posséder des vêtements. Gabrielle qui en a déjà une véritable collection dans ses valises ne perd jamais une occasion de refaire son stock à chaque sortie à Pré-au-lard. Chaussure, sac à mains, robes tout y passe.

Elle trottinait dans les rues du village en chantonnant une chanson des One Diffindo à mi-voix et en parcourant du regard les vitrines. « Au bonheur des sorcières » affichait de beaux chapeaux aux plumes de phénix, « Les galeries Labaguette » présentaient de somptueuses robes qui scintillaient comme des licornes. Elle renifla d’un air méprisant devant « Super Jus » qui faisait une grosse promotion sur les robes de sorciers d’occasion et finalement son regard s’arrêta sur « Louis Dragon » et ses sacs et ses bottes en cuir de dragon. Ses yeux brillaient comme des boutiques devant les petites merveilles hors de prix et elle franchie la porte avec un grand sourire.

La sonnette tinta gaiement contre le marbre du sol et les murs faits d’impressionnantes colonnes. Il y avait une odeur de neuf, de cuir, de luxe, de mépris pour les pauvres qui ravit Gabrielle. Comme tout cela était agréable. Déjà une vendeuse se précipitait vers elle, impeccablement maquillée, les cheveux tirés en arrière et lui roucoulait des mots doux.

— Bonjour miss Elliott (ce n’était pas sa première visite), puis-je vous aider ? Voulez-vous jeter un œil sur notre dernier modèle de sac à main en Boutefeu chinois ?

— Chinois ? S’étonna Gabrielle, vous délocalisez maintenant ?

— Bien sûr que non ! S’exclama la vendeuse avec horreur, c’est du made in England tout ce qu’il y a de mieux en terme de qualité !

— Ah ! Me voilà enchanté de l’apprendre ! Claironna Gabrielle en rejetant en arrière ses cheveux, mais je crois que ces merveilleuses bottes à pointes me plaisent davantage !

Une belle paire de botte noire avec des piques argentés féroces mais discrets trônait avec majesté sur un présentoir des plus prétentieux.

— Mademoiselle à l’œil pour les belles choses ! S’enchanta la vendeuse.

« Elle a surtout l’œil pour les choses chers » répliqua Gabrielle dans sa tête en jetant un regard à la microscopique étiquette honteuse d’avoir à afficher la somme de 100 gallions.

Bon. C’était quand même un peu déraisonnable. C’était le prix d’au moins 300 Happy Meal au McGonagall (Une chaîne de fastfood dont raffolait Gaby et tous les jeunes sorciers). Bon. Elle pouvait au moins les essayer, non ?

— Je crois que je vais les essayer pour voir ce que cela donne !

— Allez-y mademoiselle !

Elle enfila les bottes qui épousèrent parfaitement ses jambes de gazelles, et un soupir de ravissement s’échappa de ses lèvres. Etait-ce vraiment un miroir qu’elle avait en face des yeux ? Non, c’était sans doute le miroir du Risède, rien ne pouvait égaler une telle perfection.

— Ces bottes, en magyar à pointe élevé à l’air libre dans les prairies anglaises soit dit en passant, s’adapte à la jambe de la sorcière qui les porte. Elles grandiront avec vous.

COMMENT ? Mais ce n’était donc plus DU TOUT un achat déraisonné, c’était un investissement sur le futur ! Elle qui chaussait du 35 pour l’instant, elle n’aurait pas à se soucier de changer de pointure ou quoi ou qu’est-ce !

« Pense à tous ces petits sorciers en Afrique qui n’ont même pas de quoi s’acheter une baguette magique et qui sont obligés de travailler dans les champs pour payer leurs études » dit la petite voix reloue dans sa tête. TSSS !

Ce qui lui fallait, c’était un avis extérieur !
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
Ludo Hastings
Concierge
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] | Sam 23 Avr - 18:14


Parce que Poudlard n’était pas simplement mon lieu de travail, c’était aussi un endroit magique que je m’amusais à découvrir, aussi, j’aimais bien dans mes journées de congés (ce que j’avais en trop grande quantité selon le petit Rusardounet), j’aimais bien aller explorer les boutiques de pré-au-lard. Aller prendre un verre avec d’autre sorcier de mon âge, parce que la plupart à Poudlard était soit trop vieux ou encore il me traitait comme un petit jeune sans génie tout juste bon à torcher les couloirs et les toilettes.  Et sinon les autres étaient des élèves et je n’avais pas vraiment le droit de boire avec eux, je devais les surveiller et presque faire du baby-sitting avec eux, quoi que je dois avouer que j’avais envie de faire plus que ça avec certaine ahahah, bon, roulant des yeux en me marmonnant que j’étais con et que je ne voulais pas perdre mon boulot, parce que pas envie de revoir la tronche de mes parents, ni de retourner sur des bancs d’école dans une université magique aux states entouré de mes frères et sœurs qui sont plus-que-parfait comme chaque Hastings se dit de l’être.

Bref, je suis allé faire un tour au trois balais, puis parler avec des gens qui ne sont pas du troisième âge. Ce que ça peut faire du bien, j’ai même trouver le moyen de rire un peu…. Bon et puis parler, on va dire que j’ai plus laisser parler que j’ai moi-même communiquer, mais on s’en fou, j’ai fait autre chose que de nettoyer les couloirs de ce château immense. Maintenant, me reste juste à trouver un truc à faire pour me sortir de cette situation, car j’ai une blondinette qui me colle un peu beaucoup aux baskets et on le voit qu’elle a clairement abusé de mojitos à la citrouille.

Je prétends avoir des truc urgent à faire et à aller acheter avant de retourner au château et je réussi à me décoller d’elle. Et je sors… je marche dans la rue observant le nom des boutiques et je crois enfin avoir trouver quelque chose qui va me plaire. Ça ressemble à une boutique assez luxueuse, avec laquelle je contraste pas mal avec mes jeans troués, la chaîne qui pend de ma poche et qui est retenue à ma ceinture et mon t-shirt du vieux groupe de musique rock. J’entre dans la boutique « Louis Dragon» Une vendeuse s’approcha de moi, je vis un mouvement de recul et un reniflement quand elle vit mon image et c’est avec un air dédaigneux qu’elle me demanda : « J’peux vous aider, la sortie est de…» Je pris sa main dans la mienne en souriant puis je ne la laissai pas finir sa phrase. « Vendez-vous des sous-vêtements en cuir de dragon américain ? » Non, mais sérieusement, des slips en cuir de dragon c’est la vie…. Rien de plus confortable pour dormir à moitié à poil et ne pas attraper le rhume ou la grippe. En plus en Angleterre c’est pas mal plus humide qu’à Chicago… j’aimerais pouvoir protéger mon magnifique fessier. Je n'avais pas vu qu'une élève était dans la boutique... Ni que j'avais parler aussi fort.
Revenir en haut Aller en bas
Préfete-en-chef
avatar
Gabrielle Elliott
Préfete-en-chef
ft. : Kate Moss
Hiboux envoyés : 196
Entrée à Poudlard : 17/03/2016
Âge : 18
Année d'étude en cours: : 7ème
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 367
DC : ♥️ Adele Berry
Chocogrenouilles : 351
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] | Sam 23 Avr - 20:28


Elle se mordait les doigts devant le miroir, incapable de prendre une décision concernant les bottes en Magyar. En réalité le fait qu’elle s’adapte à son pied était un peu inutile. Elle se mentait à elle-même en se disant « Comme ça, je les porterais toute ma vie ! » D’ici deux mois elle ne les regarderait même-plus. AH ! Pourquoi faut-il tout le temps que la mode change ?

Mains sur les hanches elle faisait face à la glace dans une attitude résignée.

— Miroir, mon beau miroir, que suis-je censée faire ?

— Ces bottes vous vont à ravir ! Répondit le miroir, ça vous allonge la jambe et ça habillera n’importe laquelle de vos tenues !

— AH ! S’exclama Gabrielle choquée.

Ce n’était pas le miroir parlant qui l’avait surprise mais le reflet dans celui-ci. Dans son dos, Ludo Hastings, concierge en guenille, venait d’arriver, la bouche en cœur, comme s’il s’apprêtait à acheter des patates.

Plusieurs choses déplurent à Gabrielle. Tout d’abord, ça ne lui plaisait pas du tout que n’importe qui rentre à Louis Dragon. C’était une oasis de gens riches et branchés, son jardin secret où tous ses malheurs prenaient fins. Le beau Drystan avait regardé une autre fille ? Les jolis sacs à mains la consolaient. Elie l’avait insulté et brutalisé ? Une nouvelle paire de chaussure et tout rentrait dans l’ordre. Il n’y avait pas un seul problème que Louis Dragon ne savait résoudre.

Et ce gars-là, ce concierge bizarre, avec son salaire d’apprenti de Rusard, il brisait son cocon parfait. Elle se donnait déjà beaucoup de mal à Poudlard pour ne pas trop exposer à quelle point elle était riche donc, par pitié, qu’on la laisse de temps en temps se prélasser dans son monde doré avant de refaire à nouveau face aux pauvres !

Le deuxième point qui déplût à Gabrielle était que Ludo, Monsieur Ludo, faisait partie des adultes de Poudlard. Et ça la mettait affreusement mal à l’aise. Elle n’avait aucune envie de savoir ce que les profs faisaient de leur temps libre, elle n’avait aucune envie d’apprendre qu’untel était fan de pelote basque, qu’untel était nudiste ou qu’un autre était chanteur dans un groupe de métal. Ne mélangeons pas vie professionnel et vie privée !

— Vendez-vous des sous-vêtements en cuir de dragon américain ?

AH ! VOILA ! C’était PRECISEMENT ce qu’elle ne voulait pas entendre ! Grand dieux, il fallait qu’elle s’enfuie vite avant que Ludo la remarque et qu’une discussion gênante arrive. « Ah tiens, Gabrielle, je ne savais pas que tu aimais te rendre à Louis Dragon ! » « ah oui, ahah, oh, ça m’arrive de temps en temps. » « C’est vrai que c’est agréable. En plus il fait beau aujourd’hui. » « Oui c’est vrai qu’il fait beau. » ARGH ! Epargnez-lui ça.

Aussi discrète qu’une louve, elle regagna la porte sur la pointe des pieds et au moment où elle posa la main sur la poignée, vingt verrous s’enclenchèrent dans un fracas métallique, la piégeant à l’intérieur.

— ALERTE ! VOLEUSE ! ALERTE ! NE BOUGEZ PAS ! LES MAINS EN L’AIR ! LA BAGUETTE A TERRE ! Ordonna la porte.

Gabrielle se décomposa. Mais. Quelle. Abrutie.

Rouge de honte, elle déposa sa baguette au sol et leva les mains en l’air, paralysée par les évènements. Elle avait complètement oubliée qu’elle avait toujours les bottes aux pieds, bordel, elle se serait donné des claques. Le magasin tout entier s’était retourné et la dévisageait. Plus que jamais elle se sentait gamine.

— C’est un malentendu, je vous assure ! Bredouilla-t-elle, choquée par la situation, j’ai, je ne voulais pas voler les bottes, je vous promets, je vous assure…

Elle avait envie de chialer.

— Miss Elliott, calmez-vous, dit une vendeuse en venant près d’elle, asseyez-vous là-bas, la sécurité va arriver d’un moment à un autre, c’est la procédure.

Elle obéit aux ordres, elle obéissait à tous les ordres, mortifiée. Elle avait le cœur qui battait à tout rompre dans sa poitrine. Sa baguette fut saisie par un employé et, pieds nus dans le magasin, elle n’osa pas aller chercher ses chaussures abandonnées dans un coin. Elle se sentait trop mal, tout ça à cause de Ludo, il n’avait pas pu l’ignorer, là c’est sûr ! Même Louis Dragon avait fini par la blesser. Mais qui allait la consoler ?
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
Ludo Hastings
Concierge
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] | Dim 24 Avr - 0:48


Je crois que ma présence dans cette boutique n’est pas pour plaire à tout le monde, on s’entend que mon look ne fait pas l’unanimité ici, justement je perçois le regard de la vendeuse qui me fait face essayer de me faire sortir de la boutique, tandis que l’autre l’encourage avec des petits gestes insistants que je vois du coin de l’œil. Un petit sourire s’étire sur mes lèvres, mais si discret qu’elles ne peuvent probablement pas le remarquer. Et après avoir posé ma question, je me retrouve à rire encore plus intérieurement, parce que d’un, je lui en ai boucher un coin et de deux, parce que… si seulement elles savaient à quel point l’argent n’est pas un problème pour moi ! Je fais partie de l’une des plus grandes familles de sang-pur des États-Unis, mon père à un poste ultra important ici, mes frères et sœurs réussissent aussi bien, c’est à cause de l’ambition de mon paternel… Et c’est quand même drôle, parce que même si je n’habite plus avec mes parents, de l’argent continue de rentrer dans mon compte pour ne pas que je ressemble à un paumé comme en ce moment, ce n’est pas digne d’un Hastings. Surtout que je fais honte à mon rang alors que je ne suis qu’un apprenti concierge… C’est hilarant.

Je vis la bouche de la vendeuse s’ouvrir et se refermer à quelques reprises avant qu’une voix ne sorte de sa gorge lorsqu’une autre voie que celle de cette dernière qui me faisait face, surgit alors qu’elle avait la bouche ouverte. Une voleuse ici ? Oh les choses devenaient plutôt intéressantes. Je faisais malheureusement dos à la porte vu que je n’avais pas eu le temps de faire plus de cinq pas avant que cette harpie vêtue en Louis Dragon des pieds à la tête ne vienne tenter de me jeter en dehors de la dites boutiques.

Je du tourner la totalité de mon corps et lorsque mes yeux se posèrent en direction de la porte, je ne crus qu’apercevoir une silhouette qui se sauvait dans l’autre direction. C’est son nom qui sonna une cloche à mon oreille. Miss Elliott… ainsi que la petite voix qui assurait que c’était un malentendu. Je m’approchais à pas feutrer pour essayer de voir ce qui se passais, après tout, c’était une élève du château. Puis je n’intéressais plus personne vraiment ici. Ma main se posa sur l’épaule de la vendeuse, et maintenant le temps de faire agir le charme du peu de vélane qui reste dans mon corps, je m’approche d’elle me collant un peu.

« Vous savez madame ? Je connais cette étudiante, elle est comme une sœur pour moi, vous comprenez et elle est aussi l’amie de ma sœur, sa meilleure amie. Elle a dû être totalement mal à l’aise quand elle a entendu ma voix qu’elle ne voulait pas que je la voie. Si vous voulez la laisser partir s’il vous plaît, je promets de payer les bottes et de ne plus revenir ici. » Je fis un petit clin d’œil et lui murmura à l’oreille : « Sauf si vous me le demandez personnellement ! »

Je fis mon petit sourire charmeur et je vis les joues de la vendeuse devenir rouge et son sourire devenir de plus en plus stupide alors qu’elle fixait l’océan de mes yeux. « Euh… d’accord monsieur et qu’elle est la grandeur que vous voulez vos slips ? » Je lui dis ma grandeur et elle s’éloigna de moi. « Miss Elliott, je crois qu’on va devoir discuter toi et moi ! » J’hoche la tête avant de suivre la vendeuse.

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
Préfete-en-chef
avatar
Gabrielle Elliott
Préfete-en-chef
ft. : Kate Moss
Hiboux envoyés : 196
Entrée à Poudlard : 17/03/2016
Âge : 18
Année d'étude en cours: : 7ème
Maison répartie : Serpentard
Mornilles : 367
DC : ♥️ Adele Berry
Chocogrenouilles : 351
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] | Mer 27 Avr - 7:33


Elle était foutue, elle le savait. Déjà des officiers examinaient sa baguette et d’un instant à l’autre une beuglante allait être envoyée chez ses parents pour les avertir de son méfait. Elle était mortifiée. Ses parents allaient la tuer. Elle serait renvoyée. Elle ne serait plus qu’une paria pour le monde magique. Obligée de revenir vivre chez les moldus.

Alors voilà, elle avait échouée. Elle n’avait pas réussi à se faire accepter par les sorciers. On allait la jeter, l’oublier, l’effacer.

Gabrielle Elliott, la petite moldue qui voulait être une sorcière.

S’en était trop, elle ne pouvait en supporter davantage, elle était à deux doigts d’éclater en sanglots. Elle jeta un regard assassin à Ludo qui faisait les jolis cœurs auprès de la vendeuse. Ce connard, cet abruti, tout était de sa faute. Elle devait tendre l’oreille pour entendre ce qu’il disait. Se concentrer sur Ludo et la vendeuse lui permettait d’échapper à l’angoisse qui lui rongeait le cœur.

Elle fronça les sourcils. Mais qu’est-ce qu’il disait ? « Je connais cette étudiante, elle est comme une sœur pour moi, vous comprenez et elle est aussi l’amie de ma sœur, sa meilleure amie. » N’importe quoi ! C’était quoi ce mensonge grossier, ça n’avait pas de sens ! « Elle a dû être totalement mal à l’aise quand elle a entendu ma voix qu’elle ne voulait pas que je la voie. » Quoi ? Mais si elle était « comme sa sœur » pourquoi aurait-elle été mal à l’aise ? Les frères et les sœurs sont mal à l’aise de se croiser dans la même boutique ? Bordel, mais c’était complètement absurde ! « Si vous voulez la laisser partir s’il vous plaît, je promets de payer les bottes et de ne plus revenir ici. » Alors ça NON. Elle ne voulait plus jamais revoir ces bottes et elle n’accepterait jamais le moindre cadeau de la part de ce Ludo ! Mais qu’est-ce qu’il foutait ?

— Non, non, non, intervint Gabrielle en sortant de son mutisme, je, je ne veux pas de ces bottes, écoutez, c’est vraiment un malentendu, jamais je n’aurais volé quelque chose, je, enfin, vous savez bien que je suis une bonne cliente !

Elle regarda la vendeuse qui semblait perplexe. Elle n’avait plus le choix, il fallait qu’elle aille dans le sens de Ludo.

— Ecoutez, c’est vrai, j’ai été très gênée quand j’ai vu monsieur Ludo, vous comprenez, en plus d’être comme un frère et tout ce qu’il vous a dit, c’est aussi le concierge de Poudlard, j’ai paniqué, je voulais juste m’en aller discrètement.

Elle adressa un sourire d’excuse à la vendeuse et à Ludo très convaincant. La vendeuse était visiblement sous le charme de Ludo-le-grand-frère et gênée quant à l’idée de perdre la cliente Gaby-la-magnifique.

Finalement, après une procédure embarrassante de remise de baguette, Gabrielle pût sortir du magasin sans poursuite judiciaire. Ils avaient convenu qu’il s’agissait en effet d’un malentendu.

Assise sur un banc à l’extérieur de la boutique, Gabrielle attendait penaude que Ludo sorte et finisse ses achats (des slips en cuir de dragon ? des SLIPS en cuir de dragons ? Mais quelle espèce de dégénéré était-ce donc ? Sans doute le même genre de type qui bouffe des hiboux). Il avait dit qu’il voulait lui parler. Elle devait préparer ses arguments pour le supplier de ne rien dire au collège.

Dammit. Elle l’aurait bien acheté mais visiblement les pots de vin ne l’intéresseraient pas. Quoi que, Ludo ne semblait pas être du genre à vouloir se prendre la tête avec des formulaires et des rendez-vous avec le directeur pour discuter de ses actes ou elle ne savait quoi…

Elle n’était pas sorti de l’auberge !
Revenir en haut Aller en bas
Concierge
avatar
Ludo Hastings
Concierge
ft. : Andy Black
Hiboux envoyés : 89
Entrée à Poudlard : 15/04/2016
Année d'étude en cours: : concierge
Maison répartie : n'a pas étudié a Poudulard
Mornilles : 510
DC : Clover, Drystan, Sara, Elyssa
Chocogrenouilles : 136
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] | Sam 30 Avr - 22:42


Je ne suis pas reconnu pour être gentil, mais je ne suis pas non plus méchant. Je n’ai pas envie de faire suer cette nana, je ne crois pas que cette étudiante a réellement eu l’envie de voler ces bottes. C’est étrange, mais j’ai l’impression que c’est ma présence ici qui l’a mis mal à l’aise, je me devais donc au moins de lui arranger les choses pour ne pas qu’elle soit dans le trouble dans cette boutique. C’est sûr que pour ça, je dois trouver un moyen et vite et le seul que je trouve est bien évidemment d’user de mon charme, je ne suis pas sans savoir que j’ai quand même une belle gueule et que je sais parler aux dames, même à cette biquette qu’on peut deviner célibataire à coup sûr et qui mange des tonnes de chocogrenouille le soir chez elle. (Ça se voit dans ses fesses, mais elle a un minois pas si mal.) Je sors donc le fameux numéro de charme posant ma main sur elle, la faisant rigoler et le rose monte à ses joues rapidement. Je souris, sauf qu’une autre voie, celle de Gabrielle se fait entendre. J’hausse un sourcil espérant qu’elle ne gâche pas les efforts que je viens de faire pour elle.

Je repris un air impassible, celui que j’arborais en tout temps, me contentant de vivre par en dedans mes émotions. J’écoutais ce qu’elle avait à dire, je ne connais pas vraiment les élèves, je les vois, je ramasse leurs conneries, mais je ne peux pas dire ou faire grands choses d’autre, ce n’est pas moi qui a vraiment l’autorité, mais je dois quand même rapporter leurs méfaits ou simplement les subir en fait.

Quand la vendeuse se tourna vers moi, je ne fis qu’hausser les épaules, accompagnant ce geste d’un hochement de tête pour approuvé, j’avais déjà une paire de bottes de moins à payer sur ma facture. Ils la laissèrent sortir, elle me montra ce qu’elle avait en stock, mais il n’y avait pas grand-chose d’intéressant, je pris quand même une paire. Je payai la note et sorti de la boutique, là où mon look ne semblait même plus déranger.

Je m’approchai de l’élève et m’alluma une clope avant de remettre le briquet dans mes poches. Je pris une taffe avant de recracher doucement la fumée.

« Belle journée pour tenter de voler des bottes… Dommage que leurs systèmes de sécurité soit aussi efficace miss. » Levant les yeux au ciel, je pris une autre taffe sur ma clope. Me balançant légèrement d’avant en arrière, comme si l’accusation qui était porter sur la jeune demoiselle n’étais pas si grave que ça au final et que nous ne discutions que de la pluie et du beau temps.

« Même si ton accusation ici n’a pas eu d’impact, je n’aurais pas le choix d’en faire part à la personne responsable de ta maison… » J’ai un blanc de mémoire, je ne me souviens plus qui c’est. M’enfin, je risque de le retrouver rapidement. Mon regard retourne se poser sur la demoiselle, alors que je fini ma clope et la jette d’une pichenette un peu plus loin avant de mettre mes mains dans les poches de mon jeans.

« Si seulement t’avais essayer de voler dans une boutique moins réputé aussi… Genre Scribenpenne... »

_________________
We're always runnin' away and we don't even stop to think about it. The world's in our hands, They don't need to understand We do it our own way, no matter what they try to say about it.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
MessageRe: Gabrielle va faire les boutiques [Libre] |


Revenir en haut Aller en bas
 
Gabrielle va faire les boutiques [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aller faire les boutiques
» #_celui qui dit que l'argent ne fais pas le bonheur ne savais pas ou faire les boutiques (a')
» Celui qui a dit que l’argent ne fait pas le bonheur, ne savait pas où faire les boutiques. - Faith
» [TERMINÉ] Tea ||Celui qui a dit que l’argent ne fait pas le bonheur, ne savait pas où faire les boutiques.
» Blair Waldorf - Celui qui a dit que l'argent ne faisait pas le bonheur ne savait pas où faire les boutiques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mimbulus Mimbletonia :: Monde Magique :: Pré-au-Lard :: Boutiques Diverses-
Sauter vers: